|

Les Anneaux des Arbres et la Chronologie Biblique

La dendrochronologie est la science qui traite de l’étude des anneaux d’arbres pour déterminer les dates et l’ordre chronologique des événements passés. Il est intéressant de voir comment cette discipline se corrèle avec la chronologie de la Bible.

Le concept de base est que chaque année, l’arbre forme de nouvelles cellules, disposées en cercles concentriques, appelés anneaux annuels ou anneaux de croissance annuels autour de l’arbre.

Ces anneaux indiquent généralement la quantité de bois produite pendant une saison de croissance.

Une année de croissance est généralement représentée par un anneau composé d’une partie claire et d’une partie sombre. Le bois plus foncé ne se forme pas en hiver, car le cambium est complètement inactif en hiver. L’année suivante, un nouvel anneau en deux parties est ajouté.

Les anneaux les plus anciens sont les plus proches du centre de l’arbre. L’arbre grandit en diamètre parce qu’il fabrique de nouvelles cellules autour de sa circonférence, pas parce que les anciennes cellules grossissent.

Les vieux anneaux du cœur du bois aux cellules inactives: c’est la partie morte de l’arbre. La partie vivante comprend uniquement les anneaux les plus récents. Le bois mort est la plus grande partie de l’arbre et il est souvent plus sombre.

Beaucoup de scientifiques voient ces anneaux comme étant une façon infaillible de déterminer l’âge des arbres et essaient parfois d’utiliser les données pour affirmer que la chronologie biblique est erronée.

Si un anneau équivaut à 1 an, alors tout ce que nous devons faire est de compter les anneaux et de voir s’ils sont plus anciens que la chronologie biblique ne le permettrait.

Les plus vieux arbres vivants, tels que les pins bristlecone des montagnes blanches de l’est de la Californie, ont été datés en 1957 en comptant les anneaux à 4723 ans. Cela signifierait qu’ils sont antérieurs au déluge de Noé, qui s’est produit il y a environ 4300 ans, en adoptant une approche simple de la chronologie biblique (selon le texte massorétique). Le déluge selon la septante (LXX) place le déluge jusqu’à 5300 ans avant nous, les âges d’arbres en dessous de 5000 ans ne posent donc pas tellement de problèmes. De manière pertinente les arbres les plus vieux sont effectivement en dessous de la barre des 5000 ans (liste des plus vieux arbres wikipédia).

Toutefois d’autres calculs d’arbres ou de colonies d’arbre vont même jusqu’à 8000 ou 9000 ans voire plus. Dans ce cas ci il ne s’agit plus du calcul des anneaux, mais de la méthode au carbone 14 ou de l’appariement génétique, des méthodes bien moins fiables et précises (une vidéo à ce sujet).

Donc, non seulement les sceptiques de la Bible citent cela comme une preuve que la Bible est fausse, mais les créationnistes « Vieille Terre » et les évolutionnistes théistes utilisent également ce type de déclaration pour dire que nous n’avons pas besoin de prendre la Bible au mot concernant l’âge de la Terre.

Il est important de se rappeler que nous avons des données limitées et que de nouvelles découvertes bouleversent souvent les soi-disant «faits».

Le paradigme uniformitariste

La première chose que nous devons remarquer ici, c’est qu’il s’agit d’un argument uniformitariste, le présent est la clé du passé. Ce qu’ils disent, c’est que les taux de processus qu’ils observent aujourd’hui ont toujours été constants et que l’on peut les extrapoler dans le passé.

Les évolutionnistes, au besoin, savent abandonner des idées uniformitaristes spécifiques si elles contredisent les échelles de temps évolutives.

Par exemple les évolutionnistes disent que la lune a 4,6 milliards d’années. Des mesures de télémétrie à laser lunaire très précises ont montré que la lune s’éloignait de la terre à un rythme d’environ 4 cm par an.

Mais la lune n’aurait jamais pu être plus proche de la terre que d’environ 18 000 km. C’est ce qu’on appelle la Limite de Roche, car les forces de marée de la Terre l’auraient brisé.

Mais même si la lune avait commencé à s’éloigner à l’origine, étant en contact avec la terre, il n’aurait fallu que 1,37 milliard d’années pour atteindre sa distance actuelle.

Notez qu’il s’agit de l’âge maximum possible pour atteindre cette distance, beaucoup trop jeune pour l’évolution et bien plus jeune que les dates radiométriques attribuées aux roches lunaires.

Les évolutionnistes, sur la base de ces données, n’abandonnent pas leur croyance en une lune de 4,6 milliards d’années pour autant.

Ils affirment que les choses ont dû se produire différemment dans le passé, et modifie l’idée uniformitariste.

Ils recherchent un mécanisme alternatif.

En ce qui concerne le créationnisme, la création et le déluge permettent d’expliquer de manière cohérente qu’il y a eu des irrégularités et des bouleversements dans le passé.

Des anneaux pas toujours “annuels”

En ce qui concerne le pin de bristlecone, des recherches récentes sur les effets saisonniers sur les anneaux des arbres dans d’autres arbres du même genre, le pin de plantation Pinus radiata, ont révélé que jusqu’à 5 cernes par an peuvent être produits et que les anneaux supplémentaires sont indiscernables, même au microscope, des anneaux annuels.

La preuve de faux anneaux dans toutes les espèces d’arbres ligneux pourrait mettre en doute les affirmations selon lesquelles aucune espèce particulière n’a jamais produit de faux anneaux dans le passé. Ainsi, les preuves provenant du même genre sont sûrement beaucoup plus fortes contre une telle notion.

Étant donné que le monde immédiat après le déluge aurait été plus humide avec des saisons moins contrastées jusqu’à ce que la période glaciaire post-déluge ait décliné, de nombreux anneaux de croissance supplémentaires auraient pu être produits dans les pins Bristlecone.

En tenant compte de cela, on pourrait facilement ramener l’âge du plus vieux pin bristlecone vivant à l’ère post-déluge.

Un autre exemple de vieil arbre et qui est maintenant le plus grand arbre à tronc unique du monde en volume et en masse de bois est le séquoia géant, nommé «Général Sherman», situé dans le parc national de Sequoia en Californie.

Il mesure plus de 83 mètres de haut et a un diamètre à la base de 7,7 mètres, c’est énorme. Son volume total est plus de 10 fois supérieur à celui d’une baleine bleue.

Le général Sherman avait à l’origine plus de 6000 ans, mais cet âge a maintenant été révisé à seulement 2150 années. Nate Stephenson du US Geological Survey a déclaré:

«La nouvelle estimation de l’âge des arbres Sherman pourrait encore être décalée de plusieurs siècles1».

Alors, comment, en utilisant une méthode très simple de comptage des anneaux d’arbres, peut on en arriver à une telle altération ?

La plupart des gens supposent que l’âge d’un vieil arbre est dérivé du simple comptage des anneaux d’un échantillon de carotte en profondeur. Mais ce n’est presque jamais le cas.

Dans le cas du Général Sherman, seuls des échantillons d’un pied de long ont été prélevés et croisés en recherchant un indicateur similaire ou des anneaux distincts. Des hypothèses mathématiques ont alors été faites pour calculer l’âge de l’arbre en comparant les mesures d’autres souches de séquoia.

L’approche : le présent est la clé du passée, est ensuite appliquée lors du calcul des dates qui ne permet pas de différences dans les climats passés et qui peuvent affecter les saisons de croissance et même produire des anneaux supplémentaires. Cette approche a été démontrée, dans le cas du Général Sherman, comme étant inexacte.

Le calcul serait plus précis si des échantillons pouvaient être prélevés jusqu’au cœur de l’arbre, mais de telles procédures sont très difficiles sur des arbres énormes, car les échantillons de carottes ne sont généralement que très minces.

En effet, une procédure complète utilisant un équipement de grande puissance entraînerait bien sûr des dommages importants à l’arbre. Donc, en bref, des dates plus longues ont été supposées en raison de la taille énorme de l’arbre.

Certains arbres produisent jusqu’à 5 anneaux par an. Et les pins bristlecone que j’ai mentionnés auparavant, qui, prétendument vont au-delà de la chronologie biblique n’ont pas fait l’objet d’expériences directes sur eux, il y a de bonnes raisons de penser qu’ils ont produit plus d’un anneau par an.

Les conditions particulières des plus vieux arbres

Ironiquement, les plus vieux arbres présumés poussent dans certaines des pires conditions imaginables. Les conditions sont si mauvaises que peu d’autres plantes peuvent survivre: de courts étés frais avec une saison de croissance qui ne durerait que plusieurs semaines; une aridité comme dans un désert, 250 mm de précipitations par an, principalement sous forme de neige; de nombreux arbres poussent à partir d’un peu plus que des fissures dans les rochers.

De plus, des vents forts couplés à de l’air qui, en été, serait le plus sec de la terre et des sols rocheux. Cela signifie que lorsque peu de pluie tombe, elle s’évapore ou s’évacue rapidement.

John Woodmorappe propose que dans des conditions où l’eau est rare, les pins bristlecone peuvent produire plusieurs anneaux minces par an plutôt qu’un anneau épais, comme cela a été documenté chez d’autres espèces. Il émet l’hypothèse que cette habitude de croissance aide l’arbre à conserver les ressources, en particulier l’eau dans ces conditions difficiles.

Ce sont peut-être ces conditions de croissance exceptionnellement difficiles qui sont la clé pour comprendre pourquoi certains de ces pins à bristlecone ont tellement d’anneaux qu’ils semblent avoir vécu environ 10 fois plus longtemps que d’autres pins à bristlecone poussant dans des conditions relativement bonnes.

Plusieurs anneaux possible en un an : un fait démontré

La meilleure preuve que certains pins à bristlecone peuvent produire plusieurs anneaux par an est peut-être le fait que cela a déjà été démontré.

Lammerts, un créationniste, a induit la croissance de plusieurs anneaux dans les pins de bristlecone jeunes arbres en simulant simplement une sécheresse de deux semaines.

Certains rejettent ces preuves, affirmant que si la multiplicité a été démontrée dans les jeunes pins bristlecone, elle n’a pas été démontrée dans les pins bristlecone matures et peut donc ne pas se produire dans les pins bristlecone matures.

Bien que cela puisse être vrai, la fardeau de la preuve devrait incomber à ceux qui proposent que ce qui se produit dans les arbres immatures ne se produit pas dans les arbres matures.

Un expert du genre « pinus » n’a pas semblé avoir de problème pour croire que les pins bristlecone de White Mountain pouvaient produire plusieurs anneaux par an. Dans son livre “The Genus Pinus”, N.T. Mirov déclare :

“Apparemment, un semblant d’anneaux annuels se forme après de rare violente averse2

Si un expert comme Mirov accepte facilement la multiplicité dans ces pins bristlecone, alors peut-être que les sceptiques de cette notion devraient au moins examiner sérieusement les preuves.

Il est donc important de comprendre que l’idée que les arbres matures peuvent produire plus d’un anneau par an n’est pas une hypothèse hautement spéculative.

Conclusion

Il est bien établi en fait que les arbres matures de nombreuses espèces, y compris le genre pinus, peuvent produire plusieurs anneaux par an, en particulier dans les types de conditions dans lesquelles certains des pins à bristlecone poussent dans les White Moutains.

Un chercheur du nom de Glock a publié une grande étude en 1960 documentant la fréquence de croissance de plusieurs anneaux par an, dans des conditions similaires à celles des White Mountains.

Ils ont constaté que la multiplicité était plus de deux fois plus courante que l’annularité, et concluent que très peu d’incréments d’annulations, sur l’ensemble de l’arbre, consistent en un seul anneau de croissance par an.

En plus des preuves directes solides que ces pins bristlecone peuvent avoir été capables de produire plusieurs anneaux par an, il existe de nombreuses preuves indirectes de multiplicité.

La datation des anneaux d’arbres n’est certainement pas une méthode de datation absolue qui réfute sans équivoque la Bible, et pourtant nous voyons tant de chrétiens ébranlés dans leur foi par des affirmations comme celle-ci.

Ils regardent une émission de National Geographic ou sur Discovery Channel et ils y perçoivent un grand défi en raison de la nature apparemment scientifique de la preuve présentée.

En réalité l’âge estimatif des arbres se situe en dessous des 10 000 ans, alors qu’ils pourraient vivre plus longtemps. Cet âge estimatif est il plus cohérent avec l’âge biblique de la terre : entre 6000 et 8000 ans ou bien avec l’âge de la terre selon les évolutionnistes-uniformitaristes : 4,6 milliards d’années ?

Nul besoin d’avoir peur. La Parole de Dieu est solide !

Recevez le magazine digital (pdf + audio)

“Science, Archéologie et Parole de Dieu”

Téléchargez les articles par thématique au format PDF

De la Création à la Résurrection !

Je vous invite à lire aussi l’article très intéressant sur la datation radiométrique.


Le Groenland est il vieux de 110 000 ans?

La Datation Radiométrique est elle Fiable ? Roches et Fossiles ont ils des millions d’années ?

Est-ce que Salomon avait 4000 ou bien 40000 crèches/écuries pour ses chevaux et ses chars ?

Deux passages bibliques prêtent à Salomon deux nombres différents de crèches ou d’écuries, 4000 et 40000. Peut-on savoir quel était le bon nombre et que doit-on penser du problème ? Lisons premièrement les deux passages : 1 Rois 4 : 26 (LSG) ou 1 Rois 5:6 (BDS) Salomon avait quarante mille crèches pour les chevaux…

Continue reading

Moïse et l’Exode – L’Archéologie confirme-t-elle le Récit Biblique ?

Le récit de l’exode est peut-être le récit le plus connu de la Bible et son importance est capitale. Mais Moïse a-t-il existé ? et l’Exode est-il vraiment un évènement historique ? De la même manière que nous avions pris connaissance d’éléments extrabibliques soutenant les récits de la Création, du Déluge, d’Abraham et d’Isaac, de…

Continue reading

Les chameaux domestiqués existaient-ils à l’époque biblique d’Abraham ?

Les chameaux jouent un rôle majeur dans le récit biblique des patriarches; les animaux sont mentionnés plus de 20 fois dans la Genèse seule. Cependant, une publication des archéologues de l’Université de Tel Aviv (TAU) Erez Ben-Yosef et Lidar Sapir-Hen suggère que les chameaux n’ont pas été domestiqués en Israël jusqu’à la fin du 10ème…

Continue reading

La biogéographie et le modèle biblique

Ce chapitre “Biogéographie” est en grande partie tirée de l’article du site creation.com suivant : https://creation.com/biogeography La biogéographie est l’étude de la répartition des plantes et des animaux dans le monde. De cela, il est connu que chacun des continents a sa propre faune et flore distincte. En Afrique, par exemple, on trouve des rhinocéros,…

Continue reading

Que se passe-t-il dans la Bible pour ceux qui meurt sans se repentir et sans croire en Jésus ?

Beaucoup de gens sont morts ou meurent sans connaître Jésus. Bien des gens vivent dans des pays ou l’évangélisation est compliquée ou interdite. Que faire alors de notre vieil oncle, vieux parent ou vieil ami et de tous ces gens qui sont décédés sans connaître le Seigneur ? Y-a-t-il un espoir pour ceux qui sont…

Continue reading


Références :

https://creation.com/tree-ring-dating-dendrochronology

https://creation.com/media-center/youtube/tree-rings-dating-and-changing-climates-dr-geoff-downes

https://creation.com/media-center/youtube/tree-ring-dating-creation-magazine-live-5-21

  1. Nate Stephenson de l’US Geological Survey, Patriarches de la forêt,
  2. Mirov N.T., The Genus Pinus, Ronald Press Co, New York, 1967.

A lire également