La Moralité – Preuve de l’Existence de Dieu


Comment savons que quelque chose est moralement bien ou mal ? Comment pouvons nous fonder une croyance selon laquelle des actes tels que la torture d’un enfant innocent, le viol, le meurtre, le racisme et d’autres choses du même genre sont objectivement immoraux ?

Par «objectivement», nous entendons que de tels actes sont immoraux d’une manière qui dépasse l’opinion ou les sentiments personnels; ils sont immoraux, que quiconque le pense ou non.

Cela pourrait en surprendre plus d’un de savoir que, sans Dieu, il est impossible d’avoir des valeurs morales objectives. Bien au contraire, à moins que Dieu n’existe, il ne demeure que des simples opinions et de l’émotion.

Les athées peuvent bien évidemment être moral, mais leur moralité ne repose pas sur les fondamentaux de leur philosophie athée, autrement ils n’auraient pas de moral.

Le contre-argument des athées au sujet de la morale

Ceux qui ne croient pas en Dieu s’opposent à une telle affirmation et disent qu’une personne n’a pas besoin de reconnaître une sorte de divinité pour comprendre le bien et le mal. Et, ils ont raison.

Les êtres humains n’ont pas besoin de croire en Dieu pour discerner les devoirs moraux ou comprendre que des valeurs morales objectives existent.

Mais cela n’a jamais été l’argument de ceux qui croient en Dieu. Au lieu de cela, l’argument chrétien est que pour fonder une loi morale objective, vous devez avoir une source transcendante de ces valeurs.

Cette vérité est reconnue par les principaux athées. Par exemple, le célèbre philosophe nihiliste Friedrich Nietzsche a dit: “Vous avez votre chemin, j’ai mon chemin. Quant au bon chemin, il n’existe pas.

Richard Dawkins, une des principales voix de l’athéisme, déclare : «Les humains se sont toujours interrogés sur le sens de la vie … la vie n’a pas de but plus élevé que celui de perpétuer la survie de l’ADN … la vie n’a pas de conception, pas de but, pas de mal et pas de bien, rien si ce n’est une indifférence aveugle et impitoyable.

Le casse-tête de la moralité pour les athées

Pourquoi les athées intellectuellement honnêtes admettent-ils que, sans Dieu, les valeurs morales objectives ne peuvent exister ? Parce que c’est le résultat logique de la philosophie athée et de sa conclusion naturelle.

S’il existe une chose telle que le mal, on doit supposer que le bien existe. Si on suppose qu’il existe une chose telle que le bien, on doit supposer qu’il existe une loi morale absolue et immuable sur la base de laquelle nous pouvons faire la différence entre le bien et le mal.

Si on suppose qu’il existe une loi morale absolue, on doit postuler un donneur de loi morale absolue, lequel serait Dieu – celui-là même que les athées essaient en particulier de réfuter.

Si quelque chose est “bien” simplement parce qu’un athée proclame qu’elle est “bien”, alors si deux athées ne sont pas d’accord, la même action pourrait être à la fois bonne et mauvaise, ce qui est en contradiction avec la loi de non-contradiction1. À ce stade, une objection commune est soulevée – le fait que deux personnes en désaccord prouve qu’il n’y a pas d’éthique absolue (norme, loi morale, code moral, etc.).

De plus, si quelque chose est “bien” simplement parce qu’un individu ou une société le proclame, alors le nazisme était “bien” pour la majorité des Allemands qui étaient plus nombreux que ceux qu’ils persécutaient, mais le “bien” est devenu le mal lorsque les forces alliées plus nombreuses les ont vaincus.

Il semble évident qu’il y a quelque chose en haut, au-dessus, au-delà, séparé et transcendant auquel les athées doivent faire appel pour leurs déclarations morales.

Alors revenons au début de notre discussion : s’il n’y a pas de législateur moral, il n’y a pas de loi morale. S’il n’y a pas de loi morale, il n’y a pas de bien. S’il n’y a pas de bien, il n’y a pas de mal. C’est exactement ce que Richard Dawkins, athée éclairé, admet.

Les conditions pour que la morale objective existe

Ce qui est en jeu, ce sont les conditions pour avoir des lois morales objectives. Trois choses sont nécessaires:

  1. une autorité absolue et immuable;
  2. une norme absolue et inchangée;
  3. une vérité absolue.

L’athéisme et le naturalisme admettent que rien n’est absolu, que tout est aléatoire et que tout change. Dans un tel environnement, personne ne peut jamais être sûr que quelque chose est véritablement et objectivement vrai ou faux.

Sans une autorité absolue et immuable qui utilise une norme absolue et immuable, qui est basée sur la vérité juste et immuable, l’éthique devient simplement émotive et opinion. Le viol ne serait alors pas mauvais, la déclaration la plus forte qui pourrait être faite à ce sujet serait : «Je n’aime pas le viol».

C. S. Lewis a simplement dit: “Un homme n’appelle pas une ligne tordue à moins qu’il n’ait une idée d’une ligne droite.” Pour ceux qui fonctionne sans Dieu, cette ligne droite immuable n’existe pas.

L’humanité reconnait le bien et le mal

Cependant, le hic vient du fait que chaque être humain reconnaît les absolus moraux. Ils peuvent ne pas les pratiquer, mais ils les comprennent et les reconnaissent.

Il y a une différence dans ce qu’une culture et ses habitants font et ce qu’ils doivent faire; une différence entre ce qui est descriptif et ce qui est directif. Et une chose que l’histoire a montré, c’est que l’humanité reconnaît le bien et le mal universels.

Reconnaissant cela, la philosophe athée Louise Antony a déclaré: “Tout argument contre la réalité objective des valeurs morales sera basé sur des principes moins évidents que l’existence de valeurs morales objectives elles-mêmes.” Elle a raison. Personne ne peut nommer un pays où, par exemple, le mensonge est loué et l’honnêteté dénigrée.

Récompense et punition du modèle théiste

Un argument contre les affirmations chrétiennes d’une éthique ordonnée par Dieu qui est devenue omniprésente dans les cercles athées est que la moralité chrétienne est en fait immorale puisque, selon l’affirmation, elle dépend des menaces de punition et des incitations à recevoir des récompenses.

La première chose à souligner est que le christianisme ne s’en tient pas à une doctrine du salut basée sur les œuvres et donc, les bonnes actions n’achètent pas le ciel. Pourtant, à l’accusation que, même ainsi, la moralité chrétienne est basée sur l’attente d’une récompense (le ciel ou la résurrection selon les interprétations, ou les deux) ou d’une punition en enfer (littéral ou signifiant la fin définitive de l’existence), notons en second lieu l’intolérance: si vous êtes le genre de personne qui est parfaitement morale mais que vous êtes morale en raison de la peur d’un châtiment ou d’une douloureuse conséquence, les athées condamnent votre morale.

Considérons un autre scénario à la lumière du fait que tous les pays / nations / gouvernements / sociétés laïques, athées, «non religieux» fondent leurs lois sur le système récompense / punition:

Vous conduisez votre voiture avec un athée comme passager. Vous arrivez à un feu rouge et vous vous arrêtez. L’athée vous demande: «Pourquoi vous êtes vous arrêté?» Vous répondez: «Parce que je ne veux pas provoquer un accident dans lequel quelqu’un pourrait être blessé ou tué. Je suis empathique et compatissant et je ne veux faire de mal à personne. » Pourtant, les athées protestent: «Oh, soyez honnête ! Vous savez très bien que si vous passiez ce feu rouge, vous auriez pu recevoir une amende, vous vous êtes arrêté simplement pour ne pas être puni d’une amende.

Le fait qu’une chose soit illégale signifie-t-il que je ne suis pas vraiment compatissant ? Cela signifie-t-il que ma compassion est une façade pour ma véritable motivation qui est d’éviter une punition ? Pas du tout. Ainsi, cet argument n’est pas valable pour saper la moralité chrétienne.

La provenance de la morale

D’où vient cette compréhension universelle du bien et du mal – cette compréhension qui transcende l’opinion humaine ? Pourquoi un enfant sait-il immédiatement qu’il a été traité injustement ou sait-il qu’il est mal de se faire voler quelque chose ? Ils le savent parce qu’il existe une loi morale universelle qui leur a été intrinsèquement donnée par leur Créateur.

Ce fait produit ce qu’on appelle l’argument moral de l’existence de Dieu, qui peut être énoncé de la manière suivante :

  • Les lois impliquent un législateur
  • Il existe une loi morale objective
  • Par conséquent, il y a un Législateur moral

Le véritable bien moral et objectif ne peut être défini sans but, et le but ne peut pas être défini sans cause. Sans Dieu – la cause de tout – il ne reste que le temps + la matière + le hasard. Et une telle combinaison ne produirait que le chaos ; et non un cadre moral absolu.

Romains 2 : 14-16

En effet, lorsque les païens qui n’ont pas la Loi de Moïse accomplissent naturellement ce que demande cette Loi, ils se tiennent lieu de loi à eux-mêmes, alors qu’ils n’ont pas la Loi.

Ils démontrent par leur comportement que les œuvres demandées par la Loi sont inscrites dans leur cœur. Leur conscience en témoigne également, ainsi que les raisonnements par lesquels ils s’accusent ou s’excusent les uns les autres.

Tout cela paraîtra le jour où, conformément à l’Evangile que j’annonce, Dieu jugera par Jésus-Christ tout ce que les hommes ont caché.

L’Evolution Complexe des Espèces est elle possible ? Et a t’elle eu lieu ?

La théorie générale de l’évolution avance que toutes les espèces proviendraient d’une cellule primitive. Les créationnistes avancent que chaque genre a été créé séparément. Plusieurs difficultés sont posées quand il s’agit de passer d’un type d’organisme à un autre, comme par exemple le passage du monde reptilien au monde des oiseaux. Ce présent article est…

Continue reading

Depuis quand l’humanité existe-t-elle ?

Il existe principalement deux visions au sujet des débuts de l’humanité : Le scénario évolutif qui indique que l’homme est apparu il y a 180 000 ansLe scénario biblique qui indique que l’homme a été créé il y a moins de 10 000 ans Nous pouvons à l’aide des disciplines suivantes avoir une belle idée…

Continue reading

Y a t’il des anachronismes dans le Livre de la Genèse ?

Si Moïse a écrit ces livres aux alentours de 1400 avant JC, cela s’est fait dans un script très éloigné de l’hébreu de notre Bible hébraïque existante. Les originaux auraient été écrits en Protosinaïtique. Ces originaux auraient dû être «translittérés» en paléo-hébreu pendant la monarchie ou le royaume divisé (1000-700 avant JC). Ensuite, cette version…

Continue reading

Quel est l’âge de la Terre ? Est elle jeune ou vieille ?

Il est communément admis dans les rangs évolutionnistes et uniformitaristes que l’âge de la terre est de 4.5 milliards d’années, toutefois cet âge semble ne pas correspondre à 90% des méthodes qui permettent de se faire une idée sur l’âge de la terre. Nous allons voir quelques unes de ces méthodes dans cet article. La…

Continue reading

Références :

  1. «A» ne peut pas être à la fois «A» et autre chose que «A» en même temps et dans la même relation ou «des affirmations opposées ne peuvent pas être vraies en même temps» (Aristote, Métaph, IV 6 1011b13–20).

Anthony ETHEVE

Passionné et étudiant converti à la Bible, Anthony partage le fruit de ces centaines d'heures de recherche afin d'aider les chrétiens et notamment les nouveaux appelés à comprendre les thèmes bibliques et le débat création/évolution.

Recent Posts