Que disent l’histoire et l’archéologie au sujet de Darius le Mède ? A-t-il conquis Babylone ?

L’un des principaux sujets historiques auxquels nous sommes confrontés dans le sixième chapitre de Daniel concerne le personnage de Darius le Mède, qui fut établi roi de Babylone.

Aucun dirigeant du nom de Darius n’est connu des sources historiques avant l’époque de Darius Ier de Perse (522-486 av. J.-C.), lequel intervient plus d’une quinzaine d’année après le Darius de Daniel.

Daniel 6 : 1

Et Darius le Mède, âgé d’environ soixante-deux ans, accéda au pouvoir royal.

Daniel 6 : 29

Daniel prospéra sous le règne de Darius et sous celui de Cyrus le Perse.

Nous allons nous concentrer sur les deux solutions principales qui sont proposées pour résoudre cette énigme mais notons que nous avons peu de raisons de douter de Daniel à ce sujet, car ce livre a déjà sur d’autres points révéler une exactitude historique supérieure à celle d’autres historiens anciens.

Il est assez normal qu’un récit de témoin oculaire présente des surprises par rapport aux conclusions “fragiles” tirées des données fragmentaires de l’archéologie.

Darius et Cyrus : la même personne ?

Une possibilité intéressante pour résoudre le problème a été offert en 1957 par DJ Wiseman, qui compara deux passages des écritures :

Daniel 6:29

“Daniel prospéra sous le règne de Darius et sous celui de Cyrus le Perse”

1 Chroniques 5:26

“C’est pourquoi le Dieu d’Israël incita le roi d’Assyrie Poul, c’est-à-dire Tiglath-Piléser roi d’Assyrie ».

Il est maintenant certain que ces deux noms, Poul et Tiglath-piléser, se réfèrent au même homme; il régna en tant que roi d’Assyrie et devint roi de Babylone par conquête.

La conjonction hébraïque rendue «et» dans les anciennes traductions de la Bible peut également signifier «c’est-à-dire» ou «même». Par conséquent, 1 Chroniques 5:26 doit être traduit comme ci-dessus.

Au cours des dernières décennies, on pouvait dire: «Il n’y a aucune preuve que ‘Poul’ ait jamais été utilisé comme nom contemporain du roi» parce que le nom n’a été trouvé que dans une copie ultérieure d’une liste de rois babyloniens, dans la Bible et dans des sources grecques1.

Récemment, une inscription phénicienne de son règne a été déchiffrée qui se réfère à lui quatre fois par ce nom (p’l)2.

Par cette interprétation, en araméen comme en hébreu, Cyrus et Darius sont le même roi. L’utilisation de deux noms pour la même personne est une caractéristique du livre de Daniel. Cyrus peut avoir été son nom en tant que roi de Perse, et Darius son nom en tant que roi des Mèdes, bien que le livre de Daniel ne lui donne jamais le titre de «roi des Mèdes».

Darius était peut-être un «nom de trône», même s’il est persan, car les rois persans ultérieurs ont certainement pris des noms de trône lors de leur accession, par exemple Artaxerxès I et II: Arses; Darius II: Ochus, Umasu ou Umakuš, vieux persan Va (h) uš ou Vauka.

Que Cyrus ait eu une ascendance médiane est affirmé par des sources grecques. Hérodote explique qu’il était un mulet – son père un Persan, sa mère une princesse médiane, fille d’Astyages (Histoires 1.91; cf. Xénophon, Cyropédie 1.2.1) – et il rapporte aussi qu’une reine des Massagetae, à l’est de la Mer Caspienne, s’adressait à Cyrus comme «le roi des Mèdes» (Histoires 1.206).

Selon les données historiques, Cyrus avait environ 61 ans quand il prit Babylone. L’un des arguments principaux en faveur de l’association Darius-Cyrus est que Daniel 5:31 indique que Darius avait au moment de la conquête « environ 62 ans». D’autres parallèles entre les actions de Cyrus et de «Darius le Mède» ont été proposés3
. Hélas, les Mèdes n’ont pas laissé de traces écrites qui pourraient prouver ou réfuter cette idée.

Bien qu’il y ait des éléments notables en faveur de cette vue, elle me semble comporter quelques défauts.

Il serait étrange de se référer à Cyrus le Persan, qui était le fils de Cambyse, comme à Darius le Mède, qui était le fils d’Assuérus.

Au-delà de ce point, cette théorie induirait que les références à ces deux rois dans Daniel seraient aléatoires dans leur présentation. La théorie ne fournit aucune explication pourquoi Daniel fait référence à la troisième année de Cyrus, roi de Perse (10: 1), et à la première année de Darius le Mède (11: 1).

Il m’apparait que le sens logique de cet ordre est que Cyrus a succédé à Darius à un moment précis. Mais l’option de les associer reste envisageable.

Ugbaru/Gubaru : le général qui a conquis Babylone

Comme nous l’avions déjà vu dans d’autres articles reliés à Daniel, cet auteur ne semble véritablement pas commettre d’erreur dans son récit. Des détails insignifiants « théologiquement » sont décrits et reflètent la complexité de la situation à Babylone que d’autres historiens n’avaient pas vu.

Il se pourrait qu’il en soit de même avec le cas de Darius le Mède. De manière très intéressante ce n’est pas Cyrus en personne qui a capturé Babylone mais un général nommé Gubaru ou Ugbaru (à ne pas confondre avec un autre Gubaru, plus tard gouverneur de Babylone).

Les titres des rois de Babylone

Le titre standard utilisé dans pratiquement tous les documents datés des rois néo-babyloniens de Nabopolassar à Nabonide était simplement «roi de Babylone». Avec la période perse, un changement a eu lieu, le titre de «roi des terres» a été ajouté à «roi de Babylone».

Le titre standard employé en Babylonie pour les rois persans de Cyrus à Darius I était «roi de Babylone, roi des terres ».

Xerxès a finalement abandonné la désignation de «roi de Babylone» de son titulaire à cause de la rébellion à Babylone, de sorte que le titre standard employé pour les rois persans à Babylone de Xerxès à Alexandre a simplement été «roi des terres».

Ainsi, les titres utilisés dans les lignes de temps des documents économiques rédigés en Babylonie pendant la période qui nous concerne sont passés par trois étapes de développement4:

  1. pour les rois néo-babyloniens, «roi de Babylone»;
  2. pour les premiers rois persans, “roi de Babylone, roi des terres”;
  3. pour les rois persans ultérieurs, “roi des terres”

Il n’y a qu’une exception significative à ce modèle, et c’est le titre employé par Cyrus pendant son année d’adhésion et sa première année de règne sur la Babylonie.

Contrairement aux rois néo-babyloniens qui ont gouverné la Babylonie avant lui, il est clair d’après la tablette contractuelle que Cyrus n’a pas pris le titre de «roi de Babylone» pendant son année d’accession et la majeure partie de sa première année de règne là-bas.

Ce n’est qu’à la fin de sa première année que “roi de Babylone” fut ajouté à “roi des terres” dans les titres de tablettes datées de Cyrus afin de constituer le titre complet du début de la période perse.

Cette transition dans le titre de Cyrus, telle que documentée par les tablettes contractuelles, est statistiquement significative et n’est pas due uniquement à des variantes scribales. Le schéma est clair.

Pendant les quatre derniers mois de son année d’accession et les dix premiers mois de sa première année de règne sur la Babylonie, Cyrus ne porta que le titre de «roi des terres» et ne porta pas le titre supplémentaire de «roi de Babylone» dans les documents économiques écrits.

Cela ressort clairement des tablettes disponibles, et il est très peu probable que la publication d’un certain nombre de nouvelles tablettes de cette période changera cette image.

Autant que l’on sache, il n’y a qu’une seule explication logique à ce phénomène: Cyrus n’était pas le roi officiel de Babylone pendant les quatorze premiers mois du contrôle perse de la région.

L’explication la plus probable de la situation en cause ici est qu’il y avait un roi à Babylone qui y régna en tant que vassal de Cyrus pendant cette période de quatorze mois.

La durée du règne précedant celui de Cyrus est cohérent avec Daniel

Il y a clairement de la place dans l’histoire de Babylone pour Darius le Mède. De plus, la durée de son règne en tant que roi de Babylone est nettement délimitée par les dates sur ces tablettes contractuelles.

A ce titre on peut également noter que cette période correspond très bien à la durée du règne de Darius le Mède dans le livre de Daniel, puisque uniquement sa première année est mentionnée (9: l; 11: l) et qu’il est absent de la scène à la troisième année de Cyrus (10: 1).

Certains avancent qu’il y a eu une co-régence entre Cyrus et son fils Cambyses, mais cette co-régence s’est probablement produite à la fin ou vers la fin du règne de Cyrus et en tout cas pas au tout début.

Ordre consécutif VS ordre rétrospectif de la chronique

L’un des arguments contre l’identification de Darius le Mède avec le général Gubaru de la Chronique de Nabonide est qu’il n’a pas vécu assez longtemps après la chute de Babylone pour mener les affaires comme l’exigent les références à lui dans Daniel.

Cet argument repose sur une interprétation particulière de l’ordre des événements datés dans la colonne III de la Chronique, qui rapporte que Gubaru est mort dans la nuit du 11 d’Arahsamnu, le huitième mois de l’année.

Comme Babylone est tombée aux mains des Perses le 16 de Tishri et que Cyrus est entré dans la ville le 3 d’Arahsamnu, l’interprétation standard de l’ordre de ces événements est que Gubaru est mort environ trois semaines après la chute de Babylone et qu’il ne pouvait donc pas être Darius le Mède.

Cette interprétation particulière, cependant, repose sur la prise des événements racontés dans la Chronique dans le désordre.

Il y a deux possibilités ici:

  • les événements de la Chronique se produisent dans un ordre consécutif, auquel cas Gubaru est mort un an et trois semaines après la chute de Babylone
  • Les événements de la Chronique doivent être pris en compte dans un ordre rétrospectif, auquel cas Gubaru est mort trois semaines après la chute de Babylone.

La question est alors la suivante: laquelle de ces deux vues est correcte? Selon quelle chronologie ces événements de la Chronique doivent-ils être interprétés?

En cherchant des matériaux comparatifs pour répondre à cette question, William Shea examina les événements datés dans les dix textes connus de la Chronique babylonienne, qui couvrent des événements de l’époque de Nabonassar au huitième siècle avant JC. à la Chronique de Nabonidus.

Ce dernier, bien sûr, enregistre les événements du VIe siècle. Il a trouvé que sur les 318 observations chronologiques enregistrées dans ces dix textes, 313 sont dans l’ordre consécutif selon les événements datés qui les précèdent ou les suivent, alors que seuls cinq événements datés dans les chroniques n’apparaissent pas dans l’ordre consécutif.

Il semble évident que l’ordre chronologique consécutif du texte était la règle standard dans ces chroniques et il semble raisonnable d’appliquer cette règle aux événements de la colonne III de la Chronique de Nabonide.

Il y a un autre aspect dans le texte de la troisième colonne de la Chronique de Nabonide qui est pertinent pour la discussion de l’ordre chronologique des événements qui y sont enregistrés.

Cette particularité du texte est la manière dont les dates ont été écrites dans ce passage. Les noms de mois sont absents de cinq de ces dates, l’événement mentionné étant daté uniquement par un numéro de jour.

Dans les cinq cas, le jour tombe dans le mois qui avait été mentionné pour la dernière fois dans le texte. Les trois premiers cas sont du mois de Tishri (septembre-octobre) au début du passage qui est pertinent à cette étude.

Après la déclaration initiale de l’attaque de Cyrus contre l’armée d’Akkad à Opis, les dates qui suivent dans le texte sont simplement “jour 14” (1.14), “jour 16” (1.15) et “fin du mois” (1,16). De toute évidence, ces trois dates continuent de se référer au mois de Tishri mentionné plus tôt à la ligne 12, puisque l’événement suivant daté dans le texte est l’entrée de Cyrus à Babylone le 3 d’Arahsamnu (octobre-novembre).

Le même phénomène se produit à la fin de cette section. Là, la date à laquelle Cambyse est entré dans le temple est simplement donnée comme “jour 4”. Encore une fois, cela fait clairement référence au dernier mois mentionné dans le texte. La date dans la dernière phrase de la ligne précédente est le 3 de Nisanu (mars-avril), à laquelle le deuil de la femme du roi a pris fin, cela place donc l’entrée de Cambyse dans le temple le 4 Nisanu, pendant la fête du Nouvel An.

Si la mort de Gubaru était survenue le 11ème jour du même mois d’Arahsamnu (octobre-novembre) où Cyrus est entré à Babylone, le récit de sa mort aurait dû suivre cette référence dans le texte, et le scribe, selon sa coutume, aurait dû le dater simplement au “jour 11” sans mentionner à nouveau le mois. Dans un tel cas, le récit aurait dû se lire :

au mois d’Arahsamnu, le troisième jour, Cyrus est entré à Babylone, … la nuit du 11ème jour, Gubaru est mort.

Comme ce n’est pas le cas, la mort de Gubaru devrait être datée dans un « Arahsamnu » différent, c’est-à-dire un an plus tard.

Compte tenu des considérations qui précèdent, la vue consécutive de l’ordre des événements dans la colonne III de la Chronique de Nabonide est pertinente car la mort de Gubaru ne suit pas l’entrée de Cyrus dans Babylone.

Cela semble être l’interprétation la plus raisonnable des preuves actuellement disponibles sur le sujet. Et il convient de noter à nouveau que la vue consécutive place la mort de Gubaru un an et trois semaines après la chute de Babylone, plutôt que trois semaines seulement après cet événement.

Deux des principaux éléments de preuve relatifs à Darius le Mède ont été examinés ci-dessus: les titres des tablettes contractuelles et l’ordre des événements dans la Chronique de Nabonide. Il reste à réunir ces deux éléments de preuve.

Besoin d’une Bible grand format avec gros caractères ?

Voici une belle Bible Louis Segond parfaite pour une étude confortable.

Le changement de titre de Cyrus

Lorsque ces deux éléments de preuve sont réunis, le point le plus important pour la présente étude est que le changement du titre de Cyrus dans les textes économiques, qui était encore inexpliqué dans ce présent article, peut maintenant être lié à un événement historique daté de la Chronique de Nabonide – à savoir, la mort de Gubaru.

Cette corrélation des données, utilisant l’interprétation consécutive des données chronologiques, indique que le titre “roi de Babylone” a été ajouté au titre de Cyrus quelque temps au cours du 10e mois – environ six semaines après la mort de Gubaru le 11e jour du 8ème mois de l’année 538 avant JC.

Puisque ces deux événements sont étroitement liés chronologiquement, il s’ensuit qu’ils peuvent avoir été liés en tant que cause et effet. Si Cyrus a pris le titre de «roi de Babylone» et y est devenu le roi officiel peu de temps après la mort de Gubaru, il semble raisonnable de supposer que Gubaru a pu détenir le titre de cette fonction avant lui jusqu’à sa mort.

Si cette hypothèse est correcte, alors l’identification a été faite du roi qui était le vassal de Cyrus à Babylone à l’époque où Cyrus portait le titre de suzerain de «roi des terres» plutôt que de «roi de Babylone, roi des terres» dans les textes écrits à Babylone.

Le décalage temporel impliqué (6 semaines) concerne ce à quoi on pourrait s’attendre pour que la nouvelle de la mort de Gubaru parvienne à Cyrus et pour que ce dernier sache que faire de la royauté à Babylone en retour.

Des mentions et citations significatives

D’autres éléments de preuve moins importants peuvent également être cités à l’appui de l’hypothèse selon laquelle Gubaru a régné en tant que roi de Babylone et vassal de Cyrus pendant l’intervalle spécifié ci-dessus.

Il est intéressant à cet égard qu’il soit mentionné par son nom dans la Chronique de Nabonide. Ce fait le place déjà dans une catégorie avec la royauté, puisqu’il y a 58 rois nommés 177 fois dans les dix textes de la Chronique babylonienne mentionnés ci-dessus, alors que seulement 7 personnes mentionnées par leur nom dans les chroniques n’étaient pas des rois.

Le même point est renforcé par le fait que la date de la mort de Gubaru est fournie. Sur les 22 personnes pour lesquelles les dates de décès sont disponibles dans les chroniques, 20 étaient des rois ou des reines, tandis que 2 seulement étaient des personnes non royales.

La mort de l’épouse du roi

L’avis de la mort de l’épouse du roi dans la Chronique de Nabonide immédiatement après l’enregistrement de la mort de Gubaru peut être significatif ici. A quel roi cette femme était-elle mariée? Il y a cinq possibilités: Nabonide, Belshatsar, Cyrus, Cambyse et Gubaru.

Qu’un deuil ait été effectué pour la femme de Nabonide après sa destitution et quand il était un roi impopulaire semble peu probable. Il semble encore plus improbable que cette femme ait été la femme de Belshatsar.

Si elle était la femme de Cyrus, il ne semble pas s’être beaucoup intéressé à elle, puisqu’il n’a pas assisté au deuil tenu en son honneur. Si la participation de Cambyse à la fête du Nouvel An après le deuil pour elle est une indication de son élévation à la royauté, alors il n’était pas encore devenu roi au moment de sa mort.

De ces cinq possibilités, par conséquent, la plus probable d’entre elles est qu’elle était la femme de Gubaru, auquel cas son titre indique qu’il était effectivement roi quand il est mort.

Le comparatif entre Gubaru et Darius le Mède de Daniel

Dans quelle mesure la description de Gubaru ci-dessus se compare-t-elle à la description de Darius le Mède dans Daniel ? Il y a au moins six points sur lesquels les descriptions cunéiformes et bibliques de ces deux individus concordent. Il y a aussi quelques points mentionnés dans Daniel au sujet desquels nous n’avons pas encore de preuves dans un sens ou dans l’autre des annales cunéiformes.

Les six points d’accord peuvent être énumérés comme suit:

  • Premièrement, selon la Chronique de Nabonide, Gubaru a dirigé la division des troupes médo-perses qui ont conquis Babylone. Il en est de même pour Darius dans Dan 5 :29.
  • Deuxièmement, Gubaru a installé des gouverneurs à Babylone, selon la Chronique. C’est précisément ce que Dan 6: l-2 déclare que Darius le Mède a fait.
  • Troisièmement, bien que l’âge de Gubaru ne soit pas spécifiquement indiqué dans la Chronique, on pourrait déduire qu’il était déjà âgé du fait qu’il est mort peu de temps après la conquête de Babylone. Cela s’harmoniserait avec l’indication que Darius avait 62 ans, mentionnée dans Dan 5:31.
  • Quatrièmement, selon la chronologie de la Chronique et les titres des tablettes contractuelles, Gubaru est mort environ un an après avoir conquis Babylone. Cela cadrerait bien avec sa première année de règne qui est mentionnée dans Dan 9: 1-2 et 11: 1. L’explication la plus logique du passage à la troisième année de Cyrus dans Dan 10: 1 est que Darius le Mède était décédé à ce moment-là, il n’a pas eu de 2ème année de règne. Sa mort, environ un an après la chute de Babylone, est la meilleure explication de sa disparition de la scène.
  • Cinquièmement, la distinction entre les royaumes de Cyrus et de Darius correspond bien à cette situation. Dan 10: 1 fait référence à Cyrus comme étant le roi de Perse, ce qui correspond bien à son titre de «roi des terres» dans les tablettes du contrat. Darius le Mède, en revanche, régnait sur le «royaume des Chaldéens», ce qui correspond bien au titre de «roi de Babylone» que Cyrus n’a repris que plus tard dans sa première année de règne sur la Babylonie, selon les tablettes.
  • Sixièmement, la position de Gubaru en tant que vassal s’harmonise avec l’affirmation selon laquelle il a été “fait ou établi roi” (Dan 6 : 1) sur le royaume, puisque le suzerain qui l’a fait roi à cette époque devait être Cyrus.

Mis à part la différence entre les noms de Gubaru et Darius, qui peut être considérée provisoirement comme la différence entre le nom personnel de l’individu et le nom de trône, seuls deux éléments notés dans Daniel concernant Darius le Mède ne peuvent pas être mis en corrélation avec les enregistrements cunéiformes disponibles:

  • Premièrement, concernant la filiation de Gubaru, nous ne savons rien des sources cunéiformes, et les sources classiques sont également silencieuses sur cette question. Ainsi, nous n’avons aucun moyen de déterminer si son père s’appelait ou non Assuérus, le nom que lui a donné Daniel.
  • Deuxièmement, bien que les sources cunéiformes ne parlent pas non plus de l’origine ethnique de Gubaru, Xénophon se réfère au général Gobryas qui a conquis Babylone pour Cyrus comme un «Assyrien», ce qui signifie généralement Babylonien. Si cette désignation était exacte, cela indiquerait que Gubaru n’était pas un Mède, mais il y a tellement d’inexactitudes historiques dans le récit de Xénophon de ces événements que cette désignation n’a pas besoin d’être prise au sérieux. Le fait que la Chronique de Nabonide se réfère à lui comme le gouverneur du Gutium avant de conquérir Babylone pourrait être compatible avec l’ascendance médiane, mais nous n’avons aucun moyen de le déterminer pour le moment.

Conclusion

En résumé, six des points d’identification sur Darius le Mède dans Daniel ont été vérifiés ci-dessus avec des références à Gubaru provenant de sources cunéiformes et ont été jugés compatibles.

Deux points – sa filiation et son origine ethnique – ne peuvent pas encore être vérifiés faute de documentation historique adéquate.

Notre documentation pour Gubaru ne parvient pas non plus à l’identifier comme le roi de Babylone ou à l’appeler Darius, mais le premier point est compatible avec les preuves indirectes des titres des tablettes contractuelles de cette époque, et le dernier point est compatible avec une pratique connue à Babylone.

Aidez le Ministère de QQLV

Je soutiens la production de contenu biblique et l’accès gratuit !

Plus de 200 articles qui vont de la Création à la Résurrection !

Le 4ème royaume de Daniel 2 et la 4ème bête de Daniel 7 représentent-ils Rome ou la Grèce ?

Les implications de la réponse à cette question sont aussi importantes que l’historicité du Déluge de Noé, de l’Exode d’Egypte ou encore de la création dans Genèse 1. D’une certaine manière, l’importance de ce sujet est peut-être encore un cran au-dessus que les autres thèmes mentionnés. En effet, réaliser que l’univers a eu un créateur…

Continue reading

Jean Baptiste était-il Elie ou pas ? Y-a-t-il une contradiction ?

Jean-Baptiste est une figure importante dans le Nouveau Testament et son ministère était prophétisé dans l’Ancien Testament. Il existe un véritable sujet sur le fait que Jean-Baptiste était l’Élie prophétisé ou pas. Certains avancent qu’il y a une contradiction mais nous allons voir que la situation est assez facile à expliquer. Lisons tout d’abord les…

Continue reading

Le combat de David contre Goliath a-t-il vraiment eu lieu ?

Le premier livre de Samuel dans l’Ancien Testament nous raconte qu’un berger nommé David a vaincu le grand et puissant guerrier philistin Goliath à l’aide d’une fronde. Cette histoire est très connue dans l’église et même en dehors mais s’agit-il d’un véritable récit historique ? David a-t-il vaincu Goliath ? Le combat a-t-il eu lieu…

Continue reading

Références :

  1. John A. Brinkman, A Political History of Post-Kassite Babylonia 1158–722 B.C. (Rome: Pontifical Biblical Institute, 1968), 61–62, 240 n. 1544, 243 n. 1560
  2. Stephen A. Kaufman, “The Phoenician Inscription of the Incirli Trilingual: A Tentative Reconstruc- tion and Translation,” Maarav 14, no. 2 (2007): 7–26, here 18
  3. Bulman, “Identification of Darius the Mede,” 259–64, though not all proposals he advanced are convincing; Colless, “Cyrus the Persian,” 115–18, 132–24.
  4. 8W . H. Shea, “An Unrecognized Vassal King of Babylon in the Early Achae- menid Period, I,” AUSS 9 (1971): 52-67.

A lire également