Quels sont les bénéfices du christianisme ?


Deux athées de haut niveau reconnaissent que pour obtenir une aide pratique aux pauvres et les libérer de la pauvreté, l’enseignement du christianisme sur la place de l’homme dans l’univers est nécessaire.

Les fruits du christianisme

Bien qu’athée, le politicien britannique chevronné Roy Hattersley 1 est considéré comme une autorité sur les origines de l’Armée du Salut, puisqu’il a écrit une biographie à succès de William et Catherine Booth 2.

Il n’est donc pas trop surprenant qu’une émission de la BBC 3 sur l’efficacité de l’Armée du Salut sollicite son opinion sur le sujet. Le narrateur, Peter Day, a dit à Hattersley que : «Ce genre de chose, une sorte de dynamisme entrepreneurial social qui commence à partir d’un lieu et de circonstances particuliers – ce genre de choses s’essouffle souvent après une génération ou deux. L’Armée du Salut risque-t-elle de s’essouffler ? »

La réponse de Hattersley a été immédiate :

«Je ne pense pas que l’Armée du Salut risque de s’essouffler. Et je pense qu’elle reste une organisation dynamique en raison de ses convictions.

Je suis athée. Mais je ne peux qu’observer avec étonnement le dévouement des travailleurs de l’Armée du Salut.

Je suis allé avec eux dans la rue et j’ai vu la façon dont ils travaillent parmi les gens, les personnages les plus démunis et les plus défavorisés et parfois assez répugnants.

Je ne pense pas qu’ils le feraient sans l’impulsion religieuse. Et je dis souvent que je n’ai jamais entendu parler d’organisations athées apportant de la nourriture aux pauvres.

Vous n’entendez pas parler de «l’Aide athée» mais plutôt de l’aide chrétienne et, je pense, malgré mon incapacité à croire, que je suis profondément impressionné par ce que la croyance fait pour des gens comme l’Armée du Salut. »

Roy Hattersley n’est pas le seul athée de haut niveau à noter publiquement, à contrecœur ou autrement, le fruit de l’Évangile.

Matthew Parris, un autre homme politique, auteur et journaliste britannique bien connu, a écrit dans The Times un article des plus remarquables intitulé…

«En tant qu’athée, je crois vraiment que l’Afrique a besoin de Dieu»

… Et sous-titré: «Des missionnaires, et non de l’argent d’aide, sont la solution au plus gros problème de l’Afrique – la passivité écrasante de la mentalité du peuple 4

L’article de Parris a été écrit dans une perspective très personnelle, s’inspirant particulièrement de son expérience dans divers pays d’Afrique au cours de son enfance et lors d’une longue tournée à travers le continent alors qu’il était dans la vingtaine. À propos d’une visite plus récente pour voir un projet de développement de puits de village, il a écrit:

«Maintenant athée confirmé, je suis devenu convaincu de l’énorme contribution que l’évangélisation chrétienne apporte en Afrique: nettement distincte du travail des ONG laïques, des projets gouvernementaux et des efforts d’aide internationale. Ceux-ci seuls ne suffiront pas. L’éducation et la formation seules ne suffiront pas. En Afrique, le christianisme change le cœur des gens. Cela apporte une transformation spirituelle. La renaissance est réelle. Le changement est bon. »

Renaissance ? Transformation spirituelle? Cela ne ressemble pas au langage d’un athée. Mais néanmoins, l’athéisme de Parris est réel. Il raconte avoir tenté «d’éviter cette vérité» de ce qu’il observait, voulant applaudir le travail pratique des églises missionnaires tout en ignorant d’autres aspects du travail missionnaire. «Il est dommage, je dirais, que le salut fasse partie du paquet», écrit Parris, «mais les chrétiens noirs et blancs, travaillant en Afrique, guérissent les malades, apprennent aux gens à lire et à écrire; et seul un laïc du type le plus sévère pourrait voir un hôpital ou une école missionnaire et dire que le monde serait meilleur sans. J’admettrais que si la foi était nécessaire pour motiver les missionnaires à aider, alors, très bien: mais ce qui comptait, c’était l’aide et non la foi“.

Cependant, comme l’a admis Parris, «cela ne correspond pas aux faits». Il a expliqué comment la foi chrétienne profite aux pauvres non seulement en raison de son effet de soutien sur le missionnaire, mais parce qu’elle «est également transmise à son troupeau. C’est l’effet qui compte si énormément et que je ne peux m’empêcher d’observer.

Parris note en effet ce que beaucoup d’autres personnes, passées et présentes, ont observé chez ceux qui croient à l’Évangile. «Les chrétiens étaient toujours différents. Loin d’avoir effrayé ou confiné ses convertis, leur foi semblait les avoir libérés et relaxés.

Matthew Parris note également que les chrétiens avaient une certaine «vivacité, une curiosité, un engagement avec le monde – une franchise dans leurs relations avec les autres» qui faisait défaut aux non-croyants. «Ils gardaient la tête haute», écrit-il.

Rappelant sa tournée en Land Rover avec quatre amis étudiants à l’âge de 24 ans, Parris a observé que la différence entre chrétiens et non-chrétiens était particulièrement frappante dans les régions «anarchiques» du sous-Sahara. «Chaque fois que nous entrions dans un territoire travaillé par des missionnaires, nous devions reconnaître que quelque chose changeait dans le visage des gens…….: quelque chose dans leurs yeux, la façon dont ils vous abordaient directement, d’homme à homme, sans regarder en bas ou loin. Ils n’étaient pas devenus plus respectueux envers les étrangers – à certains égards moins – mais plus ouverts. »

Son voyage pour voir le projet de développement du village au Malawi l’a amené en contact étroit avec des travailleurs caritatifs. Bien que Parris admette qu’il lui conviendrait de croire que «leur honnêteté, leur diligence et leur optimisme dans leur travail» n’aient aucun lien avec leur foi personnelle évidente, il a dû admettre qu’ils étaient indéniablement «influencés par une conception de la place de l’homme dans l’univers que le christianisme enseignait ».

Parris fait également cette observation astucieuse: «Il y a longtemps, parmi les sociologues universitaires occidentaux, une mode de placer les systèmes de valeurs tribaux dans une clôture, au-delà des critiques fondées à partir de notre propre culture:« leurs »et donc le meilleur pour« eux »; authentique et d’une valeur intrinsèquement égale aux notres.

«Je ne suis pas d’accord avec ça. J’observe que la croyance tribale n’est pas plus pacifique que la nôtre; et qu’elle supprime l’individualité.

Il poursuit en disant qu’un tel état d’esprit «se nourrit de la politique des« grands hommes »et des gangsters de la ville africaine: le respect exagéré d’un chef fanfaron» et ne fait rien pour apaiser la peur des mauvais esprits, des ancêtres et de la nature qui pèsent sur tant de monde en Afrique.

Parris écrit qu ‘«un grand poids affaiblit l’esprit individuel, retardant la curiosité. Les gens ne prendront pas l’initiative, ne prendront pas les choses en main ou sur leurs propres épaules. »

Mais en contraste frappant, le christianisme :

«avec son enseignement d’un lien direct, personnel, bidirectionnel entre l’individu et Dieu, sans intermédiaire par le collectif, et sans subordination à tout autre être humain, brise directement le cadre philosophique et spirituel que je viens de décrire.

Il offre quelque chose à quoi s’accrocher pour ceux qui souhaitent se débarrasser d’une pensée de groupe tribale écrasante.

Parris conclut en avertissant que les programmes d’aide qui se concentrent uniquement sur la livraison de fournitures matérielles et de connaissances techniques ont peu de chances de réussir. «Supprimer l’évangélisation chrétienne de l’équation africaine pourrait laisser le continent à la merci d’une fusion maligne de Nike, du sorcier, du téléphone portable et de la machette.»

Les observations de Parris rappellent d’autres athées qui aiment les «valeurs chrétiennes». Richard Dawkins a souvent dit que sur les questions sociales et morales, il n’était pas darwiniste. Il s’est même qualifié de «chrétien culturel» à cet égard.

C’est une bonne chose que d’être intéressé par les valeurs chrétiennes, mais si on dit aux gens qu’ils ne peuvent pas croire la Bible du christianisme, ces valeurs, comme nous le voyons tout autour de nous, ne sont tout simplement pas durables dans la société.

Abonnez-vous au magazine digital “Science, Archéologie et Parole de Dieu”

De la Création à la Résurrection !

L’éthique du travail

Dans ses écrits, Thomas Sowell met souvent en évidence l’éthique de travail des enseignants et missionnaires chrétiens protestants qui, après la guerre civile américaine, se sont rendus dans les États du Sud pour enseigner et prêcher, transformant la culture “Cracker” de paresse, de permissivité et de violence qui caractérisait beaucoup de la culture «blanche». Il reconnaît qu’une éthique du travail fait partie de l’ensemble d’une vision biblique du monde.

Ce fondement chrétien de l’éthique du travail personnel est souvent même reconnu par des non-chrétiens comme l’historien athée Niall Ferguson. Dans un livre mettant en évidence les caractéristiques déterminantes des démocraties économiquement et technologiquement prospères, il souligne à plusieurs reprises les fondements chrétiens de ces caractéristiques (les «applications tueuses» comme il les appelle), qu’elles soient reconnues ou non par les bénéficiaires.

Dans son livre Civilization: The six killer apps of western power, Ferguson identifie six attributs clés de ce succès. Le sixième est «L’éthique du travail – un cadre moral et un mode d’activité dérivables (entre autres sources) du christianisme protestant, qui fournit le ciment de la société dynamique et potentiellement instable créée par les applications 1 à 5 5

En d’autres termes , il dit que la vision du monde chrétienne biblique fournit non seulement l’éthique de travail nécessaire pour des sociétés prospères, mais est également un «ciment» qui maintient ensemble les autres attributs de la civilisation occidentale.

Le livre fait de nombreuses autres affirmations similaires sur le rôle de la vision chrétienne du monde, telles que: «Le protestantisme a non seulement fait travailler l’Occident, mais l’a aussi sauvé et fait lire 6». Cela se réfère principalement à la valeur protestante de la lecture de la Bible, mais aussi à l’alphabétisation en général.

Alors en quoi le christianisme fournit cette éthique de travail ? Bien sûr, il y a des principes généraux donnés dans la Bible qui prônent la nécessité de travailler. Les proverbes nous exhortent :

Proverbes 6 : 6-12

Va vers la fourmi, paresseux; Considère ses voies, et deviens sage.
Elle n’a ni chef, Ni inspecteur, ni maître;
Elle prépare en été sa nourriture, Elle amasse pendant la moisson de quoi manger.
Paresseux, jusqu’à quand seras-tu couché? Quand te lèveras-tu de ton sommeil?
Un peu de sommeil, un peu d’assoupissement, Un peu croiser les mains pour dormir!…
Et la pauvreté te surprendra, comme un rôdeur, Et la disette, comme un homme en armes.

Paul exhorte les chrétiens à «à mettre votre honneur à vivre tranquilles, à vous occuper de vos propres affaires, et à travailler de vos mains, comme nous vous l’avons recommandé» (1 Thessaloniciens 4:11). Mais le mandat biblique pour le travail va bien plus loin que ces instructions. Dieu a travaillé sur Son chef-d’œuvre de création pendant six jours et «le septième jour, Dieu a terminé son travail qu’il avait fait, et il s’est reposé le septième jour de tout son travail» (Genèse 2: 2).

Créé à l’image de Dieu, il y a un élément divin dans le travail de l’humanité, qu’il s’agisse de dur labeur, de créativité ou d’invention. Nous adoptons notre «ressemblance à Dieu» dans le travail, qu’il soit manuel, créatif ou intellectuel. De nombreuses activités de travail combinent les trois.

Nous avons non seulement l’exemple de Dieu, mais le sixième jour de la création, nous obtenons également son commandement d’œuvrer. Beaucoup de gens pensent que le travail est le résultat de la chute, alors qu’en fait, avant la chute d’Adam, Dieu lui avait donné des instructions pour être productif.

C’est sur cette base historique solide que les réformateurs ont semé les graines de la productivité, des métiers, de l’artisanat, du commerce, de l’art, de la science et de la technologie qui se sont épanouis à partir du XVIe siècle et ont conduit à la civilisation et aux valeurs occidentales si attrayantes pour les gens du monde d’aujourd’hui.

Ils savaient qu’il y avait une dignité dans le travail qui répondait à un besoin profond de l’âme humaine, que ce soit comme ouvrier creusant les fondations, ou comme architecte dessinant un bâtiment magnifique. Gagner un salaire est important, mais secondaire à la satisfaction d’une vie productive. C’est ainsi que Dieu nous a créés.

Encore une fois, nous voyons à quel point une genèse historique est fondamentale non seulement pour la doctrine chrétienne, mais même pour la santé de la société en général. Comme il est tragique qu’une grande partie de l’église aujourd’hui, en niant une Genèse historique, érode cette base solide.

Bien sûr, il peut y avoir d’autres motivations de travailler, telles que l’ambition, la survie, le nationalisme, le matérialisme ou la force. Mais en dehors de la compréhension que notre invention et notre productivité sont un élément fondamental de la ressemblance avec Dieu, la récompense de nos efforts ne satisfait jamais et conduit souvent au nihilisme destructeur.

Les gens profitent aujourd’hui des avantages du précédent «consensus chrétien» qui nous a donné les merveilleux avantages de la civilisation occidentale. Mais séparé de Dieu et de sa Parole sur laquelle cette civilisation a été construite, au lieu de la gratitude envers Dieu, il y a un sentiment croissant de droit et de ressentiment.

Après tout, qui doit-on remercier dans un univers aléatoire ?

Ecclésiaste 1: 2-3

Vanité des vanités, dit l’Ecclésiaste, vanité des vanités, tout est vanité.

Quel avantage revient-il à l’homme de toute la peine qu’il se donne sous le soleil?

“Sous le soleil” décrit exactement le monde dans lequel nous vivons aujourd’hui, il est de plus en plus malvenue de croire au Dieu qui est là et qui n’est pas silencieux. Il s’est adressé à nous par Sa Parole et par Son Fils «par qui aussi il a créé le monde» (Hébreux 1: 2).

En nous basant sur la vérité que nous sommes faits à son image, nous travaillons parce que Dieu a travaillé, et nous nous reposons de notre travail parce que Dieu s’est reposé du sien; nous pouvons trouver un but, un sens et une satisfaction dans nos efforts.

Les bénéfices individuelles pour le chrétien

Sagesse et discernement (surtout quand tout le monde a une opinion différente)

Vous êtes-vous déjà senti tellement bombardé de messages et d’opinions que vous avez du mal à savoir comment aller de l’avant ? C’est une question idiote, car à l’ère de la connexion constante via les médias sociaux, nous sommes confrontés à cette situation tous les jours.

Cependant, en tant que chrétiens, nous avons accès à la présence du Saint-Esprit qui nous remplit, aux enseignements pratiques de la Bible, et au créateur de l’Univers par la prière.

Jacques 1 : 5

Si quelqu’un d’entre vous manque de sagesse, qu’il l’a demande à Dieu, qui donne à tous simplement et sans reproche, et elle lui sera donnée.

En tant que chrétiens, nous avons des ressources pour avoir du discernement et faire de bons choix, même dans un monde où chacun crie son opinion.

La norme pour le service aux autres qui dépasse sa propre personne


Ce qui distingue (la majorité des) chrétiens et l’Église du reste du monde, c’est l’appel à aider les autres en cas de besoin. Je ne dis pas que nous réussisons à faire cela 100% du temps, mais une croyance en Christ signifie reconnaître notre croyance dans les deux plus grands commandements: aimer Dieu et aimer les autres.

Les chrétiens ont un niveau de service supérieur à eux-mêmes parce que nous croyons que nous sommes appelés à faire preuve de bonté envers les autres car Christ nous a d’abord montré la bonté ultime – Son sacrifice sur la croix.

Le service est notre plus grand objectif en tant que chrétiens, et c’est la force motrice de nombre de nos décisions d’aider les autres en cas de besoin.

La croyance fondamentale que toutes les situations (même les mauvaises) peuvent être utilisées à des fins plus importantes


L’un des avantages préférés d’être chrétien est qu’on peut percevoir chaque situation, qu’elle soit bonne ou mauvaise, avec la perspective que Dieu pourrait l’utiliser pour un but plus élevé, ou au profit de quelqu’un autour de moi.

Romains 8 : 28

Nous savons, du reste, que toutes choses concourent au bien de ceux qui aiment Dieu, de ceux qui sont appelés selon son dessein.

En toutes choses, bonnes et mauvaises, Dieu est capable d’utiliser chaque situation pour notre bien. Que ce soit pour nous bénir, nous faire grandir à travers les épreuves et la persévérance, ou simplement utiliser notre situation pour afficher les miracles ou les œuvres de Dieu, le Seigneur utilise chaque situation pour notre plus grand bien.

Par exemple, dans Jean chapitre 9, nous voyons Jésus expliquer à ses disciples pourquoi un jeune homme est né aveugle. Ce n’est pas parce que ses parents ont péché ou que le garçon a péché (comme les disciples l’ont supposé à l’origine) mais que «les œuvres de Dieu peuvent être manifestées en lui». (Jean 9: 1-3).

En tant que chrétiens, nous pouvons voir nos défis, nos blessures et nos difficultés comme des opportunités pour que les œuvres de Dieu se manifestent à travers nous. Même dans les moments difficiles, nous pouvons être des chercheurs de miracles, des gens qui s’engagent à trouver le bien même dans les situations les plus sombres parce que Dieu tisse constamment les choses pour sa gloire.

Paix en temps de trouble et de confusion

Le Seigneur ne nous donne pas seulement l’espoir d’un avenir meilleur, il veut activement que nous venions à lui lorsque nous nous sentons anxieux et que nous avons besoin de paix. 1 Pierre 5: 7 nous dit de décharger sur lui tous nos soucis, car lui-même prend soin de nous.

Philippiens 4: 6-7

Ne vous inquiétez de rien; mais en toute chose faites connaître vos besoins à Dieu par des prières et des supplications, avec des actions de grâces.

Et la paix de Dieu, qui surpasse toute intelligence, gardera vos coeurs et vos pensées en Jésus Christ.

Même dans les moments où cela n’aura pas de sens, nous ressentirons la paix au milieu de circonstances incertaines ou effrayantes, nous recevrons la paix parce que le Seigneur nous la donnera.

Tout chrétien que nous sommes, nous ne pouvons éviter toutes les situations stressantes ou mauvaises, mais nous pouvons trouver la paix au milieu d’elles lorsque nous demandons de l’aide au Seigneur.

La présence constante et l’opportunité de communier avec un Dieu très actif et réel

Les gens paient beaucoup d’argent pour recevoir l’aide des meilleurs mentors, entraîneurs et fournisseurs de services de notre époque. Et la plupart du temps, ils n’ont qu’un accès limité à la personne ou à l’entreprise, et parfois seulement des messages et des ressources pré-enregistrés, ils n’ont même pas la possibilité de communiquer directement avec eux.

Cependant, en tant que chrétiens, nous avons un accès permanent à Dieu. Nous pouvons lui parler où que nous soyons, quand nous le voulons. Quand Jésus est mort sur la croix, il a déchiré le voile littéral dans le temple qui séparait auparavant Dieu et l’homme. Grâce à son sacrifice, nous avons un accès direct au Dieu de l’univers et ne sommes jamais seuls.

Le pardon des péchés passés et futurs

D’accord, mes amis. Je sais que ces deux derniers points sont à la fin de la liste, mais ce sont les PLUS IMPORTANTS. Bien sûr, les premiers points sont une vente facile et amicale aux personnes qui sont jeunes dans leur foi ou qui sont agnostiques, mais elles ne touchent pas au cœur sur ce que signifie être chrétien.

L’un des principaux avantages d’être chrétien est de savoir avec certitude que le sacrifice du Christ sur la croix signifie que tous vos péchés sont pardonnés; passé, présent et futur. Vous n’êtes jamais trop loin pour qu’Il ne puisse pas vous réconcilier avec Lui.

Lorsque nous confessons nos péchés au Christ et que nous lui demandons dans nos cœurs, nous sommes renouvelés. Nous n’avons pas à supporter le poids des actes répréhensibles que nous avons accumulés tout au long de notre vie.

Lorsque nous reconnaissons Jésus comme notre Seigneur et Sauveur, nous sommes invités à clouer notre péché sur la croix et à marcher avec lui. Et quand nous nous gâcherons dans le futur (ce que nous ferons), Il sera là avec nous, nous invitant à déposer notre péché à Ses pieds et à réaligner nos chemins avec Lui une fois de plus.

Quelle joie de savoir que nous ne sommes pas définis par nos erreurs ou nos faux pas et que nous pouvons être qualifiés de dignes enfants de celui que le roi babylonien a appelé autrefois :

En vérité, votre Dieu est le Dieu des dieux et le Seigneur des rois

Téléchargez les articles par thématique au format PDF

De la Création à la Résurrection !

L’éternité au paradis

Dernier point mais non le moindre, un avantage majeur d’être chrétien est la résurrection du dernier jour. Les croyants et les non-croyants ont longtemps discuté des détails et des subtilités du paradis et de l’enfer, mais peu importe où nous atterrissons sur le spectre, en tant que chrétiens, nous croyons que nous serons unis au Christ après la mort.

Jean 3 : 16

Car Dieu a tant aimé le monde qu’il a donné son Fils unique, afin que quiconque croit en lui ne périsse point, mais qu’il ait la vie éternelle.

Savoir que notre avenir est assuré tout en reconnaissant que cette terre actuelle n’est pas notre maison est l’un des plus grands avantages d’être chrétien. Même au milieu de l’inconnu, nous avons un pilier fondamental sur lequel s’appuyer et placer notre foi.

Téléchargez les articles par thématique au format PDF

De la Création à la Résurrection !

Références :

  1. Baron Hattersley (Roy Sydney George Hattersley, born 1932) served as Deputy Leader of the UK Labour Party from 1983 to 1992..
  2. Hattersley, R., Blood and Fire: William and Catherine Booth and their Salvation Army, Doubleday, UK, 1999.
  3. Broadcast on BBC World Service, Saturday 2nd January 2010, www.bbc.co.uk.
  4. Parris, M., As an atheist, I truly believe Africa needs God, The Times Online, www.timesonline.co.uk, 27 December 2008.
  5. Ferguson, N. Civilization: The six killer apps of western power, Penguin Books, p. 13, 2012.
  6. Ferguson, N. Civilization: The six killer apps of western power, Penguin Books, p. 264, 2012.

Anthony ETHEVE

Passionné et étudiant converti à la Bible, Anthony partage le fruit de ces centaines d'heures de recherche afin d'aider les chrétiens et notamment les nouveaux appelés à comprendre les thèmes bibliques et le débat création/évolution.

Recent Posts