La Moralité – Preuve de l’Existence de Dieu


Comment savons que quelque chose est moralement bien ou mal ? Comment pouvons nous fonder une croyance selon laquelle des actes tels que la torture d’un enfant innocent, le viol, le meurtre, le racisme et d’autres choses du même genre sont objectivement immoraux ?

Par «objectivement», nous entendons que de tels actes sont immoraux d’une manière qui dépasse l’opinion ou les sentiments personnels; ils sont immoraux, que quiconque le pense ou non.

Cela pourrait en surprendre plus d’un de savoir que, sans Dieu, il est impossible d’avoir des valeurs morales objectives. Bien au contraire, à moins que Dieu n’existe, il ne demeure que des simples opinions et de l’émotion.

Les athées peuvent bien évidemment être moral, mais leur moralité ne repose pas sur les fondamentaux de leur philosophie athée, autrement ils n’auraient pas de moral.

Le contre-argument des athées au sujet de la morale

Ceux qui ne croient pas en Dieu s’opposent à une telle affirmation et disent qu’une personne n’a pas besoin de reconnaître une sorte de divinité pour comprendre le bien et le mal. Et, ils ont raison.

Les êtres humains n’ont pas besoin de croire en Dieu pour discerner les devoirs moraux ou comprendre que des valeurs morales objectives existent.

Mais cela n’a jamais été l’argument de ceux qui croient en Dieu. Au lieu de cela, l’argument chrétien est que pour fonder une loi morale objective, vous devez avoir une source transcendante de ces valeurs.

Cette vérité est reconnue par les principaux athées. Par exemple, le célèbre philosophe nihiliste Friedrich Nietzsche a dit: “Vous avez votre chemin, j’ai mon chemin. Quant au bon chemin, il n’existe pas.

Richard Dawkins, une des principales voix de l’athéisme, déclare : «Les humains se sont toujours interrogés sur le sens de la vie … la vie n’a pas de but plus élevé que celui de perpétuer la survie de l’ADN … la vie n’a pas de conception, pas de but, pas de mal et pas de bien, rien si ce n’est une indifférence aveugle et impitoyable.

Le casse-tête de la moralité pour les athées

Pourquoi les athées intellectuellement honnêtes admettent-ils que, sans Dieu, les valeurs morales objectives ne peuvent exister ? Parce que c’est le résultat logique de la philosophie athée et de sa conclusion naturelle.

S’il existe une chose telle que le mal, on doit supposer que le bien existe. Si on suppose qu’il existe une chose telle que le bien, on doit supposer qu’il existe une loi morale absolue et immuable sur la base de laquelle nous pouvons faire la différence entre le bien et le mal.

Si on suppose qu’il existe une loi morale absolue, on doit postuler un donneur de loi morale absolue, lequel serait Dieu – celui-là même que les athées essaient en particulier de réfuter.

Alors revenons au début de notre discussion : s’il n’y a pas de législateur moral, il n’y a pas de loi morale. S’il n’y a pas de loi morale, il n’y a pas de bien. S’il n’y a pas de bien, il n’y a pas de mal. C’est exactement ce que Richard Dawkins, athée éclairé, admet.

Les conditions pour que la morale objective existe

Ce qui est en jeu, ce sont les conditions pour avoir des lois morales objectives. Trois choses sont nécessaires:

  1. une autorité absolue et immuable;
  2. une norme absolue et inchangée;
  3. une vérité absolue.

L’athéisme et le naturalisme admettent que rien n’est absolu, que tout est aléatoire et que tout change. Dans un tel environnement, personne ne peut jamais être sûr que quelque chose est véritablement et objectivement vrai ou faux.

Sans une autorité absolue et immuable qui utilise une norme absolue et immuable, qui est basée sur la vérité juste et immuable, l’éthique devient simplement émotive et opinion. Le viol ne serait alors pas mauvais, la déclaration la plus forte qui pourrait être faite à ce sujet serait : «Je n’aime pas le viol».

C. S. Lewis a simplement dit: “Un homme n’appelle pas une ligne tordue à moins qu’il n’ait une idée d’une ligne droite.” Pour ceux qui fonctionne sans Dieu, cette ligne droite immuable n’existe pas.

L’humanité reconnait le bien et le mal

Cependant, le hic vient du fait que chaque être humain reconnaît les absolus moraux. Ils peuvent ne pas les pratiquer, mais ils les comprennent et les reconnaissent.

Il y a une différence dans ce qu’une culture et ses habitants font et ce qu’ils doivent faire; une différence entre ce qui est descriptif et ce qui est directif. Et une chose que l’histoire a montré, c’est que l’humanité reconnaît le bien et le mal universels.

Reconnaissant cela, la philosophe athée Louise Antony a déclaré: “Tout argument contre la réalité objective des valeurs morales sera basé sur des principes moins évidents que l’existence de valeurs morales objectives elles-mêmes.” Elle a raison. Personne ne peut nommer un pays où, par exemple, le mensonge est loué et l’honnêteté dénigrée.

La provenance de la morale

D’où vient cette compréhension universelle du bien et du mal – cette compréhension qui transcende l’opinion humaine ? Pourquoi un enfant sait-il immédiatement qu’il a été traité injustement ou sait-il qu’il est mal de se faire voler quelque chose ? Ils le savent parce qu’il existe une loi morale universelle qui leur a été intrinsèquement donnée par leur Créateur.

Ce fait produit ce qu’on appelle l’argument moral de l’existence de Dieu, qui peut être énoncé de la manière suivante :

  • Les lois impliquent un législateur
  • Il existe une loi morale objective
  • Par conséquent, il y a un Législateur moral

Le véritable bien moral et objectif ne peut être défini sans but, et le but ne peut pas être défini sans cause. Sans Dieu – la cause de tout – il ne reste que le temps + la matière + le hasard. Et une telle combinaison ne produirait que le chaos ; et non un cadre moral absolu.

Romains 2 : 14-16

En effet, lorsque les païens qui n’ont pas la Loi de Moïse accomplissent naturellement ce que demande cette Loi, ils se tiennent lieu de loi à eux-mêmes, alors qu’ils n’ont pas la Loi.

Ils démontrent par leur comportement que les œuvres demandées par la Loi sont inscrites dans leur cœur. Leur conscience en témoigne également, ainsi que les raisonnements par lesquels ils s’accusent ou s’excusent les uns les autres.

Tout cela paraîtra le jour où, conformément à l’Evangile que j’annonce, Dieu jugera par Jésus-Christ tout ce que les hommes ont caché.

Belschatzar, roi de Babylone ou erreur de la Bible ?

Cette histoire n’est-elle qu’une légende ou la Bible conserve-t-elle une histoire exacte? Il y a des années, certains sceptiques ont nié qu’il y ait jamais eu un roi de Babylone nommé Belschatsar, affirmant que son nom et son histoire avaient été inventés par quelqu’un qui ne connaissait pas la véritable histoire babylonienne. La Bible présente…

Continue reading

Le déluge biblique est il inspiré de l’épopée de Gilgamesh ?

Une accusation très courante est que l’histoire biblique du déluge de Noé n’est pas historique mais qu’elle a été empruntée aux légendes de déluge en Mésopotamie. Voici la raison pour laquelle ce lien supposé fut établi : En 1853, l’archéologue Austen Henry Layard et son équipe fouillèrent la bibliothèque du palais de l’ancienne capitale assyrienne Ninive….

Continue reading

Références :

  1. Erman, A., Ipuwer Papyrus, Leiden Museum, quoted from The Ancient Egyptians, a source book of their writings, Harper and Row, New York, pp. 94-101, 1966.

Anthony ETHEVE

Passionné et étudiant converti à la Bible, Anthony partage le fruit de ces centaines d'heures de recherche afin d'aider les chrétiens et notamment les nouveaux appelés à comprendre les thèmes bibliques et le débat création/évolution.

Recent Posts