Les trois juifs Shadrak, Méshak et Abed-Nego ont-ils vraiment été jetés dans une fournaise ardente ?


Les trois jeunes gens du livre de Daniel ont ils vraiment été jeté dans la fournaise ardente ? La Bible nous dit que oui, mais étudions quelque peu des éléments archéologiques et historiques qui viabilisent le récit.

Une statue d’Assyrie qui peut représenter le dieu de la sagesse connu sous le nom de Nabu (ou Nebo) faisait partie d’une paire de statues de calcaire inscrites trouvées dans le temple de Nabu à Kalhu, en Assyrie. En dehors de ceux-ci, il n’y a pas d’autres statues anciennes connues de Nabu encore en existence.

La statue a été sculptée vers 800 avant JC sous le règne d’Adad-Nirari III, durant l’époque où Jonas a visité Ninive. L’inscription fait l’éloge de Nabu et remercie le dieu pour sa délivrance, se terminant par un ordre que le lecteur ne doit pas faire confiance à un autre dieu.

Cependant, la statue fournit également une rare illustration d’une idole officielle de la période des empires assyrien et babylonien.

Le roi Nebucadnetsar II, souverain de Babylone, a mis en place une image en or pour le peuple à adorer qui ressemblait probablement à cette statue, bien qu’à une échelle beaucoup plus grande et recouverte d’or.

La statue massive que Nabuchodonosor a érigée peut avoir été un monument au dieu Nabu, le dieu que Nabuchodonosor a invoqué en son nom. Alternativement, l’image dorée représentait peut-être Nabuchodonosor lui-même, car il n’était pas pratique courante d’afficher des statues de dieux à l’extérieur des temples.

Le roi Nabonide, qui a régné environ 6 ans après la mort de Nabuchodonosor, a préféré le dieu sumérien de la lune Sin, et son récit verset de Nabonide peu après l’époque de Nabonide décrit une situation similaire dans laquelle Nabonide a fait construite et erigée une nouvelle image du dieu Sin, démontrant par là que la pratique de construction et d’érection de nouvelles statues de dieux était chose courante pour les rois de l’empire babylonien.

Le refus de se prosterner et d’adorer l’image dorée était considéré comme un blasphème religieux dans l’ancienne Babylone et pouvait entraîner l’éxécution dans une “fournaise ardente”.

Lorsque Shadrak, Méshak et Abed-Nego ont refusé de servir les dieux babyloniens et d’adorer l’image, leur punition est le reflet de ce qui est connu dans la Lettre babylonienne de Samsu-iluna du VIe siècle av.J-C qui ordonne que ceux qui ont commis un blasphème contre les dieux doivent être jetés dans le four pour être brûlé et détruit par des flammes intenses1.

Le passage de Daniel indique un four à chaux, qui avait une ouverture en haut dans laquelle placer les matériaux initiaux pour la fusion, et le mot babylonien pour le lieu de combustion, traduit par «four», est l’équivalent du mot araméen utilisé pour la fournaise dans le livre de Daniel.

Daniel 3 :1

Le roi Nabuchodonosor fit faire une statue d’or de trente mètres de haut et de trois mètres de large. Il la fit ériger dans la plaine de Doura, dans la province de Babylone.

Nous voyons encore dans ce récit que la description biblique est fidèle aux détails babyloniens du 6ème siècle avant JC.

Recevez le magazine digital (pdf + audio)

“Science, Archéologie et Parole de Dieu”

Plus de 200 articles qui vont de la Création à la Résurrection !

Références :

  1. Unearthing the Bible – Titus Kennedy – 65ème artéfact.

Anthony ETHEVE

Passionné et étudiant converti à la Bible, Anthony partage le fruit de ces recherches afin d'aider les chrétiens et notamment les nouveaux appelés à comprendre les thèmes bibliques, le débat création/évolution et explorer les preuves historiques et archéologiques du judéo-christianisme.

Articles récents