Origines et Anciennetés de la Septante et du texte Massorétique


Pendant la période de domination perse au Moyen-Orient, une importante communauté juive vivait déjà en Égypte. “Les papyrus d’Eléphantine montrent une communauté juive établie là-bas dès 495 avant notre ère.

Après la conquête par Alexandre de l’Empire perse, Alexandrie est devenue le foyer d’une importante population juive de langue grecque1.” Au IIIe siècle avant JC, la langue commune de la toute la région méditerranéenne était le koinè grec, parfois appelé grec alexandrin ou dialecte alexandrin.

C’était la première ou la deuxième langue tout au long de la période de l’Empire grec et ce jusqu’à l’époque de la domination romaine. Le koinè grec était parlé par tout le monde, de l’Égypte à l’Inde et dans toute la Méditerranée orientale et le Proche-Orient. Il était utilisé dans la navigation, le commerce et l’éducation, un peu comme l’anglais d’aujourd’hui.

Cette langue commune a persisté dans de nombreuses terres de l’Empire romain jusqu’à ce qu’elle soit finalement tombée en désuétude en Europe au Moyen Âge2.

Le koinè grec était la langue utilisée par les apôtres, les pères de l’Église et les premiers chrétiens alors qu’ils apprenaient l’Évangile autour de l’Empire et au-delà.

Au 3ème siècle avant JC, l’hébreu était devenu limité aux savants et aux personnes instruites. Dans les services de la synagogue, une traduction grecque approximative était souvent donnée pendant la lecture des Écritures hébraïques.

Une traduction grecque fiable des Écritures était nécessaire pour faciliter la compréhension des Écritures dans les synagogues. Il était également nécessaire pour les discussions savantes et laïques ainsi que pour quiconque savait lire dans tout l’Empire.

En 289 av.J.-C., Philadelphe devint co-régent de l’Empire ptolémaïque avec son père, Ptolémée Soter. L’Empire ptolémaïque était basé à Alexandrie, en Égypte.

En 285, Soter abdiqua en faveur de son fils de 22 ans, et mourut deux ans plus tard à l’âge de 84 ans. Vers la fin de son règne, Soter avait été très favorable à la population juive. Son fils, Philadelphe, a poursuivi cette politique en libérant de nombreux esclaves juifs et en plaçant certains d’entre eux à des postes de responsabilité dans l’État ainsi que dans l’armée.

Soter lui-même avait été un érudit et encourageait la recherche parmi le peuple. Il a rassemblé des «hommes de savoir» à sa cour. De plus, il invita le célèbre philosophe Strabon à donner le tutorat à son fils à Alexandrie, tandis qu’Euclide était l’un des savants qu’il fréquentait.

Ce fut Ptolémée Soter qui créa la Grande Bibliothèque d’Alexandrie et nomma personnellement le bibliothécaire Démétrios de Phalère, un homme qui avait des tendances scolastiques similaires. Demetrius a été chargé de rassembler tous les documents disponibles du monde entier pour la Bibliothèque afin qu’ils puissent être disponibles et consultés par toute personne capable de lire.

Ce fut une combinaison de l’amour de Soter pour le savoir et de son appréciation des Juifs qui l’a amené à considérer la nécessité d’une traduction grecque des Écritures hébraïques.

En raison de l’âge avancé de Soter, Josèphe, l’historien juif nous dit que Démétrius s’est approché du co-régent, Ptolémée Philadelphe, et a discuté de la proposition. Ptolémée accepta de financer l’exercice3.

Ptolémée envoya Andreas, le capitaine de sa garde, et l’un de ses proches confidents, Aristée, qui avait représenté les intérêts juifs à plusieurs reprises auparavant, auprès d’Eléazar, le grand prêtre de Jérusalem. Ils sont venus avec des cadeaux pour le Temple ainsi qu’avec une demande à Eléazar pour qu’il envoie des érudits parlant couramment l’hébreu et le grec pour faire la traduction.

Il a été suggéré qu’il devait y en avoir six de chaque tribu. Cependant, Josèphe se réfère spécifiquement à seulement 70 savants effectuant la traduction. C’est par ce fait que la traduction a été appelée la Septante (latin pour soixante-dix) et abrégée en LXX (en chiffres romains).

Les Écritures hébraïques de cette époque comprenaient ce que nous appelons aujourd’hui l’Ancien Testament. Ils étaient écrits sur des rouleaux dans une forme d’hébreu souvent appelée paléo-hébreu, qui ressemblait plus à un script; les lettres carrés et modernes sont venus plus tard.

Cette traduction a été faite, alors, du paléo-hébreu au koinè grec. Josèphe nous dit que les traducteurs ont été emmenés sur la chaussée d’Alexandrie à l’île de Pharos vers un endroit spécialement réservé pour eux afin qu’ils puissent travailler.

Nous pouvons dater ces événements assez précisément à partir des données historiques. Après la mort de Soter, une intrigue de palais s’est développée dans laquelle Démétrius avait joué un rôle. En conséquence, Démétrios a été envoyé en exil dans le désert où il est mort d’une morsure de serpent vers 282 av4.

Par conséquent, les arrangements et le début de la traduction doivent avoir été faits entre 289 et 283 avant JC, lorsque Philadelphe régnait et que Soter était toujours vivant et soutenait Démétrios.

Une lettre existante d’Aristée a relaté certains de ces événements et a mentionné que la «Loi», c’est-à-dire le Pentateuque, avait été traduite dans la 7ème année de Philadelphe, qui représente l’année 283 ou 282 avant JC.

Ces dates cadrent donc avec la mort de Soter et la disparition de Démétrios, et présentent un ensemble cohérent de faits. Philon d’Alexandrie soutient également ce récit des événements dans son ouvrage “La Vie de Moïse” (2,25-44).

Après cela, la traduction du canon complet des Écritures juives s’est apparemment terminée par étapes. Il est possible qu’elle ait été achevée sous le règne de Philadelphe, puisqu’il a participé à l’initiation du projet. Si tel est le cas, cela signifierait qu’il a été achevé avant sa mort en 246 av.

Certains considèrent son achèvement aussi tard que le 1er siècle avant JC. Cependant, des documents antérieurs au 1er siècle suggèrent le contraire. «Vers le milieu du IIe siècle [av. JC], l’historien juif, Eupolème semble avoir utilisé une version grecque des Chroniques5.

Le texte grec de la Sagesse de Joshua ben Sira (également connu sous le nom de Sirach ou Ecclesiasticus) daté d’environ 132 avant notre ère, contient un prologue qui fait référence à une traduction [grecque] de «la loi, les prophètes et le reste des livres»6.

Ces références suggèrent que le canon grec de l’Ancien Testament avait été finalisé, avec des copies faites, la distribution complète et en usage général au milieu du IIe siècle avant JC au plus tard. Ceci est étayé par le fait que des fragments de ce texte grec incluent le John Rylands Papyrus 458, qui date du IIe siècle avant JC, et le Papyrus Fouad 266 qui est originaire d’environ 100 avant JC7.

De plus, d’autres fragments de ce texte grec comprennent des fragments du 2e siècle avant JC du Lévitique et du Deutéronome8 et des fragments du 1er siècle avant JC de la Genèse, de l’Exode, du Lévitique, des Nombres, du Deutéronome et des petits prophètes 9.

Les preuves de l’existence de la Septante (LXX) aux deuxième et premier siècles avant JC sont donc assez nombreuses.

Il est de coutume aujourd’hui de se référer à l’une des nombreuses traductions de l’hébreu au grec sous le nom de «Septante» ou «LXX». Cependant, ce qui est retracé ici est la première Septante (le Pentateuque), originaire d’Alexandrie près de 300 ans avant Jésus-Christ. Elle est communément appelée la Septante d’Alexandrie.

L’avènement du christianisme

Les premiers chrétiens étaient des convertis juifs. Ils ont accepté que Jésus de Nazareth était le Messie tant attendu. En répandant le mot à son sujet, ils ont montré comment les prophéties de leurs propres Écritures ont été accomplies par Jésus – souvent d’une manière que personne n’aurait pu contrôler, comme la manière et le lieu de sa naissance.

Tout au long du premier siècle de notre ère, lorsque les Évangiles, les Actes et les Épîtres ont été écrits, tous contiennent des références à des éléments des Écritures juives et incluent souvent des citations.

Paul, en particulier, était extrêmement instruit dans les Écritures juives, ayant été formé comme pharisien, et ses références et citations sont nombreuses dans tous ses écrits.

De plus, les lettres de chrétien à chrétien écrites au premier siècle, qui existent toujours, citent librement à la fois les écrits de ce qui a été appelé le Nouveau Testament et les Écritures juives elles-mêmes.

Ces citations et références correspondent exactement à l’ancienne Septante, mais, pour une raison intéressante, ne correspondent pas à la forme de l’Ancien Testament que nous avons actuellement.

Soutenir le Ministère de “Qu’est ce que la Vérité ?”Opens in a new tab.

Akiba et Jamnia

Bien que les premiers chrétiens étaient des juifs convertis, la diffusion de l’Évangile à travers les régions païennes a rapidement abouti à ce que la majorité des chrétiens étaient des païens ou des non-juifs.

Pendant ce temps, il y eut une grande animosité envers la secte chrétienne au sein du milieu juif.

Avant que Paul ne se convertisse à Jésus, il était très déterminé à anéantir cette nouvelle secte chrétienne et à garder pur l’adoration du vrai Dieu.

Le livre des Actes enregistre cette conversion, et Paul est devenu connu comme l’apôtre des païens. Au fil du temps, la division entre Juifs et Chrétiens est devenue profonde et sévère.

Vers la fin du premier siècle de notre ère, un homme du nom de Bar Kokhba est apparu sur la scène, déterminé à renverser par la force les leaders romains.

Son charisme personnel et ses capacités furent tels qu’il entraîna une grande réfléxion, jusqu’au point où de nombreux Juifs pensèrent qu’il était le Messie tant attendu, qui conquérirait le monde et régnerait depuis Jérusalem (comme également prophétisé dans les Écritures).

Au même moment, un autre homme arrivait au pouvoir, un rabbin nommé Akiva. Il souhaitait également le pouvoir et, dans une série de réunions appelées plus tard le Concile de Jamnia, trouva un moyen de l’obtenir.

Étant donné que le Concile de Jamnia est souvent prétendu n’avoir jamais existé, voici quelques faits historiques. Lorsque Vespasien devint empereur, en exécution d’une déclaration du rabbin Yohannan ben Zakkai, ce rabbin reçut le droit impérial d’établir une académie ou une école rabbinique à Yavneh (Jamnia).

Au fil du temps, grâce à une série de manœuvres astucieuses, le rabbin Akiva prit le contrôle de l’Académie. Il avait une haine passionnée de Jésus et il admirait Bar Kokhba. Le rabbin Akiva finit par soutenir Bar Kokhba en tant que Messie.

Akiva est venu avec un objectif en tête: donner au judaïsme rabbinique un contrôle complet sur tous les aspects de la vie juive. Ce processus ne s’est pas déroulé du jour au lendemain. Cependant, sur une période de temps, cela a été réalisé par Akiva et le Conseil de Jamnia.

Ce processus est décrit en détail dans le livre de Dan Gruber Le Messie de Rabbi Akiva. Il dit :

L’opposition d’Akiva aux [chrétiens] l’a amené à parrainer une nouvelle Bible grecque rabbinique et un Targum [commentaire] rabbinique et familier. Cela l’a également conduit à modifier la tradition pharasaïque.

Dans ses efforts pour amener la vie juive sous l’autorité rabbinique, Akiva était cohérent et implacable. Parfois Akiva s’est tenu intentionnellement à certaines doctrines juste pour contredire les croyances des [chrétiens], comme il l’avait fait dans sa lutte contre Gamaliel …

Il a mis la loi orale par écrit pour augmenter son influence contre les rabbins traditionnels … 10.

La nouvelle traduction grecque a été faite par l’élève d’Akiva, Aquila, et a été achevée en 128 après JC. Nous savons que c’était une version grecque de ce qu’on appelle maintenant le texte massorétique.

Cela signifie que le texte massorétique doit avoir été la version rabbinique d’Akiva de l’Ancien Testament hébreu. Tous les textes existants qui étaient en accord avec la LXX utilisée par les chrétiens ont ensuite été brûlés. Ceci est suggéré par le commentaire de Gruber selon lequel :

«les rabbins ont décrété que même un rouleau du Tanakh devait être brûlé s’il était écrit par un [chrétien].»

R. Nahman a dit: Nous avons la tradition qu’un rouleau de la loi ayant été écrit par un [chrétien] doit être brûlé. R. Akiva déclara :

«On brûle le tout, parce qu’il n’a pas été écrit dans la sainteté.11»

C’est dans ces conditions que le texte massorétique a vu le jour et tous les textes divergents qu’ils ont pu trouver ont été détruits [Professeur S.H. Horne, “Le texte de l’Ancien Testament dans l’Antiquité.”]

Ainsi, le processus appelé le Concile de Jamnia nous a donné le texte massorétique hébreu en opposition au paléo-hébreu que nous a transmis la LXX.

Rabbi Akiva et d’autres au Concile de Jamnia ont nié que Jésus de Nazareth était le Messie tant attendu. Les chrétiens, cependant, avaient utilisé les Écritures pour prouver que Jésus était le Sauveur, le Messie.

Ainsi, c’est soit le Concile de Jamnia lui-même, soit un groupe lié à eux ou soutenu par eux qui a littéralement réécrit les Écritures anciennes.

La chose la plus évidente qu’ils ont faite a été de les écrire dans un hébreu plus moderne. L’ancien, ou paléo-hébreu, ressemblait plus à un script et l’hébreu moderne qu’ils utilisaient était et est composé des caractères carrés que nous connaissons aujourd’hui.

Cependant, ce n’est pas tout ce qu’ils ont fait. Ils ont tranquillement changé un certain nombre de prophéties utilisées par les chrétiens afin qu’elles ne semblent pas être accomplies par Jésus, ou du moins ne correspondent pas à ce qui était cité dans les écrits chrétiens12.

Ils ont aussi, pour une raison assez étrange, choisi de raccourcir les généalogies dans Genèse 5 et 11, réduisant la chronologie de plus de 1800 ans au total.

Il y a une omission systématique de 100 ans à partir de l’âge des patriarches à la naissance du fils dans la lignée choisie dans Genèse 5 et 11 dans le texte massorétique de Jamnia par rapport à l’ancienne Septante, LXX. Un des articles suivants traite de ce sujet.

Il faut noter que cette omission n’était pas là dans les premiers travaux de Josèphe avant Jamnia. Ceci est également documenté dans les commentaires et réponses à cet article dans les sections sur les généalogies et la section sur Josèphe. Pourquoi ce montant (100) a-t-il été omis de tant d’âges des patriarches à la naissance de leurs fils ?

Il y avait une forte croyance à l’époque qu’il était déshonorant pour le Seigneur d’attendre longtemps avant la naissance du premier enfant / fils. Ce qui est intéressant, c’est que les hommes mentionnés comme étant nés dans Genèse 5 et 11 ne sont nulle part indiqués comme étant les fils premiers-nés. Mais de toute évidence, en supposant qu’ils l’étaient, le chiffre de 100 a été systématiquement réduit de l’âge des pères à la naissance des fils, car cela était ressenti comme étant plus honorable pour le Seigneur.

Le paléo-hébreu a été utilisé jusqu’à 135 après JC, date à laquelle l’hébreu moderne avait complètement pris le dessus. Les manuscrits de la mer Morte montrent que le paléo-hébreu était souvent utilisé pour les travaux bibliques jusqu’en 70 après JC.

Cependant, vers 100 après JC, le Concile de Jamnia, sous le Rabbi Akiva, a produit une version de l’Écriture écrite dans les caractères carrés «modernes», sans les indications de voyelle. Cela signifiait que les Juifs devaient dépendre des rabbins pour leur dire ce qu’étaient réellement les mots, renforçant ainsi la tradition rabbinique plutôt que de rester fidèles au texte original. Dan Gruber, dans le Messie de Rabbi Akiba, les origines de l’autorité rabbinique, l’explique dans ce qui suit:

“Les rabbins sont la source de leur propre autorité pour annuler la Torah …

Les rabbins pouvaient établir des conditions et des pratiques qui contredisaient et même annulaient la Torah.

Selon les rabbins, Dieu lui-même obéirait à tout ce qu’ils décidaient. … Les rabbins réclamaient la permission de la Torah pour tout ce qu’ils décrétaient, même s’il s’agissait du déracinement de la Torah. …

C’était plus que l’affirmation d’un système «religieux» différent. La Torah régit tous les aspects de la vie d’Israël. En gouvernant la Torah, les rabbins gouvernaient Israël. …

L’objectif était d’amener Israël sous le règne des rabbins. Si les Écritures faisaient obstacle, les Écritures devaient être déracinées. …

Il y avait un conflit radical et irréconciliable entre la Torah et les rabbins quant à la base et la structure de l’autorité, ainsi que sa source et son administration.

C’est pourquoi les rabbins se sont donné le droit de modifier, réviser, enfreindre et déraciner les commandements originaux. …

R. Akiva a cherché à isoler le peuple de la Torah et de toutes les autres influences qui auraient défié l’autorité rabbinique. Dans le système qu’il a érigé, personne d’autre n’avait le droit d’interpréter la Torah. Ni les am ha’aretz, ni les prêtres, ni les prophètes, ni les Sadducéens, les Covenantaires de Qumran, le Talmedei Yeshua, ni personne d’autre. Pas même Dieu.13 ».

Les changements que nous trouvons datant de l’époque du concile de Jamnia sont délibérés. Il y en a trop dans des endroits précis pour être le résultat d’erreurs accumulées par des copistes isolés au cours des siècles ou des millénaires.

Les preuves des nombreux changements dissipent toute impression selon laquelle «les scribes d’Akiva ont pris soin de ne pas perdre un iota», comme l’indique la tradition rabbinique. Ce n’est tout simplement pas vrai. Akiva et ses collègues avaient un programme précis à remplir et ils n’ont rien négligé pour y parvenir

Professeur S.H. Horn (Archéologie, Université Andrews, Michigan) écrit:

“Cependant, les faits – qu’un texte unifié [hébreu] est soudainement devenu la norme à la fin du premier siècle et qu’aucune copie d’un texte divergent n’a survécu (à l’exception des rouleaux de la mer Morte qui avaient déjà été cachés lorsque Jamnia s’est réunie), indiquent clairement que le Conseil de Jamnia doit avoir pris des mesures dans cette affaire.

De plus, le fait qu’Aquila, l’un des élèves d’Akiva, ait produit peu après une nouvelle traduction grecque qui traduisait servilement le [nouveau] texte hébreu unifié à l’usage des juifs de la diaspora, donne du crédit à l’idée qu’Akiva a dû être une influence clé dans la standardisation du texte hébreu14.”

En d’autres termes, le texte massorétique qui est d’usage courant aujourd’hui est né au Concile de Jamnia vers 100 après JC, et la traduction grecque d’Aquila du texte massorétique d’Akiva a été finalisée vers 128 après JC.

En 100 après JC, quand Akiva et le Concile de Jamnia modifiaient les Écritures de l’Ancien Testament, les Évangiles et les lettres du Nouveau Testament avaient déjà été écrits. Cependant, nous savons d’après les lettres écrites par les premiers pères de l’Église que les citations utilisées par eux et auxquelles ils se réfèrent provenaient de l’ancienne Septante et non du texte massorétique.

Il a fallu plus de 200 ans pour que le texte massorétique soit accepté par l’église, à la suite d’une demande faite par Constantin.

Les Manuscrits de la Mer Morte

Les manuscrits de la mer Morte (nous fournissent plus de preuves. Les manuscrits se divisent en deux groupes distincts: ceux écrits avant 70 après JC et ceux écrits après 100 après JC. Les premiers DSS ont été écrits entre 250 avant JC et 68 après JC.

À cette époque, il y avait trois groupes distincts de dirigeants juifs: les pharisiens, les sadducéens et les esséniens.

Les Esséniens vivaient dans les grottes près de Qumrân et avaient en leur possession certaines des anciennes Écritures. En plus de les préserver, ils ont également copié certains des rouleaux eux-mêmes entre 150 avant JC et 68 après JC.

Ce premier groupe de manuscrits contient au moins 170 manuscrits des 11 grottes de Qumrân ainsi que des fragments bibliques de Massada15.17 Ils sont tous originaires d’avant la destruction de Jérusalem en 70 après JC par Titus et ses armées. Ils comprennent des fragments du Pentateuque et du livre de Job dans le texte pré-exilique, paléo-hébreu.

Fait intéressant, les sadducéens n’ont accepté que la Torah de Moïse et Job comme étant canonique. Par conséquent, le professeur Horn suggère que ces textes paléo-hébreux peuvent peut-être représenter les textes utilisés par les sadducéens.

Le Pentateuque samaritain est également en paléo-hébreu et il a conservé ce style dans la communauté samaritaine jusqu’à nos jours. Il est important de noter que le Pentateuque samaritain suit de très près l’ancien texte de la LXX, avec très peu de variations, celles qui suivent certaines traditions de la communauté samaritaine.

Au IIe siècle de notre ère, les pharisiens devinrent dominants avec leurs rabbins alors les sadducéens et les esséniens s’étaient évanouis16. Ce fut à cette époque que le deuxième groupe de manuscrits semble avoir été caché.

Ces manuscrits ont été trouvés dans les autres grottes du désert dans le Wadi Murabba’at, le Nahal Hever et le Nahal Se’elim. Ces manuscrits du deuxième siècle sont pratiquement identiques au texte massorétique17.

Horn compare l’exactitude de la LXX alexandrine avec le dicton massorétique :

“Dans un article traitant de l’un des rouleaux de Samuel de la grotte de Qumran 4, Frank Cross a informé le monde de la recherche des nouveaux développements au sujet de notre compréhension sur la forme du texte pré-massorétique.

Cross a montré que ce manuscrit particulier est plus en accord avec la Septante qu’avec le texte massorétique18.”

Biblia Hebraica conclut de ces faits et d’autres:

“Les découvertes araméennes récentes parmi les manuscrits de la mer Morte se lisent le plus étroitement avec la LXX, et non avec le texte massorétique. … Cela suggère que l’ancienne LXX pourrait être plus précise que le nouveau texte massorétique qui a été donnée à Jérôme. “

Lorsque Jérôme a traduit la Vulgate latine, il se préparait à utiliser l’ancien texte de la LXX. Mais ses amis juifs l’ont convaincu que le nouveau texte massorétique hébreu était supérieur.

Un commentaire plus récent concernant les manuscrits de la mer Morte est également pertinent: dans une revue de certaines de ces recherches, Hershal Shanks note que «… de nombreux textes hébreux [sont disponibles] qui ont été le texte de base pour les traductions LXX…».

Plus loin, il note que ce que «… des textes comme 4QSama montrent, que les traductions de la Septante sont tout à fait fiables» et «… donne une nouvelle autorité aux traductions grecques contre le texte massorétique».

Citant Frank Moore Cross (co-auteur du livre en cours de révision), Hershal poursuit: «Nous ne pourrions guère espérer trouver un accord plus étroit entre la tradition grecque [septante] et 4QSama que ce que l’on trouve en réalité dans nos fragments19».

La recherche moderne sur les rouleaux de la mer Morte soutient donc l’affirmation selon laquelle l’ancien texte de la LXX est en accord avec l’Ancien Testament hébreu original tel qu’il existait aux 1er et 2ème siècles avant JC et au début du 1er siècle après JC.

En raison de cette accumulation de preuves, on peut constater que l’existence et l’utilisation persistante de l’ancienne LXX peuvent être retracées d’environ 282 avant JC jusqu’à 325 après JC.

Son usage courant est attesté par les citations de l’historien juif Eupolème au IIe siècle avant JC et par les manuscrits de la mer Morte des 1er et 2ème siècles avant JC et 1er siècle après JC.

Les écrivains juifs Philon et Josèphe témoignent également de son existence et de son utilisation au 1er siècle après JC. De là, le Christ, les Apôtres et les Pères de l’Église affirment sa présence et sa validité jusqu’à la période du Concile de Nicée.

Conclusion

Ces trois codex (vaticanus, sinaiticus, alexandrinus) ont tous été transcrits du vivant d’Athanase (298-373), et produits à Alexandrie, qui était une forte emprise trinitaire contre l’hérésie arienne d’Origène et d’Eusèbe qui avait balayé le Moyen-Orient.

Athanase tenait pleinement à l’ancien texte LXX de l’Ancien Testament avec sa forte emphase christologique. Il a été déclaré que ces trois codex :

“… sont en effet les plus anciens manuscrits presque complets de l’Ancien Testament dans toutes les langues; les plus anciens textes hébreux complets existants datent d’environ 600 ans plus tard, de la première moitié du 10ème siècle.

Bien qu’il existe des différences entre ces trois codex, le consensus scientifique soutient aujourd’hui qu’une seule LXX – c’est-à-dire la traduction préchrétienne originale – sous-tend les trois. 20

C’est ainsi que l’ancienne Septante d’Alexandrie a été préservée. En ce qui concerne le texte alexandrin, il est encore aujourd’hui tel que les Écritures utilisées par notre Seigneur, ses apôtres dans leurs lettres et les pères de l’Église primitive. Il montre où le Concile de Jamnia a modifié le texte original pour produire le texte massorétique, à partir de laquelle nos Anciens Testaments aujourd’hui ont été traduits.

Il répond aux questions qui se posent concernant les références utilisées dans le Nouveau Testament qui ne semblent pas apparaître dans notre Ancien Testament.

Il répond également à de nombreuses autres questions, y compris les problèmes de datation historique qui sont une plaie pour ceux qui utilisent les chronologies raccourcies du texte massorétique.

Bien qu’aucune de nos Bibles modernes n’ait perdu le message du péché de l’homme et du remède de Dieu à travers le Christ Jésus, les détails de l’ancien texte Alexandrin / Alexandrinus LXX sont entièrement cohérents avec les références et l’histoire du Nouveau Testament.

Nous ne devons pas pour autant mettre de côté le MT comme ceux qui ont mis de côté la LXX. Le professeur Peter Gentry rapporte ceci :

Les écrivains du NT ont parfois pris les formulations de la Septante et les ont appliquées à de nouvelles circonstances (par exemple, Actes 14:11 a emprunté des mots à Ps.118: 22; 2 Cor.6: 18a a emprunté des mots à 2 Sam. 7:14 et d’autres textes) .

À d’autres moments, les auteurs du NT corrigeaient la lecture de la Septante afin de la rendre plus conforme aux textes hébreux (par exemple, voir l’utilisation d’Ésaïe 28: 11–12 dans 1 Cor. 14:21, ou l’utilisation d’Ésaïe. 63:10 dans Eph.4: 30).

L’utilisation de la Septante n’implique pas que les auteurs du NT pensaient que l’hébreu original était erroné; cela signifie plutôt qu’ils ont affirmé la véracité de ce qu’ils citaient ou adaptaient dans leur propre écriture21.

Une étude de l’histoire de ce codex montre qu’il s’agit bien du texte traduit par des érudits hébreux du paléo-hébreu au koinè grec près de 300 ans avant Jésus-Christ.

Références :

  1. K.H. Jobes and M Silva, Invitation to the Septuagint, Baker Academic, 2000, p.34.
  2. https://fr.wikipedia.org/wiki/Grec.
  3. Flavius Josephus, Antiquities of the Jews, Book 12, chapter 2.
  4. Démétrios de PhalèreOpens in a new tab..
  5. (Swete, Introduction à l’Ancien Testament en grec, 24-25).
  6. Jobes and Silva op. cit., p.34.
  7. M. Abegg, P. Flint, and E. Ulrich, The Dead Sea Scrolls Bible, T & T Clark Ltd., Scotland.
  8. (Rahlfs nos.801, 819 et 957).
  9. ( Rahlfs n ° 802, 803, 805, 848, 942 et 943).
  10. Gruber,Dan, Rabbi Akiba’s Messiah: The Origins of Rabbinic Authority, Elijah Publishing, 1999, pp 153, 109.
  11. ibid. p. 157.
  12. La TorahOpens in a new tab..
  13. [Daniel Gruber, Le Messie de Rabbi Akiba: Les Origines de l’Autorité Rabbinique, pp.82-85, Elijah Publishing, 1999 avec références].
  14. S.H. Horn, “The Old Testament Text in Antiquity, Ministry, Nov. 1987 p.6.
  15. S.H. Horn, op.cit., pp.4-8.
  16. Abegg et al.,op.cit. p.xvi.
  17. Horn op. cit. quoting Y. Aharoni, Israel Exploration Journal, 11 (1961), pp.22-23, and Yadin, Israel Exploration Journal, 11 (1961), p.40.
  18. Horn op. cit. p. 6-7.
  19. reference as given from the website: Hershal Shanks, 4QSama – The Difficult Life of a Dead Sea Scroll, Biblical Archaeology Review, Vol 33 No 3, May/June 2007, pp66-70.
  20. voir l’article Wikipedia sur la SeptanteOpens in a new tab..
  21. https://www.thegospelcoalition.org/blogs/justin-taylor/interview-with-peter-gentry-on/.

Anthony ETHEVE

Passionné et étudiant converti à la Bible, Anthony partage le fruit de ces centaines d'heures de recherche afin d'aider les chrétiens et notamment les nouveaux appelés à comprendre les thèmes bibliques et le débat création/évolution.

Recent Content