Jésus a-t-il été crucifié un Vendredi, un Mercredi ou un Jeudi ?


Dans Matthieu 12:40, Jésus annonçait qu’il devait être enseveli «trois jours et trois nuits». En conséquence, la doctrine de la crucifixion qui se serait produite le vendredi est parfois remise en question par certains chrétiens.

Matthieu 12 : 40

Car, de même que Jonas fut trois jours et trois nuits dans le ventre d’un grand poisson, de même le Fils de l’homme sera trois jours et trois nuits dans le sein de la terre.

Certaines personnes enseignent alors :

  1. que ces 3 jours et 3 jours ne représentent pas une figure de style
  2. que Jésus a passé exactement 72 heures dans le tombeau
  3. que comme il a été mis au tombeau le soir, il a dû en sortir un soir également
  4. que tout cela nécessite une crucifixion le mercredi

L’expression “le troisième jour”

Notre salut ne dépend pas de la durée exacte du temps que Jésus a passé dans le tombeau. Les apôtres n’ont pas enseigné cela. Ils ont le plus souvent utilisé l’expression «le troisième jour», qui ne cherche pas à indiquer une précision horaire.

L’expression «le troisième jour» suggère généralement moins de 72 heures, et les apôtres, visiblement, n’étaient pas préoccupés par la durée exacte du séjour de Jésus dans la tombe.

Il ne s’agit pas de conclure que l’interprétation des 72 heures tirées de Matthieu 12:40 est la seule interprétation possible, ni même que c’est la «meilleure» interprétation.

En réalité pour les juifs le système de comptage était comme suit :

  • Aujourd’hui
  • Demain
  • Le troisième jour

Pour s’en assurer, il faut revenir à l’Ancien Testament :

Lévitique 19 : 6

Quand vous offrirez à l’Éternel un sacrifice d’actions de grâces, vous l’offrirez en sorte qu’il soit agréé.

La victime sera mangée le jour où vous la sacrifierez, ou le lendemain; ce qui restera jusqu’au troisième jour sera brûlé au feu.

Exode 19 : 10-11

Et l’Éternel dit à Moïse: Va vers le peuple; sanctifie-les aujourd’hui et demain, qu’ils lavent leurs vêtements.

Qu’ils soient prêts pour le troisième jour; car le troisième jour l’Éternel descendra, aux yeux de tout le peuple, sur la montagne de Sinaï.

L’idée n’est pas de compter des périodes de 24 heures, mais de nommer des jours successifs, y compris le jour d’une annonce, qui était compris comme le «premier jour». Vu sous cet angle, si Jésus avait été crucifié et enterré vendredi, il serait tout à fait logique que le dimanche soit considéré comme le «troisième jour».

Les deux passages ci-dessus ne sont d’ailleurs pas sans “parallèles prophétiques” avec Jésus.

Lapide écrit que dans la pensée juive :

«Le troisième jour» n’a rien à voir avec la date ou le comptage du temps mais contient pour les oreilles bibliquement éduquées, une référence claire à la miséricorde et à la grâce de Dieu qui se révèle par voie de rédemption, après deux jours d’affliction et de mort1.

Il était parfaitement logique pour les premiers disciples juifs que le Christ ressusciterait «le troisième jour».

Osée 6 : 1-2

Venez, retournons à l’Éternel! Car il a déchiré, mais il nous guérira; Il a frappé, mais il bandera nos plaies.

Il nous rendra la vie dans deux jours; Le troisième jour il nous relèvera, Et nous vivrons devant lui.

Trois opinions dans le christianisme au sujet du jour de la crucifixion

Au sein du christianisme, il y a trois points de vue sur le jour de la crucifixion : mercredi, jeudi ou vendredi. Bien que la vue du vendredi soit de loin la plus courante, certains chrétiens croient plutôt que la crucifixion s’est produite durant un mercredi tandis que quelques autres pensent que l’évènement a lieu un jeudi.

Le point central est que Jésus a été crucifié et ressuscité le troisième jour (1 Corinthiens 15: 3-4).

Les informations de l’Évangile selon Luc concernant le jour de la résurrection

Examinons les éléments de l’Évangile selon Luc, qui avait écrit son Évangile à Théophile, qui apparemment n’avait pas l’Évangile selon Matthieu en sa possession.

Jésus avait prédit qu’il serait tué et qu’il serait réssuscité «le troisième jour».

Luc 9 : 22

Il ajouta qu’il fallait que le Fils de l’homme souffrît beaucoup, qu’il fût rejeté par les anciens, par les principaux sacrificateurs et par les scribes, qu’il fût mis à mort, et qu’il ressuscitât le troisième jour.

Luc 18 : 33

et, après l’avoir battu de verges, on le fera mourir; et le troisième jour il ressuscitera.

Luc 24 : 7

et qu’il disait: Il faut que le Fils de l’homme soit livré entre les mains des pécheurs, qu’il soit crucifié, et qu’il ressuscite le troisième jour.

Luc 24 : 46

Et il leur dit: Ainsi il est écrit que le Christ souffrirait, et qu’il ressusciterait des morts le troisième jour,

Le dimanche après-midi (après la résurrection), les disciples sur le chemin d’Emmaüs ont commenté la crucifixion :

Luc 24 : 21

Nous espérions que ce serait lui qui délivrerait Israël; mais avec tout cela, voici le troisième jour que ces choses se sont passées.

Les disciples ont compris qu’au moment du dimanche après-midi, ils en étaient au troisième jour depuis la crucifixion.

Si la crucifixion avait eu lieu un mercredi ou un jeudi, le dimanche après-midi aurait été le quatrième ou le cinquième jour, selon le jour de départ sur lequel on se base.

Théophile a certainement eu l’impression que Jésus a été tué la veille du sabbat.

Luc 23 : 54

C’était le jour de la préparation, et le sabbat allait commencer.

Luc 23 : 56

et, s’en étant retournées, elles préparèrent des aromates et des parfums. Puis elles se reposèrent le jour du sabbat, selon la loi.

Le verset 56 se réfère au sabbat hebdomadaire, et c’est ainsi que Théophile aurait également compris le verset 54, car il n’y a aucune indication dans Luc qu’il puisse y avoir eu plus d’un sabbat cette semaine.

Les éléments de l’Évangile selon Luc semblent indiquer systématiquement la crucifixion un vendredi, et le dimanche comme étant le troisième jour, à partir du vendredi. C’est ainsi que Théophile aurait compté avec les éléments dont il disposait.

Le comptage inclusing des juifs

La coutume juive est de compter inclusivement, c’est-à-dire de compter le début comme premier.

En comptant la Pentecôte, le 50e jour est par exemple 49 jours après les gerbes.

Quand Jean a dit «huit jours après» (Jean 20:26), il voulait dire «une semaine plus tard».

Avec cette manière habituelle de compter les jours, le dimanche serait considéré comme le troisième jour à partir du vendredi. Luc nous dit que Jésus est ressuscité le troisième jour après la crucifixion.

Un autre exemple de comptage inclusif peut être constaté dans le livre d’Esther.

Esther 4 : 16 (BDS)

Va rassembler tous les Juifs qui se trouvent à Suse. Jeûnez pour moi, sans manger ni boire pendant trois jours et trois nuits.

J’observerai de mon côté le même jeûne avec mes servantes. Ensuite, je me rendrai chez l’empereur, malgré la loi. Si je dois mourir, je mourrai !

Esther 5 : 1 (BDS)

Au bout du troisième jour de jeûne, Esther revêtit ses habits royaux et se tint dans la cour intérieure du palais impérial, en face des appartements de l’empereur.

Elle avait promis de ne manger ni boire «pendant trois jours et trois nuits» et ensuite d’aller voir le roi (Esther 4:16) – pourtant elle est allée voir le roi au bout du troisième jour (5: 1). Nous n’avons pas l’impression qu’il s’est produit 72 heures exactement entre le serment et la rencontre avec le roi.

Apparemment, n’importe quelle partie de la journée était suffisante pour comptabiliser le jour et la nuit. Une phrase biblique qui nous semble précise ne correspond pas nécessairement aux idées modernes de mesure exacte du temps.

Comme les juifs comptaient habituellement de manière inclusive, il n’est pas approprié d’insister sur le fait que «le troisième jour» signifie «exactement 72 heures plus tard».

Là où Luc utilise l’expression «le troisième jour», Marc utilise l’expression «trois jours après sa mort» (Marc 9:31).

Matthieu utilise également l’expression «après trois jours» (Matthieu 27: 63-64). Nous ne devrions pas percevoir de précision horaire dans cette variété de phrases.

Il y a une interrogation à propos de Jean 19:14, mais le «Jour de préparation» était une référence standard au vendredi dans de nombreux documents juifs du premier siècle. Outre Matt. 27:62; Marc 15:42 et Luc 23:54, vous le trouvez également dans Josephus Ant. 16.6.2 §§163-64, Didache 8: 1 et ailleurs.

Personnellement, je suis d’accord avec le fait que Jean 19:14 est probablement une référence au vendredi de la semaine de la Pâque. Ensuite, les quatre évangiles s’accordent sur la datation de la mort de Jésus.

Bien que les apôtres aient prêché que Jésus était ressuscité «le troisième jour» (Actes 10:40; 1 Corinthiens 15: 4), ils n’ont jamais utilisé cette chronologie comme preuve de l’authenticité de Jésus. Les écrivains inspirés ne semblent pas se préoccuper de la durée exacte, ni de la description exacte des trois jours.

1 Corinthiens 15 : 4

il a été mis au tombeau, il est ressuscité le troisième jour, comme l’avaient annoncé les Ecritures.

De même, les apôtres n’ont pas essayer de nous dire quand, exactement, Jésus était ressuscité, bien que la lecture d’un évangile laisserait au lecteur l’impression que Jésus est ressuscité un dimanche matin avant l’aube.

Si Matthieu 12:40 avait pour but d’être précis (72 heures), alors les autres auteurs de l’Évangile auraient induit leurs lecteurs en erreur. Mais si nous reconnaissons que la culture juive ne recherchait pas la précision avec de telles phrases chronologiques, nous comprenons plus facilement que Matthieu 12:40 pourrait être une figure de style, et non un détail inexpliqué sur lequel tous les autres passages devraient s’ajuster.

En quelle année Jésus a-t-il été crucifié ?

  1. Genesis Rabbah 56. Pinchas Lapide, La résurrection de Jésus : une perspective juive (Minneapolis, Fortress: 1982), 91-93 ; Au sujet de Jonas ayant passé 3 jours et 3 nuits dans le ventre du poisson – La discussion rabinique sur Osée 6 : 2 dont le passage se lit “Il nous rendra la vie dans deux jours; Le troisième jour il nous relèvera…..”, les passages des Écritures qui sont liés incluent soit “au troisième jour” ou “après trois jours”, et ils incluent Jonas, déclarant que Dieu a secouru Jonas “au troisième jour”.

Anthony ETHEVE

Passionné et étudiant converti à la Bible, Anthony partage le fruit de ces centaines d'heures de recherche afin d'aider les chrétiens et notamment les nouveaux appelés à comprendre les thèmes bibliques et le débat création/évolution.

Recent Posts