Belschatzar, roi de Babylone ou erreur de la Bible ?


Cette histoire n’est-elle qu’une légende ou la Bible conserve-t-elle une histoire exacte? Il y a des années, certains sceptiques ont nié qu’il y ait jamais eu un roi de Babylone nommé Belschatsar, affirmant que son nom et son histoire avaient été inventés par quelqu’un qui ne connaissait pas la véritable histoire babylonienne.

La Bible présente le célèbre épisode de «l’écriture sur le mur» comme se produisant le même jour que la ville de Babylone, capitale de Babylone, est tombée aux mains de l’empire médo-persan. En effet, Daniel a donné au roi Belschatsar cette interprétation de l’écriture: «Et voici l’explication de ces mots. Compté: Dieu a compté ton règne, et y a mis fin.» (v. 26), et «Divisé: Ton royaume sera divisé, et donne aux Mèdes et aux Perses.» (v. . 28). La Bible affirme que Belshatsar a été tué «cette même nuit» (v. 30), et avec sa mort, le royaume babylonien était maintenant contrôlé par les Mèdes et les Perses.

Cependant, tous les autres documents historiques connus de l’époque n’étaient pas d’accord. Des historiens antiques comme Hérodote, Mégasthène, Bérose et Alexander Polyhistor, sans parler d’un grand nombre de documents cunéiformes, étaient unis pour affirmer que le dernier roi de l’empire néo-babylonien était Nabonide1, excepté le livre de Daniel et la littérature qui en dérive2.

Mais juste au moment où il semblait que toutes les preuves étaient empilées contre les Écritures, une série de découvertes archéologiques a montré que Belshatsar a bel et bien existé, et que les détails donnés à son sujet dans la Bible sont profondément corrects.

Les cylindres de Nabonide

Premièrement, en 1854, quatre cylindres d’argile avec des inscriptions identiques ont été excavés d’Ur.7 Ces cylindres de Nabonidus contenaient la prière de Nabonidus au dieu de la lune pour «Belschatsar, le fils aîné – ma progéniture.»3 Ainsi, l’existence de Belshatsar fut confirmée – comme le fils premier-né de Nabonide et l’héritier de son trône.

Les chroniques de Nabonide

Puis, en 1882, une traduction d’un autre texte cunéiforme ancien, la Chronique de Nabonide, fut publiée.

Selon la chronique, le roi Nabonide passa la majorité de son temps en dehors de Babylone, passant 10 ans de son règne de 17 ans à Tema, en Arabie (à 725 km de Babylone).

Le roi confia à Belshatsar, que le texte appelle «le prince héritier», les affaires de Babylone pendant ce temps4.

La Chronique explique que Nabonide était loin de Babylone quand elle tomba. Deux jours plus tôt, il avait fui les Perses lorsqu’ils l’ont vaincu à Sippar, de sorte que Belshatsar était la plus haute autorité de Babylone au moment de sa capture.

Le récit en vers persan de Nabonide

Ensuite, le récit du verset persan de Nabonide, publié en 1924, déclarait que, comme «il partit pour un long voyage», Nabonide «confia la royauté» à «son fils aîné, le premier-né»5.

Belshatsar gouverna donc clairement comme un roi pendant des années alors que son père était absent.

D’autres mentions dans des textes cunéiformes

Aussi, une variété d’autres textes cunéiformes antiques ont été trouvés au début des années 1900 qui mentionnaient également Belshatsar, y compris une tablette d’Erech dans laquelle lui et son père Nabonide étaient conjointement invoqués sous serment, suggérant que tous deux avaient l’autorité royale6.

Réaction des critiques

Naturellement, les critiques essaient de minimiser ces découvertes, soulignant que Belshatsar n’est jamais officiellement identifié comme roi dans aucun document babylonien. Pourtant, même s’il n’a jamais été techniquement roi selon les normes babyloniennes, il est parfaitement logique que Daniel se réfère à lui comme tel.

Il n’était pas rare que les anciens décrivent un dirigeant moins important comme roi, comme dans le cas d’Hérode Antipas, qui n’était qu’un tétrarque (cf. Matthieu 14: 1, 9). De plus, quel que soit son titre, Belshatsar était à toutes fins pratiques roi de Babylone en l’absence de son père.

Nabonide ayant passé la majorité de son règne à l’extérieur de Babylone et n’étant pas là quand Babylone a été prise par Darius le Mède, il est donc tout à fait logique que Daniel n’ait mentionné que Belschatzar.

Daniel consignait ici un accomplissement prophétique, son but n’était pas de rapporter des détails historiques sans intérêt à cet égard.

Si les critiques avaient raison de dire que Daniel n’a été écrit que des centaines d’années après ces événements, il est peu probable que l’auteur aurait pu savoir que Belshatsar était le roi en charge ou qu’il était le commandant en second (Daniel 5 : 7).

Le fait que Daniel soit historiquement exact – même dans un détail insignifiant – montre que le récit a été rédigé à peu près au moment des circonstances qu’il enregistre.

Daniel avait raison et comme l’archéologie l’a montré, il avait une meilleure compréhension de Belshatsar et de son rôle dans l’empire néo-babylonien que les critiques et les historiens anciens!

L’exactitude de certaines informations historiques, confirmées par des découvertes récentes, a fortement intrigué certains chercheurs qui ne croient pas à l’authenticité du livre de Daniel. L’un d’eux, le professeur Robert H. Pfeiffer, de l’Université de Harvard, écrit:

Nous ne saurons sans doute jamais comment notre auteur a appris que la nouvelle Babylone fut la création de Nabuchodonosor (4:30…), Comme les fouilles l’ont prouvé (voir R. Koldewey, Excavations at Babylon, 1915), et que Belshatsar, seulement mentionné dans les archives babyloniennes, dans Daniel et dans Bar. i: n, qui est basé sur Daniel, fonctionnait comme roi lorsque Cyrus prit Babylone en 538 (ch.5)7.

Les chasseurs-cueilleurs ont-ils précédé l’agriculture ?

Les tribus isolées de chasseurs-cueilleurs sont souvent considérées en occident comme des reliques primitives ou pré-agricoles, pas encore complètement évoluées, de l’âge de pierre. Cependant, face aux intrigantes nouvelles preuves, les anthropologues doivent repenser complètement les «mondes primitifs». Parcourant des montagnes forestières dans le nord de la Thaïlande et à l’ouest du Laos, le peuple…

Continue reading

Les compagnons de Paul ont ils entendu la voix de Jésus ou pas sur le chemin de Damas ?

Actes 9 : 7 Les hommes qui l’accompagnaient demeurèrent stupéfaits; ils entendaient bien la voix, mais ils ne voyaient personne. Actes 22 : 9 Ceux qui étaient avec moi virent bien la lumière, mais ils n’entendirent pas la voix de celui qui parlait. Alors je dis: Que ferai-je, Seigneur? Pour remédier à l’apparente contradiction ci-dessus,…

Continue reading

Le Paradis est-il céleste ou terrestre selon la Bible ? Quel est le véritable espoir des chrétiens ?

Je pense que nous avons à ce stade (après le premier article sur la mortalité de l’âme) bien débroussaillé le fait qu’aussi bien dans l’Ancien que dans le Nouveau Testament, l’âme est mortelle et que la mort est comme un sommeil. Tous les textes bibliques littéraux présentés dans ce premier article ne mentionnent pas la…

Continue reading

Références :

  1. Dougherty, R.P., Nabonidus and Belshazzar: A Study of the Closing Events of the Neo-Babylonian Empire, pp. 7–12, Yale University Press, 1929.
  2. E.g., Baruch 1:11–12 and Josephus’ Antiquities 10.11.
  3. The Nabonidus Cylinder from Ur, translation by Paul-Alain Beaulieu; livius.org/na-nd/nabonidus/cylinder-ur.html.
  4. Pritchard, J.B. (ed.), Ancient Near Eastern Texts Relating to the Old Testament with Supplement, p. 306, Princeton University Press, 1969.
  5. Pritchard, J.B. (ed.), Ancient Near Eastern Texts Relating to the Old Testament with Supplement, p. 313, Princeton University Press, 1969
  6. McDowell, J., Daniel in the Critics’ Den, p. 64, Campus Crusade for Christ, San Bernardino, CA, 1979.
  7. Robert H. Pfeiffer, Introduction to the Old Testa ment (New York, 1941), pp. 758, 759.

Anthony ETHEVE

Passionné et étudiant converti à la Bible, Anthony partage le fruit de ces centaines d'heures de recherche afin d'aider les chrétiens et notamment les nouveaux appelés à comprendre les thèmes bibliques et le débat création/évolution.

Recent Posts