Le déluge biblique de Noé a-t-il vraiment eu lieu ?


La déluge biblique est un sujet très important et chaque chrétien est invité tôt ou tard à déterminer son historicité afin d’établir ou/et de renforcer sa confiance dans le concept de l’inspiration divine de la Bible.

Le déluge a autant de signification que la Création de l’Univers dans le livre de la Genèse et la Résurrection du Christ dans les évangiles. L’histoire du Déluge est importante dans les évangiles, Jésus y fait référence dans Matthieu 24 : 38-39.

La foi biblique est une foi raisonnable, il n’est pas attendu du croyant qu’il croit aveuglément.

C’est au chercheur de vérité d’apprécier si les preuves du terrain sont concluantes oui ou non avec le récit biblique.

On ne croit pas à la Bible juste parce que les livres bibliques déclarent être la Parole de Dieu, mais parce que les informations contenues (vérifiées et perceptibles en dehors de la Bible) et leurs cohérences indiquent son inspiration divine.

Le croyant a toutes les raisons d’aller vérifier les données du terrain.

Toutes les informations bibliques pour lesquelles on s’attendrait à retrouver des éléments, peuvent et doivent être investiguées.

On ne s’attend pas spécialement à retrouver des preuves tangibles de la traversée de la Mer Rouge par les hébreux, puisqu’il s’agit d’un évènement local et que les égyptiens ne sont pas connus pour mentionner leurs défaites. De plus tous les restes “éventuels” au fond de la mer se sont probablement désintégrés depuis. On trouve par contre des éléments concluants autour du récit de l’exode, mais ce n’est pas le sujet ici.

En ce qui concerne le déluge, de par sa nature globale et ses effets, il est tout à fait attendu d’en retrouver des éléments sur le terrain (même d’ordre historique et pas uniquement scientifique).

1 thessalonians 5 : 21

Mais examinez toutes choses; retenez ce qui est bon;

Le déluge est un évènement pivot et d’une importance difficile à qualifier à sa juste valeur, il a façonné notre terre, bouleversé les horloges radioactives, et explique l’égarement d’une large partie de la population scientifique et civile quant à l’histoire et l’âge de la terre (parce qu’ils l’ignorent).

Le déluge est peut être la plus grande confirmation scientifique et historique de la Bible. Il existe en effet des preuves tangibles de sa véracité.

Il faut cependant être “ordonné” quand on étudie l’inspiration divine ou la non-inspiration des textes bibliques. L’erreur courante consiste à accepter ce qui nous semble acceptable et ne pas accepter ce qui nous semble inacceptable.

Ce n’est pas “l’acceptabilité” des informations qui déterminent le caractère inspiré de la Bible mais bel et bien la véracité oui ou non des évènements rapportés et des informations données.

Ainsi ce n’est pas parce qu’on en vient à penser que le déluge biblique est “injuste” ou “cruel” qu’il ne s’est pas produit.

Etre ordonné dans son travail de recherche signifie “vérifier s’il s’est produit ou pas” qu’importe ce que l’on en pense philosophiquement.

Il est bien plus pertinent et fiable de se contenter d’étudier ce que le Seigneur a dit, plutôt que d’imaginer ce que Dieu ferait ou ne ferait pas.

Je vous invite à lire les 2 articles suivants avant que vous ne plongiez dans l’étude du déluge biblique.

Les Origines et les Bases Bibliques de la Science Moderne

L’Origine de l’Evolution des millions d’années et leurs conséquences

Il s’agit dans cette suite d’article de prendre la Bible pour autorité, d’en faire son modèle, et de voir si les observations sur le terrain correspondent aux informations bibliques.

Quand il s’agit d’étudier passé, il faut un modèle de base pour travailler, en l’occurence le modèle biblique ou le modèle évolutif/uniformitariste. La science expérimentale n’est pas suffisante, seule, pour expliquer le passé, car plusieurs interprétations peuvent être appliquées aux mêmes observations.

Ce qui est important c’est de vérifier lequel de ces modèles est cohérent avec les observations.

A travers diverses disciplines scientifiques passionnantes, nous allons voir cela et comprendre concrètement ce qu’est le déluge et quelles ont été ses conséquences.

Ce n’est qu’en prenant le déluge biblique en compte que l’on peut comprendre et visualiser l’âge de la terre ainsi que ses caractéristiques géologiques.

Je vous laisse donc parcourir les articles ci-dessous. Vous trouverez également une conclusion en bas de l’article, que vous pouvez préférablement lire après avoir lu les articles sur chaque thématique liée au déluge.

Le déluge a t’il été local ou global selon la Bible ?

Le livre de la genèse explique simplement et clairement que tout ce qui avait respiration “périt”.

Aussi toutes les montagnes furent “largement” recouvertes d’eau.

La réinterprétation du déluge comme un évènement local est due à des concepts extérieurs à la Bible. Il n’est pas logique de procéder ainsi pour interpréter les écritures.

Je vous laisse lire l’article complet sur le sujet.

Le déluge biblique s’est il inspiré de l’épopée de Gilgamesh ?

L’épopée de Gilgamesh est elle même un récit composé de différentes histoires, basées sur des traditions qui circulaient bien avant elles. Elle n’a clairement pas la paternité du “déluge”, bien au contraire.

Comme le déluge fut un évènement global, il est tout à fait normal que les différentes cultures du monde en aient parlé, y comprit la culture mésopotamienne.

Enfin une tablette a été retrouvée à Nippur au siècle dernier, elle est incomplète mais elle permet de constater que le monothéisme existait avant le polythéisme si cher à l’épopée de Gilgamesh.

Aussi la crédibilité du contenu de l’épopée fait pâle figure à coté du récit de la genèse, je vous laisse parcourir l’article complet ci-dessous sur le sujet.

Il est intéressant de noter que s’il n’y avait pas d’autres récits du déluge dans le monde entier (en dehors de la Bible), les sceptiques auraient eu tôt fait d’argumenter qu’un tel évènement aurait été mentionné de manière globale s’il s’était produit. C’est exactement le cas et ceci conforte encore la réalité historique et globale du déluge de Noé.

Je vous laisse lire l’article suivant :

D’où est venue l’eau du déluge biblique ? et ou est elle allée ?

La Bible parle de deux sources : la pluie et les sources du grand abîme (l’eau souterraine).

La Science et la Bible nous disent tous les deux qu’il y avait un supercontinent à l’origine. La Bible permet en plus de déduire que la terre était beaucoup moins hostile, beaucoup plus habitable. Il y avait moins de montagne élevée et le niveau des mers étaient plus bas, laissant entrevoir plus de terre émergée.

Ainsi l’eau est provenue en grande partie des régions souterraines de la terre, c’est ce qui a d’ailleurs entraîné tant de pluie (geysers d’eau chaude ou de vapeurs surchauffées retombant sous forme de pluie). Le Mont Everest, par exemple, serait une résultante du déluge, qui par l’éclatement du manteau terrestre, a provoqué d’impressionnant mouvements tectoniques et l’élévation des montagnes.

L’eau du déluge est donc sous nos yeux et explique le haut niveau des mers. Il est fort probable que le rapport 70/30 (mer/terre) était inversé ou 50/50 avant le déluge.

Mais voici l’article complet :

La dérive des continents, la formation des montagnes et le déluge

La géologie de notre monde actuel est très particulière. Il a fallu des forces colossales pour que le monde soit ce qu’il est actuellement.

Voici une étude très intéressante sur le modèle du déluge, son déroulé, et ses conséquences.

Les sols océaniques actuels plus profonds qu’avant le déluge

Voici un article qui rassemble des observations scientifiques montrant que le modèle du déluge biblique est un sérieux candidat pour expliquer la profondeur de la mer et les bouleversements qui ont façonné le monde.

Les vallées et rivières dans la perspective du déluge biblique

En un mot, le retrait des eaux du déluge a façonné la plupart des canyons et rivères de notre monde.

Ce sont les canyons qui ont crée les rivières, ce ne sont pas les rivières qui ont produit les canyons.

Voici l’article complet :

L’ère glaciaire : une conséquence du déluge

Le déluge implique un mécanisme parfait (et extrêmement rare pour ne pas dire unique) pour expliquer l’ère glaciaire. Sans ce déluge on ne sait pas vraiment comment un âge de glace pourrait se produire.

En effet un âge de glace nécessite aussi bien des étés frais qu’une quantité importante d’humidité. Pourtant des températures fraîches engendrent un climat sec et donc peu d’humidité.

Le mystère est résolu avec le déluge et l’article ci-dessous.

En prime l’explication de comment les kangourous ont pu rejoindre l’Australie 😉

Les dinosaures dans le modèle biblique

Voici un sujet très sensible et qui nécessite un très grand déformatage. Je vous laisse parcourir l’article.

En tout cas, rappelez vous, en Science, il n’y a pas de notion de consensus, ça ne veut rien dire qu’une position soit supportée par plus de scientifiques. La plupart des grandes avancées dans ce monde ne se sont pas faites par l’action des majorités.

D’ailleurs, ironiquement, c’est Michael Crichton, auteur de Jurassic Park mais aussi dîplomé de médecine, qui nous le précise merveilleusement :

Soyons clairs : le travail de la science n’a rien à voir avec le consensus. Le consensus est une affaire de politique. La science, au contraire, ne nécessite qu’un seul enquêteur qui se trouve avoir raison, ce qui signifie qu’il ou elle a des résultats qui sont vérifiables par référence au monde réel.

En science, le consensus n’est pas pertinent. Ce qui est pertinent, ce sont des résultats reproductibles. Les plus grands scientifiques de l’histoire ont précisément été “grands” parce qu’ils ont rompu avec le consensus.

La science du consensus n’existe pas1.

La paléontologie implique de la “science” mais elle implique aussi de “l’histoire” et des “interprétations”. Les fossiles retrouvés n’ont pas d’étiquettes indiquant leur âge.

Quant aux méthodes de datation, elles n’indiquent pas que les dinosaures se soient éteints il y a 65 millions d’années.

Bien au contraire, tout porte à croire que le déluge a emporté les dinosaures alors même qu’ils évoluaient parfaitement dans leur environnement.

Je vous laisse parcourir l’article ci-dessous :

Et également cet article :

Le monde avant le péché était il sans mort ni douleur ?

On ne peut observer ou imaginer le monde d’avant en fonction du monde présent. Pour esquisser la réalité qui précédait le péché, lorsque Dieu dit “que tout était très bon”, il faut se réferer aux écritures.

Voici un article complet sur le sujet :

La disparition des mammouths dans le modèle biblique

Le cas des mammouths est très intéressant pour se projeter dans le monde post-diluvien. En effet l’ère glaciaire provoquée a pu permettre à certaines régions d’être viable pour les mammouths. Ce ne fut plus le cas quand l’âge de glace prit fin. D’autres éléments expliquent également leur disparition.

Voyez cela avec l’article suivant :

Les eaux du déluge ont elles submergé le monde ?

La présence de fossiles marins sur les différents toits du monde atteste du déluge. L’article traite aussi du continent africain anciennement arrosé, de baleines dans le désert, et d’autres éléments géologiques importants.

Les couches géologiques témoignent-elles de l’évolution ou du déluge ?

Les articles précédents ont certainement déjà élucidé cette question. Mais voyons les choses de plus près dans l’article ci-dessous et constatons que le déluge biblique peut sérieusement être considéré comme historique.

Le déluge explique l’ordonnancement général des fossiles dans les strates, tout en permettant des exceptions.

Cet article est peut être l’article le plus déterminant de la série sur le déluge.

Voir l’article ci-dessous :

L’origine des peuples&langues selon la Bible

Le déluge de Noé suppose un “redémarrage” de l’humanité après le déluge.

Ainsi il est intéressant de voir si les données démographiques et historiques sont concordantes ou discordantes avec la notion qui indique que les descendants directs de Noé sont les fondateurs des nations.

L’accumulation de détails précieux, sur tous les plans, permet réellement au récit de la genèse d’être considéré comme sérieux et historique.

Voir l’article complet sur le sujet de l’origine des peuples ci-dessous :

L’humanité descend-elle d’Adam et Eve ?

Voici un sujet très important qui est traité en long et en large à travers les trois articles suivants.

Le couple originel est critique à l’évangile. En passant par le concept de la “préhistoire” à la “génétique” nous parvenons à tirer une belle conclusion, que je vous laisse apprécier dans les trois articles ci-dessous :



Comment les animaux ont ils pu entrer dans l’Arche de Noé ?

La conception du bateau lui permettait aussi bien de tenir bon durant le déluge que d’accueillir les différents genres d’animaux qui devaient repeupler la terre. Notez bien que j’ai employé le mot “genre” et non “espèce”.

Voici un article complet ci dessous qui comprend également un chapitre sur la spéciation et qui révèle que le peuplement de la terre et la diversification des espèces (à travers un processus descendant et non ascendant comme l’évolution le nécessite) peut se produire très rapidement :

Soutenir le Ministère de “Qu’est ce que la Vérité ?”

Conclusion

Le déluge est un élément clé pour expliquer l’histoire de la terre et des hommes. Sans lui, nous sommes vraiment dans l’obscurité.

La preuve principale que nous espérions trouver si le récit biblique était véridique, serait un immense cimetière d’animaux et de végétations enfoui par l’eau. Et c’est exactement ce que nous trouvons, des milliards d’animaux fossilisés, et des quantités immenses de pétroles, de charbon etc…

Sans le déluge global, il est difficile d’expliquer le registre fossile et sa répartition mondiale, la fossilisation étant un processus rapide (autrement les animaux se seraient décomposés).

Idem pour les légendes de déluge global dans toutes les régions du monde.

Les implications d’un déluge réel sont énormes. Considérons par exemple que si le déluge a formé les couches géologiques de roches sédimentaires, alors ces dernières n’ont pas été formées durant des millions d’années.

Elles ne peuvent donc être utilisées pour argumenter l’histoire évolutive.

Des évènements comme l’éruption du Mont St Helens ont prouvé que les couches géologiques pouvaient être déposées très rapidement et non au rythme d’une ou deux par an. Les millions de couches ne doivent pas être interprétées comme autant d’années.

Aussi ces couches “courbées” qui s’aperçoivent un peu partout dans le monde montrent que le matériau était tendre et pliable pendant la formation et donc jeune.

L’absence de fossiles transitionnels est un autre élément perturbant pour la perspective évolutive, tout comme la présence de carbone 14 dans les fossiles de dinosaures, anéantissant toute présomption sur leur existence il y a 65 millions d’années.

Que dire également de ces fossiles marins sur les montagnes, du sahara luxuriant par le passé (climat plus humide), des baleines dans le désert chilien, du transport des sédiments sur de très longues distances, si ce n’est que l’eau a bel et bien recouvert le monde comme l’indique la Bible qui est la Parole de Dieu.

Si les scientifiques datent des roches avec la datation radiométrique et qu’ils indiquent des millions d’années, nous savons que ce n’est pas possible car le déluge s’est produit il y a 4400 ans.

Le déluge a affecté divers processus, de sorte que les dates paraissent “gonflées” quand on ignore l’évènement.

Les méthodes de datation ont montré leur limite, comme l’indique feu Frederic Bonner Jueneman (consultant chimiste analytique industriel) :

Il y a eu ces dernières années l’horrible prise de conscience que les taux radiométriques ne sont pas aussi constants que ce que l’on pensait auparavant, et qu’ils ne sont pas à l’abri des influences environnementales.

«Et cela pourrait signifier que les horloges atomiques sont réinitialisées lors d’une catastrophe mondiale, et les événements qui ont mis fin au Mésozoïque ne datent peut-être pas de 65 millions d’années, mais plutôt de l’âge et de la mémoire de l’homme2.

Voici un article complet sur la datation radiométrique :

Le déluge fut un jugement divin sur le péché. Et il y en un autre qui s’en vient. Le premier jugement fut par l’eau, le deuxième le sera par le feu.

Comment dans le temps de Noé, une arche est fournie pour ce 2ème évènement.

Jean 10 : 9

Je suis la porte. Si quelqu’un entre par moi, il sera sauvé; il entrera et il sortira, et il trouvera des pâturages.

Jésus se tient à la porte pour protéger les brebis, comme la porte de l’Arche de Noé protégeait ceux qui étaient à l’intérieur du déluge.

De la même manière qu’il fallait passer par la porte littérale de l’Arche pour être sauvée, aujourd’hui il nous faut passer par la porte figurée du Christ pour être sauvé.

C’est ultimement la raison d’être de ce site. Il s’agit de démontrer que la Bible est digne de confiance. Il s’agit d’édifier tous ceux qui sont attirés par Jésus.

Le déluge fut un évènement réel, qui peut être argumenté, scientifiquement et théologiquement. N’hésitez pas à en faire part à tous ceux qui ont besoin de découvrir ces vérités édifiantes.

La prochaine fois que quelqu’un vous déclare qu’il n’y a pas de preuves pour le déluge ou vous demande s’il y en a, si le récit biblique est véridique, dites-leur : Je vous invite déjà à lire le récit dans le livre de la genèse et ensuite posez vous la question, quelles sont les preuves que vous espériez trouver si le récit biblique était véridique ?

Ne vous attendriez vous pas à trouver des milliards de créatures enterrées dans les couches rocheuses ? C’est exactement ce que nous trouvons ! 70% des continents sont couverts de couches rocheuses pleines de fossiles formées par des eaux rugissantes.

Les 6 preuves suivantes sont celles qu’il faudrait trouver :

  • Preuve de l’apparition soudaine des espèces vivantes (complètement formées et déjà complexes) sans ancètres dans les couches plus basses (voir l’article sur le registre fossile pour ce point précis)

Lire d’autres articles :


Références :

  1. Source: Crichton, Michael, Aliens cause Global Warming, 17 January 2003 speech at the California Institute of Technology (http://s8int.com/crichton.html or http://online.wsj.com/news/articles/SB122603134258207975 or http://stephenschneider.stanford.edu/Publications/PDF_Papers/Crichton2003.pdf)
  2. Frederic B. Jueneman, FAIC, ‘Secular catastrophism’, Industrial Research and Development, June 1982, p. 21

Anthony ETHEVE

Passionné et étudiant converti à la Bible, Anthony partage le fruit de ces centaines d'heures de recherche afin d'aider les chrétiens et notamment les nouveaux appelés à comprendre les thèmes bibliques et le débat création/évolution.

Recent Posts