|

Réflexion théologique sur Adam et Eve et l’évolution théiste

Certains théologiens chrétiens sont tellement influencés par la théorie de l’évolution qu’ils se sentent obligés de remettre en question le récit de la création dans la Genèse. Les conséquences pour introduire l’évolution dans le christianisme sont désastreuses sur la jeunesse et sur le monde en général (voir article ci-dessous). Voyons-donc la perception d’Adam et Eve dans la Bible et chez les chrétiens de l’histoire puis voyons la pertinence du modèle évolutif inséré dans la Bible.

Lire l’article : L’Origine de l’Evolution et l’importance du débat Création/Evolution

Il y a effectivement des théologiens qui promeuvent l’idée que l’évolution est la processus par lequel Dieu nous a créés. Le concept est appelé “Evolution Théiste” ou “Création Evolutionnaire”.

Ils enseignent donc que le big bang est véridique, que la vie sur terre provient de produits chimiques non vivants, qu’il y a eu des millions d’années de maladies terribles et de souffrances qui ont tué des milliards de créatures, et que finalement des créatures ressemblant à des singes se sont transformées en humains après être passées par le stade d’animal aquatique et celui de cellule primitive.

Bien évidemment le déluge est local ou/et mythique dans le modèle d’évolution théiste.

Les articles suivants permettent de remettre en cause ces concepts :

La Génétique, l’ADN et l’Origine de la Vie

La Sélection Naturelle et les Mutations Génétiques sont ils “moteurs de l’Evolution ?

Le Registre Fossile révélé par les Créationnistes

Le Big Bang, la Cosmologie et la Bible

Datation Radiométrique – Age des Roches, Fossiles, de la Terre et de l’Univers

Ce qui est regrettable avec ce genre d’organisation (qui enseignent l’évolution théiste), c’est qu’elles sont dirigées par des gens qui se disent chrétiens évangéliques. Et à cause de cela, de nombreux chrétiens sont induits en erreur par leurs déclarations.

Les choses qu’ils professent sont hélas complètement opposées à ce que la Bible enseigne.

Quelques déclarations malheureuses de chrétiens

Par exemple, Francis Collins, qui était le directeur du Human Genome Project il y a des années, et qui est actuellement directeur du « National Institute of Health » aux États-Unis dit :

«Les humains modernes ont procédés d’ancêtres primates il y a peut-être 100 000 ans – bien avant la période de la genèse – et sont issus d’une population qui comptait quelque 10 000 personnes, et non deux individus.”

Selon lui, les êtres-humains ne viennent pas d’Adam et Eve comme le dit clairement la Bible.

Dans un récent livre pro-évolution d’InterVarsity Press : « the language of science and faith », Collin et son co-auteur Karl W.Giverson aggravent la situation, annonçant que :

« malheureusement le concept d’Adam et Eve comme premier couple littéral et ancêtre de tous les êtres-humains ne correspond tout simplement pas aux preuves ».

« Il n’y a aucune possibilité que l’on puisse développer un tel niveau de variation entre tous les êtres-humains à partir d’un ou deux ancêtres ».

Collins semble avoir fait une erreur, et la génétique le contredit, nous voyons cela dans l’article “la génétique, le couple originel et l’après déluge”.

Scientifiquement, oui, toutes les variations observées aujourd’hui entre tous groupes de personnes peuvent en effet provenir de 2 personnes.

Adam et Eve ont toujours été perçu comme d’historiques personnages par les chrétiens

La Bible se réfère à eux en termes historiques. Jésus et Paul y comprit. Ils croyaient qu’ils étaient de véritables personnes et n’ont pas hésité à baser leurs doctrines sur leur histoire dans la genèse.

Les pères de l’Eglise et les réformateurs ont aussi compris qu’Adam et Eve étaient de véritables personnes.

Un savant hébreu, le Dr Steven Boyd, a fait une analyse informatique des différents types de verbes dans la poésie hébraïque et le premier chapitre de la Genèse. Il correspond à 99,997% àun récit historique et non pas à une poésie.

Lire l’article : Les Jours de la Création dans la Genèses indiquent ils 6 jours littéraux ?

Adam se doit être historique, il ne peut être ni une métaphore ni une allégorie dans la pensée chrétienne.

Les généalogies dans les évangiles

Une autre raison pour laquelle ils sont historiques se trouvent dans les généalogies de Matthieu et de Luc qui lient Jésus, à de nombreuses autres personnes réelles, remontant jusqu’à Adam.

Si Adam n’est qu’une métaphore et qu’il n’y avait pas d’Adam physique, à quel moment de la généalogie les ancêtres sont ils des métaphores ?

Au passage, la raison pour laquelle les généalogies sont différentes est parce que la généalogie de Matthieu retrace la lignée à travers Josèphe jusqu’à David à travers son fils Salomon; tandis que la généralogie de Luc, en commençant par Marie, remonte au fils de David, Nathan.

Les généalogies retracent toutes sortes de relations adoptives et biologiques.

Un problème fondamental si Adam n’est pas historique

Un problème conséquent qui survient si Adam n’est pas historique tient à la doctrine du péché originel.

Il y a longtemps, au milieu des années 400, il y avait une grande controverse dans l’église connue aujourd’hui sous le nom de pélagianisme. Pélage, l’homme qui a déclenché la controverse, avait nié que le péché d’Adam avait entraîné une culpabilité ou une corruption du reste de la race humaine.

Le pélagianisme déclarait que l’homme était totalement libre et non enclin au bien ou au mal. Si nos choix n’étaient pas libres, alors il était injuste que Dieu nous tienne responsable de nos actes.

Mais le pélagianisme aboutit inévitablement à la forme la plus pure du salut par les œuvres. Plus vous magnifiez l’importance de la volonté humaine, plus vous magnifiez l’importance des œuvres humaines.

Niez la déchéance de l’humanité, et vous avez, en effet, nié le besoin de la grâce divine. Si nous ne sommes pas désespérément liés à notre péché, alors nous n’avons vraiment pas besoin de la grâce de Dieu, nous avons juste besoin d’une volonté plus forte pour prendre de meilleures décisions.

Cela sonne bien pour certains, mais ce n’est pas ainsi que la Bible décrit l’homme et son histoire. Nous péchons parce que nous sommes pécheurs et aucune volonté si forte soit-elle ne peut nous rendre sans péché.

Le concile d’Éphèse en 431 condamna le pélégianisme comme étant hérétique, tout comme le fit le concile d’Orange en 529.

Voici le cœur du sujet : si le fait de nier que le péché d’Adam a donné à ces descendants une nature pécheresse, paraissait déjà hérétique, alors combien plus hérétique cela est-il de nier entièrement l’existence d’Adam ?

Paul avertit les galates lorsqu’ils furent influencés par de graves mensonges concernant le salut.

Galates 1 : 6-9

Je m’étonne que vous vous détourniez si promptement de celui qui vous a appelés par la grâce de Christ, pour passer à un autre Évangile.

Non pas qu’il y ait un autre Évangile, mais il y a des gens qui vous troublent, et qui veulent renverser l’Évangile de Christ.

Mais, quand nous-mêmes, quand un ange du ciel annoncerait un autre Évangile que celui que nous vous avons prêché, qu’il soit anathème!

Nous l’avons dit précédemment, et je le répète à cette heure: si quelqu’un vous annonce un autre Évangile que celui que vous avez reçu, qu’il soit anathème!

Voilà des mots très forts de la part de l’apôtre Paul au sujet de toute modification de l’évangile.

Le pélagianisme était une modification importante des vérités de l’Évangile et cela fut condamné en conséquence.

Les athées face à l’évolution théiste

Nous pouvons voir aujourd’hui que des chrétiens ont embrassé l’histoire évolutive et qu’ils essaient de l’incorporer aux écritures, ce qui nécessite d’énormes modifications des vérités de l’évangile. Les chrétiens qui cherchent à faire ça luttent péniblement pour réussir à se débarrasser d’Adam et Eve.

Ils n’ont en effet pas le choix s’ils veulent mixer l’évolution dans la Bible car il n’y a pas de place pour Adam et Eve dans l’évolution, fut elle théiste.

Voici ce que dit Tim Keller, un théologien chrétien :

«Paul voulait certainement nous enseigner qu’Adam et Eve étaient de vraies figures. Lorsque vous refusez de prendre littéralement un auteur biblique alors qu’il veut clairement que vous le fassiez, vous vous éloignez de la compréhension traditionnelle de l’autorité biblique. »

«Si Adam n’a pas existé, tout l’argument de Paul – selon lequel le péché et la grâce agissent « par alliance »- s’effondre. Vous ne pouvez pas dire que «Paul était un homme de son temps, mais nous pouvons accepter son enseignement de base sur Adam ».

Si vous ne croyez pas ce qu’il croyait à propos d’Adam, vous niez le cœur de l’enseignement de Paul. »

Voici les difficultés auxquels les chrétiens adhérant à l’évolution font face. Mais voici ce que dit un physicien, du nom de John Bloom, qui est directeur du programme des sciences et religions de l’université de Biola (qui est une université chrétienne) :

«S’il y avait eu une population d’hominidés pré-adamiques qui ont évolué collectivement vers l’homme moderne, alors le fondement théologique de la famille nucléaire : le péché et la mort, semble s’éroder.

La crédibilité de la Bible lorsqu’elle parle de ces questions semble être compromise. Si elle n’explique pas correctement l’origine d’un problème, pourquoi devrait-on faire confiance à ses solutions ? »

Le monde a besoin de professeurs comme le Dr Bloom qui prennent position pour un Adam historique.

Bien des gens qui veulent infuser l’évolution dans la Bible en sont arrivés à dire qu’Adam était peut être « symbolique », non historique, et que peut être il était possible d’éviter la destruction de l’évangile entrainée par le rejet d’un Adam historique.

Richard Dawkins, célèbre scientifique athée, traite rapidement ce sujet en disant :

«Oh, mais bien sûr, l’histoire d’Adam et Eve n’a jamais été que symbolique, n’est-ce pas ? Symbolique ? Ainsi, afin de s’impressionner lui-même, Jésus s’est lui-même torturé et exécuté, en punition indirecte pour un «péché symbolique» commis par un individu inexistant ? »

Même un athée reconnaît que la Bible est cohérente dans la perspective d’un Adam historique. Dawkins a fait une autre déclaration intéressante, toujours sur le même sujet :

«Je pense que les chrétiens évangéliques, d’une certaine manière, ont vraiment bien compris que l’évolution est un ennemi. Que dire de plus, les théologiens sophistiqués sont satisfaits de vivre avec l’évolution. Je pense qu’ils sont dupes, et je pense que les évangéliques ont raison de voir une profonde incompatibilité entre l’évolution et le christianisme ».

Dawkins, qui comprend très bien l’évolution et qui en comprend assez sur le christianisme, perçoit l’incompatibilité entre l’évolution et le christianisme mieux que certains théologiens populaires d’aujourd’hui.

Jerry Coine, évolutionniste également, nota l’inconsistence des chrétiens évolutionnistes et “vieille terre” quand il révisa 2 livres sur l’évolution théiste.

Sans bonne cause, Giberson et Miller choisissent ce qu’ils croient. Au moins, les “créationnistes jeune terre” sont cohérents, car ils embrassent la causalité surnaturelle à tous les niveaux1.

Au cours d’un débat entre William Lane Craig et l’athée Frank Zindler dans les années 90, Zindler comprit l’importance d’un Adam et d’une Eve, comme personnages littéraux et historiques, pour le fondement du christianisme.

«La chose la plus dévastatrice que la biologie ait faite au christianisme a été la découverte de l’évolution biologique. Maintenant que nous savons qu’Adam et Eve n’ont jamais été de vraies personnes, le mythe central du christianisme est détruit.

S’il n’y a jamais eu d’Adam et Eve, il n’y a jamais eu de péché originel. S’il n’y a jamais eu de péché originel, il n’y a pas besoin de salut. S’il n’y a pas besoin de salut, il n’y a pas besoin de sauveur.

Et je soutiens que cela place Jésus, historique ou autre, dans les rangs des chômeurs. Je pense que l’évolution est absolument le glas du christianisme. »

Cet athée est cohérent. S’il n’y avait pas eu un jardin littéral, un Adam littéral, un fruit littéral, une Eve littérale et un péché littéral, alors nous n’avons littéralement pas besoin d’un sauveur.

Les chrétiens qui plongent dans l’évolution sont comme un enfant qui a trouvé l’arme de son père. Ils n’en perçoivent pas la dangerosité.

Encore une autre citation de Peter Bowler (historien darwiniste) qui se devrait d’enjoindre tous les chrétiens qui croît en l’évolution théiste à la rejeter :

Si les chrétiens acceptent que l’humanité soit le produit de l’évolution – même en supposant que le processus puisse être considéré comme l’expression de la volonté du Créateur – alors l’idée entière du péché originel devra être réinterprétée.

Loin de tomber d’un état de grâce originel dans le jardin d’Eden, nous nous sommes progressivement éloignés de nos origines animales. Et s’il n’y a pas eu de péché nécessitant notre salut, quel a été le but de l’agonie du Christ sur la croix ?

Le Christ est tout simplement devenu l’homme parfait qui nous a montré ce que nous pouvions tous espérer devenir lorsque l’évolution terminera son ascension.

Adam est d’une importance critique dans la théologie chrétienne. Sans lui, le ministère de Jésus et sa souffrance durant le calvaire perdent toutes substances.

Ainsi pour enseigner Jésus à nos concitoyens, il faut aussi enseigner Adam et faire confiance à la Bible et à la Science qui l’a supporte (articles déjà proposés en haut de cette page).

L’apôtre Paul et le personnage d’Adam

Dans la Bible, Paul souligne le lien entre Adam et Christ lorsqu’il explique en quoi consiste le salut. Il donne à Jésus un surnom: le dernier Adam. Le premier et le dernier Adam sont tous deux essentiels à l’Évangile.

Dieu insuffla dans les narines d’Adam le souffle de vie, et il devint une âme vivante. Il n’était pas le produit d’une certaine forme d’évolution théiste. Dieu ne l’a pas créé à l’image ou à la ressemblance d’un singe par un long processus de mutation. Dieu a créé Adam comme un acte immédiat, le sixième jour de la semaine de la création.

Paul est aussi éloquent dans le passage suivant de la lettres aux corinthiens.

Il est normal et attendu que la position biblique ne fasse pas consensus. Un chrétien averti ne s’attend pas à ce que le monde approuve les enseignements de la Bible.

1 corinthians 1 : 18-29

Car la prédication de la croix est une folie pour ceux qui périssent; mais pour nous qui sommes sauvés, elle est une puissance de Dieu.

Aussi est-il écrit: Je détruirai la sagesse des sages, Et j’anéantirai l’intelligence des intelligents.

Où est le sage? où est le scribe? où est le disputeur de ce siècle? Dieu n’a-t-il pas convaincu de folie la sagesse du monde?

Car puisque le monde, avec sa sagesse, n’a point connu Dieu dans la sagesse de Dieu, il a plu à Dieu de sauver les croyants par la folie de la prédication.

Les Juifs demandent des miracles et les Grecs cherchent la sagesse: nous, nous prêchons Christ crucifié; scandale pour les Juifs et folie pour les païens, mais puissance de Dieu et sagesse de Dieu pour ceux qui sont appelés, tant Juifs que Grecs.

Car la folie de Dieu est plus sage que les hommes, et la faiblesse de Dieu est plus forte que les hommes.

Considérez, frères, que parmi vous qui avez été appelés il n’y a ni beaucoup de sages selon la chair, ni beaucoup de puissants, ni beaucoup de nobles.

Mais Dieu a choisi les choses folles du monde pour confondre les sages; Dieu a choisi les choses faibles du monde pour confondre les fortes; et Dieu a choisi les choses viles du monde et celles qu’on méprise, celles qui ne sont point, pour réduire à néant celles qui sont, afin que nulle chair ne se glorifie devant Dieu

Conclusion

Au final, un Adam historique est essentiel au christianisme. Essayer de se débarrasser d’Adam pour le remplacer par l’évolution entraîne la destruction de tout le christianisme.

Voici quelques verset sur la manière littérale dont parle la Bible au sujet de d’Adam, et un un passage final qui révèle aux évolutionnistes théistes qu’il faut faire confiance à Jésus :

1 Corinthians 15 : 45

C’est pourquoi il est écrit: Le premier homme, Adam, devint une âme vivante. Le dernier Adam est devenu un esprit vivifiant.


Genèse 3 : 20

Adam donna à sa femme le nom d’Eve: car elle a été la mère de tous les vivants.


1 Timothy 2 : 13

Car Adam a été formé le premier, Eve ensuite;

Jean 10 : 33-38

Les Juifs lui répondirent: Ce n’est point pour une bonne oeuvre que nous te lapidons, mais pour un blasphème, et parce que toi, qui es un homme, tu te fais Dieu.

Jésus leur répondit: N’est-il pas écrit dans votre loi: J’ai dit: Vous êtes des dieux?

Si elle a appelé dieux ceux à qui la parole de Dieu a été adressée, et si l’Écriture ne peut être anéantie, celui que le Père a sanctifié et envoyé dans le monde, vous lui dites: Tu blasphèmes! Et cela parce que j’ai dit: Je suis le Fils de Dieu.

Si je ne fais pas les oeuvres de mon Père, ne me croyez pas. Mais si je les fais, quand même vous ne me croyez point, croyez à ces oeuvres, afin que vous sachiez et reconnaissiez que le Père est en moi et que je suis dans le Père.

Croyez aux oeuvres du seigneur mes amis, il n’y a rien qui puisse nous faire penser que la puissance de l’Eternel serait insuffisante pour créer la terre, l’homme, les végétaux et tous les animaux en 6 jours, il y a de cela 6000 ans.

Puisque c’est Jésus le créateur, peut être serait il temps de lui faire pleinement confiance.

Colossiens 1 : 16

Car en lui ont été créées toutes les choses qui sont dans les cieux et sur la terre, les visibles et les invisibles, trônes, dignités, dominations, autorités. Tout a été créé par lui et pour lui.

Je vous invite à lire les articles suivants qui étudient le même sujet en parallèle :

Le monde avant le péché d’Adam était il sans mort ni douleur ?

La Bible est elle compatible avec l’Evolution ?


Vous pouvez aussi retourner à l’article parent :

Pourquoi la Bible Catholique contient-elle 7 Livres de plus ?

Une question controversée: que sont ces 7 livres supplémentaires de la Bible catholique ? Les deux camps (catholique et protestant) ont chacun leurs arguments et le débat, comme tous les débats, n’est pas toujours très honnête. Pour ma part je pense que les réformateurs et surtout leur postérité ont jeté le bébé avec l’eau du…

Continue reading

Les Origines et les Bases Bibliques de la Science Moderne

On peut sans difficulté admettre que beaucoup de gens voient la science et le christianisme comme étant incompatibles. L’une des personnes les plus célèbres à avoir pesé sur ce sujet fut le défunt paléontologue évolutionniste Stephen J. Gould. Dans un essai en 1997 intitulé «Magisteria sans chevauchement» ou NOMA pour le magazine d’histoire naturelle, Gould…

Continue reading

L’Archéologie et le Patriarche Biblique Abraham – A-t-il existé ? Le récit de la genèse est-il historique ?

Soyons déjà pragmatique sur ce que l’Archéologie peut vraiment nous apporter et apprécions une citation de J. Warner Wallace à ce sujet : « Mais que devons-nous dire à ceux qui soutiennent que les archives archéologiques bibliques sont incomplètes ? La réponse est mieux fournie par un autre témoin expert dans le domaine, le Dr Edwin…

Continue reading

Le Texte Original du Nouveau Testament est-il perdu ? Peut-on le reconstruire ?

Est-on en mesure aujourd’hui de reconstruire ou de savoir ce que disait le Nouveau Testament à l’origine ? Notre Nouveau Testament actuel est-il substantiellement représentatif des originaux du premier siècle ou bien a-t-il été modifié et corrompu au fil des siècles ? Beaucoup de chrétiens ont été rendus fragiles par des déclarations d’académiciens ou d’autres…

Continue reading

Le Big Bang, la Cosmologie et la Bible

Quand nous levons les yeux vers le ciel aujourd’hui, nous pouvons admirer des vues incroyables, des vues que les peuples anciens n’ont pas connu jusqu’à que Galilée ne tourne le télescope vers le ciel. Nous apercevons des nébuleuses et des galaxies de toutes tailles, formes et couleurs différentes. Ce que nous observons est magnifique. Comment…

Continue reading

  1. Jerry A. Coyne, Seein and Believing (The never-ending attempt to reconcile science and religion and why it is doomed to fail) A review of the books Saving Darwin : How to be a Christian and Believe in evolution by Karl W. Giberson and Only a Theory : Evolution and the battle for America’s soul by Kenneth R.Miller, The New Republic – A journal of politics and the Arts. Feb 4 2009

A lire également