Les Légendes de Déluge à travers le Monde – Preuves historiques du Déluge de Noé


De nombreuses cultures à travers le monde racontent que le monde a été détruit par une inondation mondiale.

On compte au moins 500 légendes à propos d’un déluge mondial. Beaucoup de ces récits présentent des similitudes remarquables avec les détails du déluge de Noé rapporté dans la Bible.

Ces récits confortent la nature mondiale de cet évènement.

Des récits éparpillés dans le monde très similaires au récit biblique

Voici un exemple avec un récit aztèque :

Lorsque l’humanité fut submergée par le déluge, personne ne fut préservé, si ce n’est un homme nommé Coxcox… et une femme appelée Xochiquetzal, qui se sauvèrent dans une petite barque.

Après avoir atterri sur une montagne appelée par eux Colhuacan, ils eurent un grand nombre d’enfants; …

Ces enfants sont tous nés muets, jusqu’à ce qu’une colombe d’un arbre élevé leur ait transmis des langues, mais tellement différentes qu’ils ne pouvaient pas se comprendre1.

Cela ressemble à une version tronquée du récit biblique du déluge de Noé et de l’origine des nations et des langues à Babel.

C’est l’un des nombreux récits qui décrit d’un déluge cataclysmique, provenant de cultures diverses dont certaines sont très éloignées géographiquement, comme certaines îles du milieu du Pacifique et, séparées par des milliers de kilomètres.

Une déduction réaliste est que toutes ces cultures peuvent de manière satisfaisante être considérées comme originaires de la famille de Noé qui a survécu au déluge selon la Bible.

Les souvenirs du récit réel ont été transmis, génération après génération, et des distorsions s’y sont glissées, comme on peut s’y attendre pour les récits qui n’ont pas été consignés à l’écrit, mais seulement transmis oralement.

Une histoire de déluge aborigène

On raconte comment, il y a longtemps, il y a eu une inondation qui a recouvert les montagnes, de sorte que de nombreux Nurrumbunguttias, ou hommes et femmes spirituels, se sont noyés.

D’autres, dont Pund-jil, ont été rattrapés par un tourbillon dans le ciel. Quand les eaux se sont retirées, et les montagnes sont apparues à nouveau, et que la mer est revenue à sa place, le fils et la fille de Pund-jil ‘sont retournés sur terre et sont devenus les premiers des vrais hommes et femmes qui vivent dans le monde aujourd’hui2.

Le récit parle de montagnes recouvertes par une inondation, et de personnes qui y survécurent et furent les premiers à repeupler la terre. Encore des similitudes renversantes ici.

Un récit des Indiens d’Amérique du Nord

Les Indiens d’Amérique du Nord, ont plusieurs histoires d’inondations. Une de la tribu Choctaw qui raconte comment :

Il y a longtemps, les hommes devinrent si corrompus que le Grand Esprit les détruisit dans un déluge. Un seul homme fut sauvé – un prophète dont le peuple n’a pas tenu compte des avertissements et à qui le Grand Esprit a ensuite ordonné de construire un radeau à partir de rondins de sassafras.

Après plusieurs semaines, un petit oiseau a guidé le prophète vers une île où le Grand Esprit a transformé l’oiseau en une belle femme qui est devenue l’épouse du prophète. Leurs enfants ont ensuite repeuplé le monde3.

Voici une liste des similarités :

  • La divinité envoie un déluge
  • Le monde périt sauf un homme juste
  • Les avertissements ont été ignorés
  • Il reçoit l’ordre de construire un radeau
  • Le déluge a duré plusieurs semaines (dans la Bible, Noé passe un an dans l’arche)
  • L’humanité provient de cet homme juste

Voilà pas mal de détails qui sont similaires au récit biblique.

Des récits chinois de déluge

Il y a quelques histoires de la Chine ancienne. L’une est enregistrée dans le livre chinois de toutes les connaissances, depuis les temps anciens.

C’est une collection de 4320 volumes qui raconte les répercussions de la rébellion de l’humanité contre les dieux et qui contient ce texte :

La Terre fut ébranlée jusqu’à ses fondements. Le ciel coula plus bas vers le nord. Le soleil, la lune et les étoiles changèrent leurs mouvements.

La Terre s’effondra et les eaux de son sein se précipitèrent vers le haut avec violence et ont débordé la Terre4.

Ici aussi nous retrouvons le modèle du déluge biblique, avec notamment les eaux qui provenaient de la croûte terrestre et jaillirent, produisant notamment des fortes pluies et des mouvements de plaques tectoniques, la dérive des continents, du volcanisme, l’approfondissement de la mer par la suite etc…

La dérive des continents, la formation des montagnes et le déluge

Une autre histoire, dans le folklore des Bahnars, une tribu primitive de Cochin, en Chine, raconte comment les rivières ont gonflé :

jusqu’à ce que les eaux atteignent le ciel, et que tous les êtres vivants périrent sauf deux, un frère et une sœur, qui ont été sauvés dans un énorme coffre. Ils prirent avec eux dans le coffre une paire de toutes sortes d’animaux5.

Ici nous retrouvons encore l’idée de l’humanité entière qui périt, mais aussi le concept des paires d’animaux dans l’arche détaillé dans le récit de la génèse biblique.

Notons déjà que les quelques récits que nous avons cité proviennent de Chine, d’Australie, du Mexique Centrale, et de l’Amérique du Nord. Nous sommes très loin du moyen-orient et de Moïse, l’auteur du livre de la genèse.

L’Egypte et le déluge

Les histoires d’inondations du continent africain sont rares, mais une d’Egypte raconte l’histoire d’un ancien dieu de la création, Tem, qui :

fut responsable de l’inondation des premiers âges, qui a couvert toute la terre et détruit toute l’humanité à l’exception de ceux du bateau de Tem6.

La tradition du déluge chez les Incas

Les Incas du Pérou ont aussi une tradition du déluge :

Ils racontèrent que l’eau s’était élevée au-dessus des plus hautes montagnes du monde, et que tous les êtres humains et toutes les choses créées avaient péri.

Aucun être vivant ne s’était échappé, sauf un homme et une femme, qui avaient flotté dans une boîte sur la surface des eaux et avaient donc été sauvés7.

Les histoires des tribus teutoniques de Scandinavie

Les histoires des tribus teutoniques de Scandinavie sont vives et terrifiantes. L’imagerie de ces légendes souligne la dimension du cataclysme. L’un de ces contes décrit le chaos du monde lorsque le puissant loup Fenrir se secoua et :

fit trembler le monde entier. Le frêne vieilli Yggdrasil [envisagé comme l’axe de la terre] fut secoué de ses racines à ses branches les plus hautes. Les montagnes s’effondrèrent ou se divisèrent de haut en bas… ». Les hommes «furent chassés de leur foyer et la race humaine fut balayée de la surface de la terre.

La terre elle-même commença à perdre sa forme. Déjà les étoiles dérivaient du ciel et tombaient dans le vide béant. … Des flammes jaillirent des fissures des roches; partout il y avait un sifflement de vapeur. Toutes les choses vivantes, toutes les plantes, ont été effacées. …

Et alors toutes les rivières, toutes les mers se levèrent et débordèrent. De tous les côtés, les vagues se heurtèrent aux vagues. Elles gonflèrent et bouillirent et recouvrèrent lentement toutes choses. La terre coula sous la mer… ».

Puis lentement «la terre émergea des vagues. Les montagnes furent relevées…. Les hommes réapparurent également. … Enfermés dans le bois même du frêne Yggdrasil… les ancêtres d’une future race d’hommes avaient échappé à la mort8.

Ici aussi certains détails sont remarquablement similaires au modèle biblique. Le volcanisme et les sifflements de vapeur mentionnés dans le récit semblent correspondre au modèle biblique qui indique l’éclatement de la croûte terrestre et le surgissement des eaux souterraines sous formes de geysers et vapeurs surchauffées, entraînant la pluie, le réchauffement de l’océan, l’augmentation de son niveau, le volcanisme etc…

Les sceptiques face aux récits dispersés d’un déluge global

Donc, la grande question est : comment les gens qui n’acceptent pas l’inondation mondiale, et cela inclut également beaucoup de gens dans l’église aujourd’hui, expliquent-ils toutes ces légendes d’inondation ?

Parce qu’encore une fois, l’explication la plus raisonnable est que toutes ces légendes trouvent toutes leur racine dans la même expérience d’une inondation globale qui est consignée dans la genèse.

Il existe 500 légendes d’inondation dans le monde, il est donc très difficile d’expliquer ce phénomène s’il n’y a pas eu un déluge global, de plus que l’évènement est associé au redémarrage de la population humaine et que plusieurs détails récurrents identiques apparaissent dans ces récits.

Les sceptiques tentent d’expliquer ces mythes de déluge comme on les appelle, en suggérant que peut-être tous les peuples de ces civilisations éloignées ont vécu des inondations différentes qui, par hasard, avaient toutes ces caractéristiques en commun, sur lesquelles ils ont fondé leurs histoires. Cela est il sensé comme explication ?

Très peu dira t’on poliment. Toutes sortes de petites inondations distinctes partout dans le monde auraient entraîné des récits d’inondations mondiaux remarquablement similaires.

Les sceptiques indiquent des preuves sommaires de nombreuses inondations locales assez importantes survenues dans le monde il y a des milliers d’années.

L’explication des légendes de déluge sur Wikipédia

Par exemple, Wikipedia suggère que quelques-unes de ces inondations locales sont à la base des récits d’inondation dans les régions où elles se sont produites. Par exemple :

Il a été postulé que le mythe du déluge en Amérique du Nord pourrait être basé sur une élévation soudaine du niveau de la mer causée par l’assèchement rapide du lac préhistorique Agassiz à la fin de la dernière période glaciaire, il y a environ 8 400 ans9.

Notons le « il a été postulé ». Le lac Agassiz s’est probablement drainé après la période glaciaire, mais la période glaciaire elle-même fut le résultat naturel du déluge global.

La même page Wikipédia rapporte aussi ceci :

« Des fouilles en Irak ont révélé des preuves d’inondations localisées à Shuruppak (Tell Fara moderne, Iraq) et dans plusieurs autres villes sumériennes »

Voici également une autre explication :

Adrienne Mayor a fait l’hypothèse que les histoires d’inondations mondiales étaient inspirées par des observations anciennes de coquillages et de fossiles de poissons dans les régions intérieures et montagneuses.

Les anciens Grecs, Égyptiens et Romains ont tous documenté la découverte de tels restes dans ces endroits; les Grecs ont émis l’hypothèse que la Terre avait été recouverte d’eau à plusieurs reprises, citant les coquillages et les fossiles de poissons trouvés sur les sommets des montagnes comme preuve de cette histoire.

Si ces petites inondations ou la découverte de fossiles marins sur les montagnes ont été l’étincelle de ces légendes de déluge, comment en expliquons-nous les étonnantes similitudes ?

Un autre commentaire de wikipedia se lit comme suit:

Une autre hypothèse est qu’un météore ou une comète s’est écrasé dans l’océan Indien vers 3000-2800 ans avant JC, a créé le cratère sous-marin de 30 kilomètres et a provoqué un tsunami géant qui a inondé les terres côtières.

Comment celle solution fonctionne t’elle ? Si cela s’était réellement produit, premièrement, comment cela a-t-il abouti à une histoire sur les humains mauvais et violents, au créateur qui envoie une inondation, à la personne juste qui est autorisée à survivre pour repeupler la terre, l’origine des langues etc…

Et puis, deuxièmement, comment cette même histoire a-t-elle circulé dans le monde entier ?

Ce sont là 2 problèmes majeurs.

Les similitudes entre les récits

Le «Dictionnaire du folklore, de la mythologie et des légendes» de Funk et Wagnall, mentionne ceci :

«Un cataclysme mondial au cours duquel la terre a été inondée ou submergée par l’eau: un concept que l’on retrouve dans presque toutes les mythologies du monde10»

Le dictionnaire décrit ensuite le «squelette de l’histoire du déluge habituel » :

«Les dieux (ou un dieu) décident d’envoyer un déluge sur le monde, généralement en punition d’un acte, d’un tabou cassé, de la mort d’un animal, … mais parfois sans raison.

Certains êtres humains sont avertis, ou cela vient sans avertissement. Si averti, les gens construisent une sorte de navire (raf, arche, bateau, grand canoë …), ou trouvent d’autres moyens de s’échapper (escalader une montagne ou un arbre, un arbre en croissance, une île flottante, une calebasse ou une noix de coco, une tortue) arrière, grotte de crabe, etc …).

Parfois, ils sauvent également certaines choses essentielles à la subsistance, comme la nourriture, rarement des animaux domestiques. »

«Le déluge vient de (la pluie, de vagues énormes, un conteneur cassé ou ouvert, le ventre d’un monstre percé, etc.).
Des éclaireurs d’oiseaux ou de rongeurs sont souvent envoyés, mais ce n’est pas universel.

Une fois le déluge terminé, les survivants se retrouvent sur une montagne ou une île; parfois, ils offrent un sacrifice (non universel), puis repeuplent la terre, recréent des animaux, etc. par des moyens miraculeux.

Il y a donc une liste de détails que ces récits de déluge ont en commun, mais il semble que cette encyclopédie et wikipedia ressentent le besoin d’assurer aux lecteurs que le déluge n’a pas pu être global, que le récit de la genèse ne peut pas être vrai. Par exemple, wikipedia rapporte ceci :

Un déluge mondial, tel que celui décrit dans la Genèse, est incompatible avec la compréhension scientifique moderne de l’histoire naturelle, en particulier de la géologie et de la paléontologie.

En vérité, la réalité d’un déluge global, comme la Bible le rapporte, est la clé pour comprendre l’histoire ancienne, l’origine des nations et des langues, la taille et la démographie de la population actuelle, la nature du registre fossile et la structure géologique à grande échelle de la terre toute entière.

Je vous laisserai quelques liens à la fin de l’article pour que vous puissiez étudier à quel point la géologie, la paléontologie, la biologie et d’autres disciplines supportent le modèle biblique.

En plus de cela, le déluge est la clé pour comprendre le débat sur l’âge du monde. Celui-ci a considérablement accéléré les processus géologiques qui, aux taux actuels d’érosion, de sédimentation, de dérive des continents, de construction de montagnes, etc., prendraient probablement des millions d’années. Mais le déluge a accéléré tous ces processus.

La prédiction biblique sur le rejet de la réalité du déluge

En tant que croyants de la Bible, nous ne devrions pas être surpris que les gens à l’intérieur et à l’extérieur de l’église rejettent le déluge mondial et essaient de rejeter les montagnes de preuves en sa faveur.

Ces légendes du déluge ne sont qu’un élément de preuve, parmi tant d’autres, que l’histoire enregistrée dans les Écritures est exacte.

La raison pour laquelle nous ne devrions pas être surpris, est parce que la Bible nous dit que les gens «négligeront délibérément» le déluge.

Ils rejetteront délibérément les preuves claires et évidentes d’une inondation mondiale.

Dans 2 Pierre 3 : 5-6 il est dit :

Ils veulent ignorer, en effet, que des cieux existèrent autrefois par la parole de Dieu, de même qu’une terre tirée de l’eau et formée au moyen de l’eau, et que par ces choses le monde d’alors périt, submergé par l’eau,

Cette prophétie nous révèle bien le monde d’aujourd’hui. C’est l’un des versets qui montre que le déluge biblique n’est ni local ni mythique, car personne en effet ne nie ou n’ignore un déluge local. C’est bel et bien le déluge global de Noé qui est nié.

La Bible nous dit que les gens se moqueront du déluge mondial, mais ce n’est pas tout. Les gens ridiculisent également ceux qui croient en ce que dit la Bible. Même les gens qui se considèrent comme chrétiens se moquent des chrétiens qui défendent ce que la Bible dit à propos du déluge de Noé.

Il n’y a pas de pénurie de haine contre ceux qui suivent ce que Jésus a enseigné, et il a enseigné qu’il y a eu un déluge à portée mondiale.

Dans Jean 15 : 18-20, Jésus déclara :

Jean 15 : 18-20

Si le monde vous hait, sachez qu’il m’a haï avant vous.

Si vous étiez du monde, le monde aimerait ce qui est à lui; mais parce que vous n’êtes pas du monde, et que je vous ai choisis du milieu du monde, à cause de cela le monde vous hait.

Matthieu 5 : 11

Heureux serez-vous, lorsqu’on vous outragera, qu’on vous persécutera et qu’on dira faussement de vous toute sorte de mal, à cause de moi.

Réjouissez-vous et soyez dans l’allégresse, parce que votre récompense sera grande dans les cieux; car c’est ainsi qu’on a persécuté les prophètes qui ont été avant vous.

Une analyse du scepticisme d’un autre angle

Il y a des centaines de récits diluviens partout dans le monde et leur existence peut être expliquée par le fait qu’il y a vraiment eu une inondation mondiale, tout comme la Bible le décrit.

Voici quelque chose à considérer: l’existence de tous ces récits de déluge provenant de cultures du monde entier n’est pas contestée par les sceptiques. Ils ne disent pas que ces récits n’existent pas.

Leur défi est d’essayer de les justifier, ou d’essayer de les expliquer comme étant le résultat d’autre chose que d’une inondation mondiale.

Voici donc une question d’un point de vue un peu différent :

Comment réagiraient les sceptiques rejetant la Bible s’il n’y avait pas de légendes de déluge, et que le seul endroit rapportant une inondation mondiale était enregistrée était dans la Bible ?

Dans ce cas, les sceptiques se demanderaient comment le souvenir d’un événement si génial aurait pu se perdre à travers les différentes cultures.

Ils attaqueraient le récit biblique du déluge global. Mais l’essentiel est que les légendes du déluge seraient attendues si une telle inondation s’était produite.

En d’autres termes, la situation que nous avons aujourd’hui, où les cultures du monde entier ont déformé les souvenirs d’une inondation mondiale, est conforme à ce à quoi on s’attendrait s’il y avait vraiment eu une inondation mondiale.

Pourquoi le déluge mondial est il rejeté ?

Mais les gens qui rejettent la Parole de Dieu, ou du moins ceux qui rejettent l’histoire que la Bible consigne concernant le déluge, tentent d’ignorer ou de minimiser cette énorme quantité de preuves à ce sujet. Et pourquoi ce rejet ?

Parce qu’une inondation mondiale signifie que les archives fossiles ne datent pas de millions d’années.

C’est la principale raison pour laquelle de nombreux chrétiens et non-chrétiens rejettent ou déforment les preuves claires du déluge: afin qu’ils puissent continuer à s’accrocher à la notion mal soutenue que le monde a des millions d’années.

Ironiquement, c’est le principal problème du débat sur les origines. Ce n’est pas le débat « création / l’évolution », mais celui de l’âge de la terre !

L’évolution est si erronée scientifiquement que même des non-chrétiens, des gens qui n’ont aucune allégeance biblique, soulignent à quel point elle ne tient pas la route.

Le registre fossile n’apporte aucune preuve de l’évolution, pas de fossiles transitionnelles, pas de formes primitives, que des formes de vies développées et complexes, pratiquement identiques à celles d’aujourd’hui.

Les géologues modernes font de plus en plus appel à des catastrophes pour expliquer la géologie des terrains.

En biologie, il n’y aucun mécanisme pouvant apporter l’information génétique supplémentaire pour passer d’un organisme moins complexe à plus complexe.

Concernant l’origine de la première forme de vie, il y a même une loi scientifique « la biogénèse » de Louis Pasteur qui indique que le vivant ne provient que du vivant. Il est impossible de faire surgir la vie via un mélange chimique.

Enfin la datation radiométrique est remise en question pour tout un tas de raison puisqu’elle est basée sur plusieurs hypothèses de départ qui se révèlent fausses après observations et que les taux de décroissance sont calibrés et ajustés sur celui de l’uranium qui lui même est incertain.

Je vous laisse les articles correspondant à chaque thème en fin d’article.

Nous en sommes maintenant au point où réfuter l’évolution est en quelque sorte une évidence. Il est facile de réfuter l’évolution. Mais l’âge de la terre est la véritable question et elle affecte l’évangile.

Réflexion Théologique sur Adam et Eve et l’Evolution Théiste

Si le déluge a produit le registre fossile, il ne peut évidemment pas être utilisé comme preuve pour les millions d’années.

Comme beaucoup de gens aujourd’hui adhèrent aux millions d’années et ne sont pas conscients des preuves massives d’un jeune univers, ils s’accrochent à l’idée que les archives fossiles ont des millions d’années.

Si la mort et toutes les mauvaises choses ont existé avant le péché, alors la mort n’est pas la sanction du péché et la mort de Jésus n’a racheté les péchés de personne et en particulier pas celui d’Adam et Eve, pourtant déclencheur de tous les maux, car il n’y aurait dès lors vraiment aucun lien entre la mort et le péché.

Ce sont donc les millions d’années, en particulier la façon dont cela affecte notre compréhension du déluge et des archives fossiles qui représentent le principal problème pour les chrétiens et pour l’Évangile.

L’Epopée de Gilgamesh

L’une des légendes de déluge la plus connue est l’épopée mésopotamienne de Gilgamesh.

Comme les autres légendes de déluge, elle présente de nombreuses similitudes avec le récit biblique.

Une théorie circule depuis quelques années sur le fait que le déluge biblique serait inspiré de cette épopée. Il s’avère que l’épopée est une compilation de différentes histoires provenant de différentes sources. Son récit n’est pas authentique. Voici un article sur ce sujet en particulier :

Le Déluge Biblique s’est il inspiré de l’Epopée de Gilgamesh ?

Moïse a très probablement compilé des parties de la Genèse à partir de tablettes qui pourraient avoir été écrites par Noé lui-même ou Sem, le fils de Noé, qui étaient évidemment des témoins oculaires du déluge.

Le récit original du déluge a probablement ensuite circulé et a été déformé par les différentes cultures du monde.

Conclusion

Ainsi, pour conclure, les souvenirs culturels d’un déluge destructeur du monde, évidemment modifiés par des siècles de récits et de récits, fournit des preuves puissantes et mondiales, cohérentes avec la fiabilité du récit de la Genèse.

Ces légendes sont un rappel passionnant de la façon dont la véritable histoire de la Bible se connecte au monde réel d’aujourd’hui.

Voici quelques articles qui vous aideront à réaliser la solidité du modèle biblique sur le plan scientifique.

Le Registre Fossile révélé par les Créationnistes

Les Couches Géologiques témoignent-elles de l’Evolution ou du Déluge ?

Les Eaux du Déluge ont-elles submergé le Monde ?

La Dérive des Continents et la Formation des Montagnes

La Génétique, l’ADN et l’Origine de la Vie ?

La Sélection Naturelle et les Mutations Génétiques sont ils « moteurs de l’Evolution ? »

Le Big Bang, la Cosmologie et la Bible ?

Datation Radiométrique – Age des Roches, des Fossiles, de la Terre et de l’Univers


Références

  1. Frazer, J.G., Folklore in the Old Testament: Studies in Comparative Religion, Legend and Law (Abridged Edition), Avenel Books, New York, NY, USA, p. 107, 1988.
  2. Reed, A.W., ‘The Great Flood’, in Aboriginal Fables And Legendary Tales, Reed Books, Sydney, Australia, pp. 55-56, 1965
  3. Morrison, W.B., Ancient Choctaw Legend of the Great Flood, <www.isd.net/mboucher/choctaw/flood1.htm>, September 8, 2000
  4. Berlitz, C., The Lost Ship of Noah, W.H. Allen, London, UK, p. 126, 1987.
  5. Frazer, J.G., Folklore in the Old Testament: Studies in Comparative Religion, Legend and Law (Abridged Edition), Avenel Books, New York, NY, USA, p. 107, 1988
  6. Mercatante, A.S., Encyclopedia of World Mythology and Legend, Child & Associates Publishing, NSW, Australia, p. 613, 1988
  7. Frazer, J.G., Folklore in the Old Testament: Studies in Comparative Religion, Legend and Law (Abridged Edition), Avenel Books, New York, NY, USA, p. 107, 1988
  8. The Larousse Encyclopedia of Mythology, Chancellor Press, London, UK, pp. 275-277, 1996
  9. https://en.wikipedia.org/wiki/Flood_myth
  10. Funk and Wagnall’s « Standard Dictionary of Folklore, Mythology and Legend », 1950

Anthony ETHEVE

Passionné et étudiant converti à la Bible, Anthony partage le fruit de ces centaines d'heures de recherche afin d'aider les chrétiens et notamment les nouveaux appelés à comprendre les thèmes bibliques et le débat création/évolution.

Recent Posts