7 leçons que l’on doit tirer du coronavirus (covid 19) en tant que chrétien


Chers amis chrétiens, j’ai décidé de me réoccuper de ma chaîneOpens in a new tab. en ces temps troublés parce que je pense que tous les croyants, tous les être humains ont besoin de trouver des repères quand des crises majeures surviennent.

Je crois qu’en tant que chrétien ou chrétien en devenir, nous devons prendre la crise du covid 19, comme toutes les autres catastrophes qui ont eu lieu dans l’histoire, comme un signe ou comme un rappel nous poussant à nous ressaisir spirituellement, à retrouver les valeurs chrétiennes, à lire la bible, à prier, à se comporter comme un disciple, et à se préparer, bien évidemment, à la venue du seigneur Jésus.

Cette crise du covid 19 pousse le monde à changer son mode de fonctionnement car ce dernier pose de nombreux problèmes comme la mauvaise répartition des ressources et des richesses, la pollution et la destruction de l’environnement, les productions délocalisées et toutes les conséquences désastreuses qui vont avec.

J’aimerais pouvoir vous dire que la crise du corona virus, comme les crises précédentes et certainement comme les crises futures, va changer le monde positivement, mais nous savons bien de quelle nature est l’espoir dans la Bible. Nous savons que la fin de la souffrance et de l’injustice, que l’instauration du royaume de Dieu, ne seront choses effectives qu’au retour de Jésus et hélas pas avant.

Inutile également de se voiler la face, les conséquences des crises touchent tout le monde. La mort frappe ici et là, des millions de gens sont mis au chomage, des problèmes d’approvisionnement surviennent, des faits de délinquances divers apparaissent, et dans le cas précis des virus, il peuvent se répandre à nouveau.

Comment donc se positionner en tant que chrétien dans une période de crise majeure comme celle du covid 19 ? Quels sont les repères ?

Et bien sans surprise, la Bible est la boussole, il faut s’en servir pour gagner en discernement et pour savoir sur quel pied danser. La Bible nous dit :

Proverbes 30 : 5

Toute parole de Dieu est éprouvée. Il est un bouclier pour ceux qui cherchent en lui un refuge.

La première leçon : l’argent le faux dieu

L’argent ne se mange pas. Il ne délivre pas du malheur. Il ne peut pas nous sauver. Il n’assure pas la stabilité, la sécurité et encore moins ne vous offre t’il le salut. Dans un monde confiné, l’argent ne permet pas d’acheter grand chose, c’est tout juste s’il permet encore d’acheter de quoi manger au vu des problèmes d’approvisionnement et de production.

La Bible a de maintes reprises se fait claire sur le sujet de l’argent et de la richesse, lisons donc quelques versets sur cet aspect précis :

Proverbes 18 : 11 :

La fortune est pour le riche une ville forte ; Dans son imagination, c’est une haute muraille.


Proverbes 11 : 28 :

Celui qui se confie dans ses richesses tombera, Mais les justes verdiront comme le feuillage.


1 Timothée 6 : 9-10 :

Mais ceux qui veulent s’enrichir tombent dans la tentation, dans le piège, et dans beaucoup de désirs insensés et pernicieux qui plongent les hommes dans la ruine et la perdition.Car l’amour de l’argent est une racine de tous les maux; et quelques-uns, en étant possédés, se sont égarés loin de la foi, et se sont jetés eux-mêmes dans bien des tourments.


Mark 8 : 36 :

Et que sert-il à un homme de gagner tout le monde, s’il perd son âme?

La question des faux dieux est récurrente dans la bible et l’argent est l’un des plus populaires d’entre eux. L’enseignement du seigneur nous pousse à être plus que prudent à son égard. Il faut en effet servir le seigneur pleinement et l’argent ne doit rester qu’un outil, qu’un serviteur et surtout pas un maître.

La Deuxième leçon : l’essentiel et le bon sens doivent ressurgir

La santé, l’alimentation et la famille sont les choses qui préoccupent le plus en temps de crise, et pourtant bien d’autres passions et de dérèglements viennent perturber ces priorités en temps normal.

Encore là bien des faux dieux participent à l’effort de déconcentration et de dispersion de nos priorités. Nous nous mettons en quête de choses inutiles et superficielles alors qu’au final l’important est de servir le seigneur, son prochain, de travailler et de répondre à ses besoins essentiels comme la nourriture ou encore l’éducation de ses enfants.

Bien souvent nous perdons la boussole, et allons dépenser du temps et de l’argent pour acheter des produits et services dispensables pour ensuite connaître des difficultés financières ne permettant pas de répondre à des besoins plus essentiels.

Nos choix provoquent dans la plupart des cas nos propres difficultés. Il en est ainsi quand on perd le sens des priorités.

Nous adulons des stars de cinéma, de la chanson ou du foot, lesquels ne peuvent rien pour nous en cas de crise, et pourtant ils font bien plus l’objet de nos attentions que les soignants, les caissiers, les livreurs, les agriculteurs, les éboueurs et autres professions souvent dépréciées. La vérité est que durant la crise ce sont ces professions qui nous sauve la mise.

Les politiciens sont eux aussi critiqués à tout va par les citoyens, ils ne peuvent faire le moindre choix sans être critiqués de tout bord car hélas les citoyens bien souvent ignorent la complexité des décisions à prendre en fonction du peu de moyens et de choix disponibles.

Bien souvent nous les poussons à prendre de mauvaises décisions et parfois nous ne les poussons pas à prendre de bonnes décisions.

Les régimes autoritaires reviennent à la mode car les peuples des pays démocratiques sont difficilement controlables ce qui rend ardue la gestion des affaires et la prise de décisions impopulaires mais nécessaires.

Que dire également des sommes affolantes qui sont dépensées à travers le monde pour l’armement alors même que les secteurs de la santé, de l’alimentation et de l’environnement ne sont pas l’objet des efforts vitaux qu’il faudrait consentir.

Tout ceci a à voir avec la liberté, certes relative que nous avons. Nous n’utilisons pas cette liberté pour faire le bien et pour faire des choses utiles à la communauté.

Les erreurs et les péchés sont commis à tous les niveaux de la société, et au final la masse de péché créent des problèmes inextricables pour tout un chacun.

C’est ainsi que viennent nous éclairer quelques versets de la Bible :

Galates 5 : 13 :

Frères, vous avez été appelés à la liberté, seulement ne faites pas de cette liberté un prétexte de vivre selon la chair; mais rendez-vous, par la charité, serviteurs les uns des autres.


Ecclesiastes 7 : 14 :

Au jour du bonheur, sois heureux, et au jour du malheur, réfléchis: Dieu a fait l’un comme l’autre, afin que l’homme ne découvre en rien ce qui sera après lui.


Ephésiens 4 : 29

Qu’il ne sorte de votre bouche aucune parole mauvaise, mais, s’il y a lieu, quelque bonne parole, qui serve à l’édification et communique une grâce à ceux qui l’entendent.

Les commandements bibliques se sont toujours révélés efficaces, chacun d’entre eux permet d’éviter les mauvais chemins. Retrouvons donc de la sobriété dans nos vies.

Ecclesiastes 2 : 24-26

Il n’y a rien de bon pour l’homme, sinon manger, boire et se donner du bon temps au milieu de son dur labeur. Et j’ai constaté que cela même vient de la main de Dieu.

En effet, qui peut manger et profiter de la vie sans que cela vienne de lui?

Car Dieu donne à l’homme qui se comporte bien à ses yeux la sagesse, la connaissance et la joie, mais il impose comme occupation à celui qui fait le mal le soin de recueillir et d’amasser pour celui qui se comporte bien à ses yeux.

Cela aussi est dérisoire : autant courir après le vent.

La troisième leçon : le monde a besoin de guérison et de justice

Chaque crise exprime un problème profond. Ainsi le chrétien a son rôle jouer, il est le porteur du message de la bonne nouvelle, et détenteur d’une foi et d’une connaissance lui permettant de venir en aide aux gens dans le besoin.

Nous nous rendons compte à chaque crise que plus que jamais tout le monde a le droit de manger, de se soigner, de travailler et d’être heureux.

Tout le monde a besoin de vivre dans un monde sécuritaire ou le mal est vaincu et ou l’iniquité ne perdure pas.

Tout le monde a besoin d’un monde équilibré ou ressources, travail et richesses sont partagés.

L’injustice, l’indifférence, l’intolérance créent un monde dans lequel des gens vivent dans l’opulence quand d’autres ne parviennent pas à répondre à leurs besoins primaires, un monde de loisirs pour certains et de persécution et d’insécurité pour d’autres. Le monde a besoin de partage.

Dieu agit à travers son peuple, mais si son peuple n’agit plus, le bien ne se répand plus. Sans les soldats du bien que doivent être les disciples de Jésus, le monde est voué à l’injustice. Chaque être humain a une responsabilité dans le combat du bien.

Des versets expriment la mission du chrétien :

Matthieu 5 : 14-16 :

Vous êtes la lumière du monde. Une ville au sommet d’une colline n’échappe pas aux regards. Il en est de même d’une lampe : si on l’allume, ce n’est pas pour la mettre sous une mesure à grains : au contraire, on la fixe sur un pied de lampe pour qu’elle éclaire tous ceux qui sont dans la maison.

C’est ainsi que votre lumière doit briller devant tous les hommes, pour qu’ils voient le bien que vous faites et qu’ils en attribuent la gloire à votre Père céleste.


Titus 2 : 11-12 :

Car la grâce de Dieu, source de salut pour tous les hommes, a été manifestée.

Elle nous enseigne à renoncer à l’impiété et aux convoitises mondaines, et à vivre dans le siècle présent selon la sagesse, la justice et la piété,

Faire le bien, servir le seigneur, et partager la bonne nouvelle sont les seuls moyens de faire parvenir les hommes et les femmes à la connaissance du seigneur Jésus, lequel est à même de guérir le monde et d’y apporter la justice.

Souvent nous pensons que le mal triomphe, que justice n’est pas faite, que les méchants demeurent solides malgré leurs péchés mais les promesses bibliques se réalisent toujours, tôt ou tard :

Proverbes 10 : 25

Comme passe le tourbillon, ainsi disparaît le méchant; Mais le juste a des fondements éternels.


Proverbes 10 : 29

La voie de l’Éternel est un rempart pour l’intégrité, Mais elle est une ruine pour ceux qui font le mal.

La quatrième leçon : le monde a besoin de travailleur

Il n’est désormais plus acceptable d’imaginer un monde ou une trop grande partie de la production, notamment dans les secteurs de l’alimentation et de la santé sont délocalisés dans les pays en voie de développement ou dans les pays ou les peuples sont écrasés.

Il n’est plus possible de vivre sur la pauvreté du tiers monde pour des raisons environnementales, de chomage et d’approvisionnement en cas de crise. Le chrétien se doit être un exemple.

Proverbes 12 : 11

Celui qui cultive son champ est rassasié de pain, Mais celui qui poursuit des choses vaines est dépourvu de sens.


Proverbes 21 : 25

Les désirs du paresseux le tuent, Parce que ses mains refusent de travailler;


Proverbes 20 : 4

A cause du froid, le paresseux ne laboure pas; A la moisson, il voudrait récolter, mais il n’y a rien.


Psaumes 128 : 2-4

Tu jouis alors du travail de tes mains, Tu es heureux, tu prospères. Ta femme est comme une vigne féconde Dans l’intérieur de ta maison; Tes fils sont comme des plants d’olivier, Autour de ta table. C’est ainsi qu’est béni L’homme qui craint l’Éternel.


1 corinthiens 15 : 58

Ainsi, mes frères bien-aimés, soyez fermes, inébranlables, travaillant de mieux en mieux à l’oeuvre du Seigneur, sachant que votre travail ne sera pas vain dans le Seigneur.


Exode 34 : 21 :

Vous travaillerez six jours, mais le septième jour, vous vous reposerez ; même au temps du labour et de la moisson, vous vous reposerez

La cinquième leçon : les équilibres qui permettent la vie sont fragiles

L’économie, l’environnement, la santé, le social, la politique sont interliés. Ainsi une économie déraisonnée provoque des injustices sociales et de graves problèmes environnementaux qui à leur tour provoquent des problèmes de santé.

Il n’est pas possible d’exclure un paramètre sans en bouleverser un autre. Les injustices sociales provoquent des révoltes, les virus mettent l’économie à l’arrêt. Si certains sont trop pauvres, ils ne vont pas tarder à s’attaquer aux plus riches.

Le monde ne peut être heureux et stable qu’en cas d’équilibre dans tous les domaines. Voici la vision du seigneur :

Apocalypse 11 : 18

Les nations se sont irritées; et ta colère est venue, et le temps est venu de juger les morts, de récompenser tes serviteurs les prophètes, les saints et ceux qui craignent ton nom, les petits et les grands, et de détruire ceux qui détruisent la terre.


Michée 4 : 4

Il arrivera, dans la suite des temps, Que la montagne de la maison de l’Éternel Sera fondée sur le sommet des montagnes, Qu’elle s’élèvera par-dessus les collines, Et que les peuples y afflueront.

Des nations s’y rendront en foule, et diront: Venez, et montons à la montagne de l’Éternel, A la maison du Dieu de Jacob, Afin qu’il nous enseigne ses voies, Et que nous marchions dans ses sentiers. Car de Sion sortira la loi, Et de Jérusalem la parole de l’Éternel.

Il sera le juge d’un grand nombre de peuples, L’arbitre de nations puissantes, lointaines. De leurs glaives ils forgeront des hoyaux, Et de leurs lances des serpes; Une nation ne tirera plus l’épée contre une autre, Et l’on n’apprendra plus la guerre.

Ils habiteront chacun sous sa vigne et sous son figuier, Et il n’y aura personne pour les troubler; Car la bouche de l’Éternel des armées a parlé.

La sixième leçon : l’humanité est limitée dans sa capacité de gestion

Peu importe la culture des nations, peu importe les systèmes politiques, peu importe les systèmes de pensées, force est de constater que l’être humain ne parvient pas à gérer un monde complexe avec des équilibres fragiles.

Jérémie : 10 : 23

Je le sais, ô Éternel! La voie de l’homme n’est pas en son pouvoir; Ce n’est pas à l’homme, quand il marche, A diriger ses pas.


Proverbes 20 : 24

C’est l’Éternel qui dirige les pas de l’homme, Mais l’homme peut-il comprendre sa voie?


Jean 15 : 5 :

je suis le cep, vous êtes les sarments. Celui qui demeure en moi et en qui je demeure porte beaucoup de fruit, car sans moi vous ne pouvez rien faire.


Jean 10 : 7 – 13

Jésus leur dit encore: En vérité, en vérité, je vous le dis, je suis la porte des brebis. Tous ceux qui sont venus avant moi sont des voleurs et des brigands; mais les brebis ne les ont point écoutés.

Je suis la porte. Si quelqu’un entre par moi, il sera sauvé; il entrera et il sortira, et il trouvera des pâturages. Le voleur ne vient que pour dérober, égorger et détruire; moi, je suis venu afin que les brebis aient la vie, et qu’elles soient dans l’abondance.

Je suis le bon berger. Le bon berger donne sa vie pour ses brebis. Mais le mercenaire, qui n’est pas le berger, et à qui n’appartiennent pas les brebis, voit venir le loup, abandonne les brebis, et prend la fuite; et le loup les ravit et les disperse.

Le mercenaire s’enfuit, parce qu’il est mercenaire, et qu’il ne se met point en peine des brebis. Je suis le bon berger.

La septième leçon : il faut être préparé au retour de Jésus

La crise du covid 19 est une crise horrible et douloureuse, il ne s’agit pas que de pertes économiques conséquentes mais aussi de pertes en vies humaines.

Hélas cette crise est loin d’être l’unique des temps que nous vivons. Crise économique, crise environnementale, crise climatique, crise sanitaire, crise spirituelle. Tout ceci ne se solde que par souffrance et larme.

La crise du covid 19 comme la plupart des crises et catastrophes a surpris le monde. Des pays riches, puissants technologiquement, n’ont rien vu venir. Un peu comme les icebergs dans l’atlantique qui en leur temps n’avaient pas inquiété le personnel navigateur du titanic, le covid 19 a cueilli à froid les populations du monde entier.

Le monde aurait pu être préparé à cette pandémie. Des lanceurs d’alertes renommés avaient produit des discours à ce sujet. Mais voilà qu’au moment de la tragédie, le personnel soignant s’est retrouvé sans masque face à des patients hautement contagieux, voilà que le virus voyageait par avion et par bateau de pays en pays, les aéroports et les frontières ne se fermant qu’après l’admission du loup dans la bergerie.

Mes amis la Bible nous rapporte la première impréparation notable dans l’histoire de l’humanité.

Matthieu 24 : 38-39

Car, dans les jours qui précédèrent le déluge, les hommes mangeaient et buvaient, se mariaient et mariaient leurs enfants, jusqu’au jour où Noé entra dans l’arche; et ils ne se doutèrent de rien, jusqu’à ce que le déluge vînt et les emportât tous:

S’il y a bien une chose que nous devons retenir de la crise du covid 19 ou de la tragédie du déluge, c’est qu’il faut être préparé, car la Bible nous parle d’un autre évènement dont l’ampleur sera encore plus grande que celle des évènements et crises précédentes.

2 pierre 3 : 6-15

De la même manière, Dieu a détruit le monde d’alors par les eaux du déluge.

Quant à la terre et aux cieux actuels, ils sont réservés par cette même parole pour être livrés au feu : ils sont gardés en vue du jour du jugement où tous ceux qui n’ont aucun respect pour Dieu périront.

Mais il y a un fait que vous ne devez pas oublier, mes chers amis : c’est que, pour le Seigneur, un jour est comme mille ans et mille ans sont comme un jour.

Le Seigneur n’est pas en retard dans l’accomplissement de sa promesse, comme certains se l’imaginent, il fait simplement preuve de patience à votre égard, car il ne veut pas qu’un seul périsse.

Il voudrait, au contraire, que tous parviennent à se convertir. Mais le jour du Seigneur viendra comme un voleur. En ce jour-là, le ciel disparaîtra dans un fracas terrifiant, les astres embrasés se désagrégeront et la terre se trouvera jugée avec toutes les œuvres qui auront été accomplies sur elle.

Puisque tout l’univers doit ainsi se désagréger, quelle vie sainte vous devez mener et avec quelle piété, en attendant que vienne le jour de Dieu et en hâtant sa venue !

Ce jour-là, le ciel en feu se désagrégera et les astres embrasés fondront. Mais nous, nous attendons, comme Dieu l’a promis, un nouveau ciel et une nouvelle terre où la justice habitera.

C’est pourquoi, mes chers amis, dans cette attente, faites tous vos efforts pour que Dieu vous trouve purs et irréprochables à ses yeux, dans la paix qu’il donne.

Comprenez bien que la patience du Seigneur a pour but votre salut.

Mes amis nous ne sommes pas démunis pour traverser la multitude d’épreuves auxquelles nous sommes confrontés sur cette terre. Paul nous fait un récapitulatif des armes à notre disposition.

Ephésiens 6 : 13-18 :

C’est pourquoi, prenez toutes les armes de Dieu, afin de pouvoir résister dans le mauvais jour, et tenir ferme après avoir tout surmonté.

Tenez donc ferme: ayez à vos reins la vérité pour ceinture; revêtez la cuirasse de la justice; mettez pour chaussure à vos pieds le zèle que donne l’Évangile de paix;

prenez par-dessus tout cela le bouclier de la foi, avec lequel vous pourrez éteindre tous les traits enflammés du malin;

prenez aussi le casque du salut, et l’épée de l’Esprit, qui est la parole de Dieu.

Faites en tout temps par l’Esprit toutes sortes de prières et de supplications. Veillez à cela avec une entière persévérance, et priez pour tous les saints.

Voir aussi l’article suivant :

Crise du coronavirus (covid 19) – Fin du monde – Qu’en dit la Bible ?

Anthony ETHEVE

Passionné et étudiant converti à la Bible, Anthony partage le fruit de ces centaines d'heures de recherche afin d'aider les chrétiens et notamment les nouveaux appelés à comprendre les thèmes bibliques et le débat création/évolution.

Recent Content