|

Combien de temps faut-il pour former du Charbon et du Pétrole ?

Les processus de formation du charbon et du pétrole nécessitent t’ils des millions d’années ? Jetons un rapide coup d’œil à cette question.

La formation du charbon

Une équipe de recherche du Argonne National Laboratory dans l’Illinois a fabriqué un matériau ressemblant au charbon en chauffant des matériaux végétaux avec des minéraux argileux à 150 ° C pendant deux à huit mois en l’absence d’oxygène.

Après une série d’expériences de ce type, l’équipe a conclu que le charbon peut être produit directement à partir de matières végétales via des réactions thermiques accélérées par les minéraux argileux en seulement un à quatre mois1.

D’autres expériences ont également confirmé que les particules d’argile agissent comme des catalyseurs chimiques dans un processus de formation rapide du charbon2.

Il est donc intéressant que les minéraux argileux représentent souvent jusqu’à 80% de la matière non végétale dans le charbon réel.

Des expériences ultérieures ont simulé de plus près les conditions géologiques naturelles, avec des températures de seulement 125 ° C et des pressions plus faibles (équivalant à un enfouissement sous 1 800 mètres] de sédiments humides3.

Après seulement 75 jours, la plante d’origine et les matériaux en bois se sont encore transformés en charbon, un résultat comparable chimiquement au charbon provenant de la même région d’Indonésie.

Comme ces expériences ont simulé des conditions naturelles, nous pouvons être certains que le processus de formation du charbon est rapide et ne nécessite que quelques mois.

Il n’y a donc aucune raison d’insister sur le fait que la formation du charbon nécessite des millions d’années.

Comment le monde pré-diluvien a-t-il pu produire une telle quantité de charbon ?

Certaines sceptiques se demandent comment la végétation à l’époque de Noé a pu produire autant de charbon, car la végétation d’aujourd’hui ne produirait que 3% des réserves de charbon connues.

Pour trouver la réponse, nous devons réexaminer les hypothèses derrière cette estimation.

  • Tout d’abord, on suppose souvent qu’il faut environ 3 mètres de tourbe pour produire 1 mètre de charbon. Mais si on considère le poids de la tourbe et du charbon, ou si on considère le contenu énergétique, 3 mètres de végétation peuvent probablement produire 1.5 à 3 mètres de charbon.
  • Deuxièmement, on suppose à tort que le monde de l’époque de Noé ressemblait beaucoup à celui d’aujourd’hui. Ce n’est pas le cas. Il s’avère que le monde de Noé était très luxuriant, produisant près de six fois plus de végétation que ce que nous voyons aujourd’hui.

Aujourd’hui, il n’y a que 30% de surface émergée et plus de la moitié de la surface terrestre actuelle est recouverte de déserts, de calottes glaciaires ou uniquement de végétation clairsemée.

Sous les déserts de l’Australie centrale et le désert du Sahara africain, il y a des preuves d’une végétation luxuriante qui y a poussé pendant la période glaciaire post-déluge.

D’épaisses couches de charbon sous une partie de la banquise de l’antarctique suggèrent que le continent était également autrefois couvert d’une végétation luxuriante.

C’est peut être l’une des raisons pour laquelle le régime alimentaire était végétarien avant le déluge selon la Bible (même après la chute d’Adam et Eve). Il est plus que probable que le rapport de 30% terre / 70% mer était différent autrefois. Beaucoup d’eau était piégé dans les aquifères avant le déluge.

Par conséquent il y avait plus de terre émergée à l’époque pré-diluvienne., moins d’hautes montagnes, probablement pas de glaciers et de déserts.

De plus, il a été découvert qu’une grande partie du charbon provient de forêts flottantes sur l’eau.

Si la moitié de la planète était autrefois un supercontinent au-dessus de l’océan et que des tapis forestiers flottants couvraient la moitié de l’océan lui-même, alors jusqu’à 75% de la surface de la Terre d’alors aurait pu être recouverte d’une végétation luxuriante – plus de six fois la superficie couverte par la végétation à la surface actuelle de la Terre.

Ces calculs, découlant de la Bible, indiqueraient donc qu’il y avait plus qu’assez de végétation luxuriante poussant sur la surface de la terre avant le déluge pour fournir le volume de végétation et former les lits de charbon d’aujourd’hui.

L’Eternel avait bel et bien déclaré qu’il détruirait non seulement toutes les formes de vie qui respirent mais aussi la terre.

Genèse 6 : 13

La fin de toute chair est arrêtée par devers moi; car ils ont rempli la terre de violence; voici, je vais les détruire avec la terre

La formation du pétrole

Beaucoup de gens aujourd’hui, y compris des scientifiques, ont l’idée que le pétrole et le gaz naturel nécessitent beaucoup de temps pour se former – des millions d’années.

Cependant, des recherches en laboratoire (simulant les forces naturelles) ont montré que les hydrocarbures pétroliers (pétrole et gaz) peuvent être fabriqués à partir de matériaux naturels en peu de temps.

De telles recherches sont stimulées par la nécessité de trouver un processus viable par lequel l’homme pourrait être en mesure de reconstituer ses stocks décroissants d’hydrocarbures liquides si vitaux pour la technologie moderne.

Les chercheurs qui firent l’expérience en laboratoire rapportèrent ceci :

Dans de nombreuses situations géologiques, des intervalles de temps beaucoup plus longs sont disponibles, mais il est évident que le mécanisme moléculaire de la décomposition est peu modifié avec du temps supplémentaire.

Ainsi, dans les bassins sédimentaires, des durées de chauffage de plusieurs années sont suffisantes pour la production de pétrole et de gaz à partir de précurseurs appropriés.

Le point précis dans cette plage de temps allant de quelques secondes à plusieurs années, durant laquelle les produits ressemblent adéquatement aux gaz naturels et / ou aux pétroles, reste à déterminer.

Des périodes de chauffage de l’ordre de plusieurs années, au cours des récents périodes, peuvent même améliorer les perspectives pétrolières de certaines zones.

Inonder un réservoir d’hydrocarbures en migration est plus susceptible de produire un réservoir rempli jusqu’au point de déversement qu’une accumulation lente sur une longue période géologique avec des possibilités de perte4.

Une raffinerie naturelle sous l’océan

Voici également une citation concernant une production de pétrole naturelle, non en laboratoire, mais dans la nature.

Il s’agit d’une «raffinerie naturelle sous l’océan» qui se trouve sous les eaux du golfe de Californie, dans une zone connue sous le nom de bassin de Guaymas.

Le pétrole est formé à partir de la décomposition inhabituellement rapide des débris organiques par une chaleur extraordinairement étendue qui traverse les sédiments, offrant aux scientifiques une occasion unique de voir comment le pétrole se forme…

On pense que le pétrole se forme habituellement sur des millions d’années alors que dans ce cas, le processus se déroule probablement sur des milliers d’années…

L’activité consiste non seulement à fabriquer du pétrole à une vitesse relativement élevée, mais aussi, par application de chaleur volcanique, à la décomposer en composants de l’essence et d’autres produits pétroliers comme dans une raffinerie5.

En conséquence, la découverte du pétrole produit par voie hydrothermale au fond de l’océan dans le bassin de Guaymas du golfe de Californie soutient de manière cruciale les scientifiques créationnistes et les géologues diluviens, qui affirment que les sources du grand abîme mentionnées dans le livre de la Genèse consistait probablement en de vastes bouleversements volcaniques qui ouvrirent la croûte terrestre, pulvérisèrent de la roche, ensuite dispersée sous forme de débris volcaniques et expulsant des laves, des gaz, des liquides chauds et principalement de l’eau.

En effet, la majeure partie des produits volcaniques aurait produit de l’eau surchauffée, similaire aux fluides hydrothermaux trouvés dans le bassin de Guaymas.

Le registre géologique contient de nombreuses couches de laves volcaniques et de cendres entre d’autres couches sédimentaires, dont beaucoup contiennent de la matière organique.

Ainsi, ce modèle de production hydrothermale de pétrole, s’appliquant durant l’année du déluge, est un processus plus que réaliste pour expliquer les gisements de pétrole et de gaz d’aujourd’hui.


Lire un autre article :

Belschatzar était-il le fils de Nebucadnetsar ou de Nabonide ? Daniel a-t-il commis une erreur ?

La Bible n’a certainement pas commis d’erreur quand elle parle de Nebucadnetsar/Nabuchodonosor comme étant le père de Belschatzar/Balthazar même si en réalité le père de ce dernier était Nabonide. Avant d’en présenter les explications, rappelons que seul le Livre de Daniel avait consigné l’existence de Belschatzar quand les anciens historiens étaient tous passés à côté6Dougherty,…

Continuer à lire

Apocalypse 11 – Les Deux Témoins – Explication

Il y a beaucoup de prophéties bibliques avec lesquelles les chrétiens sont familiers. Certaines d’entre-elles sont le sujet de grands débats. Nous allons explorer dans cet article les deux témoins d’Apocalypse 11. Qui sont donc ces deux personnages ? L’identification des deux témoins d’Apocalypse 11 est certainement à ranger dans le carcan des prophéties difficiles….

Continuer à lire

L’archéologie atteste-t-elle les Dix Plaies d’Egypte du Récit de l’Exode ?

Le récit célèbre des 10 plaies d’Égypte fait partie intégrante du récit de l’exode. L’archéologie et l’histoire sont-elles en mesure de soutenir ce récit ? Il y a un document égyptien qui présente des ressemblances extraordinaires avec le récit biblique des 10 plaies7Erman, A., Ipuwer Papyrus, Leiden Museum, quoted from The Ancient Egyptians, a source…

Continuer à lire

Le Carbone 14 dans les Diamants, le Charbon, les Fossiles et les Dinosaures

La datation au carbone 14 révèle de grandes vérités sur notre monde. Par son impossibilité à dater des objets vieux de millions d’années, elles nous indiquent que nombre de ces objets, supposément vieux de centaines de millions d’années ou de milliards, n’ont en effet que quelques milliers d’années. Y-a-t-il du carbone 14 dans les fossiles…

Continuer à lire

La Sélection Naturelle et les Mutations Génétiques sont-elles « moteurs de l’Evolution » ?

On nous dit souvent dans les cours de biologie et dans les documentaires télévisés que la sélection naturelle est le moteur de l’évolution. L’évolution, ses principes et ses implications sont partout, à la télé, dans les livres, à l’école, au travail, etc… Mais la sélection naturelle et les mutations génétiques peuvent-elles réellement expliquer le développement…

Continuer à lire

Si Dieu existe, pourquoi ne le voit-on pas ?

Aussi bien hier, qu’aujourd’hui et demain et par ici ou par-là, la question du Dieu qui n’est pas visible persiste. Tout le monde se débat avec le sentiment que Dieu est introuvable. Parfois, nos prières ne semblent tout simplement pas «dépasser le plafond». Nous nous demandons pourquoi Dieu ne se présente pas d’une manière si…

Continuer à lire


Références :

  1. R. Hayatsu, R. L. McBeth, R. G. Scott, R. E. Botto, and R. E. Winans, “Artificial Coalification Study: Preparations and Characterization of Synthetic Macerals,” Organic Geochemistry 6 (1984): 463–471
  2. D. Saxby, P. Chatfield, G. H. Taylor, J. D. FitzGerald, I. R. Kaplan and S. T. Lu, “Effect of Clay Minerals on Products from Coal Maturation,” Organic Geochemistry 18, no. 3 (1992): 373–383.
  3. W. H. Orem, S. G. Neuzil, H. E. Lerch, and C. B. Cecil, “Experimental Early-stage Coalification of a Peat Sample and a Petrified Wood Sample from Indonesia,” Organic Geochemistry 24.2 (1996): 111–125.
  4. Saxby et al., ref. 2, p. 80. ; https://creation.com/how-fast-can-oil-form
  5. Simonelt, B.R.T. and Lonsdale, P.F., 1982. hydrothermal petroleum in mineralized mounds at the seabed of Guaymas Basin. Nature, vol. 295, pp. 198–212.

A lire également