Top 10 des découvertes liées au Livre des Juges

Partager l’article

Le livre des Juges enregistre en grande partie les débuts de l’histoire d’Israël en Canaan après les premières victoires de la Conquête. Elle a été qualifiée de « période intermédiaire » dans l’histoire d’Israël, une période de désunion après la direction unifiée de Moïse et de Josué.

La colonisation du pays de Canaan par les Israélites a été lente et parfois inefficace. De nombreuses tribus n’ont pas réussi à prendre possession des territoires qui leur étaient attribués. Ils ont en conséquent continué de vivre aux cotés des Cananéens. Enfin, le livre enregistre les cycles continus de désobéissance, d’oppression, de repentance et de délivrance alors que Dieu suscitait des juges pour libérer les Israélites.

Certains ont suggéré que le livre des Juges ne représente pas de l’histoire authentique. Israel Finkelstein, par exemple, déclare : « L’image émouvante de la Bible sur les juges israélites justes – aussi puissante et convaincante soit-elle – n’a que très peu à voir avec ce qui s’est réellement passé dans la région montagneuse de Canaan au début de l’âge du fer. »1 En revanche, Kenneth Kitchen a analysé le texte biblique et les preuves archéologiques, concluant que les livres de Josué et des Juges sont basés in realia : raids et colonisation lente, avec de nombreuses caractéristiques accessoires qui appartiennent à cette période… Aucune des caractéristiques susmentionnées ne pourrait être simplement inventée sans précédent au VIIe siècle ou plus tard. »2

Voici les dix principales découvertes liées au livre des Juges. Chacune affirme des détails du livre, suggérant qu’il reflète fidèlement la situation à la fin du bronze et au début de l’âge du fer à Canaan.

Bible, Prophétie, Archéologie et Science

Découvrez les études thématiques de QQLV (pdf ou version imprimée) et des contenus édifiants afin d’explorer le modèle biblique, de renforcer votre foi et de découvrir la magnificence du Créateur et ses plans pour l’humanité!

Cet article a été écrit par le Pasteur Bryan Windle de Bible Archeology Report qui m’a autorisé à le traduire et à le restituer sur questcequelaverite.com au bénéfice de la communauté francophone.

10.Les tablettes d’Amarna

Juges 1 : 8

Les fils de Juda attaquèrent Jérusalem et la prirent, ils la frappèrent du tranchant de l’épée et mirent le feu à la ville.

Le livre des Juges commence en fait par une continuation de la Conquête enregistrant des victoires sur diverses villes, telles que Jérusalem (1:8), Hébron (1:10), Kiriath-sepher (1:11), Gaza, Ashkelon et Ekron ( 1:18). D’autres attaques sont impliquées dans lesquelles les Israélites n’ont pas été en mesure de chasser le peuple, comme avec les Amoréens qui « ont repoussé le peuple de Dan dans la montagne » (1:34).

La description biblique de cette période mouvementée au pays de Canaan se reflète dans les tablettes d’Amarna, un recueil de correspondance diplomatique avec l’Égypte des règnes d’Amenhotep III et d’Akhenaton. Découvertes à el-Amarna, certaines de ces tablettes sont des lettres de cités-états cananéennes qui étaient sous contrôle égyptien à l’époque.3 Dans ces lettres, les dirigeants des cités-états cananéennes écrivent au pharaon pour lui demander de l’aide contre les habiru/apiru qui les attaquent. Habiru était utilisé dans les écrits anciens comme un terme sociologique pour les «nomades en maraude» ou «bandes de brigands». 4 Les dirigeants cananéens auraient considéré les Israélites comme des habiru, bien que toutes les mentions d’habiru dans les lettres d’Amarna ne se réfèrent pas aux Hébreux, celles qui font référence aux habiru dans les hauts plateaux du centre, où les Israélites se sont initialement installés, sont probablement en lien avec eux.5

Bryant Wood explique : « Le thème le plus frappant des lettres est que les apiru [habiru] prenaient le contrôle des hautes terres de Canaan. Le roi de Guézer a écrit : « Que le roi, mon seigneur, sauve son pays du pouvoir des apiru » (EA271). Il évoque également la supériorité des forces apiru (EA299, cf. EA305). Le roi de Jérusalem était particulièrement affligé. Il a dit, ‘la guerre contre moi est sévère… apiru a pillé toutes les terres du roi… s’il n’y a pas d’archers, les terres du roi sont perdues’ (EA286), « Milkilu et… les fils de Lab’ayu… ont donné la terre du roi aux ‘apiru’ (EA 287), ‘la terre du roi est perdue… les apiru ont pris les villes mêmes du roi’ (EA288), et ‘la terre du roi a été abandonnée aux ‘apiru’ (EA290).' »6

Amarna Lettre EA288, d’Abdi-Heba, souverain de Jérusalem, avertissant pharaon que la terre a été perdue aux apiru. Photo : Einsamer Schütze / Wikimedia Commons / CC BY-SA 3.0

Ces tablettes d’Amarna font probablement référence aux attaques des Israélites, qui ont motivé les chefs des cités-États cananéennes à écrire au roi égyptien pour une assistance militaire. Fait intéressant, les tablettes d’Amarna semblent indiquer que l’Égypte n’a jamais envoyé d’aide, ce qui aurait du sens si toute leur armée du nord avait récemment péri dans la mer Rouge.

9.La tablette de Jabin

Juges 4 : 23

En ce jour, Dieu humilia Jabin, roi de Canaan, devant les enfants d’Israël.

Une coalition de tribus israélites sous la direction de Deborah et Barak a vaincu Jabin, qui régnait à Hazor (Jdg 4:2). Il est intéressant de noter qu’il s’agit du deuxième roi de Hazor nommé Jabin ; Josué et les Israélites ont conquis un « Jabin, roi de Hazor » près de 150 ans plus tôt pendant la période de la Conquête (Josué 11:1-11).

Une tablette cunéiforme de Hazor, adressée au roi Jabin. Crédit photo : ministère israélien des Affaires étrangères

Une tablette cunéiforme adressée à Jabin, roi de Hazor a été découverte à Hazor lors de fouilles en 1992; elle date des XVIIe-XVIIIe siècles av. J.-C.7 Une deuxième référence à Jabin-Adad, roi de Hazor est connue des Textes Mari au XVIIIe siècle.8 Lorsque l’on combine ces découvertes avec les références bibliques, il semble que plusieurs rois qui ont régné à Hazor aient été nommés Jabin sur une période d’environ 400 ans. Deux explications ont été suggérées pour expliquer cela : il pourrait s’agir d’un titre dynastique, avec « Jabin, roi de Hazor », semblable à « Pharaon, roi d’Égypte » (Ex. 6 : 11), ou il pourrait s’agir d’un nom dynastique, un peu comme les 11 pharaons nommés Ramsès qui ont gouverné l’Égypte sur une période de 200 ans.

De plus, tout comme Jabin était connu comme le « Roi de Hazor » (Juges 4:17) et « Roi de Canaan » (Juges 4:23, 24), il existe de nombreux exemples anciens de rois détenant plusieurs titres simultanément, comme certains pharaons des Périodes Intermédiaires qui régnaient sur une zone restreinte de l’Égypte, mais prétendaient être « roi du sud et du nord de l’Égypte ».9

Il est clair que l’auteur du livre des Juges connaissait le titre correct pour le roi de Hazor.

8.Destruction des villes – Hazor, Sichem et Guibea

Juges 4 : 23

Et la main des enfants d’Israël s’appesantit de plus en plus sur Jabin, roi de Canaan, jusqu’à ce qu’ils eussent exterminé Jabin, roi de Canaan.

Juges 9 : 45

Abimélec attaqua la ville pendant toute la journée; il s’en empara, et tua le peuple qui s’y trouvait. Puis il rasa la ville, et y sema du sel.

Juges 20 : 37

Les gens en embuscade se jetèrent promptement sur Guibea, ils se portèrent en avant et frappèrent toute la ville du tranchant de l’épée.

Si l’auteur du livre des Juges enregistre une histoire authentique, on s’attendrait à trouver des preuves de la destruction des Israélites dans certaines des villes qu’ils ont conquises.

Le récit de la défaite de Jabin, roi de Hazor, déclare que les Israélites « ont détruit Jabin, roi de Canaan « . (Juges 4:24). Comme le note Bryant Wood, « la destruction du roi implique la destruction de sa ville ».10 Yigal Yadin et Amnon Ben-Tor, tous deux excavateurs en chef à Hazor, ont découvert des preuves de la destruction de la dernière ville cananéenne par un énorme incendie au XIIIe siècle av. (Bronze tardif IIB/III).11 Ceci s’ajoute à une couche de destruction antérieure du XVe siècle qui est probablement le résultat de la conquête de Josué (Josué 11: 10-11).12 Fait intéressant, les archéologues ont découvert des statues de divinités et de dignitaires dont la tête et les mains ont été intentionnellement brisées. Cela pourrait être le résultat de l’exécution par les Israélites des instructions de Moïse de « couper les idoles de leurs dieux » (Dt. 12:3).13

Des pithoi brisés et des poutres brûlées ont été découverts lors de la destruction du palais de Hazor au XIIIe siècle avant JC. Photo : Avec l’aimable autorisation d’Amnon Ben-Tor / The Selz Foundation Hazor Excavations in Memory of Yigael Yadin and The Israel Exploration Society / http://www.hazor-excavations.org/tel-hazor-2017/

Sichem n’a pas été détruite pendant la Conquête, mais Abimélek « a rasé la ville » pendant la période des Juges. Les fouilles à Sichem ont révélé que la ville de l’âge du fer I a subi une violente destruction. Lawrence Toombs, l’un des excavateurs, a résumé : « Beaucoup de bâtiments dans les Champs VII et IX montrent des traces de destruction par le feu… Les tas de débris recouvrant la ville de Fer I sont des témoins silencieux de l’intégralité de la vengeance d’Abimélec.« 14

Une vieille photo Ancienne Guibea/Tell el-Ful. Photo : www.LifeintheHolyLand.com

De même à Tell el-Ful, identifié comme l’ancienne Guibea, les traces d’un village de l’âge du fer qui avait été détruit ont été mises au jour par W.F. Albright. Une opération de sauvetage en 1964, dirigée par Paul Lapp, a déterminé que la première occupation était datée de 1200-1150 avant JC, suivie d’une période d’abandon qui a duré un peu plus d’un siècle, ce qui serait attendu si le site avait été détruit.15 Les couches de destruction découvertes lors des fouilles à Hazor, Sichem et Guibea qui datent de la période des Juges sont cohérentes avec les détails du texte biblique.

7. Migration du peuple de Dan et destruction de Laïs

Juges 18 : 27

Ils enlevèrent ainsi ce qu’avait fait Mica et emmenèrent le prêtre qui était à son service, et ils tombèrent sur Laïs, sur un peuple tranquille et en sécurité; ils le passèrent au fil de l’épée, et ils brûlèrent la ville.

La tribu de Dan s’est vu attribuer à l’origine une parcelle de terre à l’ouest de Jérusalem jusqu’à la côte de la Méditerranée (Josué 19:40-46 ; voir aussi la référence à Dan restant près des navires dans Jdg 5:17). À un moment donné, ils ont perdu leur territoire (Josué 19:47), probablement lorsque les Philistins se sont installés sur le plan côtier du sud-ouest (vers 1177 av. J.-C.). Après cela, la tribu, ou une partie de celle-ci, s’est déplacée vers le nord et a conquis la ville de Laish/Leshem, la reconstruisant et la renommant Dan, d’après leur ancêtre (Josué 19:47).

Tel Dan [ancien Laish] du sud-est. Photo : Ferrell Jenkins / BiblePlaces.com

Laish/Leshem/Dan a été identifié comme Tell el-Qadi, plus connu sous le nom de Tel Dan ; elle est située à 40 km au nord de la mer de Galilée au pied du mont Hermon. «Des fouilles depuis 1966 sous la direction d’Avraham Biran ont révélé une culture prospère de l’âge du bronze tardif, Str. VII, détruit par un incendie au début du XIIe siècle av. Cela semble être la ville incendiée par les Danites (Juges 18:27). »16 De plus, les fouilles ont révélé un changement radical entre la somptueuse ville urbaine de l’âge du bronze tardif et la simple culture matérielle du fer I. Il semble que la population précédente ait été remplacée par un groupe semi-nomade, dont les fosses de peuplement et les jarres de stockage à col sont compatibles avec d’autres sites israélites.17

De plus, Kristen Davis note: «Alors que les artefacts de culte de l’âge du bronze tardif de Laish reflètent une population à orientation religieuse, l’âge du fer I à Dan manque clairement d’artefacts de culte… si Juges 18: 27-29 est correct et que la population conquérante de Laish était la tribu israélite de Dan, le manque des artefacts de culte est attendu, en raison de la nature du culte israélite.18

En termes simples, la preuve archéologique d’un changement distinct dans les groupes de personnes à Tel Dan est cohérente avec la description biblique de la migration des Danites et de leur conquête de Laish.

6.Le Palais d’Eglon à Jéricho

Juges 3 : 13-14

Églon réunit à lui les fils d’Ammon et les Amalécites, et il se mit en marche. Il battit Israël, et ils s’emparèrent de la ville des palmiers. Et les enfants d’Israël furent asservis dix-huit ans à Églon, roi de Moab.

Pendant la période des Juges, Eglon a construit un palais d’été (Juges 3:20) à la « ville des palmiers », un autre terme pour la ville de Jéricho (Deut. 34:3 ; 2 Chr. 28:15). C’est ici qu’Éhud a rendu hommage à Eglon avant d’assassiner le roi Moabite (Jg 3:17-22).

Dans les années 1930, John Garstang a mené des fouilles à Jéricho et a mis au jour une structure qu’il a identifiée comme étant le palais d’Eglon.19 Le bâtiment du milieu, comme il l’appelait, a été construit sur Spring Hill, stratifié entre le palais de l’âge du fer au-dessus et les réserves de l’ancien palais en dessous.20 Bien qu’il ne soit pas aussi grand que les autres palais, il occupait néanmoins la position privilégiée dans la ville et était la résidence d’un privilégié. Bryant Wood note: « Une abondance de poterie importée et une tablette d’argile inscrite attestent d’un occupant aisé impliqué dans des activités administratives. »21 Si l’interprétation de Garstang est correcte, alors le bâtiment du milieu est probablement le palais d’Eglon et le site de son assassinat par Éhud.

Le « bâtiment du milieu », fouillé en 1933 par John Garstang à Jéricho. Photo : Associates for Biblical Research

5.Les Philistins sur les reliefs de bataille de Ramsès III

Juges 13 : 1

Les enfants d’Israël firent encore ce qui déplaît à l’Éternel; et l’Éternel les livra entre les mains des Philistins, pendant quarante ans.

La Bible semble utiliser le terme «Philistin» pour désigner les habitants de la mer Égée de la région de Crète à n’importe quelle période.22 Bien qu’il y ait quelques références aux Philistins dans le livre de la Genèse qui se réfèrent probablement à une première vague de personnes égéennes qui se sont installées dans la région (comme les Caphtorites dans Deut. 2:23), les principales références aux Philistins dans la Bible sont à ceux qui étaient les ennemis fréquents du peuple d’Israël (et de Juda) pendant l’âge du fer.

Un soulagement des captifs philistins vaincus par Ramsès III de Médinet Habou. Photo : Rémih / Wikimedia Commons / GFDL

Aren Maeir, directeur des fouilles sur le site de la ville philistine de Gath, explique : « Ils sont identifiés à un ou plusieurs groupes culturels que l’on voit dans les archives archéologiques de l’âge du fer (vers 1200-600 avant notre ère) dans le sud du pays, région des plaines côtières d’Israël/Canaan/Palestine, en particulier sur les grands sites d’Ashdod, Ashkelon, Ekron et Gath.23 Le pharaon égyptien Ramsès III a vaincu une coalition de «peuples de la mer» qui comprenait des Philistins au début de son règne (vers 1177 av. J.-C.). Il a laissé une trace de sa victoire dans un relief sur le mur nord-est de son temple mortuaire à Médinet Habou. Ramsès III prétend avoir arrêté les Peuples de la Mer à la frontière et les avoir forcés à s’installer ailleurs. Les Philistins ont fini par s’installer sur la côte sud de Canaan, juste à côté du peuple d’Israël.

Le moment de cette défaite et de l’installation des Philistins correspond à la chronologie biblique du moment où nous commençons à les voir comme les ennemis d’Israël dans le livre des Juges.

4.Les temples philistins à deux piliers

Juges 16 : 29-30

Et Samson embrassa les deux colonnes du milieu sur lesquelles reposait la maison, et il s’appuya contre elles; l’une était à sa droite, et l’autre à sa gauche.

Samson dit: Que je meure avec les Philistins! Il se pencha fortement, et la maison tomba sur les princes et sur tout le peuple qui y était. Ceux qu’il fit périr à sa mort furent plus nombreux que ceux qu’il avait tués pendant sa vie.

Le livre des Juges décrit une conception de temple philistin unique avec deux piliers centraux soutenant la structure. Les fouilles ont mis au jour quatre temples philistins à ce jour qui correspondent à la description biblique avec deux piliers centraux. En 1972, un temple philistin a été découvert à Tel Qasile. Il se composait de deux parties principales, une antichambre et une salle principale, la structure mesurant 7.9m de large sur 14.3m de long. Dans le hall principal, deux bases rondes en pierre ont été trouvées sur lesquelles auraient reposé des piliers en bois qui soutenaient le toit.24

Deux autres temples philistins découverts à Tel Miqne (ancien Ekron), qui ont la même conception : une antichambre et une salle principale avec son toit soutenu par deux piliers centraux en bois sur des bases en pierre placées le long de l’axe central.25 Un quatrième temple philistin a été découvert par Aren Maeir et son équipe à Tell es-Safi/Gath, qui contenait également deux piliers centraux.26

Plus important encore, ces piliers sont généralement distants de 1.8 à 2.1m, ce qui permet à un homme de grande taille de les déloger des bases en pierre. Malheureusement, le temple philistin de Gaza n’a pas encore été découvert car une ville moderne se trouve au sommet des ruines antiques. Il est prudent de supposer qu’il suivrait probablement la disposition des autres temples philistins découverts.

Ce temple philistin à Tel Qasile a deux piliers centraux comme le temple philistin à Gaza que Samson a fait tomber dans Jdg 16:29-30. Photo : Oren Rozen / Wikimedia Commons / CC BY-SA 3.0

Le récit biblique de Samson faisant tomber le temple de Gaza est cohérent avec ce que l’on sait des temples philistins grâce à l’archéologie. Cela suggère que les récits ont été écrits par un témoin oculaire ou une personne vivant à cette époque qui connaissait la disposition des temples philistins, et non par un écrivain beaucoup plus tardif vivant à Babylone, comme le propose l’hypothèse documentaire (désormais dépassée).

3.L’Inscription de Jérubbaal

Juges 6 : 32

Et en ce jour l’on donna à Gédéon le nom de Jerubbaal, en disant: Que Baal plaide contre lui, puisqu’il a renversé son autel.

En 2019, une inscription proto-cananéenne écrite à l’encre sur un tesson de poterie a été découverte à Khirbet al-Ra’I. Alors qu’une partie seulement de l’inscription a survécu, cinq des lettres indiquent le nom personnel Yrb’l (Jerubba’al).27 Le tesson d’une cruche a été déterré dans un silo dans un niveau datant de la fin du XIIe ou du début du XIe siècle avant JC, à peu près à l’époque des Juges.

Cet ostracon de Khirbet er-Ra’I porte le nom de Jerubbaal, le même surnom donné au juge biblique Gédéon. Photo : Dafna Gazit / Autorité des antiquités d’Israël

Le nom Jerubbaal n’est jamais utilisé que pour une seule personne dans la Bible : Gédéon. C’est la première fois qu’il est découvert dans un contexte archéologique. En raison de la rareté du nom et du fait que l’inscription date de la période des Juges, certains pensent qu’il s’agit d’une référence au juge biblique, Gédéon. Il serait sage, cependant, d’être prudent avant d’établir de telles connexions ; il est impossible de savoir avec certitude si cette inscription fait référence au juge biblique sans plus d’informations (c’est-à-dire le nom, le titre ou l’épithète du père).

Pourtant, cette découverte est significative en ce qu’elle affirme que le nom Jerubbaal a été utilisé à l’époque décrite par la Bible. Encore une fois, c’est une preuve supplémentaire que le livre des Juges a été composé à partir de matériel datant de l’époque des événements et non inventé à une date beaucoup plus tardive.

2.La Tour de Sichem (alias la Maison d’el-Berith)

Juges 9 : 46

A cette nouvelle, tous les habitants de la tour de Sichem se rendirent dans la forteresse de la maison du dieu Berith.

Les vestiges de l’ancien temple de la forteresse de Sichem (structure rectangulaire au centre avec une cour arrondie vers le haut). Photo : Bill Schlegel / BiblePlaces.com

La « Maison d’El-berith » (littéralement, le « Temple du Seigneur de l’Alliance ») a été identifiée avec un temple-forteresse découvert sur l’acropole de Sichem. Il a été découvert à l’origine en 1926 par Ernst Sellin, mais a été plus complètement fouillé entre 1956 et 1973 par l’expédition Drew-McCormick, dirigée par G. Ernest Wright du McCormick Theological Seminary et Robert Bull de l’Université Drew. Ils ont identifié la structure détruite par Abimélec avec un temple plus petit (Temple 2) qui avait été construit au sommet du temple de la forteresse massive antérieure (Temple 1). Lawrence E. Stager a réanalysé leur travail et pense que les deux murs « errants », qui formaient le « Temple 2 » de Wright et Drew, faisaient en fait partie d’une structure ultérieure appelée « Granary ». Ainsi, il n’y a eu qu’un seul temple-forteresse, en activité pendant 500 ans (du XVIIe siècle av. J.-C. au XIIe siècle av. J.-C.).28

La maison d’El-berith (le temple de la forteresse) est l’une des plus grandes jamais découvertes à Canaan, mesurant 21 m sur 26 m, avec des fondations de 5 m d’épaisseur. 29Devant le temple se trouvait une cour qui contenait un autel et une massabah géante en calcaire (pierre sacrée), qui pourrait avoir été le pilier où Abimélec a été déclaré roi (Jdg 9:6).30

Cette structure est presque certainement le site des événements de Juges 9:46-49.

1.Stèle de Merenptah

Juges 2 : 6

Josué renvoya le peuple, et les enfants d’Israël allèrent chacun dans son héritage pour prendre possession du pays.

Un buste en granit de Merneptah. Photo : A.D. Riddle/BiblePlaces.com

Env. 1208 av. J.-C. le pharaon égyptien Merenptah envahit le pays de Canaan. À son retour, il érigea un monument de la victoire de 3 mètres de haut (une stèle) dans le temple de Thèbes, se vantant de ses conquêtes. La stèle de Merneptah contient l’affirmation suivante : « est détruit, sa semence même n’est plus.; Hourrou (la Syrie) est devenue une veuve pour l’Égypte.31 La campagne de Merenptah s’est déroulée pendant la période des Juges et il y a un certain nombre d’éléments intéressants dans sa stèle de victoire. Tout d’abord, Israël est répertorié avec des villes de Canaan, telles qu’Ashkelon et Gezer. Le nom d’Israël, cependant, est le seul suivi du symbole hiéroglyphique qui désigne un peuple plutôt qu’une entité politique.32 Ceci, ainsi que la structure de l’inscription, indiquent que l’Égypte considérait Israël comme un groupe ethnique ou social sans frontières fixes dans le pays de Canaan et qu’il était suffisamment puissant pour être mentionné avec les principales cités-États de la région.33

De plus, Israël est présenté en parallèle avec Hurru (Canaan) : puisque la semence d’Israël n’est plus, tout Canaan est considéré comme devenu veuve. L’implication est que l’Égypte considérait Israël comme le groupe populaire le plus puissant de Canaan pendant cette période.34

La stèle de Merneptah traite principalement de sa victoire sur les Libyens ; seules les trois dernières lignes traitent de sa campagne en Canaan. Ceci, ajouté au fait qu’il prétend seulement avoir conquis Ashkelon, Gezer, Yanoam et Israël, implique une incursion limitée. Merenptah n’a certainement pas anéanti Israël, comme l’histoire le démontre. Pourtant, la stèle de Merenptah est importante, car elle établit qu’Israël était déjà établi en tant que groupe de peuple important dans le pays de Canaan au 13ème siècle avant JC, comme décrit dans le livre des Juges.

Conclusion

Malgré la nature incomplète des archives archéologiques et le manque général d’inscriptions de toute nature de cette période au Levant, ces dix découvertes indiquent que les éléments du livre des Juges sont basés sur la réalité et non sur de la fantaisie. Le ou les auteurs de ce livre connaissaient bien la terre et le milieu culturel de Canaan pendant la période des Juges.

Bien qu’il ne s’agisse pas de la « preuve implacable » que beaucoup recherchent (de façon irréaliste, étant donné les limites de l’archéologie), ces découvertes peuvent conduire à conclure raisonnablement que le livre des Juges contient un récit historique authentique.


Références:

  1. Israel Finkelstein and Neil Asher Silberman, The Bible Unearthed. (New York: The Free Press, 2001), 122.
  2. K. A. Kitchen, On The Reliability of the Old Testament. (Grand Rapids: Wm. B. Eerdmans Publishing Co., 2006), 239.
  3. William L. Moran, The Amarna Letters. (Baltimore: The John Hopkins University Press, 1992), XXVI.
  4. “Bands of Brigands” is a description for the Habiru that archaeologist Gary Byers prefers. Personal communication. Nov. 8, 2021.
  5. S. Douglas Waterhouse, “Who are the Habiru of the Amarna Letters?” Journal of the Adventist Theological Society, 12/1 (2001): 31..
  6. Bryant G. Wood, “From Ramesses to Shiloh: Archaeological Discoveries Bearing on the Exodus-Judges Period.” Associates for Biblical Research. April 2, 2008. https://biblearchaeology.org/research/chronological-categories/exodus-era/2403-from-ramesses-to-shiloh-archaeological-discoveries-bearing-on-the-exodusjudges-period (Accessed May 30, 2022).
  7. « Rapport d’excavation – Tel Hazor – 1992, » Hazor-Excavations.org. http://www.hazor-excavations.org/excavations-reports/tel-hazor-1992/ (consulté le 16 avril 2019).
  8. Kenneth A. Kitchen, On the Reliability of the Old Testament (Grand Rapids: Eerdmans, 2003), 175.
  9. Ibid, 213.
  10. Bryant G. Wood, “From Ramesses to Shiloh: Archaeological Discoveries Bearing on the Exodus-Judges Period.” Associates for Biblical Research. April 2, 2008. https://biblearchaeology.org/research/chronological-categories/exodus-era/2403-from-ramesses-to-shiloh-archaeological-discoveries-bearing-on-the-exodusjudges-period (Accessed May 30, 2022).
  11. Amnon Ben-Tor, “Who Destroyed Canaanite Hazor?” BAR 39:4 (July/August 2018), 28-30.
  12. Bryan Windle, “Biblical Sites: Three Destructions at Hazor.” Bible Archaeology Report. https://biblearchaeologyreport.com/2019/05/03/biblical-sites-three-discoveries-at-hazor/ (Accessed May 30, 2022).
  13. “Deborah and Barak and the Destruction of Hazor,”NIV Archaeological Study Bible (ed. Walter C. Kaiser Jr and Duane Garrett; Grand Rapids: Zondervan, 2005), 351.
  14. Lawrence E. Toombs, “Shechem.” In The Anchor Bible Dictionary, ed. D.N. Freedman. (New York: Doubleday, 1992), 8098.
  15. “Gibeah,” NIV Archaeological Study Bible (ed. Walter C. Kaiser Jr and Duane Garrett; Grand Rapids: Zondervan, 2005), 380.
  16. Bryant G. Wood, “From Ramesses to Shiloh: Archaeological Discoveries Bearing on the Exodus-Judges Period.” Associates for Biblical Research. April 2, 2008. https://biblearchaeology.org/research/chronological-categories/exodus-era/2403-from-ramesses-to-shiloh-archaeological-discoveries-bearing-on-the-exodusjudges-period (Accessed May 30, 2022).
  17. Kristen Davis, “Cult Worship at Tel Dan,” Bible and Spade, (29:2 Spring/Summer 2016), 67.
  18. Ibid, 67.
  19. John Garstang and J.B.E. Garstang, The Story of Jericho. (London: Marshall, Morgan & Scott, Ltd.), 124.
  20. Ibid, 178.
  21. Bryant Wood, “Let the Evidence Speak.” Associates for Biblical Research. March 28, 2007. https://biblearchaeology.org/research/chronological-categories/conquest-of-canaan/4137-let-the-evidence-speak (Accessed May 23, 2022).
  22. Bryant G. Wood, “The Genesis Philistines.” Associates for Biblical Research. May 31, 2006. https://biblearchaeology.org/research/chronological-categories/patriarchal-era/3640-the-genesis-philistines (Accessed May 27, 2022).
  23. Bryan Windle, “Discussions with the Diggers: An Interview with Dr. Aren Maeir.” Jan. 7, 2022. https://biblearchaeologyreport.com/2022/01/07/discussions-with-the-diggers-an-interview-with-dr-aren-maeir/ (Accessed May 27, 2022).
  24. Bryant G. Wood, “Samson and the House of Dagon.” Bible and Spade. Vol. 3, No. 2 (Spring 1974), 51.
  25. Randall Price and H. Wayne House, Zondervan Handbook of Biblical Archaeology (Grand Rapids: Zondervan, 2017), 113.
  26. Aren Maeir, “View of Philistine temple and ‘Amos’ earthquake.” July 28, 2010. https://gath.wordpress.com/2010/07/28/view-of-philistine-temple-and-amos-earthquake/ (Accessed May 26, 2022).
  27. Christopher Rollston, Yosef Garfinkel, Kyle H. Keimer, Gillan Davis, and Saar Ganor, “The Jerubba‘al Inscription from Khirbet al-Ra‘i: A Proto-Canaanite (Early Alphabetic) Inscription.” Jerusalem Journal of Archaeology 2: 8. Online: https://jjar.huji.ac.il/sites/default/files/jjar/files/rollston_et_al._2021_jjar_2_1-15.pdf (Accessed May 23, 2022).
  28. Lawrence E. Stager, “The Shechem Temple: Where Abimelech Massacred a Thousand.” Biblical Archaeological Review. 29:4 (July/August 2003), 31.
  29. “Abimelech at Shechem,”  NIV Archaeological Study Bible (ed. Walter C. Kaiser Jr and Duane Garrett; Grand Rapids: Zondervan, 2005), 363.
  30. Bryant G. Wood, “Abimelech at Shechem,” Bible and Spade (Spring 2005). Online: https://biblearchaeology.org/research/chronological-categories/israel-in-the-era-of-the-judges/4042-abimelech-at-shechem (Accessed May 24, 2022).
  31. Gary Byers, “Great Discoveries in Biblical Archaeology: The Merneptah Stele.” Associates for Biblical Research. March 15, 2006. https://biblearchaeology.org/research/chronological-categories/conquest-of-canaan/4024-great-discoveries-in-biblical-archaeology-the-merenptah-stela (Accessed May 30, 2022).
  32. Luke Chandler, “Israel in Archaeology: The Merneptah Inscription.” Feb. 12, 2016. https://lukechandler.wordpress.com/2016/02/12/israel-in-archaeology-the-merneptah-inscription/ (Accessed May 30, 2022).
  33. Michael G. Hasel, “Israel in the Merneptah Stela.” Bulletin of the American Schools of Oriental Research, no. 296 (1994): 45–61.
  34. Bryant G. Wood, “From Ramesses to Shiloh: Archaeological Discoveries Bearing on the Exodus-Judges Period.” Associates for Biblical Research. April 2, 2008. https://biblearchaeology.org/research/chronological-categories/exodus-era/2403-from-ramesses-to-shiloh-archaeological-discoveries-bearing-on-the-exodusjudges-period (Accessed May 30, 2022).

Inscrivez-vous pour accéder à la bibliothèque en ligne de QQLV!

Accédez à toute la Bibliothèque et à une barre de recherche qui mènent à du contenu biblique fascinant sous formes d’articles et de podcasts sur les trois thèmes que sont la science, l’archéologie et la théologie.

De nouveaux contenus sont ajoutés régulièrement ce qui vous permet de suivre l’actualité scientifique, archéologique et prophétique en lien avec la Parole de Dieu mais aussi d’approfondir ou de revoir certaines doctrines bibliques!

Recevez du contenu par email

Recevez régulièrement du contenu biblique, archéologique et scientifique dans votre boîte mail!

Voir la politique de confidentialité

Vous aurez l’occasion de vous désabonner à tout moment à l’aide d’un lien dans les emails!