La mention des philistins dans la Genèse est-elle anachronique ?

La mention des Philistins dans la Genèse (21:34; 26: 1) poserait problème parce qu’ils n’apparaissent qu’à l’âge de fer1 (à partir de 1200 Av.J.C) Voici ce que Richard Abbott dit du problème:

Premièrement, nous devons envisager la possibilité que les diverses références de l’Ancien Testament aux Philistins ne se réfèrent pas en fait au même groupe ethnique.

Il existe de nombreuses différences importantes entre le groupe mentionné dans les récits de la Genèse et ceux mentionnés dans Juges et Samuel.

Le groupe dans Genèse est amical, largement bien disposé envers Abraham et sa famille, et pour la plupart ont des noms sémitiques (en particulier Abimelech et Ahuzzath, bien que Phicol soit de dérivation incertaine). La principale ville mentionnée où ils habitent est Gerar.

L’autre groupe de philistins est guerrier, hostile et expansionniste, et porte des noms hurriens. Gerar est dans leur sphère d’influence, bien qu’un peu au sud-est, mais les principales villes sont (du nord au sud) Ekron, Ashdod, Gath, Ashkelon et Gaza. Collectivement, ces cinq sont aussi parfois appelés la Pentapole philistine.

Comme pour la plupart des allégations portées contre les Écritures, ceux qui prétendent que la nation philistine n’était pas là à l’époque d’Abraham fondent leur conclusion sur au moins une hypothèse non démontrable, à savoir que les Philistins vivant à l’époque des patriarches étaient une grande nation, semblable à celle qui vivait à l’époque de la Monarchie-Unie.

Une différence immanquable entre les deux royaumes philistins

Les preuves suggèrent, cependant, que cette hypothèse est tout simplement erronée. La Bible ne présente pas les Philistins d’Abraham comme la même nation philistine puissante qui surgirait des centaines d’années plus tard.

Abimélec, le roi de Guérar, est décrit comme étant intimidé par Abraham (cf. Genèse 21:25). Sûrement, si le peuple philistin avait été une grande nation au temps des patriarches, il n’aurait pas eu peur d’un homme (Abraham) et de quelques centaines de serviteurs (cf. Genèse 14:14).

En outre, parmi les cinq grandes cités-états philistines qui étaient importantes tout au long de la période des juges et de la Monarchie-Unie (Ashdod, Ashkelon, Ekron, Gath et Gaza – Josué 13: 3; 1 Samuel 6:17), aucune n’est mentionnée.

Au contraire, seul un petit village connu sous le nom de Gerar est nommé.

Supposer que la Bible présente toute la civilisation des Philistins comme étant présente à l’époque d’Abraham est une énorme méprise. En réalité, on n’y trouve qu’un petit royaume philistin.

Une région philistine déjà peuplée à l’époque d’Abraham

Le fait que la région ait été occupée bien avant l’arrivée du groupe mentionné par Ramsès III est démontré en ce que les tablettes d’Ebla (de la seconde moitié du IIIe millénaire) mentionnent les villes de Gath et d’Ashkelon.

Par conséquent, quelqu’un vivait dans cette région au bon moment pour qu’Abraham les ait rencontrés, et ce serait un choix naturel pour un écrivain biblique ou un copiste d’utiliser le terme Philistin pour eux, même si en termes sociologiques modernes ils sont un groupe ethnique différent.

Le mot «philistin» était un terme plutôt générique signifiant «gens de la mer». Il ne fait aucun doute que certains des habitants de la mer Égée se sont rendus en Palestine bien avant qu’une migration ultérieure n’ait lieu, une migration considérablement plus importante.

En commentant ces Philistins, Larry Richards observe ceci :

Bien qu’il y ait un accord général sur le fait que la colonisation massive de la côte de Canaan par les peuples de la mer de Crète a eu lieu vers 1200 avant JC, il n’y a aucune raison de supposer que les colonies philistines n’existaient pas longtemps avant cette époque.

À l’époque d’Abram comme à l’époque de Moïse, une variété de peuples s’étaient installés à Canaan, y compris des Hittites de l’extrême nord.

Certainement que les peuples de la mer qui faisaient le commerce de la Méditerranée avaient établi des colonies le long des rives de l’ensemble du bassin pendant des siècles avant l’époque d’Abraham.

Il n’y a aucune raison de supposer que les Philistins, dont les ancêtres venaient de Crète, n’en faisaient pas partie 2.

Aucune preuve archéologique ne permet de nier que divers groupes de «gens de la mer» se trouvaient à Canaan bien avant l’arrivée du corps principal au début du XIIe siècle av.J.C3.

Supposer que pas un seul groupe de Philistins ne vivait en Palestine à l’époque d’Abraham parce que l’archéologie ne les a documentés que vers 1190 av. est argumenter à partir de preuves négatives et sans poids substantiel.

Le professeur Kitchen déclare:

«Du point de vue des inscriptions, nous en savons si peu sur les peuples égéens par rapport à ceux du reste de l’ancien Proche-Orient au deuxième millénaire avant notre ère, qu’il est prématuré de nier catégoriquement l’existence possible de Philistins dans la région égéenne avant 1200 av.J.C.

Probablement, des vagues successives de peuples de la mer de la mer Égée ont migré vers Canaan, dès l’époque d’Abraham, et ont continué à venir jusqu’au mouvement massif au XIIe siècle avant JC.4.


Il y a une forte indication qu’il s’agit en fait de peuples non apparentés, liés uniquement par l’utilisation du même nom pour eux par les auteurs bibliques.

Il est fort probable que le groupe sémitique traité par Abraham et Isaac représente les premiers occupants de cette zone. Plus tard, le groupe hurrien a emménagé, soit en assimilant, soit en chassant les Sémites.

Est-ce que c’est Dieu ou Satan qui a incité David à recenser Israël ?

Deux passages bibliques montrent que David a été incité à agir contre Israël et Juda, dans le premier passage c’est l’Éternel qui incite David, et dans l’autre c’est Satan alors comment comprendre ces deux passages ? Y aurait-il une contradiction ? Lisons premièrement les deux passages : 2 Samuel 24 : 1L’Eternel se mit de…

Continuer à lire

La Folie de Nabuchodonosor de Daniel 4 est-elle attestée historiquement ? Est-elle basée sur la Prière de Nabonide ? Ou est-ce l’inverse ?

Compte tenu de l’absence d’attestation cunéiforme pour la folie de Nebucadnetsar (Dan. 4), des érudits libéraux ont accepté l’idée que cet épisode est une version brouillée inspirée de la «folie» de Nabonide se retirant dans le désert. Les similitudes entre les deux textes Après la publication de la Chronique de Nabonide en 1882, F. Hommel…

Continuer à lire

Comment avoir du discernement dans notre époque pour interpréter les choses et bien se comporter en tant que chrétien ?

Nous vivons des temps marqués par des évènements difficiles et confus. Nous sommes nombreux à nous poser des questions sur comment faire pour se situer dans ce monde complexe et comment interpréter les évènements actuels (covid 19, problèmes économiques, environnementaux, crise politique, insécurité…). De nombreux chrétiens sont perdus dans des positions diverses de laxisme, d’isolationnisme…

Continuer à lire

Références :

  1. (Finkelstein et Silberman 2001, pp. 37-38)
  2. Larry Richards(1993, p. 40)
  3. (voir Unger, 1954, p. 91; Archer, 1964, p. 266; Harrison, 1963, p. 32)
  4. (Archer, 1970, p. 18)

A lire également