D’où est venue l’eau du déluge biblique ? et ou est elle allée ?


Pour traiter de la provenance de l’eau il nous faut à travers quelques versets traiter la chronologie du déluge.

La pluie du déluge a duré 40 jours et 40 nuits mais il a fallu un an pour que Noé et les siens puissent sortir du bateau.

Il entre dans l’arche le dix septième jour du second mois et n’en sort que le vingt septième jour du second mois de l’année suivante.

Les eaux en elle-même n’ont commencé à baisser qu’après 150 jours.

Le terme déluge fait, dans l’esprit de beaucoup de personnes, référence à une pluie torrentielle. Si cela n’est pas faux, le déluge biblique est bien plus dévastateur qu’une forte tempête de pluie.

« Déluge » provient du latin « dĭlūvĭum » qui signifie « inondation ». Le mot inondation est peut être moins trompeur que le terme « déluge » qui nous renvoie à l’unique idée d’une pluie torrentielle car en effet une inondation ne provient pas spécifiquement de la pluie (ex : tsunami).

Ainsi l’inondation biblique ne provient pas uniquement de la pluie, dût elle tomber pendant 40 jours et 40 nuits et gravement affecter la terre.

Le texte biblique nous indique une autre source d’inondation (bien qu’elles soient liées). Voyons la chronologie de l’évènement.

Le début du déluge

Genèse 7 : 4

Car, encore sept jours, et je ferai pleuvoir sur la terre quarante jours et quarante nuits, et j’exterminerai de la face de la terre tous les êtres que j’ai faits.


Genèse 7 : 11

L’an six cent de la vie de Noé, le second mois, le dix-septième jour du mois, en ce jour-là toutes les sources du grand abîme jaillirent, et les écluses des cieux s’ouvrirent.

Au passage il est assez extraordinaire que l’auteur du livre de la genèse ait pu parler des sources du grand abîme (probablement l’eau de l’océan vaporisée par du matériau chaud venant du manteau terrestre et également de l’eau venant du manteau car 5% du magma est de l’eau). Encore aujourd’hui les chercheurs continuent d’étudier le sujet de l’eau dans le manteau terrestre12.

Nous ne devons pas imaginer les océans souterrains comme le décrit le roman classique de Jules Verne « un voyage au centre de la terre », mais les scientifiques continuent de trouver des preuves de vastes quantités d’eau bien en dessous de la surface sous forme de minéraux hydratés.

Les géologues publiés dans “Science” ont comparé les différences de vitesse de l’énergie sismique passant sous l’ouest des États-Unis à des modèles qui prédisent les effets de l’eau sur les ondes sismiques3.

Ils ont trouvé une certaine concordance entre les modèles et les données réelles enregistrées, il semble que l’eau disséminée dans la zone de transition près du sommet du manteau inférieur de la Terre – à environ 400-600 miles sous la surface – ralentit les ondes sismiques. On pense que les zones où les ondes sismiques se déplacent plus rapidement retiennent moins d’eau.

Certains minéraux du manteau peuvent incorporer des molécules d’eau dans leur structure. Les auteurs de l’étude scientifique ont conclu que les zones épaisses à faible vitesse doivent représenter des minéraux hydratés.

Des recherches antérieures ont déjà trouvé un minéral hydraté piégé à l’intérieur d’un diamant qui s’est formé à grande profondeur, ainsi que des minéraux de roche lunaire hydratés45.

Le volume d’eau à l’intérieur du sommet des minéraux du manteau inférieur de la Terre produirait suffisamment d’eau pour former de nouveaux océans entiers.

Ces eaux du manteau pourraient représenter des eaux résiduelles «du grand abîme» qui ont surgi à travers la croûte pour déclencher le déluge de Noé, selon Genèse 7:11.

Ce qu’il se passe durant le déluge est que l’on écarte la croûte. Il y a du matériau chaud qui vient prendre la place de la croûte froide. Le matériau chaud, comme il est chaud, occupe plus de volume.

Dans ce nouvel océan, le matériau chaud repose à 1.5km plus haut que le matériau froid dans le même océan. Admettons que nous avions un océan plein, on remplace la croûte froide par une croûte chaude, ce qu’il se passe est que le fond de l’océan s’élève d’1.5km de haut, et cela pousse l’eau hors de l’océan, on ajoute à cela le fait que 5% en moyenne du magma du manteau est de l’eau. On a donc de l’eau additionnelle qui n’était pas à la surface de la terre avant. Le fait que l’océan occupe 70% de la surface terrestre, on peut facilement élever l’océan d’1.5km sur les continents. Nous avons donc un mécanisme pour recouvrir les continents d’eau.

Voici un article plus complet sur les mécanismes du déluge :

Le déroulement du déluge

Genèse 7 : 18-19

Les eaux grossirent et s’accrurent beaucoup sur la terre, et l’arche flotta sur la surface des eaux.Les eaux grossirent de plus en plus, et toutes les hautes montagnes qui sont sous le ciel entier furent couvertes.


Genèse 7 : 24

Les eaux furent grosses sur la terre pendant cent cinquante jours.


Genèse 8 : 3

Les eaux se retirèrent de dessus la terre, s’en allant et s’éloignant, et les eaux diminuèrent au bout de cent cinquante jours.


Genèse 8 : 14

Le second mois, le vingt-septième jour du mois, la terre fut sèche.

D’autres versets évocateurs sur l’eau dans la Bible

Voici également quelques versets qui montrent que la terre, aussi peu intuitif que cela pouvait paraître aux yeux des premières populations, voire encore de la nôtre, était fondée sur les eaux :

Psaumes 24 : 2

Car il l’a fondée sur les mers, Et affermie sur les fleuves.


Psaumes 136 : 6

Celui qui a étendu la terre sur les eaux, Car sa miséricorde dure à toujours!

Quelques déductions à partir de ces versets

Nous pouvons donc imaginer qu’il y avait plus d’eau emprisonnée avant le déluge et que celle-ci a été libérée par la suite avec des geysers, des sources, comme dit la Bible.

Aujourd’hui 70% de la surface de la terre est recouverte d’eau pour seulement 30% de terres fermes. Peut être le rapport était il inversé avant le déluge ou en tout cas favorable à plus de terre émergée.

Aussi il n’y a pas eu besoin de couvrir un mont Everest qui probablement n’existait pas. Le psaume suivant nous dit :

Psaumes 104 : 8

Des montagnes se sont élevées, des vallées se sont abaissées, Au lieu que tu leur avais fixé.

La terre d’avant le déluge était très différente de celle d’après. Il faut donc faire attention à produire un raisonnement sur la base actuelle. Nous allons voir dans les articles suivants que la séparation des continents et l’élévation des montagnes sont les conséquences du déluge.

L’eau est venue partiellement du manteau terrestre et de l’océan lui même (de l’eau a été vaporisée par le matériau chaud montant à la surface) pour s’abattre sur un monde beaucoup plus plat qu’aujourd’hui.

Le niveau des mers est si élevé aujourd’hui que l’espace habitable, si on retire les endroits terrestres peu habitables (comme les montagnes), est très faible.

La quantité d’eau en dehors de la croûte terrestre est plus élevé qu’avant le « déluge ».

Conclusion

Nous savons que la croûte terrestre est constituée de vastes plaques continentales appelées plaques tectoniques. Au début de l’inondation, ces plaques auraient pu se rompre et ces plaques qui se déplacent aujourd’hui à un rythme d’un centimètre par siècle (en passant, même à des taux aussi lents, une activité géologique importante a lieu, volcanisme, tremblements de terre, tsunamis etc…).

Mais au début du déluge, ces plaques ont pu se déplacer l’une par rapport à l’autre, non pas à des taux de centimètres par siècle mais à plusieurs mètres par seconde. Ceci relâcha de massives quantités de magma à travers d’énormes éruptions volcaniques entraînant des jets de vapeurs surchauffées jaillissant dans l’air et provoquant de terribles pluies torentielles pendant 40 jours et 40 nuits.

Toute la surface de la terre a été totalement dévastée par le déluge. Ce fut la plus grande catastrophe géologique jamais survenue dans l’histoire de la Terre.

Ceci est davantage développé dans l’article suivant :


Références :

  1. https://www.notre-planete.info/actualites/3980-eau-manteau-Terre
  2. https://www.icr.org/article/8197
  3. https://www.sciencemag.org/content/344/6189/1265?related-urls=yes&legid=sci;344/6189/1265
  4. https://www.icr.org/article/8036/
  5. https://www.icr.org/article/water-rocks-may-support-moons-bible/

Anthony ETHEVE

Passionné et étudiant converti à la Bible, Anthony partage le fruit de ces centaines d'heures de recherche afin d'aider les chrétiens et notamment les nouveaux appelés à comprendre les thèmes bibliques et le débat création/évolution.

Recent Posts