Jésus et l’Éternel sont-ils la même personne ?

Jésus semble se présenter à plusieurs reprises comme “divin” dans le Nouveau Testament alors que dans l’Ancien Testament, il est clairement dit dans Deutéronome 6:4 que “l’Eternel est notre Dieu, l’Eternel seul“. Doit-on alors conclure que Yahweh/l’Éternel/Dieu et Jésus sont la même personne ? Si c’est le cas quelles sont les preuves bibliques pour associer Jésus à l’Éternel notre Dieu ?

La plupart des églises chrétiennes comprennent Jésus comme étant Dieu manifesté dans la chair. Les paroles, actions et caractéristiques de Jésus renvoient en effet aux propres attributs et paroles de l’Éternel dans l’Ancien Testament.

L’Eternel dans les deux testaments

Le nom principal de Dieu dans les Écritures est le nom majestueux de Yahweh, Yahvé ou Jéhovah (tiré du tétragramme YHWH), qui apparait près de 7 000 fois dans l’Ancien Testament. Les premiers Juifs étaient réticents à utiliser ce nom de peur de l’utiliser à la légère (Exode 20: 7) et ils l’ont remplacé par le mot Adonaï (signifiant Maître ou Seigneur).

Il y a un certain débat sur la prononciation du tétragramme YHWH mais quoiqu’il en soit la plupart de nos versions françaises utilisent le terme «Éternel» à la place, quand les versions anglaises ont “Seigneur”.

Le Nouveau Testament, lorsqu’il rapporte des citations de l’Ancien Testament, place aussi le mot “Seigneur” à la place de YHWH. Cela masque parfois de profondes significations quant à l’identité de Jésus.

Jésus a posé les fondations de la terre

Il existe bien des passages où le lien entre L’Eternel et Jésus est manifeste, par exemple dans un passage de la lettre aux hébreux “Il dit aussi (au sujet du Fils): C’est toi, Seigneur, qui, au commencement, as posé les fondations de la terre. Le ciel est l’œuvre de tes mains“(Heb 1:10).

Dans le Psaume 102:25-27 on trouve “« Mon Dieu, ne me fais pas mourir au milieu de mes jours,
toi qui subsistes d’âge en âge ! Tu as jadis fondé la terre, le ciel est l’œuvre de tes mains“.

Le psaume 102 tout entier consiste en une louange à l’Éternel, et le passage dans la lettre aux hébreux s’adresse au Fils. Si nous le lisons ainsi «C’est toi, Yahweh, qui, au commencement, as posé les fondations de la terre» et réalisons que Jésus est le sujet du passage, nous comprenons que Jésus ne peut être nul autre que le Dieu créateur.

Alors que c’est L’Eternel qui a fondé la terre et le ciel dans le Psaume 102, c’est Jésus qui en est l’auteur dans Hébreux 1:10. Les deux sont la même personne.

Préparez le chemin pour le Seigneur, l’Éternel

Dans Matthieu 3:3, Jean-Baptiste remplit son rôle prophétisé en citant Ésaïe 40: 3 «Préparez le chemin pour le Seigneur», nous voyons ici que Jésus est assimilé au Jéhovah/Yahweh de l’Ancien Testament, car Ésaïe avait utilisé le terme Éternel, ou Jéhovah “Dégagez un chemin dans le désert pour l’Eternel, nivelez dans la steppe une route pour notre Dieu !“(Es 40:3).

Dans ces deux exemples et bien d’autres, nous voyons le Christ comme étant identifié à YHWH. Jésus est le Dieu de l’Ancien Testament et l’Éternel est Jésus dans le Nouveau Testament.

La divinité de Jésus, indiquée parfois directement, parfois subtilement

L’une des exemples les plus parlants et les plus connus de la divinité de Jésus est Jean 1:1 “Au commencement était celui qui est la Parole de Dieu. Il était avec Dieu, il était lui-même Dieu“. Mais parfois la divinité de Jésus est exprimée plus indirectement.

Quand Jésus pardonne l’homme paralysé dans Marc 2:5, les juifs réagissent de la sorte “Comment cet homme ose-t-il parler ainsi ? Il blasphème ! Qui peut pardonner les péchés si ce n’est Dieu seul ?“.

En effet Jésus s’est comporté et a parlé comme Dieu lui-même. Son langage tranchait avec les prophètes de l’Ancien Testament qui n’ont jamais revendiqué une telle autorité et prononcé des paroles aussi “divines”. Voyons comment Ezéchias avait demandé à l’Éternel de pardonner les Israélites qui n’avaient pas accompli les rites de la purification mais qui avaient quand même mangé l’agneau de la Pâque (2 Chron 30:18-19).

Admirons celle-ci “je suis la résurrection et la vie” (Jean 11:25). Jésus est la résurrection et la vie et là encore on a dû mal à voir quel être créé pourrait revendiquer une telle chose.

Voyons encore celle-là “je suis le bon berger. Le bon berger donne sa vie pour ses brebis“(Jean 10:11). Tenant compte de l’image du berger dans l’Ancien Testament qui renvoie à l’Éternel, la divinité de Jésus ne pouvait être mieux exprimée, David disait dans le Psaumes 2 “L’Eternel est mon berger. Je ne manquerai de rien..“.

Sur le bateau chahuté par les vagues et le vent, la divinité de Jésus est apparue avec force aux yeux des disciples qui se sont interrogés de la sorte “Qui est donc cet homme pour que même le vent et le lac lui obéissent ?“(Marc 4:41). Nous sommes évidemment familiers avec l’ouverture de la mer à l’époque de l’Exode, mais l’Ancien Testament, en plusieurs endroits, montre clairement qui est celui qui fait mugir les flots “Moi, je suis l’Eternel, ton Dieu. Quand j’agite la mer, ses flots mugissent. Voici mon nom : le Seigneur des armées célestes.“(Jérémie 31:35 ; Esaïe 51:15).

Jésus est “je suis”

Enfin l’identification la plus directe de Jésus à l’Éternel se trouve peut-être dans Jean 8:58 “En vérité, en vérité, je vous le dis, avant qu’Abraham fût, je suis“. Cette phrase n’est pas anodine, elle rappelle le moment où Dieu avait indiqué à Moïse son nom “Moïse dit à Dieu: J’irai donc vers les enfants d’Israël, et je leur dirai: Le Dieu de vos pères m’envoie vers vous. Mais, s’ils me demandent quel est son nom, que leur répondrai-je? Dieu dit à Moïse: Je suis celui qui suis. Et il ajouta: C’est ainsi que tu répondras aux enfants d’Israël: Celui qui s’appelle ‘je suis‘ m’a envoyé vers vous“.

Certains chrétiens tentent de traduire différemment Jean 8:58 par “Avant qu’Abraham vienne à l’existence, j’ai été” tentant d’indiquer que Jésus a été créé par Dieu avant toute chose. Mais le grec n’autorise pas cette traduction, qui est plus motivée théologiquement que par le texte lui-même. Le texte grec indique “ἐγὼ εἰμί.” soit “egō eimi” qui veut dire tout simplement “je suis“.

On retrouve cette formule plusieurs fois dans le Nouveau Testament, dans le même chapitre par exemple, avec “je suis la lumière du monde, dit-il. Celui qui me suit ne marchera pas dans les ténèbres : il aura la lumière de la vie“. Cette lumière est celle dont Jean parlait dans les premiers versets de son évangile “En lui résidait la vie, et cette vie était la lumière des hommes. La lumière brille dans les ténèbres et les ténèbres ne l’ont pas étouffée“. Cette addition d’éléments enseigne de manière imparable que Jésus est Dieu, le Créateur.

Besoin de ressources bibliques ?

Bibles en grand format, films sur les évangiles, la passion, Bibles pour enfants

Jésus est le premier et le dernier

Le livre de l’Apocalypse enfonce le clou une fois de plus au sujet de la divinité de Jésus et de son association à l’Éternel “Oui, dit Jésus, je viens bientôt. J’apporte avec moi mes récompenses pour rendre à chacun selon ses actes. Je suis l’Alpha et l’Oméga, le premier et le dernier, le commencement et la fin“. Dans l’Ancien Testament on lisait “Ainsi dit l’Eternel, lui, le Roi d’Israël, le Seigneur des armées célestes, et qui l’a délivré : Moi, je suis le premier et je suis le dernier, et en dehors de moi, il n’y a pas de dieu“(Esaïe 44:6).

Jésus était-il perçu “divin” au début du christianisme ?

Plusieurs preuves sont disponibles pour étayer la croyance des premiers chrétiens au sujet de la divinité de Jésus :

Quid de la Trinité ?

Voici un article ci-dessous qui propose une explication sur la Trinité et la relation mutualiste entre le Père, le Fils et le Saint-Esprit :

Conclusion

La logique biblique est que Jésus est le Créateur de l’univers, l’Éternel, Jésus/YHWH a également une autre “casquette”, tout aussi importante, c’est qu’il est non seulement le Créateur, mais aussi le sauveur de l’humanité “C’est moi, moi qui suis l’Éternel, Et hors moi il n’y a point de sauveur“(Esaïe 43:11).

Plus de 200 articles qui vont de la Création à la Résurrection !

A lire également