Qu’est ce que l’abomination de la désolation dont parle Jésus dans Matthieu 24 ?


Il y a certainement 2 choses à identifier concernant l’expression “l’abomination de la désolation” – d’une qu’est ce que l’abomination ? – et de deux qu’est ce que la désolation ?

Aussi, cette expression qui est utilisée dans le Livre de Daniel et les Evangiles fait référence à diverses choses et non pas uniquement à un seul évènement.

Nous avons donc posé les bases sur lesquelles la réflexion doit se mener. Rendons nous donc dans Daniel 9 : 27 où l’expression est utilisée pour la première fois.

L’abomination de Daniel 9

Le chapitre 9 de Daniel est au sujet de la prophétie des 70 semaines. Nous ne la développerons pas particulièrement dans cet article, mais nous traiterons des évènements de la dernière de cette semaine (entre l’an 27 et l’an 34).

Daniel 9 : 27

L’oint conclura une alliance ferme avec un grand nombre au cours d’une septaine et, à la moitié de la septaine, il fera cesser le sacrifice et l’offrande.

Dans le Temple sera établie l’abominable profanation, et cela durera jusqu’à ce que l’entière destruction qui a été décrétée s’abatte sur le dévastateur.

Une des raisons qui explique pourquoi cette abomination est peu comprise dans le monde chrétien tient au fait que la traduction de certains passages de Daniel est rendue difficile à cause du sens caché de ces prophéties. C’est particulièrement le cas dans les derniers versets du chapitre 9 de Daniel.

A la lumière de l’hébreu original le sens est plutôt le suivant :

L’oint conclura une alliance ferme avec un grand nombre au cours d’une septaine et, à la moitié de la septaine, il fera cesser le sacrifice et l’offrande.

Dans le Temple “il établira” l’abominable profanation, et cela durera jusqu’à ce que l’entière destruction qui a été décrétée s’abatte sur la (ville) désolée.

La ville en question est celle dont il est question dans les versets 25 et 26 : Jérusalem.

Nous apprenons dans ces versets que le peuple d’un chef détruira la ville et le sanctuaire (v26). Le chef ayant reçu l’onction et étant manifestement le Messie dans le verset 25, nous pouvons identifier ce chef du verset 26 comme étant le Messie : Jésus.

Le peuple du Messie est le peuple juif dans ce contexte.

  • Ainsi le premier élément de réflexion est que les juifs devaient détruire la ville et le sanctuaire, ou plutôt en entrainer la destruction. Nous allons voir cela.
  • Le deuxième élément est que la désolation concerne Jérusalem.

Selon le texte hébreu original de Daniel 9 : 27, l’expression “l’abomination de la désolation” est mieux rendue par “l’abomination qui cause la désolation”.

Nous avons déjà identifié la désolation comme concernant Jérusalem. Nous en voyons la confirmation dans les évangiles.

Luc 21 : 20-22

Lorsque vous verrez Jérusalem investie par des armées, sachez alors que sa désolation est proche.

Alors, que ceux qui seront en Judée fuient dans les montagnes, que ceux qui seront au milieu de Jérusalem en sortent, et que ceux qui seront dans les champs n’entrent pas dans la ville.

Car ce seront des jours de vengeance, pour l’accomplissement de tout ce qui est écrit.

Maintenant il est temps de comprendre ce qu’est cette abomination qui cause la désolation de Jérusalem. Notons que cette abomination est en lien avec la dernière semaine de la prophétie des 70 semaines.

Le verset 27 indique : il établira l’abominable profanation. “Il” fait référence au Messie, tout comme c’est le Messie qui conclue une alliance avec beaucoup pour une semaine et fait cesser l’offrande et le sacrifice.

Beaucoup de chrétiens ont fait l’erreur de voir en ce “il” ou en le “chef” un ennemi, un chef militaire, mais ce n’est pas le cas. Il y a une logique qui explique pourquoi c’est le Messie qui a installé l’abominable profanation et pourquoi c’est le peuple juif qui a détruit Jérusalem et le temple.

Pour le saisir, il nous faut revenir au Deutéronome :

Deutéronome 21 : 22-23

Si l’on fait mourir un homme qui a commis un crime digne de mort, et que tu l’aies pendu à un bois, son cadavre ne passera point la nuit sur le bois; mais tu l’enterreras le jour même, car celui qui est pendu est un objet de malédiction auprès de Dieu, et tu ne souilleras point le pays que l’Éternel, ton Dieu, te donne pour héritage.

Les israélites avaient reçu Jérusalem comme héritage et s’ils entraînaient cette malédiction ils devaient la perdre. Les hébreux ont ils attiré cette malédiction ?

Galates 3 : 13

Christ nous a rachetés de la malédiction de la loi, étant devenu malédiction pour nous-car il est écrit: Maudit est quiconque est pendu au bois,

Quand le Christ a été accroché au bois, il est devenu « objet de malédiction », et la terre a été souillée, profanée et est devenu objet de malédiction.

Ainsi quand les juifs ont crucifié Jésus, ils ont commis l’abomination (crucifixion du Fils de Dieu) qui cause la désolation (de Jérusalem).

Cette désolation était prédite de multiples fois dans l’Ancien et le Nouveau Testament.

Zacharie 13 : 8

Epée, réveille-toi contre mon berger, le chef de mon peuple,
contre mon compagnon, demande l’Eternel, le Seigneur des armées célestes. Va, frappe le berger :

que les brebis soient dispersées
 ! Je porterai la main sur les petits.
Alors dans le pays entier, l’Eternel le déclare, les deux tiers des humains seront exterminés, ils périront, seul un tiers survivra.

Remarquons le nombre de points cohérents avec Daniel 9 – le chef du peuple – c’est l’Eternel qui frappe – la dispersion – la destruction.

C’est donc le fait “d’avoir frapper le berger (Jésus)” qui a provoqué la destruction de Jérusalem, du peuple juif et sa dispersion – des éléments que l’on retrouvait notamment dans Luc 21 : 20-28 que nous avons lu au début de l’article.

D’ailleurs Jésus mentionne ce point précis dans Matthieu :

Matthieu 26 : 31

Jésus leur dit alors : Cette nuit, ce qui m’arrivera vous ébranlera tous dans votre foi. En effet, il est écrit :

Je frapperai le berger,
et les brebis du troupeau seront dispersées.

En résumé, les juifs en crucifiant Jésus ont commis l’abomination qui a causé la désolation de Jérusalem.

C’est toutefois Jésus, l’Eternel, qui a établi cette abomination dans le Temple (spirituel-corps de Jésus), puisqu’il s’est livré volontairement (L’Eternel a frappé le Berger). Nous pouvons donc relire confortablement Daniel 9 : 27

L’oint (Jésus) conclura une alliance ferme avec un grand nombre (notamment aux non-juifs) au cours d’une septaine et, à la moitié de la septaine, il fera cesser le sacrifice et l’offrande (Jésus est le sacrifice final).

Dans le Temple (spirituel) il (Jésus) établira l’abominable profanation (crucifixion), et cela durera jusqu’à ce que l’entière destruction qui a été décrétée s’abatte sur la désolée (Jérusalem).

Conformément à la prophétie de Jonas (40 jours prophétiques), les juifs qui n’ont pas reconnu Jésus et ne se sont pas repentis, ont entrainé la destruction de Jérusalem et du sanctuaire physique 40 ans après la crucifixion (l’an 70).

L’abomination de Daniel 11 : 31 et de Daniel 12 : 11

Dans Daniel 11 : 31 il est également fait mention de l’abominable profanation, celle-ci fait en contexte référence à Antiochos IV Epiphane (167-164 av.J.C) qui avait consacré le temple à Jupiter. L’autel de ce dieu fut installé au-dessus de l’autel des holocaustes.

Daniel 12 : 11 aussi mentionne l’abominable profanation, il s’agit possiblement d’Antiochos IV une fois de plus car les chapitres 10, 11 et 12 de Daniel forme une seule section.

Le sacrifice perpétuel a été arrêté par Antiochos IV, peut-on imaginer qu’il sera interrompu “spirituellement” dans une dernière période de l’histoire ? En effet Jésus a déjà arrêté le rite sacrificiel physique.

Le Nouveau Testament propose des versets qui indique que les croyants représentent le temple spirituel et offrent des sacrifices spirituels au Père par l’intermédiaire de Jésus.

1 Pierre 2 : 5

Et vous aussi, comme des pierres vivantes, vous qui formez un temple spirituel, édifiez-vous pour constituer une sainte communauté de prêtres, chargés de lui offrir des sacrifices spirituels qu’il pourra accepter favorablement par Jésus-Christ.

Dans ce cadre-ci, l’abominable profanation de Daniel 11 et 12 s’appliqueraient 2 fois – à l’action d’Antiochos IV – et lors d’une action future dans la dernière période de l’histoire (la même abomination que Matthieu 24 que nous allons voir ci-dessous).

L’abomination de Matthieu 24 et Marc 13

Alors que la désolation de Luc 21 vise directement la destruction de Jérusalem comme Daniel 9 : 26-27, l’évangile de Matthieu et celui de Marc y ajoute une double portée prophétique.

Les évangiles de Matthieu et de Marc agissent comme des révélations parallèles à celui de Luc. Ils semblent aussi se référer à cet évènement précis de l’an 70 parce qu’ils parlent tous les trois de la fuite des habitants de Judée dans les montagnes, toutefois la détresse évoquée, renvoyant à celle de Daniel 12 : 1 où il est question du retour de Jésus et la résurrection semble indiquer qu’il y aura également une abomination de la désolation à la dernière période de l’histoire.

Quoique certains proposent que les leaders de l’église médiévale puissent être identifiés en cette abomination (l’apostasie qui était prévue), elle semble véritablement concerner la dernière période de l’histoire (et peut être les deux d’ailleurs).

Cette abomination de Matthieu 24, pourrait être associée à celle de Daniel 11 et 12 dans sa version future et désigner l’antéchrist dont Paul parle dans :

2 Thessaloniciens 2 : 3-4

Que personne ne vous égare d’aucune façon. Car ce jour n’arrivera pas avant qu’éclate le grand Rejet de Dieu, et que soit révélé l’homme de la révolte qui est destiné à la perdition, l’adversaire qui s’élève au-dessus de tout ce qui porte le nom de dieu, et de tout ce qui est l’objet d’une vénération religieuse. Il ira jusqu’à s’asseoir dans le temple de Dieu en se proclamant lui-même dieu.

Sachant que le temple de Dieu est le corps des croyants en Jésus, nous pouvons donc imaginer un adversaire se présentant comme le Messie, avant le retour du vrai Messie. Cette description correspond également parfaitement à Satan.

Conclusion

Nous avons donc plusieurs attributions probables pour l’abomination de la désolation :

  1. Antiochos IV Epiphane qui a consacré le temple à un autre dieu et a provoqué l’interruption de l’offrande et des sacrifices journaliers
  2. La crucifixion de Jésus qui a entraîné la désolation de Jérusalem et a interrompu l’offrande et le rite sacrificiel (notons que dans les deux premiers cas, les juifs se sont à chaque fois rebellés – contre les grecs – puis contre les romains)
  3. Les leaders de l’église médiévale par leur apostasie
  4. L’antéchrist à la dernière période l’histoire

Voici un article plus complet sur la prophétie des 70 semaines du chapitre 9 de Daniel :

Anthony ETHEVE

Passionné et étudiant converti à la Bible, Anthony partage le fruit de ces centaines d'heures de recherche afin d'aider les chrétiens et notamment les nouveaux appelés à comprendre les thèmes bibliques et le débat création/évolution.

Recent Content