Le Stégosaure d’Angkor Wat à Ta Prohm – Analyse


Au Cambodge, aux Temples d’Angkor, construit il y a plus de 800 ans, se trouve une colonne, avec un dinosaure sculpté avec 4 jambes, une queue et des plaques sur le dos, il ressemble fortement à un stégosaure.

Le contexte du «stégosaure d’Angkor» montre qu’il est représenté avec de nombreux animaux connus des habitants, comme un buffle d’eau (au-dessus du stégosaure).

Comment pourrait il être possible que les khmers de l’époque aient pu représenter un dinosaure sur une colonne de manière aussi précise sans avoir vu un spécimen ?

Bien évidemment la critique tente d’expliquer qu’il ne s’agit pas d’un stégosaure car sa tête est trop grosse (bien que la dimension de la tête varie selon les reconstructions comme sur l’image à côté) mais il se pourrait que l’animal ait été domestiqué comme le suggère l’article sur Genesispark.com.

Il se peut que cette gravure soit une représentation d’un stégosaure captif qui a été muselé, tout comme on musèle un chien aujourd’hui.

Le musellement aurait empêché un dinosaure de mordre, mais la partie la plus dangereuse du stégosaure était la queue puissante, dotée de grosses pointes. Ceux-ci pourraient facilement tuer quelqu’un si le dinosaure portait un coup, ou même s’il avait par inadvertance balayé un passant.

On pourrait supposer que ces pointes seraient supprimées sur les dinosaures captifs, de la même manière que nous pourrions enlever les crocs d’un serpent captif ou les griffes d’un tigre de compagnie.

Aujourd’hui encore, les défenses d’éléphants cambodgiens sont retirées des animaux utilisés en public. Les Cambodgiens auraient-ils eux-mêmes utilisé des dinosaures captifs? Pas nécessairement, mais l’artiste a peut-être entendu des reportages d’une culture proche qui avait une longue histoire de domestication des dragons.

Il est bien connu que les Chinois ont des enregistrements historiques d’hommes interagissant avec des dragons. Le livre Zuozhuan raconte comment les «anciens ont élevé des dragons et comment l’État a utilisé les services de deux clans connus sous le nom de Dragon Rearers et de Dragon Tamers» (Sterckx 2012).

Dès 1611 avant JC, l’empereur de Chine nomma le poste de Nourrisseur Royal de Dragon, un fonctionnaire dont la principale responsabilité était de livrer de la nourriture dans les étangs sacrés des dragons.

Les documents historiques parlent d’un empereur de la dynastie Song (960-1279 après JC) qui éleva des dragons dans l’enceinte de son palais (Niermann, 1994). La chanson chevauchait le calendrier de construction d’Angkor Wat.

Une autre gravure à Ta Prohm semble aller dans ce sens.

Contrairement au stégosaure encadré sur la colonne, cette gravure fait partie d’une scène plus grande qui s’est principalement désintégrée.

La gravure donne un aperçu supplémentaire de la forme de la tête du dinosaure. Cette deuxième sculpture montre la tête élancée typique d’un stégosaure.

Serait-ce peut-être le même stégosaure au repos dans son état naturel et non muselé?

Encore une fois, il y a un étrange appareil gravé le long du cou qui captive notre attention. Dans ce cas, il a la forme d’une corde ou d’une sangle étroite qui pend et disparaît sous l’animal. On peut soupçonner que c’était un lien pour le stégosaure captif quand il n’était pas préparé pour le service public.

Ainsi, il semblerait que cette deuxième représentation renforce l’interprétation des stégosaures domestiqués. Étant donné que la queue tombe derrière un autre objet gravé, cette représentation n’éclaire pas plus la question des pointes de la queue.

L’anti-créationniste Glen Kuban plaide pour que la sculpture du stégosaure soit basée sur des découvertes fossiles.

Bien qu’il existe certainement des preuves que des ossements fossilisés ont été notés dans la Chine ancienne et, dans certains cas, retirés en tant que talismans ou broyés à des fins pharmaceutiques, il n’y a aucune preuve que les cultures asiatiques aient assemblé des squelettes entiers ou mené études paléontologiques des grands reptiles.

En fait, plusieurs points clés réfutent essentiellement l’hypothèse des anciens paléontologues khmers ou chinois: si les anciennes civilisations chinoise ou khmère déterraient des fossiles de dinosaures, pourquoi ne montrent-ils pas des squelettes? Pourquoi les représenteraient-ils seulement en chair et éventuellement attachés?

Même si les anciens Chinois étaient capables de creuser et de réassembler des ossements fossilisés en squelettes, ils n’avaient pas l’expertise et l’expérience des milliers de scientifiques et des dizaines de milliers de publications que nous avons aujourd’hui.

Les premières tentatives de reconstruction des dinosaures par les paléontologues occidentaux étaient risibles. En fait, la première équipe qui tentait de reconstruire les stégosaures n’a pas pu déterminer où les plaques étaient allées.

Othniel Marsh était convaincu qu’ils couvraient le dos de la créature comme des bardeaux. Par conséquent, il l’a nommé «stégosaure» signifiant «lézard à toit» (Colbert 1962). Il nous a fallu quelques siècles d’expérience accumulée et même d’analyse informatique pour obtenir les modèles de dinosaures précis que nous avons aujourd’hui.

Pour les évolutionnistes, l’idée d’un stégosaure domestiqué est absurde et totalement inacceptable. Cependant, pour les créationnistes croyants en la Bible, il n’est pas difficile d’imaginer que l’homme ait capturé et utilisé certains dragons comme animaux de trait.

Partout dans le monde, différentes cultures ont exploité la faune locale: chiens de traîneau, rennes, lamas, éléphants, buffles d’eau, chameaux, chevaux, yaks et même des autruches. Si un stégosaure à petit cerveau pouvait être muselé, attelé et entraîné à tirer, il aurait pu s’avérer utile au moins comme originalité pour la royauté.

Le temple de Ta Prohm a été construit à une époque où le Cambodge avait une interaction étendue avec son voisin bouddhiste régional du nord-est et il ne serait pas surprenant que des images de dragons chinois entraînés soient incorporées dans les œuvres d’art du site.

L’interprétation du stégosaure domestiqué explique clairement la tête surdimensionnée (muselée), la suppression des pointes et les dispositifs étranges autour du cou sur les deux gravures. Les représentations de dinosaures de Ta Prohm sont une preuve solide que les hommes et les dinosaures coexistaient, tout comme l’affirme la Bible.

De plus aucun autre animal ne parait plus semblable à l’image qu’un stégosaure, les plaques sur le dos étant très révélatrices.

Lire un autre article sur les dinosaures :

Recevez le magazine digital (pdf + audio)

“Science, Archéologie et Parole de Dieu”

Téléchargez les articles par thématique au format PDF

De la Création à la Résurrection !

Que représentaient l’Arche de l’Alliance et le propitiatoire dans l’Ancien Testament ?

L’Ancien Testament renferme des récits très éloignés dans le temps et la plupart des éléments historiques et des enseignements qui y sont compris, pourraient, à première vue, rendre désuet les 39 livres qui le composent. D’ailleurs l’appelation “Ancien Testament” ne permet pas de rendre justice à tous les enseignements puissants et utiles que l’on peut…

Continue reading

Comment les kangourous ont ils rejoint l’Australie ?

La localisation des kangourous en Australie s’explique avec l’ère glaciaire qui a suivi le Déluge de Noé. Lors de l’âge de glace, les mers étaient beaucoup plus basses et c’est ainsi que des ponts de terre sont apparus entre les continents durant plusieurs siècles, permettant la migration des kangourous et d’autres espèces. Pour qu’un âge…

Continue reading

Anthony ETHEVE

Passionné et étudiant converti à la Bible, Anthony partage le fruit de ces recherches afin d'aider les chrétiens et notamment les nouveaux appelés à comprendre les thèmes bibliques, le débat création/évolution et explorer les preuves historiques et archéologiques du judéo-christianisme.

Articles récents