Le Roi David a t’il existé ? Qu’en dit l’Archéologie ?


Certains chercheurs pensent que le roi David est un roi mythique comme le roi Arthur. Tout au plus si David avait existé il n’était rien de plus qu’un chef de tribu, et certainement pas le roi historique d’une dynastie en Israël.

Par exemple, le professeur de l’Université de Sheffield, le Dr Philip R. Davies, a déclaré:

«Je ne suis pas le seul chercheur à soupçonner que la figure du roi David est à peu près aussi historique que le roi Arthur1

L’archéologue, Israel Finkelstien a été cité comme disant:

«Le royaume uni de David et Salomon, décrit dans la Bible comme une puissance régionale, était tout au plus, un petit royaume tribal…. Le royaume de David était simplement 500 personnes avec des bâtons dans leurs mains criant, maudissant et crachant2

Cela contraste fortement avec l’image que la Bible décrit de l’empire sur lequel David régnait. Son ascension d’humble berger à puissant commandant militaire puis de roi sur Juda et Israël ne serait qu’une histoire passionnante.

Pourtant, le récit biblique ressemble davantage à de l’histoire qu’à un mythe, et, parfois, rappelle les listes de royaumes conquis que les rois d’autres nations ont laissées à la postérité.

La Bible décrit David régnant à Hébron comme roi de la tribu de Juda pendant une période de sept ans avant que les anciens d’Israël ne viennent le couronner roi sur toute la nation. Il régna sur tout Israël et Juda pendant encore 33 ans, conquérant les nations autour de lui et étendant la portée de son empire.

Lorsque David conquit la ville jébusienne de Jérusalem, Hiram, roi de Tyr, envoya des charpentiers et des tailleurs de pierre avec des rondins de cèdre pour lui construire un palais.

Lorsque David a vaincu Hadadézer, roi de Zobah, Thoï, le roi de Hamath, lui envoya ses félicitations avec des articles en or, en argent et en bronze.

2 Samuel 8 : 11-12

Le roi David les consacra à l’Eternel, comme il avait consacré l’argent et l’or des peuples qu’il avait vaincus, c’est-à-dire des Edomites, des Moabites, des Ammonites, des Philistins et des Amalécites, ainsi que tout le butin enlevé à Hadadézer, fils de Rehob et roi de Tsoba.

Plus tard au cours de son règne, David a fait un recensement pour déterminer le nombre de combattants dans son royaume. Il a fallu plus de neuf mois pour compter ses soldats et a abouti à un décompte de plus de 800 000 (2 Sam 24: 9).

Dans l’ensemble, la Bible décrit David régnant sur un vaste empire organisé qui comprenait des parties de la Turquie moderne, de la Syrie, du Liban, de la Jordanie et d’Israël.

Mais quelles preuves y a-t-il pour le roi David et son royaume ?

La Stèle de Tel Dan

Crédit photo: Oren Rozen / Wikimedia Commons / CC-BY-SA-4.0

La Stèle Tel Dan avec l’inscription «Maison de David», témoigne de l’historicité de David et de la réalité de sa dynastie.

Toute discussion archéologique sur le roi David doit commencer par la stèle de Tel Dan. En 1993, des archéologues fouillant à Tel Dan, le site de l’ancienne ville de Dan dans le nord d’Israël, ont découvert une pierre brisée, d’environ 32 cm de haut sur 22 cm de large, portant une inscription araméenne.

L’année suivante, deux autres fragments de la stèle ont été découverts. Le fragment de stèle a eu un impact instantané, car il portait l’inscription «bytdwd» (Beit David, ou Maison de David). La stèle enregistre la victoire du roi d’Aram (probablement Hazael, bien que son nom ne soit pas donné) sur le roi d’Israël, et son allié, le roi de la «Maison de David».

La stèle date du neuvième siècle avant JC, environ 200 ans après le règne de David.

Alors que les critiques ont tenté de suggérer des lectures alternatives, la majorité des chercheurs admettent maintenant que la Stèle de Tel Dan est une référence claire au roi David.

L’archéologue Yosef Garfinkel explique l’importance de l’inscription:

«Maison de David »signifie« dynastie de David ». Nous savons donc maintenant qu’il y avait un gars appelé David et qu’il avait une dynastie… Il est absolument clair que David n’est pas une figure mythologique.

Le paradigme mythologique s’est donc effondré en un instant3. »

Inscription sur la Stèle de Mesha – «Maison de David»

En 1994, l’épigraphe André Lemaire a proposé que la célèbre Stèle de Mesha (ou Pierre de Moab) contient également l’expression «Maison de David». La Pierre de Moab contient une inscription de Mesha, roi de Moab, qui se vante de sa rébellion réussie du roi d’Israël, un événement décrit dans 2 Rois 3.

La pierre a été intentionnellement brisée par les habitants de Jordanie, là où elle a été découverte, mais pas avant qu’un estampage de l’inscription n’ait été réalisé.

L’inscription en question est difficile à lire en raison d’une cassure dans la pierre, et une lettre cruciale manque à la ligne 31. Lemaire a conclu:

«Mon propre examen de la pierre et de l’estampage, qui est maintenant en cours de restauration et de nettoyage de poussière accumulée , confirme que le t suit le b. Je reconstruirais donc pour la première fois la lettre manquante comme un d (d). Le résultat est : bt [d] wd (dw [d] tb), la “Maison de [D] avid!”4»

En 2019, Israel Finkelstein, Nadav Na’aman et Thomas Römer ont publié un article dans le Journal de l’Institut d’archéologie de l’Université de Tel Aviv analysant la ligne 31 sur la pierre de Moab. Ils soutiennent qu’il y a un trait vertical qui indique une transition entre deux phrases et que la lettre doit être lu comme “Bet” le début d’un nom (Balak), plutôt que “Beit” (Maison)5.

Vers la même période, Michael Langlois, un chercheur au Centre de recherche français à Jérusalem, a publié un article dans le Journal Semitica, qui soutenait la lecture initiale de Lemaire de «Maison de David». Il prétend qu’il n’y a pas de tel trait vertical dans l’image, mais que le saut de ligne vient plus tard.

Langlois a passé des années à utiliser des images haute résolution, des algorithmes informatiques pour effectuer le Polynomial Texture Mapping (PTM) de la stèle pour créer une image 3D.

Récemment, il a utilisé l’imagerie par transformation de réflectance (RTI) – des photos de la stèle elle-même et de l’estampage d’origine sous différents angles et sous différents éclairages, pour créer une image rétroéclairée haute résolution de l’inscription.

Dans son article, Langlois soutient que la nouvelle technologie montre un point auparavant négligé, la manière habituelle que les scribes de l’époque utilisaient pour indiquer une rupture entre les mots. Ce point vient exactement après la zone interprété «Maison de David», confirmant ainsi la lecture initiale de Lemaire6.

Le relief de la bataille du pharaon Shishak – «Les Régions Montagneuses de David»

L’égyptologue Kenneth Kitchen a identifié une troisième référence possible à David en Egypte. Le pharaon Shoshenq I (également Sheshonk, appelé Shishak dans la Bible), a envahi la Palestine en 926/5 av.

De retour en Égypte, il a commandé une scène à inscrire sur les murs du temple d’Amon à Karnak détaillant son succès. L’un des endroits qu’il prétend avoir conquis est h (y) dbt dwt – les «régions montagneuses ou hautes terres de Davit». Kitchen a trouvé une inscription éthiopienne du VIe siècle après JC avec une référence claire au roi David (d’après l’un de ses psaumes) dans laquelle son nom est orthographié Davit.

Il fait en outre valoir que les toponymes dans la liste de Shishak sont disposés géographiquement et que les «hauteurs de Davit» (anneaux de nom 105 et 106) se produisent dans une rangée qui comprend des sites dans le sud de Juda et le Néguev, la même zone générale dans laquelle David était un fugitif alors qu’il fuyait Saül.

Kitchen affirme que, sans être certain, il y a un «degré élevé de possibilité» que Shishak prétend avoir conquis une région appelée les hauteurs de David, quand il a envahi Juda au 10ème siècle avant JC7.

Dans ce relief du mur du Grand Temple de Karnak, le pharaon Shoshenq I (Shishak biblique) a énuméré les lieux qu’il a conquis dans sa campagne en Israël et en Juda en 926 av.

Photo: Olaf Tausch / Wikimedia Commons / CC BY 3.0

Certains des anneaux de noms de lieux répertoriés sur le relief triomphal de Shoshenq I à Karnak. Les anneaux 105 et 106 ont été reconstruits par l’égyptologue Kenneth Kitchen pour lire «Hauteurs ou Hautes terres de David».

Image: Dessin de Champion à l’Université de Chicago Oriental Institute Epigraphic Survey (1954), Reliefs and inscriptions at Karnak: The Bubastite portal, vol. III. Chicago: Presses de l’Université de Chicago.

Le palais du Roi David

Photo du Dr Eilat Mazar.

La grande structure en pierre a été identifiée par l’archéologue, Eilat Mazar, comme le palais du roi David.

En 2005, l’archéologue israélienne, le Dr Eilat Mazar, annonçait avoir mis au jour les restes du palais de David. Mazar avait remarqué que la Bible décrivait David descendant de sa résidence à la forteresse (2 Sam. 5:17).

Elle pensait que David aurait construit son palais au nord de cette forteresse et à l’extérieur du mur nord de la ville, étant donné qu’il envisageait d’agrandir la ville. Ses fouilles dans cette zone ont mis au jour ce qu’elle a appelé la grande structure en pierre, un immense complexe de bâtiments qu’elle décrit comme «le produit de l’inspiration, de l’imagination et d’un investissement économique considérable8».

Mazar creusait près de l’endroit où Kathleen Kenyon avait découvert une décoration en pierre qui aurait orné le sommet d’un pilier, appelé un chapiteau proto-éolique, l’une des plus belles et des plus complexes jamais découvertes en Israël.

Sur la base de la poterie trouvée sous la grande structure en pierre, elle a daté la première phase de sa construction au début de l’âge du fer IIa, probablement vers le milieu du dixième siècle avant JC, précisément au moment où la Bible décrit le roi David régnant sur Royaume-Uni d’Israël.

La découverte du plus grand et du plus beau bâtiment de la partie nord de la vieille ville, qui date de l’époque de David, a conduit beaucoup à croire que Mazar a découvert les vestiges du palais du roi David.

Bien sûr, de nombreux critiques qui croient que les récits bibliques du roi David sont légendaires, n’ont pas tardé à critiquer le travail de Mazar et sa considération des Écritures comme un texte ancien fiable.

Le gouvernement de David – Villes de Juda

Si une monarchie unie a existé au 10ème siècle avant JC, comme décrit dans la Bible, on pourrait s’attendre à trouver des preuves d’une administration politique commune dans tout le royaume. Certains archéologues affirment avoir trouvé de telles preuves d’une société complexe dans les vestiges archéologiques de plusieurs sites.

De 2007 à 2013, Yosef Garfinkel (Université hébraïque) et Saar Ganor (Autorité des antiquités israéliennes) ont mené des fouilles à Khirbet Qeiyafa, une forteresse datant de l’époque du roi David. Elle est située à 30 km au sud-ouest de Jérusalem, au sommet d’une colline stratégiquement située dans le royaume de Juda et sur la route de la Philistie à Jérusalem.

Les fouilleurs l’ont identifié comme étant la Shaaraïm biblique (1 Sam. 17:52) en raison de ses deux portes, et affirment qu’il existe des preuves claires de l’urbanisme, comme le mur casemate (bunker) de la ville avec des maisons qui ont été construites dans le mur.

Une asbence d’os de porc, un ostracon identifié comme l’une des premières inscriptions hébraïques jamais découvertes et des sanctuaires cultuels absents de toute image de personnes ou d’animaux (c.-à-d. Images gravées) ont été utilisés pour identifier Khirbet Qeiyafa comme une forteresse israélite, plutôt qu’un avant-poste philistin.

Deux grandes structures ont été identifiées comme bâtiments publics royaux: l’une était une résidence palatiale, l’autre un entrepôt9.

On estime que 100 000 tonnes de pierre ont été utilisées pour construire la ville, ce qui aurait nécessité un gouvernement central important pour superviser une telle construction10. C’est probablement bien au-delà de ce qu’un chef de tribu aurait pu construire11.

Un autre site, El Eton, a été récemment fouillé par des archéologues de l’Université de Bar-Ilan, qui ont mis au jour une ville ancienne qui date également de l’époque du roi David. Les chercheurs ont découvert une structure monumentale, qu’ils ont surnommée la «résidence du gouverneur», qui a été construite avec des pierres de taille et des fondations profondes utilisant des matériaux de construction de qualité..

Les chercheurs suggèrent que cela témoigne également d’une société complexe et d’une administration politique forte pendant la phase de construction. Les excavateurs ont daté le site en utilisant du radiocarbone du gisement de fondation, ainsi que des fosses d’olive et du charbon trouvés sur le sol, indiquant que la résidence Tel ‘Eton a été construite pour la première fois à la fin du 11e ou 10e siècle avant JC12.

C’est la deuxième structure monumentale datant des époques davidique et salomonique découverte dans la région (Khirbet Qeiyafa étant le premier).

Les rois davidiques

Après le règne du roi David, 20 monarques de sa lignée familiale ont régné successivement après lui, à commencer par Salomon sur la monarchie unie, puis en tant que rois du royaume méridional de Juda.

De nombreuses découvertes archéologiques relatives à ces rois davidiques ont été mises au jour. De nombreux chercheurs citent les portes presque identiques à Hazor, Megiddo et Gezer comme preuve de l’activité de construction de Salomon13.

Les inscriptions sur les empreintes de sceaux attestent de plusieurs rois, y compris Ozias, Achaz et Ézéchias, tandis que d’autres, tels que Manassé et Jehoiachin sont mentionnés par leur nom dans les écrits assyriens et babyloniens14.

Cette bulle (impression de sceau) du roi Ézéchias scellait à l’origine un document écrit sur un papyrus. Les fines cordes avec lesquelles le document était noué ont laissé leur marque au revers de la bulle. Crédit photo: Ouria Tadmor / © Eilat Mazar. Utilisé avec permission.

Ces découvertes corroborent indépendamment des détails spécifiques dans les Écritures et sont cohérentes avec la description biblique d’une lignée de rois davidique qui ont régné en Israël et en Juda pendant des générations.

Le mystérieux PYIM du premier livre de Samuel

Un passage unique dans le livre de 1 Samuel décrit comment aucun forgeron ne pouvait être trouvé en Israël, les Israélites sont alors allés chez les Philistins pour affûter leurs outils. Mais un mot inconnu et mystérieux “PYM”15 a semé la confusion sur le sens et l’interprétation du récit.

Pendant des siècles, les traducteurs de la Bible n’avaient aucune idée de ce que signifiait le mot PYM car il n’apparaissait nulle part ailleurs dans l’Ancien Testament et aucun lexique ancien n’avait traduit sa signification.

Cependant, des fouilles archéologiques à Gezer au début des années 1900 ont découvert un poids de pierre inscrit dans l’ancienne écriture hébraïque avec le mot PYM et le mystère a été résolu.

Une fois analysé, il a été compris que le poids de piym était une ancienne dénomination de poids de pierre équivalente à environ 7,6 grammes ou deux tiers de sicle, et c’était le prix en poids de l’argent pour affûter les outils.

Avant l’introduction de la monnaie normalisée dans les pièces de monnaie frappées, l’argent ou d’autres métaux précieux étaient généralement pesés d’un côté d’une balance, avec un poids de pierre ou des poids de l’autre côté de la balance. De nombreux exemples du poids piym ont maintenant été découverts dans la région de l’ancien Israël.

Bien que le poids était apparemment commun à un moment de l’histoire israélite, il est tombé hors d’usage pendant la période du Royaume divisé d’Israël et de Juda et n’était plus connu à l’époque de la période intertestamentaire.

Puisque le livre de Samuel utilise ce mot qui s’est ensuite perdu dans l’histoire, il démontre que l’auteur a vécu à l’époque de l’ancien Israël.

1 Samuel 13 : 21 (traduit par mes soins)

Le prix était un piym pour aiguiser les pointes de charrues, les pioches, les tridents, les haches et pour fixer les aiguillons.

Lettre à propos d’un roi

Une lettre écrite en hébreu ancien et datant d’environ 1000 avant JC a été découverte sur le site de Khirbet Qeiyafa16, connu sous le nom de forteresse Elah. Située à la frontière entre l’ancien Israël et la Philistie, la forteresse surplombait la vallée d’Ela où David battit Goliath.

En raison des deux portes trouvées à cette forteresse, les fouilleurs suggèrent que c’était la ville de Sha’arayim (signifiant «deux portes»), qui apparaît dans Josué, Samuel et Chroniques.

La lettre a été écrite à l’encre de carbone noire sur un tesson carré de poterie (un ostracon), et elle est également lue de gauche à droite et apparaît avec les lettres proto-cananéenne similaires à celles trouvées sur l’ostracon d’Izbet Sartah, qui diffèrent de l’alphabet hébreu connu à partir d’inscriptions en Israël et en Juda pendant la période du Royaume divisé.

Cette lettre de l’époque du roi David, trouvée à la forteresse d’Ela, est importante non seulement parce qu’elle démontre en outre l’alphabétisation des Israélites et l’utilisation précoce de l’hébreu écrit, mais le contenu nous informe du contexte historique qui correspond aux descriptions de l’époque dans le Bible.

Bien que l’encre soit pâle et que certaines lettres soient difficiles à lire, le texte de cinq lignes mentionne un commandement, servir Dieu et le roi.

Comme la forteresse était israélite et que la langue de la lettre était l’hébreu, cela démontre qu’il y avait un roi en Israël à cette époque, que le royaume s’étendait bien au-delà de la seule région de Jérusalem, que les Israélites, y compris leur roi, étaient alphabétisés et écrivaient des lettres, et que la frontière israélite avec les Philistins était dans la vallée d’Ela à l’époque de David – tout cela est également consigné dans les livres de Samuel et des Chroniques.

Qeiyafa est un site de 2,3 hectares dans la Shéphélah (contreforts de Judée) sur le côté nord de la vallée d’Ela, à environ 20 km au sud-ouest de Jérusalem. C’était une forteresse israélite datée par des tests de poterie et de radiocarbone à environ 1050-970 av. Les fouilles sur le site n’ont révélé aucun os de porc, aucune idole et poterie distinctes des styles des villes philistines voisines, ce qui, avec la lettre hébraïque, a démontré de manière concluante qu’il s’agissait d’une forteresse israélite.

2 Samuel 11 : 14-15

Le lendemain matin, David écrivit une lettre à Joab et chargea Urie de la lui remettre. Dans cette lettre il écrivait : Place Urie en première ligne, là où le combat est le plus rude, puis retirez-vous en arrière pour qu’il soit touché et qu’il meure !

L’Ostracon de Goliath

L’Ostracon de Gath ou de Goliath17 est un morceau de poterie inscrit du 10ème ou 9ème siècle avant JC qui a été découvert lors de fouilles dans l’ancienne ville philistine de Gath. L’analyse indique que l’inscription représente deux noms ou un nom et un mot.

Le prénom semble être une forme du nom Goliath, bien que les chercheurs diffèrent sur l’interprétation exacte des lettres et la traduction du texte.

Cependant, l’inscription vient de la ville de Goliath et de ses descendants, peu de temps après les guerres entre David et les géants de Gath, et elle enregistre un nom philistin ou agéen “Goliath” (ou un nom étymologiquement équivalent), démontrant que les Philistins ont vécu à Gath et que le nom «Goliath» était utilisé dans cette ville à l’époque de la monarchie unie d’Israël au début de l’âge du fer II.

Dans l’ancienne culture égéenne, les plus grands guerriers et héros d’armées opposées participaient à un combat singulier appelée monomaxie, qui pouvait décider du sort de la bataille. Achille et Hector, consignés dans l’Iliade et représentés dans des œuvres d’art anciennes, en est l’exemple le plus célèbre, mais de nombreux autres sont connus de la littérature grecque antique.

Ces duels ont été combattus pour montrer la supériorité du côté gagnant, et semer la peur dans le côté perdant, ce qui pouvait facilement renverser le cours de la bataille. La tradition semble avoir émergé de l’ancienne culture égéenne et s’est poursuivie pendant des centaines d’années.

Lorsque David a combattu Goliath en duel, le champion des Philistins d’origine égéenne, les deux guerriers se sont engagés dans ce combat singulier (monomaxie). Après que David ait vaincu et tué Goliath, ce qui semblait presque impossible, cela paniqua les philistins et les fit battre en retraite.

Bien que de nombreuses traductions de la Bible indiquent la taille de Goliath comme étant d’environ 3 mètres d’après le texte massorétique, les manuscrits de la mer Morte et de la Septante (LXX), plus de 1000 ans plus vieux que le texte massorétique, indiquent la taille de Goliath comme étant d’environ 2 mètres.

Cette taille plus courte était encore considérablement plus grande que l’homme moyen à l’époque (environ 1 mètre 67), ce qui signifie que Goliath dominait David. Une taille pour Goliath d’environ 2m de haut est également en accord avec les découvertes archéologiques des restes de squelettes humains les plus grands connus dans cette région depuis les temps anciens.

Le Calendrier de Gezer

Sur le site de l’ancienne Guézer, à l’ouest de Jérusalem et au nord-ouest de Bethléem, une tablette de calcaire inscrite en hébreu ancien a été trouvée lors de fouilles en 190818. Datant du 10ème siècle avant JC, au début de la période de la monarchie unie et juste après l’époque de les juges, elle fut pendant de nombreuses années la plus ancienne inscription hébraïque découverte par l’archéologie.

La tablette a été désignée Calendrier de Gezer car elle décrit 12 mois d’activités agricoles au cours de l’année. Le texte est composé de 7 lignes lues de gauche à droite, suivies d’un nom en bas de la tablette. Plus précisément, l’inscription se traduit par :

Deux mois de récolte, deux mois de semis, deux mois de croissance tardive, un mois de coupe de lin, un mois d’orge, un mois de mesure, deux mois de taille du champ, un mois de récolte de fruits.

Le nom hébreu Abiya («mon père est Yahvé») apparaît sur la tablette, peut-être a t-elle été signé par l’auteur, c’est un nom connu dans des livres de Samuel, des Rois et des Chroniques.

Étant donné que le texte mentionne les travaux agricoles associés aux mois, une interprétation suggère qu’il était lié à la perception des impôts. Une autre interprétation est qu’il s’agissait d’une chanson folklorique, mais il n’y a aucune preuve parallèle dans les textes bibliques ou les inscriptions hébraïques qui indiquent qu’elle aurait été liée aux impôts ou qu’il s’agissait d’une chanson.

Cependant, l’avant et l’arrière de la tablette montrent une utilisation répétée. La tablette a été inscrite, effacée et de nouveau inscrite, indiquant qu’il s’agissait peut-être d’une tablette d’entraînement pour la formation d’un scribe.

Indépendamment de son identité en tant qu’inscription officielle ou tablette de pratique, le Calendrier de Gezer révèle que les anciens Israélites au début de la monarchie utilisaient un calendrier de 12 mois et que l’économie du royaume était basée sur l’agriculture.

Ce calendrier israélite de 12 mois et les diverses activités agricoles associées peuvent également être reconstruits à partir de nombreux passages de l’Ancien Testament, corroborant l’utilisation d’un calendrier de 12 mois et les cycles agricoles généraux enregistrés dans la Bible.

Bien que le calendrier Gezer ne nomme pas les mois, les noms de mois connus de l’Ancien Testament sont comme suit :

  • 1 – Abib
  • 2 – Ziv
  • 3 – Sivan
  • 4 – Inconnu
  • 5 – Inconnu
  • 6 – Elul
  • 7- Ethanim
  • 8 – Bul
  • 9 – Chislev
  • 10 – Teveth
  • 11 – Chevat
  • 12 – Adar

De plus, la présence du nom Abiya sur le Calendrier de Gezer est une attestation archéologique de l’utilisation de ce nom au 10ème siècle avant JC, qui est également la période selon la Bible où Abiya était un nom commun en Israël et en Juda.

Des rois et des couronnes

À l’époque de la monarchie unie, les rois d’Israël ont adopté la tradition de porter des couronnes, à commencer par Saül. Cependant, deux principaux types de couronnes étaient utilisés: l’un était une couronne de type diadème, qui était petite et pouvait être portée en toute occasion, tandis que l’autre était une couronne de type grand casque, qui était cérémonielle.

Lorsque les forces de David s’emparèrent de la ville de Rabba, la capitale d’Ammon, David prit pour lui la couronne de leur roi et la plaça sur sa tête. Cette couronne a été décrite comme pesant un talent, faite d’or et décorée d’une pierre précieuse.

Selon les anciennes sources, le poids d’un talent était d’environ 30 kilos, ce qui démontre qu’il s’agissait d’une couronne de cérémonie peu pratique qui ne pouvait pas être portée dans des circonstances normales.

La découverte d’une statue de roi couronné de Rabbah, Ammon, sculptée dans le calcaire19, peinte à l’origine et datant du 8ème siècle avant JC, démontre ce type de couronne cérémonielle lourde, en forme de cône, que David a acquise d’un roi de cette période et de cette région.

Cette couronne de type casque ressemble également à celles portées par les rois de nombreuses autres nations dans l’ancien Proche-Orient et en Égypte, et au type de couronne utilisé pour les statues et les représentations de dieux.

Selon les livres de Samuel des chroniques, des Psaumes et Cantique des Cantiques, il semble que David et Salomon utilisaient ce type de couronne, et il se peut qu’elle ait été transmise aux rois suivants de la dynastie, bien que cette couronne casque ne soit pas à nouveau mentionnée dans le contexte d’autres rois d’Israël et de Juda.

2 Samuel 12 : 29-30

David rassembla donc tout le peuple et partit pour Rabba. Il donna l’assaut à la ville et s’en empara. Il prit la couronne qui se trouvait sur la tête de leur roi. Cette couronne, qui était tout en or, pesait une trentaine de kilos et était garnie d’une pierre précieuse. Elle vint orner la tête de David.

Conclusion

L’inscription claire «Maison de David» de Tel Dan établit que David était un personnage historique qui était à la tête d’une dynastie, ce qui est confirmé par deux autres inscriptions qui peuvent se référer à lui.

Cette preuve directe est étayée par les autres découvertes à Jérusalem et dans d’autres villes du royaume de Juda, qui indiquent également l’existence d’une monarchie unie complexe au 10ème siècle avant JC, comme le décrit la Bible.

D’autres inscriptions affirment des rois spécifiques dans la lignée davidique. Avant 1993, il y avait très peu de preuves archéologiques pour soutenir l’historicité du roi David. Depuis cette époque, de nombreuses découvertes ont confirmé son existence et indiquent qu’il régnait sur un royaume important.

Soutenir le Ministère de “Qu’est ce que la Vérité ?”

Références :

  1. Philip R. Davies, “‘House of David’ Built on Sand: The Sins of the Biblical Maximizers,” BAR 20:04, July/August, 1994, pg. 55.
  2. Robert Draper, “Kings of Controversy.” National Geographic
    https://www.nationalgeographic.com/magazine/2010/12/david-and-solomon/»
  3. Erin Zimmerman, “Did David, Solomon Exist? Dig Refutes Naysayers.” Christian Broadcasting Network. http://www.cbn.com/cbnnews/insideisrael/2013/june/did-david-solomon-exist-dig-refutes-naysayers/?mobile=false
  4. Andrew Lemaire, ““House of David” Restored in Moabite Inscription.” BAR 20:3 May/June 1994, pg. 36.
  5. Amanda Borschel-Dan, “High-tech study of ancient stone suggests new proof of King David’s dynasty.” Times of Israel, May 3, 2019.  https://www.timesofisrael.com/high-tech-study-of-ancient-stone-keeps-davidic-dynasty-in-disputed-inscription/
  6. Michael Langois, “The Kings, the City and the House of David on the Mesha Stele in Light of New Imaging Techniques.” Semitica 61, 2019, p. 23-47. Online: https://michaellanglois.org/medias/langlois-2019-the-kings-the-city-and-the-house-of-david-on-the-mesha-stele-semitica-61-p–23-47.pdf
  7. Hershel Shanks, “Has David Been Found In Egypt?” BAR 25:1, January/February 1999, pg. 34. Online: https://www.baslibrary.org/biblical-archaeology-review/25/1/4
  8. Eilat Mazar, “Did I Find King David’s Palace?” BAR, January/February 2006. Online: https://www.biblicalarchaeology.org/daily/biblical-sites-places/jerusalem/did-i-find-king-davids-palace/.
  9. Khirbet Qeiyafa Archaoelogical Project. http://qeiyafa.huji.ac.il/index.asp
  10. Randall Price and H. Wayne House, Zondervan Handbook of Biblical Archaeology (Grand Rapids: Zondervan, 2017), 121.
  11. Dewayne Bryant, “The Death of Bible Minimalism.” Associates for Biblical Research. https://biblearchaeology.org/research/contemporary-issues/3805-the-death-of-biblical-minimalism 
  12. Nir Hasson, “Did King David’s United Monarchy Exist? Naked Mole Rats Uncover Monumental Evidence.” Haaretz, Apr 16, 2018. https://www.haaretz.com/archaeology/.premium.MAGAZINE-molerat-archaeology-supports-united-monarchy-theory-says-new-study-1.6007916
  13. “Hazor,” BiblePlaces.com. https://www.bibleplaces.com/hazor/
  14. Lawrence Mykytiuk, “53 People in the Bible Confirmed Archaeologically.” Biblical Archaeology Society. April 12, 2017. https://www.biblicalarchaeology.org/daily/people-cultures-in-the-bible/people-in-the-bible/50-people-in-the-bible-confirmed-archaeologically/
  15. https://biblehub.com/interlinear/1_samuel/13-21.htm.
  16. Le plus ancien texte hébreu connu découvert dans une forteresse de Judée vieille de 3000 ans.
  17. Voir Ostracon de Gath.
  18. Le Calendrier de Gezer.
  19. Unearthing the Bible de Titus Kennedy, 39ème artefact.

Anthony ETHEVE

Passionné et étudiant converti à la Bible, Anthony partage le fruit de ces centaines d'heures de recherche afin d'aider les chrétiens et notamment les nouveaux appelés à comprendre les thèmes bibliques et le débat création/évolution.

Recent Posts