Jésus recommande de présenter l’autre joue, mais n’est-il pas guerrier par endroit dans l’évangile ?


Il est toujours tentant de présenter des contradictions à partir d’éléments décontextualisés. Certaines critiques avancent que Jésus a été belliqueux et violent durant certains épisodes alors qu’il avait lui-même indiqué de “tendre l’autre joue“. Qu’en est-il vraiment ? Jésus a t-il vraiment été guerrier à certains moments ?

Lisons les quelques versets en question :

Matthieu 5 : 39

Eh bien, moi je vous dis : Ne résistez pas à celui qui vous veut du mal ; au contraire, si quelqu’un te gifle sur la joue droite, tends-lui aussi l’autre.

Jean 18 : 22-23

A ces mots, un des gardes qui se tenait à côté de lui le gifla en disant : C’est comme cela que tu réponds au grand-prêtre ?

Jésus lui répondit : Si j’ai mal parlé, montre en quoi c’est mal. Mais si ce que j’ai dit est vrai, pourquoi me frappes-tu ?

Matthieu 21 : 12-13

Jésus entra dans la cour du Temple. Il en chassa tous les marchands, ainsi que leurs clients. Il renversa les comptoirs des changeurs d’argent, ainsi que les chaises des marchands de pigeons, et il leur dit :

Il est écrit : On appellera ma maison une maison de prière, mais vous, vous en faites une caverne de brigands!

Matthieu 10 : 34-36

Ne croyez pas que je sois venu apporter la paix sur terre : je ne suis pas venu apporter la paix, mais l’épée. Oui, je suis venu opposer le fils à son père, la fille à sa mère, la belle-fille à sa belle-mère : on aura pour ennemis les gens de sa propre famille.

L’exemple que Jésus a donné durant son ministère terrestre est un exemple de foi, de courage, de sacrifice, de service et de confiance en Dieu. L’épisode dans la cour du temple avec les marchands et les changeurs d’argent ne rapporte aucune violence et aucun blessé mais juste une accusation verbale, franche et passionnée de Jésus. Jésus dans beaucoup d’autres endroits fait preuve de patience, d’humilité et de compassion là où la plupart d’entre nous aurait cédé à la colère et à la violence.

Dans Jean 18, Jésus ne réagit pas violemment après avoir reçu une gifle, il demande juste pourquoi il est frappé s’il dit la vérité, il ne cherche pas à se soustraire des coups, encore moins ne se défend il.

Esaïe révèle bien le comportement “coopératif” de Jésus durant son calvaire :

Esaïe 50 : 6

J’ai présenté mon dos à ceux qui me frappaient et j’ai tendu mes joues à ceux qui m’arrachaient la barbe. Je n’ai pas caché mon visage à ceux qui m’insultaient et qui crachaient sur moi.

Dans Matthieu 21, Jésus chasse les marchands du temple, il renverse des comptoirs, aucune violence n’a lieu, aucun blessé, même léger n’est à déplorer.

Dans Matthieu 10, Jésus dit apporter l’épée, mais nous voyons bien à la suite qu’il parle d’opposer des membres d’une famille à d’autres membres de cette famille. Il s’agit ici de provoquer des conversions et du repenti dans le cœur des êtres-humains, ce qui ne se fait généralement pas sans difficultés et conflits en tout genre.

Encore de nos jours la conversion à Jésus peut provoquer des dissensions familiales et de multiples problèmes qui requiert beaucoup de courage et de persistance de la part des nouveaux croyants.

Au contraire, nous voyons à plusieurs reprises la non violence de Jésus dans les évangiles. Par exemple dans le jardin de Gethsémané lorsque Pierre le défend contre un garde qui cherche à l’arrêter.

Matthieu 26 : 52-53

Jésus lui dit : Remets ton épée à sa place, car tous ceux qui se serviront de l’épée mourront par l’épée. Penses-tu donc que je ne pourrais pas faire appel à mon Père à l’instant même, il enverrait des dizaines de milliers d’anges à mon secours.

Nous constatons une fois de plus et de manière admirable la sagesse, la compassion et la non violence de Jésus lorsqu’il pardonne à ces bourreaux :

Luc 23 : 33-34

Lorsqu’ils furent arrivés au lieu appelé « le Crâne », on cloua Jésus sur la croix, ainsi que les deux bandits, l’un à sa droite, l’autre à sa gauche.

Jésus pria : Père, pardonne-leur, car ils ne savent pas ce qu’ils font.

Il est très compliqué, une fois qu’on étudie le ministère de Jésus dans son ensemble, de considérer qu’il était violent ou en désaccord avec ses principes non guerriers du sermon sur la montagne.

Recevez le magazine digital (pdf + audio)

“Science, Archéologie et Parole de Dieu”

Téléchargez les articles par thématique au format PDF

De la Création à la Résurrection !

Contradiction suivante : Y a t-il une contradiction sur l’heure de la crucifixion de Jésus ?


Voir aussi l’article parent : Y a-t-il des contradictions dans la Bible ?

Anthony ETHEVE

Passionné et étudiant converti à la Bible, Anthony partage le fruit de ces recherches afin d'aider les chrétiens et notamment les nouveaux appelés à comprendre les thèmes bibliques, le débat création/évolution et explorer les preuves historiques et archéologiques du judéo-christianisme.

Articles récents