Archéologie de Babylone et de Jérémie et Daniel

Connaissez-vous Nebo-Sarsekim ? Nebo qui ? Vous voulez dire que vous ne vous souvenez pas de Nebo-Sarsekim ? Pas étonnant, car si vous consultez votre Bible, vous constaterez qu’il n’est mentionné qu’une seule fois dans l’Ancien Testament. Nébo-Sarsekim était un haut fonctionnaire babylonien nommé dans Jérémie 39: 3. Il y a vraiment des éléments archéologiques qui argumentent en faveur de l’authenticité de Daniel et de Jéremie, notamment quand il s’agit de Babylone.

La mention de Nebo-Sarsekim dans la Bible est un autre exemple d’un « fait insignifiant » qui démontre l’exactitude historique et la nature de “témoin oculaire” du récit biblique.

La tablette de Nebo-Sarsekim

C’était le neuvième jour du quatrième mois de la onzième année du règne de Sédécias (Jr 39: 2), c’est-à-dire le 18 juillet 587 av.J.C. L’endroit était Jérusalem. L’événement a été la chute de Jérusalem et du royaume méridional de Juda aux mains des Babyloniens sous Nabuchodonosor après un siège de deux ans et demi, une période très triste dans l’histoire du peuple de Dieu.

Après la percée du mur de la ville, tous les fonctionnaires du roi de Babylone sont venus et ont pris place à la porte du milieu: Nergal-Sharezer de Samgar, Nebo-Sarsekim un officier en chef, Nergal-Sharezer un haut fonctionnaire et tous les autres fonctionnaires du roi de Babylone (Jr 39: 3).

La tablette mentionnant Nebo-Sarsekim a été trouvée à Sippar, une ancienne ville babylonienne à 32 km au sud-ouest de Bagdad moderne et à 57 km au nord de Babylone. À la fin du XIXe siècle, des dizaines de milliers de tablettes cunéiformes ont été récupérées sur le site et apportées au British Museum (Gasche et Janssen 1997).

Plus tard, en 1920, la tablette Nebo-Sarsekim, d’une largeur de seulement 5,5 cm, provenant du même site, a été acquise par le musée.

Michael Jursa, professeur associé à l’Université de Vienne, a fait la découverte. Depuis 1991, il passe au crible les quelque 130 000 tablettes inscrites au British Museum pour dénicher des données sur les fonctionnaires babyloniens. Le 5 juillet 2007 il a fait la découverte de sa vie vie en découvrant le nom biblique (Reynolds 2007).

La tablette est si bien conservée qu’il ne lui a fallu que quelques minutes pour la déchiffrer (Alberge 2007). C’était un reçu banal reconnaissant le paiement par Nebo-Sarsekim de 0,75 kg d’or à un temple de Babylone. Datée de la dixième année de Nabuchodonosor (595 avant JC), huit ans avant la chute de Jérusalem, la tablette se lit dans son intégralité:

[Concernant] 1,5 minas [0,75 kg] d’or, propriété de Nabu-sharrussu-ukin, le chef eunuque, qu’il a envoyé via Arad-Banitu l’eunuque à [le temple] Esangila: Arad-Banitu l’a livré à Esangila. En présence de Bel-usat, fils d’Alpaya, le garde du corps royal, [et de] Nadin, fils de Marduk-zer-ibni, mois XI, jour 18, année 10 [de] Nebucadnetsar, roi de Babylone (Reynolds 2007).

Cette tablette fait écho au Nebu-Sarsekim biblique :

Jérémie 39 : 3

tous les chefs du roi de Babylone s’avancèrent, et occupèrent la porte du milieu: Nergal Scharetser, Samgar Nebu, Sarsekim, chef des eunuques, Nergal Scharetser, chef des mages, et tous les autres chefs du roi de Babylone.

Notons que les bibles françaises font souvent l’erreur de mettre une virgule entre Nebu et Sarsekim et qu’il ne lie pas comme il le faudrait Samgar à Nergal Scharetser dont nous allons également parler.

Apprécions ici l’incontestable nature de « témoin oculaire » de cette présentation biblique. Un récit rapporté des centaines d’années plus tard aurait certainement ignoré ce genre de détail.

Réfléchissant sur sa découverte, Jursa commenta :

«C’est très excitant et très surprenant. Trouver quelque chose telle que cette tablette, où nous voyons une personne nommée dans la Bible effectuer un paiement quotidien au temple de Babylone et citer la date exacte est plutôt extraordinaire »(Alberge 2007).

La chronique babylonienne

Ce n’est pas la première découverte archéologique relative à la chute de Jérusalem. Nebucadnetsar, roi de Babylone à l’époque et chef de la force d’invasion, nous est bien connu. Son palais a été fouillé à Babylone et nombre de ses archives ont été récupérées1.

La Chronique babylonienne concernant les années 605-595 avant JC, décrit la chute de Jérusalem à Nebucadnetsar en 597 avant JC, la soi-disant « deuxième déportation », la première étant en 605 avant JC lorsque Daniel et ses compagnons furent emmenés à Babylone. (Dan 1: 1-5). La tablette a été trouvée à Babylone et achetée par le British Museum au 19ème siècle. La section relative à la chute de Jérusalem se lit comme suit:

Année 7 [597 av. J.-C.] à Kislev, le roi de Babylonie [Nabuchodonosor] appela son armée et marcha vers Hattu [l’ouest]. Il établit son camp contre la ville de Juda et le deuxième Adar [16 mars], il prit la ville et captura le roi [Jojakin]. Il y nomma un roi de son choix [Sédécias], reçut un lourd tribut et retourna à Babylone2.

La Bible décrit les mêmes événements en détail. Lorsque Nabuchodonosor a assiégé et capturé Jérusalem en 597 avant JC, Jojakin était sur le trône. Il emmena Jojakin, la famille royale et les hommes importants du royaume à Babylone. Il a ensuite placé l’oncle de Jojakin, Mattaniah, sur le trône de Juda et changea son nom en Sédécias (2 Rois 24: 11-17).

Jojakin était un jeune homme de 18 ans lorsqu’il devint roi de Juda. Il ne régna que trois mois avant d’être emmené à Babylone, où il vécut le reste de ses jours (2 Rois 24: 8, 12, 15; 25: 27-30).

Quatre tablettes trouvées dans le palais de Nabuchodonosor mentionnent Jojakin et sa famille parmi ceux qui recevaient des rations du roi3.

Dans sa campagne contre Jérusalem en 589-587 av.J.-C., Nebucadnetsar a dévasté toutes les villes fortifiées de Juda. Pendant que Jérusalem était assiégée, Jérémie a remis un message au roi Sédécias concernant le sort qui l’attendait (Jér 34: 1-7). Le passage se termine par la déclaration que les seules villes fortifiées qui tenaient encore, en dehors de Jérusalem, étaient Lakis et Azekah (Jér 34: 7).

Un ensemble de 21 lettres trouvées sur le site de Lakish date de cette période. Il s’agit de communiqués militaires envoyés au commandant militaire à Lakish depuis un autre avant-poste. Les derniers mots de la Lettre 4 font écho à ceux de Jérémie 34: 7:

«nous observons les signaux [du feu] de Lakis… car nous ne pouvons pas voir Azekah»4.

Nergal Scharetser et Nebuzaradan : d’autres officiels mentionnés

Un autre fonctionnaire nommé dans Jérémie 39: 3 est également connu de sources cunéiformes sous le nom de Nergal-Sharezer. Jérémie 39: 13-14 poursuit en disant qu’il a joué un rôle déterminant dans la libération de Jérémie de la cour de la garde où il était détenu comme prisonnier.

Nergal-Sharezer était marié à la fille de Nabuchodonosor Kashshaia et devint plus tard roi de Babylone (559-556 avant JC), le Neriglissar des sources classiques5.

En plus de Nebo-Sarsekim, Nebucadnetsar et Nergal-Sharezer, le nom d’un autre officiel babylonien est apparu dans un texte babylonien. Son nom est Nebuzaradan. Il a joué un rôle important dans les événements de 587 av. Nebuzaradan était un haut fonctionnaire militaire, appelé «capitaine de la garde» dans le texte biblique, relevant peut-être directement de Nabuchodonosor.

Il était chargé de superviser l’incendie de la ville6, abattre les défenses7, déporter 832 captifs à Babylone8, piller le Temple9, et rassembler les fonctionnaires de Judée pour comparaître devant Nabuchodonosor10.

Nebucadnetsar a donné à Nebuzaradan des instructions spécifiques pour traiter avec bonté Jérémie (Jérémie 39: 11-12). Il relâcha Jérémie et lui donna le choix d’aller à Babylone ou de rester à Juda (Jér 40: 2-4). Jérémie a choisi de rester en Juda et a rejoint le chef de Judée nouvellement nommé Guedalia à Mizpah (Jr 39:14; 40: 5-6).

Cinq ans plus tard, Nebuzaradan est retourné à Jérusalem et a déporté 745 autres personnes à Babylone (Jér 52:30).

Un prisme d’argile trouvé dans le palais de Nabuchodonosor, datant d’environ 570 BC, contient une liste des fonctionnaires de la cour. Parmi eux se trouve Nebuzaradan, avec le titre de «chancelier» ou de «chef boulanger»11.

Recevez le magazine digital (pdf + audio)

“Science, Archéologie et Parole de Dieu”

Plus de 200 articles qui vont de la Création à la Résurrection !

Références :

  1. Wiseman 1985; Klengel-Brandt 1997: 252-54
  2. Millard 1997: 468
  3. Weidner 1939; Wiseman 1985: 81-82
  4. Pardee 2002: 80
  5. Wiseman 1985: 10-12; Leick 1999: 122
  6. 2 Rois 25: 8-9; Jr 39: 8a 52: 12-13
  7. 2 Rois 25:10; Jér 39: 8b 52:14
  8. 2 Rois 25:11; Jér 39: 9; 52:15, 29
  9. 2 Rois 25:15; Jér 52: 17-19
  10. 2 Rois 25: 18-21; Jér 52: 24-27
  11. Wiseman 1985: 73-75)

A lire également