L’homme est-il le fruit d’un dessein intelligent ou de l’évolution ?


Voici peut-être une des thématiques les plus centrales du débat évolution vs création – l’homme a-t-il été créé par Dieu comme la Bible l’indique (à son image) ou est-il le résultat d’un long processus chanceux et inattendu, c’est à dire de l’évolution ?

Le niveau extrême de complexité chez l’homme infirme grandement l’idée selon laquelle il proviendrait d’un long processus lent et graduel partant d’une forme de vie primitive, puis ensuite au stade de poisson – amphibien – …. une créature de style chimpanzé … à ce qu’il est aujourd’hui. L’étude de l’ADN et de l’anatomie humaine semble davantage pointer vers une conception intelligente.

La colonne vertébrale de l’homme

Richard Porter était professeur de chirurgie orthopédique à l’Université d’Aberdeen, puis il a été directeur de l’éducation et de la formation pour le Royal College of Surgeons of Edinburgh. L’expérience du professeur Richard Porter le qualifie d’autorité mondiale sur la colonne vertébrale humaine. Il s’émerveillait du design incroyable de nos corps qui témoigne de la main du Créateur.

Voici un commentaire du Docteur Richard Porter1 :

«Ma conférence inaugurale à Aberdeen était« Upright Man (Homme debout) »? et j’ai essayé d’expliquer comment la merveilleuse colonne vertébrale humaine est une alliance parfaite entre la forme et la fonction.

Il y a des problèmes avec la colonne vertébrale lorsque nous en abusons (si on ne se maintient pas en forme, si nous la surchargeons ou si nous avons un accident). On apprend à utiliser la «mousse de remplissage»? dans la construction afin de faire quelque chose d’à la fois léger et solide, les os de la colonne vertébrale ont été «remplis de mousse»? avec des os spongieux (ayant une structure ouverte, grillagée ou poreuse), entouré d’os cortical plus dur, depuis la création.

«Les corps vertébraux augmentent en section transversale au fur et à mesure que vous descendez la colonne vertébrale, car en position verticale, les vertèbres prennent plus de charge. Les os ne sont pas plus denses, juste plus gros.

En revanche, les animaux qui marchent à quatre pattes ont une colonne vertébrale à peu près horizontale qui est répartie de façon égale tout du long. Ainsi, toutes leurs vertèbres ont une section transversale similaire. La fonction correspond à la forme.

Si les évolutionnistes avaient raison de dire que nous avions récemment atteint la posture droite, nos corps vertébraux devraient être comme ceux des quadrupèdes, mais ils ne le sont pas.

«Nous avons conçu des pneus à couches radiales pour les voitures à moteur, mais Dieu a construit la jante du disque intervertébral avec des fibres à couches radiales dès le début.

Cette construction rend un disque sain plus fort que les os. Quand on examine la façon dont le corps humain est formé et comment il fonctionne, on est constamment impressionné. C’est comme si on regardait un morceau de belle porcelaine avec la marque du fabricant en dessous. »

Le genou humain – un système de complexité irréductible

Voici un commentaire de Stuart Burgess2, professeur de conception technique à l’Université de Bristol (Royaume-Uni), et qui excelle en génie mécanique :

L’articulation du genou représente un défi majeur pour les évolutionnistes car elle est unique et parce qu’il n’y a pas de formes intermédiaires d’articulation entre une articulation condylienne et les deux autres articulations des membres trouvées chez les animaux et les humains – l’articulation sphérique et l’articulation pivot. Le genou est largement reconnu par les anatomistes comme un type d’articulation complètement distinct. C’est parce que le genou utilise des principes mécaniques complètement différents pour le mouvement articulé.

Alors que le genou a deux liaisons mécaniques qui jouent un rôle de guidage vital (les ligaments croisés), les articulations de la hanche, de l’épaule et du coude n’ont pas du tout de telles liaisons mécaniques. Alors que le genou roule et glisse, les articulations de la hanche, de l’épaule et du coude ne font que glisser. Alors que le genou a un centre de rotation qui se déplace jusqu’à plusieurs centimètres, les articulations de la hanche, de l’épaule et du coude ont un centre de rotation fixe.

Il semble impossible à l’évolutionnisme d’expliquer comment un processus évolutif pourrait provoquer le croisement soudain de deux ligaments au centre d’une articulation pivot, précisément en même temps qu’un espace se forme pour les accueillir, et précisément en même temps qu’un un mouvement de roulement complexe et compatible se forme!

L’évolutionniste populaire Dawkins affirme qu’il n’est au courant d’aucun type d’organe complexe qui n’aurait pas pu évoluer par “de nombreuses légères modifications successives ” . Cependant, l’articulation du genou semble être un exemple clair d’un mécanisme dans le corps humain qui ne pourrait probablement pas évolué par de nombreuses légères modifications successives.

Le principe de base de l’articulation du genou est unique, qu’il s’agisse de l’articulation du genou d’un animal ou d’un être humain. Cependant, il y a encore un autre problème pour l’évolutionniste dans le fait que le genou humain est nettement différent des genoux d’animaux. Dans le cas de l’homme, le genou est conçu pour se verrouiller facilement en extension (jambe droite) afin que le maintien des jambes droites et une posture verticale soit facile. Cette caractéristique de conception est l’une des raisons pour lesquelles l’homme est bipède (à deux pattes) et est capable de marcher et de courir debout de manière tout à fait naturelle.

Les genoux des singes ne peuvent pas se bloquer et doivent être continuellement chargés en flexion (jambe pliée). Ainsi, les singes sont généralement quadrupèdes (à quatre pattes) et il est extrêmement difficile pour les singes de maintenir une posture verticale avec ses pattes. Les évolutionnistes admettent que la seule façon pour les singes d’essayer de se tenir debout est d’avoir des plis inconfortables au niveau des articulations de la cheville, du genou et de la hanche. Une telle posture déformée signifie que les singes ne peuvent rester verticaux que pendant de courtes périodes et sur de courtes distances. En revanche, un être humain valide et en forme peut courir de nombreux kilomètres sans grande difficulté!

Les évolutionnistes admettent qu’il existe une différence essentielle entre les genoux des animaux et des humains. Par exemple, Dye dit:

«Malgré la similitude générale de la conception du genou chez les tétrapodes, aucun modèle animal idéal du genou humain n’est disponible.»

Le fait qu’il existe des milliers de types d’animaux différents sur terre qui se déplacent avec une stature horizontale fournit une grande preuve que les humains ont été délibérément conçus pour être uniques.

Que les mutations géniques soient aléatoires (comme le croient les athées) ou planifiées (comme le croient de nombreux évolutionnistes théistes), le processus d’évolution ne peut pas produire un mécanisme irréductible parce que l’évolution est limitée à un changement incrémentiel du code génétique.

L’articulation du genou humain est un mécanisme irréductible qui doit avoir au moins quatre pièces complexes existant simultanément et dans un assemblage complexe pour remplir toute fonction utile. Les 16 caractéristiques critiques de l’articulation du genou correspondent à plusieurs milliers d’unités d’information du code génétique. Ces unités d’information ne peuvent pas évoluer par incréments mais doivent exister simultanément pour que le genou remplisse sa fonction de base.

Il n’y a pas de formes intermédiaires d’articulation entre l’articulation condylienne du genou et les deux autres articulations trouvées chez les animaux et les humains – l’articulation sphérique et l’articulation pivot. Et il existe des différences distinctes entre l’articulation du genou des animaux et celle des humains.

Il existe donc des preuves puissantes que le genou a été créé comme une articulation de membre pleinement fonctionnelle dès le début de son existence.

Recevez le magazine digital (pdf + audio)

“Science, Archéologie et Parole de Dieu”

Le haut degré d’ingénierie du corps humain

Le corps humain a un cadre dynamique d’os et de cartilage appelé le squelette. Le squelette humain est flexible, avec des charnières et des articulations faites pour bouger. Mais pour réduire les frottements nocifs, ces pièces mobiles doivent être lubrifiées.

Les machines artificielles ne sont lubrifiées que par des sources extérieures. Mais le corps se lubrifie en fabriquant une substance semblable à de la gelée dans la bonne quantité à chaque endroit où cela est nécessaire. Oui, le corps est une machine de merveille, malgré les défauts d’erreurs de copie génétiques (mutations) qui se sont accumulées depuis la chute de l’homme (Genèse 3).

Le corps humain : une usine chimique

Le corps a une usine chimique bien plus complexe que n’importe quelle usine que l’homme n’ait jamais construite. Cette usine transforme la nourriture que nous mangeons en tissu vivant. Elle provoque la croissance de la chair, du sang, des os et des dents. Elle répare même le corps lorsque des pièces sont endommagées par un accident ou une maladie. La force, pour pouvoir travailler et jouer, vient de la nourriture que nous mangeons.

Le système de gestion de température du corps

Même par temps glacial, notre corps peut surchauffer. Le système de refroidissement du corps prend alors le relais. Des gouttes de transpiration coulent de millions de minuscules glandes sudoripares dans la peau. C’est un moyen majeur par lequel notre système de refroidissement maintient notre température basse. Le corps humain dispose d’un thermostat automatique qui prend en charge nos systèmes de chauffage et de refroidissement, en maintenant la température corporelle à environ 37 ° C.

Le super ordinateur de l’homme : son cerveau

Le cerveau est le centre d’un système informatique complexe plus merveilleux que le plus grand système informatique jamais construit par l’homme. Le système informatique du corps calcule et envoie dans tout le corps des milliards de bits d’information, des informations qui contrôlent chaque action, jusqu’au scintillement d’une paupière. Dans la plupart des systèmes informatiques, les informations sont véhiculées par des fils et des composants électroniques. Dans le corps, les nerfs sont les fils qui transportent les informations dans les deux sens du système nerveux central. Et dans un seul cerveau humain, il y a probablement plus de câblage, plus de circuits électriques que dans tous les systèmes informatiques du monde réunis.

L’oeil humain – une caméra de haut vol

En fait, en ce moment précis, nous voyons avec notre cerveau, bien que le message y soit porté à partir d’une autre structure merveilleuse, l’œil humain. Les caméras modernes fonctionnent sur le même principe de base que nos yeux. Dans nos yeux, la mise au point et l’ouverture sont ajustées automatiquement.

La technologie de l’oreille

Le son que nous entendons est joué sur un petit instrument de musique parfait à l’intérieur de notre oreille. Les ondes sonores descendent dans le conduit auditif et sont transportées par les os de l’oreille moyenne jusqu’à la cochlée, qui est enroulée comme un petit coquillage. L’oreille externe fonctionne dans l’air. Mais la cochlée est remplie de liquide et le transfert des ondes sonores de l’air au liquide est l’un des problèmes les plus difficiles connus de la science. Trois minuscules os appelés osselets sont parfaits pour faire le travail qui nous permet d’entendre correctement. Fait intéressant, la taille de ces petits os ne change pas depuis le moment où nous sommes nés.

Proverbes 20 : 12

L’oreille qui entend, et l’oeil qui voit, C’est l’Éternel qui les a faits l’un et l’autre.

La pompe de circulation du sang : le coeur

Le cœur est en réalité une pompe musculaire qui pousse le sang à travers des milliers de kilomètres de vaisseaux sanguins. Le sang transporte la nourriture et l’oxygène dans toutes les parties du corps. Le cœur pompe en moyenne six litres de sang par minute et, en un jour, pompe suffisamment de sang pour remplir plus de quarante fûts de 200 litres.

(wikipédia) – Schéma du cœur et des principaux vaisseaux : 1. oreillette droite – 2. oreillette gauche – 3. veine cave supérieure – 4. aorte – 5. artère pulmonaire – 6. veine pulmonaire gauche inférieure – 7. valve mitrale – 8. valve aortique – 9. ventricule gauche – 10. ventricule droit – 11. veine cave inférieure – 12. valve tricuspide – 13. valve pulmonaire – Flèches : sens de circulation du sang

La coagulation sanguine – un système de complexité irréductible

On peut également mentionner la coagulation sanguine qui est un exemple de complexité irréductible. Le sang est un tissu liquide constitué à 55 % de liquide (plasma) et à 45 % d’éléments figurés (globules rouges, globules blancs et plaquettes sanguines).

Lorsqu’il y a une hémorragie (une lésion sur la paroi endothéliale d’un vaisseau sanguin) sur le corps humain, les premiers éléments figurés qui arrivent sur place sont les plaquettes dont le but est de produire un caillot sanguin pour arrêter l’hémorragie. Là s’enclenche une série de réactions chimiques en cascade qui contiennent 12 facteurs de coagulation qui sont des protéines qui vont se faire dans un ordre précis et d’une façon coordonnée au bon moment et au bon endroit.

Parmi ces protéines nous retrouvons des enzymes qui sont des catalyseurs, c’est-à-dire des substances qui activent la vitesse d’une réaction chimique. A titre d’exemple l’avant dernière étape de cette série de réactions chimiques en cascade nous avons une protéine qu’on appelle la prothrombine qui va être transformée en une autre protéine qu’on appelle la thrombine sous l’action d’une enzyme qu’on appelle la thrombokinase. Une fois la thrombine produite elle va servir à son tour d’enzyme pour faire la dernière étape, c’est-à-dire de transformer le fibrinogène qui est une autre protéine en fibrine qui est la protéine finale et c’est ce réseau de fibrine, à la manière d’une toile d’araignée qui va aller colmater la brèche au niveau du vaisseau sanguine pour former le caillot et ainsi arrêter l’hémorragie.

Si un être vivant se met à saigner, il se viderait de son sang sans ce procédé entièrement fonctionnel. A moins que chacun de ses composants ne se fassent dans un ordre précis, dans une séquence ordonnée, de façon coordonnée au bon moment et au bon endroit, le caillot ne pourrait pas se former et c’est ce qui se produit avec la maladie de l’hémophilie où un facteur de coagulation est manquant – le caillot ne peut pas se former donc le sang ne coagule pas, il reste liquide, ce qui est problématique pour ceux qui sont atteint de cette maladie. C’est pourquoi le système de coagulation sanguine est un système de complexité irréductible. Ce système devait être en place dès le début, autrement la survie de l’être-vivant aurait été en grand péril.

Le système respiratoire – un autre système de complexité irréductible

On peut également présenter l’exemple du système respiratoire qui est un système extrêmement complexe qui est composé au centre du cœur qui agit comme une pompe et cette pompe là va distribuer le sang dans un réseau ramifié très complexe de vaisseaux sanguins, les artères, les veines qui sont les plus gros vaisseaux, et ces vaisseaux vont se subdiviser, se ramifier pour former des réseaux plus petits, des capillaires et dans la littérature scientifique on dit que si on était capable de mettre bout à bout les différents vaisseaux sanguins, cela donnerait une longueur de 90 000km – plus de deux fois le tour de la terre.

Le cœur va pomper le sang dans le réseau afin d’apporter à nos cellules les nutriments et l’oxygène nécessaire à leur fonctionnement. En même temps ce système assure le retour du sang vers le cœur et le cœur va donc pomper ce sang là vers les poumons ou le sang va comme se débarrasser de certains déchets et se charger en oxygène. Le cœur et tout le système circulatoire doit être connecté aux poumons. C’est un système qui ne peut pas être construit à partir d’étapes graduelles comme la théorie de l’évolution veut nous le faire croire avec une progression échelonnée sur des millions d’années. On doit avoir toutes les pièces de la machine présentes en même temps. Les pathologistes reconnaissent que les moindres choses peuvent affecter l’organisme de manière fatale.

La matière première du corps humain

La matière première, les produits chimiques de base de notre corps, se trouve dans la «poussière du sol». Cependant, ces produits chimiques ne peuvent pas s’organiser dans les tissus, organes et systèmes cellulaires. Cela ne peut se produire qu’avec un apport d’intelligence.

Le livre de la Genèse enseigne que Dieu a pris «la poussière du sol», un tas de produits chimiques, a façonné un homme, puis a soufflé dans ses narines le souffle de vie. Puis l’homme est devenu une âme vivante. Les êtres humains sont différents des animaux, car «Dieu a créé l’homme à sa propre image» (Genèse 1:27). Nos corps ont été conçus avec la capacité de transmettre à la génération suivante les informations programmées nécessaires pour former une autre personne à partir de simples produits chimiques.

Le plus complexe système de traitement d’information

Voilà ce que le Dr Werner Gitt rapporte :

«Sans aucun doute, le système de traitement de l’information le plus complexe qui soit est le corps humain. Si nous prenons ensemble tous les processus d’information de l’humain, c’est-à-dire les processus conscients (langage, mouvements volontaires contrôlés par l’information, délibérés) et inconscients (fonctions contrôlées par l’information des organes, système hormonal), cela implique le traitement de 10 puissance 24 bits par jour. Ce chiffre astronomiquement élevé est plus élevé d’un facteur de 1 000 000 que la connaissance humaine totale de 10 puissance 18 bits stockée dans toutes les bibliothèques du monde3. »

Conclusion

Un simple regard aux schémas présentés dans l’article indique qu’il y a eu une conception intelligente de l’homme et d’ailleurs de toutes créatures et de l’univers tout entier. On ne peut pas obtenir un système complexe fonctionnel graduellement – il faut avoir tous les composants du premier coup. Le modèle biblique de dessein intelligent a donc beaucoup plus de crédibilités que le modèle de tâtonnement et de hasard.

Job 12 : 9

Interroge les bêtes, elles t’instruiront, Les oiseaux du ciel, ils te l’apprendront;

Parle à la terre, elle t’instruira; Et les poissons de la mer te le raconteront.

Qui ne reconnaît chez eux la preuve Que la main de l’Éternel a fait toutes choses?

Recevez le magazine digital (pdf + audio)

“Science, Archéologie et Parole de Dieu”

Plus de 200 articles qui vont de la Création à la Résurrection !

Références :

  1. https://creation.com/standing-upright-for-creation-richard-porter-interview.
  2. https://creation.com/critical-characteristics-and-the-irreducible-knee-joint.
  3. Dr Werner Gitt, in Information: The Third Fundamental Quantity, (reprint from) Siemens Review56(6), November/December 1989.
    .

Anthony ETHEVE

Passionné et étudiant converti à la Bible, Anthony partage le fruit de ces recherches afin d'aider les chrétiens et notamment les nouveaux appelés à comprendre les thèmes bibliques, le débat création/évolution et explorer les preuves historiques et archéologiques du judéo-christianisme.

Articles récents