La science peut-elle prouver ou réfuter l’existence de Dieu ?


Pour beaucoup de gens la science ne peut pas prouver ou réfuter l’existence de Dieu. En effet le sujet du divin est si mystérieux qu’on aurait tendance à lui attribuer d’entrée de jeu un voile d’impossibilité – il n’est pas possible d’examiner l’existence de Dieu et même pour des religieux chercher à le faire serait presque irrespectueux.

Je pense pour ma part que Dieu est rationnel et nous a donné un esprit rationnel. Investiguer sur les choses n’a rien de mal, et puisque pour certaines raisons théologiques on ne peut pas voir Dieu, il n’est pas bête d’investiguer d’autres moyens pour déterminer son existence. En effet avant de poser la question de l’inspiration divine de la Bible ou de la résurrection de Jésus il faut déjà être en mesure de croire que le Créateur existe.

La science, à l’étonnement de beaucoup, est en mesure de prouver que le Créateur existe. Les concepts tels que la biogenèse, la complexité irréductible et le dessein intelligent renvoient tous vers l’existence du Concepteur, du Maître-Horloger, de Dieu. Certes ces concepts, bien qu’une fois examinés, peuvent nous envoyer dans une direction assez claire, ne nous indiquent pas avec précision l’identité du Créateur. Il faut poursuivre l’étude dans le domaine historique pour cela, et la Bible est le livre privilégié à cet égard.

Formes de l’argument cosmologique

L’univers a un début :

  •     Tout ce qui a eu un début doit avoir été causé par autre chose
  •     Par conséquent, l’univers a été causé par autre chose (un créateur)
  •     Chaque partie de l’univers est dépendante
  •     Si chaque partie est dépendante, alors l’univers entier doit également être dépendant
  •     Par conséquent, l’univers entier dépend pour son existence en ce moment d’un être indépendant
  •     Chaque événement qui a eu un début a eu une cause suffisante

  L’univers a un début :

  • Par conséquent, l’univers a eu une cause suffisante
  •  Chaque effet a une cause
  •  L’univers est un effet
  •   Par conséquent, l’univers a une cause
  •   Un nombre infini de moments ne peut pas être traversé
  •   Si un nombre infini de moments devait s’écouler avant aujourd’hui, alors aujourd’hui ne serait jamais venu
  •   Mais aujourd’hui est venu
  •   Par conséquent, un nombre infini de moments ne se sont pas écoulés avant aujourd’hui (c’est-à-dire que l’univers a eu un début)
  •   Mais tout ce qui a un commencement est causé par autre chose
  •   Par conséquent, il doit y avoir une Cause (Créateur) de l’univers
  •   Un infini réel ne peut pas exister
  •   Une régression temporelle infinie des événements est un réel infini
  •   Par conséquent, une régression temporelle infinie des événements ne peut pas exister
  •  La série temporelle d’événements est une collection formée par ajouts successifs
  • Une collection formée par ajouts successifs ne peut pas être un infini réel
  •  Par conséquent, la série temporelle d’événements ne peut pas être un réel infini
  •  Certaines choses existent indéniablement (par exemple, je ne peux pas nier ma propre existence)
  •  Ma non-existence est possible
  •  Tout ce qui a la possibilité de ne pas exister est actuellement amené à exister par autre chose
  • Il ne peut y avoir de régression infinie des causes actuelles d’existence
  • Par conséquent, une première cause non causée de mon existence actuelle existe
  • Cette cause non causée doit être infinie, immuable, toute-puissante, omnisciente et parfaite
  • Cet Être infiniment parfait est appelé à juste titre «Dieu»
  • Par conséquent, Dieu existe
  • Ce Dieu qui existe est identique au Dieu décrit dans les Écritures chrétiennes
  • Par conséquent, le Dieu décrit dans la Bible existe

Argument de la théologie naturelle cosmologique

    

Le temps, l’espace et la matière sont apparus à un certain moment du passé fini.

Comme le temps, l’espace et la matière ont commencé à exister, ils ont eu une cause.

Par conséquent, tout ce qui les a provoqués était intemporel (ou éternel), non spatial (non rattaché à un endroit, ou omniprésent) et non-matériel (immatériel, non physique ou esprit).

Formes de l’argument téléologique

Tous les designs impliquent un designer :

  • Il y a un grand design dans l’univers
  • Par conséquent, il doit y avoir un grand designer de l’univers

Formes de l’argument de la loi morale

Les lois morales impliquent un donneur de loi morale :

  • Il y a une loi morale objective
  • Par conséquent, il y a un donneur de loi morale
  • Il y a des lois morales objectives
  • Les lois morales viennent d’un législateur moral
  • Par conséquent, un législateur moral existe

Science, athéisme et la religion

Bien que l’effort scientifique n’ait rien à offrir à l’athéisme, les athées l’ont coopté et l’ont utilisé comme une façade qu’ils enroulent autour de l’athéisme pour le faire apparaître comme méritant les mérites de la respectabilité scientifique.

La contradiction dans la tentative des athées d’employer la science à leur fin est:

  • Ils affirment que la science ne traite que du matériel et n’a donc rien à dire sur l’immatériel ou le surnaturel.
  • Ils affirment que la science a réfuté l’immatériel ou le surnaturel.

Malgré cela, certains athées affirment que la manière dont la science réfute l’immatériel ou le surnaturel est de trouver de plus en plus de causes matérielles aux effets matériels. Cependant, cela ne trouble pas le chrétien parce que Dieu a créé le royaume matériel et il s’ensuit logiquement que les effets matériels auront des causes matérielles et que ces causes et effets n’excluent pas l’immatériel ou le surnaturel comme Dieu, ou les miracles.

De tels athées ont restreint leurs processus de pensée et, par conséquent, devraient nier un miracle ou une apparition de Dieu même si cela se produit sous leurs yeux. Ces athées opteraient pour une croyance fondée sur la «foi» selon laquelle quelqu’un trouvera un jour une explication matérialiste; ou sur la tromperie de de l’omniscience humaine future attendue. Ou ils peuvent, également sans preuves, faire appel à des hallucinations même si de nombreuses personnes ont été témoins du même événement, comme la Résurrection de Jésus, (les hallucinations se produisent dans le cerveau et ne sont donc pas partagées). Ou ils pourraient simplement se contenter de penser qu’ils ne le sauront jamais.

La science donne satisfaction aux curieux par sa portée explicative. Si un chrétien prétend que Dieu a créé la vie, l’athée à l’esprit scientifique demanderait: «Comment ? Certes, le chrétien est également curieux, mais l’incapacité du chrétien à expliquer comment Dieu l’a fait rend les athées désintéressés. Pourtant, il est important de noter que cela équivaut à la tentative de l’athée, ou pseudo-tentative, de placer toutes choses dans le champ de la science, qui est une position non scientifique (philosophique / religieuse) (comment tout ce qui est connaissable peut-il être connu ? uniquement par la science d’observation ?).

Abonnez-vous au magazine digital “Science, Archéologie et Parole de Dieu”

De la Création à la Résurrection !

Athéisme et miracles

Les athées soutiennent souvent que les miracles ne peuvent pas se produire parce que les lois de la nature, ou les lois naturelles, sont immuables. Par une inférence convenablement intéressée, ils soutiennent en outre que puisque les miracles ne se produisent pas, le surnaturel, Dieu, ne doit pas exister.

Que sont les lois de la nature ?

Ici, notre intérêt n’est pas nécessairement de les énumérer et de les décrire, mais de souligner que ce que nous appelons «les lois de la nature» sont nos généralisations sur le fonctionnement normal du monde naturel, qui sont déduites des observations du monde naturel. Une question à garder à l’esprit est de savoir si nous avons découvert toutes les lois de la nature. Autrement dit, nos connaissances sont-elles complètes?

Sont-elles immuables ?

Pour répondre par l’affirmative, nous devons d’abord présupposer que nous connaissons toutes les lois. En supposant que c’est le cas, nous devons en outre supposer que nous connaissons toutes les actions et interactions possibles de ces lois dans chaque scénario possible et dans chaque combinaison possible.

Et si elles n’étaient pas immuables?

Dans un tel cas, Dieu, qui non seulement les a inventés mais qui vit en dehors de leur influence, peut les manipuler.

Et si elles étaient immuables?

Dans un tel cas, Dieu peut encore les «casser» ou les «plier» Selon un tel scénario, Dieu aurait créé ce que nous comprenons comme des lois immuables dans le but même de montrer sa capacité à les briser ou à les plier et ainsi le miraculeux.

En fait, sans de telles lois, nous serions incapables de détecter les miracles. Une compréhension encore meilleure est que les miracles sont un ajout aux lois: un homme coule dans la mer si son poids est supérieur à sa flottabilité (principe d’Archimède).

Une corde et un hélicoptère ne violent pas ce principe, mais ajoutent une autre force au système. De même, le Fils de Dieu pourrait également ajouter une autre force pour se permettre de marcher sur l’eau, sans violer le principe d’Archimède. L’argument matérialiste contre les miracles décrète que l’univers est un système fermé, sans «pied divin à la porte».

Certains athées affirment que Dieu ne peut pas exister pour la raison même que les lois de la nature ne peuvent être enfreintes / pliées / manipulées. Cependant, puisque Dieu a créé les lois de la nature, Dieu détient le brevet sur elles, il en a le modèle, Dieu les a mises en place et peut les manipuler – comme un guitariste qui corde la guitare peut les placer dans n’importe quel ordre, peut resserrer ou les desserrer à sa guise et ainsi faire en sorte que les cordes produisent le ton qui lui plaît.

Conclusion sur les miracles

Un ancien athée, C. S. Lewis, a offert une réponse classique aux arguments de David Hume contre les miracles:

«Maintenant, bien sûr, nous devons convenir avec Hume que s’il y a une« expérience absolument uniforme »contre les miracles, si en d’autres termes ils ne se sont jamais produits, pourquoi alors ne se sont-ils jamais produits ?

Malheureusement, nous savons que l’expérience contre eux n’est uniforme que si nous savons que tous les rapports à leur sujet sont faux. Et nous ne pouvons savoir que tous les rapports sont faux seulement si nous savons déjà que les miracles ne se sont jamais produits. En fait, il s’agit d’un raisonnement circulaire. »

L’opinion athée de base sur les miracles est certainement qu’ils ne se produisent pas. Mais au-delà de rejeter d’emblée toutes les affirmations de miracle, les athées sont susceptibles, sans preuve, de prétendre que ce que l’on pense être des miracles ne sont, en réalité, que l’application de lois naturelles de manière rare et inattendue. Par conséquent, ils placent leur «foi» en espérant qu’à l’avenir, la science trouvera des explications matérielles pour des miracles inexpliqués (la science des lacunes).

Bien sûr, nous pourrions également montrer que l’évolution (néo-darwinisme, c’est-à-dire mutations et sélection naturelle) n’explique pas la diversité de la vie sur terre, mais c’est un défi suffisant (la loi de la biogénèse) pour l’athée que la vie ne pourrait même pas commencer sans un Créateur (super -intelligent) .

Pourquoi a-t-on commencé à rejeter l’existence de Dieu ?

Darwin par exemple n’a pas rejeté Dieu à cause de l’évolution mais à cause de l’objection classique à la souffrance.

Paul Vitz, professeur de psychologie à l’Université de New York, a fait une étude fascinante sur la vie de certains des athées les plus influents. Dans son livre La foi des orphelins: la psychologie de l’athéisme, il a conclu que ces personnes rejetaient Dieu parce qu’elles rejetaient leurs propres pères. Cela était dû à leurs mauvaises relations avec leur père, ou à l’absence de leur père, ou à leur rébellion contre leurs pères.

Dans cette ligne de recherche, il serait intéressant de considérer l’effet de la mort de proches sur le rejet de Dieu. De Charles Darwin à Ted Turner, la mort d’amis et de membres de la famille a joué un rôle.

Gary Wolf a noté :

«Contrairement au mythe, Darwin n’est pas devenu athée à cause de l’évolution. Au lieu de cela, sa résistance croissante au christianisme est venue de sa critique morale de la doctrine du XIXe siècle, aggravée par la tragédie de la mort de sa fille1. “

La souffrance et l’invisibilité de Dieu sont les deux arguments principaux contre l’existence de Dieu, mais il y a des explications à ces deux problèmes :

Téléchargez les articles par thématique au format PDF

De la Création à la Résurrection !

  1. Wolf, Gary, The Church of the Non-Believers, Wired Magazine online (trouvé ici).

Anthony ETHEVE

Passionné et étudiant converti à la Bible, Anthony partage le fruit de ces centaines d'heures de recherche afin d'aider les chrétiens et notamment les nouveaux appelés à comprendre les thèmes bibliques et le débat création/évolution.

Recent Posts