|

Quand a eu lieu le déluge biblique ? En quelle année ?

La date du déluge peut être déterminée approximativement en étudiant les deux textes principaux de l’Ancien Testament – à savoir le texte massorétique (MT) et le texte grec des septante (LXX). Pour connaître l’origine de ces textes vous pouvez vous référer à l’article proposé en bas de page. Ici nous allons traiter la date du déluge dans les deux cas de figure.

En comptant en année du monde (AM), le déluge biblique s’est produit en 1656 selon le texte massorétique et en 2262 selon le texte de la septante. Ces dates correspondent approximativement dans notre calendrier grégorien à 2518 av.J-C et 3298 av.J-C.

Comment calcule-t-on la date du déluge avec la Bible ?

Pour établir la chronologie biblique il faut faire appel aux chronologies de genèse 5 et 11. La clé de ces chronologies est le fait que nous avons les âges de procréation des patriarches, c’est à dire que nous savons à quel âge ils ont engendré leur premier enfant (excepté dans le cas d’Adam car Abel a été tué).

Voici un tableau ci-dessous avec les informations du texte massorétique en marron et celles de la septante en bleu.

A noter que dans le cas de Methushelah (ou Mathusalem) j’ai inscrit dans le tableau un âge de procréation de 187 ans alors qu’on retrouve 167 dans pas mal de manuscrits de la LXX. Il semblerait qu’il y ait une erreur de scribe à ce sujet car cela ferait survivre Mathusalem au déluge, ce que la Bible ne soutient pas (uniquement Noé et sa famille ont survécu au déluge).

L’information des 187 ans se retrouve toutefois dans d’autres manuscrits de la LXX (comme les codex alexandrins, cottonianus coislinianus). Cela place donc la mort de Mathusalem 6 ans avant le déluge.

Quelle est la bonne chronologie biblique ? Le MT ou la LXX ?

Il faut apprécier que les dates du déluge biblique (1656 ou 2262 année du monde) sont approximatives car il est certain que les âges des patriarches sont arrondis à l’unité près (ex : Adam avait-il 130 et 1 mois quand il a engendré Seth ou 130 ans et 11 mois ???) et possiblement dans certains cas aux 5 ans près. Les dates en année du monde peuvent donc varier de quelques années.

Comment affecter une date grégorienne sur la chronologie biblique ?

Nous avons un point d’encrage historique certain dans l’histoire et il s’agit de la destruction de Jérusalem en 587 ou 586 av.J-C.

A partir de cette date nous pouvons avec toutes les informations chronologiques bibliques (voir article “quel est l’âge biblique de la terre“), remonter dans le temps jusqu’au déluge.

Quelques éléments nous empêchent d’être précis comme :

  • Les âges possiblement arrondis des patriarches de Genèse 5 et 11
  • L’âge de Térach à la naissance de son fils, Abraham (quelque part entre 130 et 180 ans, voir article proposé sur l’âge biblique de la terre)
  • Le type de calendrier utilisé par les anciens (variation potentielle de quelques %).
  • La durée du séjour en Égypte des Israélites (voir “combien de temps le séjour des Israélites a-t-il duré en Égypte ?).

Si on formule les hypothèses suivantes nous pouvons déterminer des dates grégoriennes :

  1. On ignore les arrondis possibles des âges d’engendrement des patriarches
  2. On ignore le type de calendrier utilisé par les anciens
  3. On émet l’hypothèse que Térach avait 130 ans à la naissance d’Abraham
  4. On part sur la base d’un long séjour en Égypte (de 430 ans et non de 215 ans)
  5. On retient 480 ans entre l’Exode et le Temple de Salomon comme indiqué dans le texte massorétique

On ne peut pas avoir de certitude sur les trois premières hypothèses, mais on peut faire confiance aux deux dernières.

Voici les années des principaux évènements bibliques, y compris le déluge, dans notre calendrier grégorien.

Quelle est la bonne chronologie biblique ? Celle du texte massorétique ou de la septante ?

La question est difficile. La LXX n’a pas été rédigée d’un seul tenant, on ne peut donc pas juger l’ensemble de cette traduction grecque comme un seul ouvrage.

La traduction grecque comprenait à la base uniquement le pentateuque et ce dernier semble contenir les bons chiffres dans Genèse 5 et 11.

Par contre le texte massorétique semble être mieux conservé concernant la durée du séjour en Égypte (430 ans) et l’intervalle de temps entre l’Exode et le Temple de Salomon (480 ans).

La raison pour laquelle la LXX est souvent rejetée tient au fait qu’elle est associée au catholicisme et que les LXX des siècles catholiques comprennent les livres deutérocanoniques.

Pour autant, la présence de ces livres et l’association au catholicisme ne doivent pas projeter le doute sur la septante. L’appellation LXX se réfère à la base au pentateuque grecque réalisé en 280 av.J-C (les 5 livres de Moïse). Il ne comprenait pas les autres livres bibliques et encore moins les apocryphes qui ont été ajoutés plus tard par l’église.

La septante a beaucoup de mérite – elle a mieux préservé les versets messianiques que le texte massorétique et il se pourrait bien qu’elle ait les bons chiffres dans Genèse 5 et 11.

La pertinence de date du déluge selon la LXX

Le déluge s’est produit probablement vers 3300 av.J-C. Cette date peut très facilement accommoder les premières traces de l’histoire comme les premières écrits (3000 av.J-C) et les premières pyramides (2700 av.J-C) et cela sans même entrer dans le débat des révisions chronologiques.

Les plus vieux arbres ont quant à eux moins de 5000 ans quand on utilise la méthode du comptage des anneaux (Liste des plus vieux arbres wikipédia).

Une démographie de 0.40% est suffisante pour passer de quelques individus à 7 milliards en l’espace de 5000 ans (voir l’article sur l’origine des peuples).

On a également noté que la spéciation (diversification des espèces) est très rapide dans la nature (voir les espèces ont-elles eu le temps de se diversifier depuis le déluge de Noé).

Il faut par ailleurs faire attention à l’interprétation classique des couches géologiques en millions d’années. Comme elles ont été produites catastrophiquement par le déluge, elles ne peuvent donc compter pour des millions d’années (voir article proposé en bas de page).

L’horloge de l’ADN et la chronologie biblique

Enfin l’étude des mutations dans l’ADN mitochondrial va aussi dans le sens de la chronologie de la LXX.

Enterré profondément dans un article de recherche laïque en 1997, l’idée d’une chronologie courte du monde telle que rapportée dans la Bible est ressortie de l’étude du le taux de mutation de l’ADN mitochondrial humain (ADNmt), l’étude a reçu peu d’attention dans les médias. Les auteurs de cet article ont écrit:

«L’utilisation de notre taux empirique pour calibrer l’horloge moléculaire de l’ADNmt entraînerait un âge de l’ADNmt MRCA [la première femme humaine] de seulement ~ 6 500 ans…1»

Un an plus tard, un autre auteur a écrit dans le principal magazine Science :

«Quelle que soit la cause, les évolutionnistes sont les plus préoccupés par l’effet d’un taux de mutation plus rapide. Par exemple, les chercheurs ont calculé que «la Eve mitochondriale» – la femme dont l’ADNmt était ancestral chez toutes les personnes vivantes – vivait il y a 100 000 à 200 000 ans en Afrique. Avec la nouvelle horloge, elle n’aurait que 6 000 ans2. »

Aujourd’hui, presque 25 ans plus tard, et en utilisant encore plus de données d’ADNmt, le Dr Jeanson a confirmé de façon spectaculaire cette découverte inédite3.

Après 180 000 ans, les humains auraient dû accumuler plus de 2000 différences d’ADN (avec une plage comprise entre 1220 – 4700) via le processus de mutation dans l’ADNmt.

En juste 4364 ans (timing du MT – court séjour), les humains n’auraient accumulé que 30 à 114 mutations. En partant sur la chronologie biblique de la septante, soit 5300 ans depuis le déluge, le nombre de mutations serait quelque peu supérieur.

Actuellement, environ 78 différences existent en moyenne dans les populations africaines (c’est-à-dire les plus diversifiées génétiquement de tous les groupes ethniques humains), avec une différence maximale d’environ 120.

Il est clair que l’échelle de temps créationniste, et peut être celle de la septante plus que celle du texte massorétique (légèrement trop courte), prédit avec précision le nombre de différences d’ADN que nous observons aujourd’hui, tandis que l’échelle de temps évolutionniste prédit des nombres d’un ordre de grandeur plus élevé. Des résultats similaires sont valables pour les espèces animales.

Conclusion

La date du déluge biblique est fort probablement aux alentours de 3300 av.J-C. D’autres pourraient avancer cette date à 2500 ou 2300 av.J-C avec la volonté de respecter le texte biblique massorétique, ce qui est louable, mais nous avons en notre possession la septante, l’ancien testament en grec, lequel a été trop laissé de côté alors qu’il apporte un témoignage supplémentaire à la Parole de Dieu.

Et si Dieu avait préservé sa parole à travers plusieurs lignées de textes plutôt qu’à travers une seule ? Je pense que nous devrions prendre en considération tous les textes bibliques disponibles pour établir la bonne chronologie.

Recevez le magazine digital (pdf + audio)

“Science, Archéologie et Parole de Dieu”

Plus de 200 articles qui vont de la Création à la Résurrection !

Voici d’autres articles utiles et édifiants ci-dessous :

Soutenez le ministère de “qu’est ce que la vérité ?”

Références :

  1. T.J. Parsons, et al., “A High Observed Substitution Rate in the Human Mitochondrial DNA Control Region,” Nature Genetics 15 (1997): 363–368.
  2. A. Gibbons, “Calibrating the Mitochondrial Clock,” Science 279 (1998): 28–29.
  3. N. T. Jeanson, “Recent, Functionally Diverse Origin for Mitochondrial Genes from ~2700 Metazoan Species,” Answers Research Journal 6 (2013): 467–501.

A lire également