Comment Noé a-t-il pu faire entrer les animaux dans l’Arche et s’occuper d’eux ?

Il y a beaucoup d’animaux sur terre alors si le déluge est un évènement historique, comment Noé a t-il pu faire entrer les animaux dans l’arche et prendre soin d’eux pendant un an ?

Cet article est largement basé sur l’ouvrage ci-dessous :

Woodmorappe, J., Noah’s Ark: A Feasibility Study, Institute for Creation Research, El Cajon, CA, USA, 1996.

Les deux questions que l’on devrait se poser quant à la faisabilité de l’opération “sauvetage des animaux”sont les suivantes :

  • Quelle était la taille de l’Arche ?
  • Combien d’animaux a t’il fallu faire entrer dans l’Arche ?

La Bible décrit l’opération sauvetage des animaux dans l’arche comme un accomplissement surnaturel. Toutefois les dimensions de l’arche et la prise en compte du fait qu’il s’agissait de récupérer des “familles ou genres” d’animaux plutôt que des “espèces”, montrent que l’opération était faisable. A noter également que seuls des spécimens jeunes et petits ont probablement (et logiquement) été emmenés dans l’Arche et qu’il ne s’agissait que d’animaux terrestres.

La capacité de l’arche

L’Arche mesurait 300 × 50 × 30 coudées (Genèse 6:15), soit environ 140 × 23 × 13,5 mètres, son volume était donc de 43 500 m³ (mètres cubes). Pour mettre les choses en perspective, il s’agit d’une capacité de charge équivalente à 340 semi-remorques.

Pour visualiser l’Arche :

  • Sa longueur était 1.5 x un terrain de football (et il y avait 3 étages donc en réalité 4.5 x la longueur d’un terrain de foot)
  • Sa largeur était 2 x la largeur d’un bus
  • Sa hauteur était 3 x la hauteur d’une giraffe

L’Arche n’était certes pas aussi grosse que le Titanic ou le Queen Mary II, mais il ne s’agissait pas d’avoir des piscines ou des terrains de golf sur l’Arche. Son volume était exclusivement utilisé à des fins de survie.

Si les animaux avaient été gardés dans des cages d’une taille moyenne de 50 × 50 × 30 centimètres, soit 75 000 cm³, 16 000 animaux n’auraient occuper que 1 200 m³.

Même si un million d’espèces d’insectes avait dû être à bord, ce n’aurait pas été un problème, car elles nécessitent peu d’espace. Si chaque paire avait été gardée dans des cages de 10 cm par côté, ou 1000 cm³, toutes les espèces d’insectes occuperaient un volume total de seulement 1000 m³, soit 12 autres voitures.

Cela laisserait de la place pour cinq trains de 99 voitures chacun pour la nourriture et la famille de Noé. Cependant, les insectes ne sont pas inclus dans la signification des « behemah orremes” de Genèse 6: 19-20, donc Noé ne les a probablement pas pris à bord

La tabulation du volume total est assez juste, car cela montre qu’il y aurait eu beaucoup de place sur l’Arche pour les animaux avec beaucoup de nourriture.

Il était possible d’empiler des cages, avec de la nourriture sur le dessus ou à proximité, afin de maximiser l’espace de l’Arche et de laisser une circulation d’air suffisante.

Même si les survivants de l’Arche n’ont pas empilé les cages les unes sur les autres pour économiser l’espace au sol, il n’y aurait pas eu de problème. D’après les exigences standard recommandées en matière d’espace au sol pour les animaux, ils auraient eu besoin de moins de la moitié de l’espace au sol disponible des trois ponts de l’Arche.

Cette disposition permet de stocker le maximum de nourriture et d’eau au-dessus des cages à proximité des animaux.

Quelques points techniques de l’arche

L’Arche aurait probablement transporté des aliments comprimés et séchés, et probablement beaucoup de nourriture concentrée. Peut-être que Noé nourrissait le bétail principalement avec du grain, plus du foin pour la fibre.

Le volume de denrées alimentaires n’aurait représenté qu’environ 15% du volume total de l’Arche. L’eau potable n’aurait absorbé que 9,4% du volume. Ce volume serait encore réduit si l’eau de pluie était collectée et acheminée dans des auges.

Il n’est pas certain que Noé et les siens aient dû nettoyer les cages tous les matins. Peut-être qu’ils avaient des sols en pente ou des cages à lattes, où le fumier pouvait tomber des animaux et être évacué par de l’eau autour ou détruit par le vermicompostage (compostage par des vers) qui fournirait également des vers de terre comme source de nourriture.

Une litière très profonde peut parfois durer un an sans nécessiter de changement. Un matériau absorbant (par exemple sciure de bois, copeaux de bois résineux et surtout mousse de tourbe) réduirait la teneur en humidité et donc l’odeur.

L’espace, l’alimentation et les besoins excréteurs étaient adéquats même si les animaux avaient des cycles normaux de sommeil jour / nuit. Mais l’hibernation est une possibilité qui réduirait encore plus ces exigences. Il est vrai que la Bible ne le mentionne pas, mais elle ne l’exclut pas non plus.

La proportion de l’Arche équivalait aux navires cargos modernes et offrait une stabilité optimale.

Le cas des dinosaures dans l’arche

Il est coutume de penser que les dinosaures étaient d’immenses créatures qui par extension ne pouvaient pas entrer dans l’Arche mais la taille moyenne d’un dinosaure, calculée à partir des squelettes découverts dans le monde entier, se situe entre celle d’un grand mouton et d’un bison.

En effet, beaucoup de dinosaures étaient de taille relativement petite. Le Struthiomimus, par exemple, était de la taille d’une autruche et le Compsognathus n’était pas plus grand qu’un coq.

Seuls quelques dinosaures atteignaient des dimensions hors normes (par ex. le brachiosaure ou l’apatosaure).

Les reptiles ont la capacité de grandir tout au long de leur vie. Les plus grands dinosaures étaient certainement des individus très vieux.

Le plus grand œuf fossilisé de dinosaure jamais retrouvé est d’environ la taille d’un ballon de rugby. Même les grands dinosaures étaient tout petits au moment de l’éclosion.

Les animaux qui débarquaient de l’arche avaient pour rôle de repeupler la Terre. C’est pourquoi il est raisonnable de penser que les quelques spécimens à bord de l’arche étaient jeunes et petits.

Téléchargez les articles par thématique au format PDF

De la Création à la Résurrection !

Terminologie et nombre d’animaux dans l’arche

La Bible parle de genre d’animaux et non d’espèces, ainsi le nombre à récupérer était relativement faible, quelques milliers, voire moins. Il s’agissait de récupérer des animaux terrestres et non marins. Il est fort probable que ce furent de jeunes animaux, mangeant peu, dormant beaucoup, et produisant peu de déchets qui ont embarqué dans l’arche.

La catégorie biblique “genre” est équivalente à la classification “famille” en taxonomie.

Par exemple, les chevaux, les zèbres et les ânes sont probablement issus d’une espèce équine (semblable à un cheval), car ils peuvent se croiser, bien que leur progéniture soit maintenant stérile.

Les chiens, les loups, les coyotes et les chacals sont probablement de type canin.

Tous les différents types de bovins domestiques descendent des Aurochs, il y avait donc probablement au plus sept (ou quatorze) bovins domestiques à bord.

Les Aurochs eux-mêmes sont peut-être issus d’un type de bétail comprenant des bisons et des buffles d’eau.

Nous savons que les tigres et les lions peuvent produire des hybrides, il est donc probable qu’ils descendent du même ancêtre.

Ainsi toutes les déclinaisons qui apparaissent aujourd’hui n’ont pas été dans l’Arche, le monde du vivant n’était pas encore aussi diversifiée qu’aujourd’hui.

Voici approximativement en détail la quantité d’animaux qu’il a fallu transporter :

GenresAnimaux
Mammifères5461644
Oiseaux2853690
Reptiles320928
Amphibiens248496
TOTAL13996758
Source de l’information answer in genesis (min 26min30)

Un vaisseau aussi grand aurait pu transporter 120 000 animaux et il est estimé que seulement 1 ou 2 milliers de genres ont dû s’y installer, soit un maximum d’environ une dizaine de milliers d’animaux. La taille moyenne des animaux était à peu près celle d’un mouton.

La spéciation : un procédé très rapide

La spéciation se produit très rapidement au sein d’une espèce. Nul besoin de million d’années pour obtenir toute la diversité de la vie que nous avons aujourd’hui.

Un article à ce sujet :

La biogéographie et le modèle biblique

La biogéographie est l’étude de la répartition des plantes et des animaux dans le monde. De cela, il est connu que chacun des continents a sa propre faune et flore distincte.

Les évolutionnistes affirment que l’explication la plus raisonnable de ces distributions biogéographiques est que les différents animaux et plantes ont évolué séparément, des ancêtres auraient colonisé différentes régions du monde il y a des milliers ou des millions d’années.

Bien que les études de biogéographie appuient fortement le processus de spéciation, elles ne correspondent pas aux prédictions plus larges de la théorie évolutive et sont incompatibles avec le modèle des géologues “vieille terre” et la lente dérive des continents.

Un article complet à ce sujet :

Un événement surnaturel

Genèse 6 : 20 nous indique que les animaux sont venus par eux-mêmes. Il a dû s’agir d’un évènement surnaturel, Dieu les a guidé vers l’arche. Nous savons que plein d’animaux migrent en temps normal.

Aussi il n’y avait qu’un continent (voir genèse 1 : 9) avant le déluge ce qui facilitait une telle migration.

Nous sommes, avec le déluge, de toute façon, dans une perspective surnaturelle, comme lors de la création ou de la résurrection, ce qui signifie que Dieu était à la baguette pour mener à terme cette mission délicate.

Poursuivez votre étude ou lisez la conclusion de l’article parent sur la série du déluge :

Recevez le magazine digital (pdf + audio)

“Science, Archéologie et Parole de Dieu”

Plus de 200 articles qui vont de la Création à la Résurrection !

Références :

A lire également