|

Le Dieu de l’Ancien Testament est-il méchant et sévère et est-il différent du Dieu du Nouveau Testament ?

Selon l’Ancien Testament les Israélites avaient reçu l’ordre de faire la guerre contre les nations de Canaan, de ne faire aucun traité avec eux et de ne leur montrer aucune pitié. Les critiques indiquent que cela fait du Dieu de la Bible un maniaque génocidaire, un tueur indigne d’être adoré. Dieu est-il un monstre moral ? A-t-il commis un génocide selon l’Ancien Testament avec les peuples de Canaan ?

Ce sujet est un sujet difficile, complexe et controversé et nous devons pour le traiter regarder les écritures concernées pour planter le décor.

Il était nécessaire que QQLV se positionne sur ce sujet puisque d’autres articles avaient été dédiés au déluge de Noé, à la conquête de Canaan et au livre de Josué. Il y a aussi l’aspect philosophique et éthique qui importe car beaucoup de gens rejettent le Dieu de la Bible sur la base des accusations présentées au premier paragraphe.

Le Dieu de l’Ancien Testament ne diffère pas du Dieu du Nouveau Testament car la grâce abonde autant dans l’Ancien que le jugement dans le Nouveau. La prise en compte du contexte et de la doctrine du jugement expliquent la justice que Dieu a rendu à plusieurs reprises dans la Bible. Ces jugements qui renferment des enseignements pour nous aujourd’hui, ne font pas de Dieu un méchant. Au contraire, il a fait retomber le jugement sur son Fils pour que nous puissions être épargnés et accéder au royaume de Dieu au dernier jour.

Les passages controversés où Dieu apparaît “méchant et dur dans ses jugements”

L’un des commandements qui est en question concernant la dureté du Dieu de l’Ancien Testament se trouve dans Deutéronome 7:1-5

Lorsque l’Eternel ton Dieu t’aura fait entrer dans le pays où tu te rends pour en prendre possession, et qu’il aura chassé devant toi de nombreux peuples : les Hittites, les Guirgasiens, les Amoréens, les Cananéens, les Phéréziens, les Héviens et les Yebousiens, ces sept peuples plus nombreux et plus puissants que toi, lorsqu’il te les aura livrés et que tu les auras vaincus, tu les extermineras totalement pour les vouer à l’Eternel ; tu ne concluras pas d’alliance avec eux et tu n’auras pour eux aucune pitié. Tu ne t’uniras pas avec eux par des mariages, tu ne donneras pas tes filles à leurs fils et tu ne prendras pas leurs filles pour tes fils ; car ils détourneraient de moi tes enfants, qui iraient rendre un culte à d’autres dieux : ma colère s’enflammerait alors contre vous et je ne tarderais pas à vous exterminer. Voici, au contraire, comment vous agirez à leur égard : vous démolirez leurs autels, vous briserez leurs statues, vous abattrez leurs pieux sacrés voués à la déesse Ashéra et vous brûlerez leurs idoles sculptées.

Un autre parallèle similaire se trouve dans Deutéronome 20:16-18 :

Quant aux villes de ces peuples que l’Eternel votre Dieu vous donne en possession, vous n’y laisserez pas subsister âme qui vive. Vous exterminerez totalement pour les vouer à l’Eternel les Hittites, les Amoréens, les Cananéens, les Phéréziens, les Héviens et les Yebousiens, comme l’Eternel votre Dieu vous l’a ordonné, afin qu’ils ne vous apprennent pas à imiter les pratiques abominables auxquelles ils se livrent en l’honneur de leurs dieux, et par lesquelles vous pécheriez contre l’Eternel votre Dieu.

Les critiques partent du principe que Dieu n’aurait jamais ordonné une chose pareille. Il est intéressant que les athées utilisent les valeurs chrétiennes pour juger le Dieu de la Bible. En effet dans une perspective évolutionniste, le mal et le bien n’existent pas mais sont des conceptions humaines fabriquées. Il n’y a donc aucune base morale légitime pour dire que quelque chose est bien ou mal. Bien des professeurs athées de science ou de philosophie comme Richard Dawkins ou Joel Marks indiquent que l’évolutionnisme et l’athéisme impliquent l’amoralité1.

Les attributs de Dieu dans la Bible

Premièrement le terme “génocide” est-il approprié ? Nous sommes devenus familiers avec ce mot au 20ème siècle avec des évènements comme l’holocauste de la 2ème guerre mondiale. Le terme a en vue le massacre d’un groupe de gens particulier d’une ethnie particulière, comme le génocide “religieux” arménien en 1915 ou le génocide “des classes” du régime khmer rouge au Cambodge. Bien que le terme soit utilisé de différentes manières, il a toujours en vue des meurtres de masse.

Ce terme, chargé d’images du 20ème siècle, ne s’applique pas au Dieu de la Bible car il a certains attributs qui ne le place pas dans la même perspective que celle des hommes. C’est une erreur que l’église associe ce terme au Dieu de la Bible.

Nous pouvons prendre connaissance rapidement des attributs de Dieu dans la Confession de Foi de Westminster (2:1) de 1646 :

Il n’est qu’un seul (Dt 6.4; 1 Co 8.4,6), vivant et vrai Dieu (1 Th 1.9; Jr 10.10), infini en son
être et en sa perfection (Jb 11.7-9; 26.14), très pur esprit (Jn 4.24), invisible (1 Tm 1.17),
incorporel, indivisible (Dt 4.15,16; Jn 4.24; Lc 24.39), impassible (Ac 14.11,15), immuable
(Jc 1.17; Ml 3.6), immense (1 R 8.27; Jr 23.23,24), éternel (Ps 90.2; 1 Tm 1.17),
incompréhensible (Ps 145.3), tout-puissant (Gn 17.1; Ap 4.8), très sage (Rm 16.27), très saint
(Es 6.3; Ap 4.8), très libre (Ps 115.3), absolu (Ex 3.14). Il fait concourir toutes choses au
conseil de sa propre volonté immuable et juste (Ep 1.11), pour sa propre gloire (Pr 16.4; Rm
11.36). Il est amour (1 Jn 4.8,16), grâce, miséricorde et patience. Il abonde en bonté et en
vérité. Il pardonne l’iniquité, la transgression et le péché (Ex 34.6,7). Il récompense ceux qui
le cherchent assidûment (Hé 11.6). Il est aussi très juste et terrible en ses jugements (Né
9.32,33). Il hait le péché (Ps 5.5,6), et n’innocente d’aucune manière le coupable (Né 1.2,3; Ex
34.7).

L’intéressé peut continuer la lecture de cette confession à l’aide de ce lien mais nous comprenons pourquoi on ne peut pas associer le terme génocide avec Dieu, notamment quand on pense aux responsables des génocides du 20ème siècle.

Recevez le magazine digital (pdf + audio)

“Science, Archéologie et Parole de Dieu”

Péchés et jugement

Il y a une question importante à se poser en tant que chrétien – pourquoi les êtres-humains meurent-ils ? On ne parle pas ici de “comment ils meurent ?” mais de “pourquoi ils meurent ?”. Paul répond brillamment à cette question dans Romains 3 et 5 “Tous ont péché, en effet, et sont privés de la gloire de Dieu” (Rom 3:23) “C’est pourquoi, de même que par un seul homme, le péché est entré dans le monde et par le péché, la mort, et ainsi la mort a atteint tous les hommes parce que tous ont péché …”(Rom 5:12).

C’est une chose difficile pour les hommes et les femmes de ce monde et même pour celles et ceux qui font partie de l’église de réaliser que Dieu n’est pas satisfait de nos prestations respectives sur cette terre. On le voit à nouveau en lisant le premier chapitre de la lettre aux Romains “En effet, du haut du ciel, Dieu révèle sa colère contre les hommes qui ne l’honorent pas et ne respectent pas sa volonté. Ils étouffent ainsi malhonnêtement la vérité. En effet, ce qu’on peut connaître de Dieu est clair pour eux, Dieu lui-même le leur ayant fait connaître” (Rom 1 :18-19). A la fin de ce chapitre il est même dit que les hommes savent que toutes leurs mauvaises actions, qui sont de pleines offenses à Dieu, sont passibles de mort. Nous en sommes conscients mais nous sommes dans le déni la plupart du temps.

Dieu remédie à cette malheureuse situation entre l’homme et Dieu grâce à son Fils, Jésus-Christ et c’est pourquoi nous sommes appelés au salut. Mais nous devons nous rappeler une chose dans notre discussion du jour, c’est que la raison pour laquelle nous mourrons tous est que Dieu nous a condamné à cette sentence. Le jugement divin ne s’est pas uniquement abattu sur les peuples de Canaan de l’époque de Josué mais sur tous les êtres-humains de toutes les époques. Toutes les morts sont tragiques et elles sont toutes le résultat du jugement de Dieu.

En poussant le sujet encore plus loin, si nous vivons aussi peu d’années, c’est aussi parce que l’Éternel en a décidé ainsi à cause de nos péchés “Mon Esprit ne va pas lutter indéfiniment avec les hommes, à cause de leurs fautes. Ce ne sont que des créatures terrestres. Je ne leur donne plus que cent vingt ans à vivre” (Genèse 6:3).

Quand on prend conscience du fait que tous les hommes meurent à cause du jugement de Dieu, la discussion sur les ordonnances sévères du Deutéronome prennent une autre tournure. Qu’a fait Dieu dans le cas des peuples de Canaan ou lors du déluge de Noé ? Il est intervenu et a rendu son jugement.

Le Dr Michael Kruger dit habilement ceci :

Plutôt que d’être surpris que Dieu juge finalement les gens pour leurs péchés (même en grand nombre), peut-être devrions-nous être choqués qu’il attende si longtemps pour le faire2.

Sommes-nous reconnaissants d’avoir eu la chance de naître dans ce monde ? Remercions-nous Dieu d’être vivants ? Alors comprenons-nous que cet acte de création signifie que nous avons une responsabilité morale envers celui qui nous a fait ? Il faut comprendre le grand panorama pour comprendre la discussion sur la conquête de Canaan ou sur le déluge de Noé.

La véritable nature de la conquête de Canaan

Les textes sur la conquête sont plus nuancés que ne l’avancent les critiques. D’une il s’agissait de guerres exceptionnelles et non d’un mode normatif qui devait durer perpétuellement. De deux il ne s’agissait pas d’un commandement simple d’aller tuer tout ce qui bouge en terre de Canaan. Plusieurs versets parlent de “dépossession” des peuples et de “chasser” les occupants :

  • Exode 23:28-33;24:34;33:2
  • Deutéronome 4:38; 9:3-5; 11:23; 18:12; 33:27
  • Nombres 33:52
  • Lévitique 18:24; 20:23
  • Psaumes 44:2

On comprend dans ces passages que Dieu avait préparé les conditions pour le départ de ces peuples et cela avant même que les Israélites n’arrivent. Les cananéens sont effectivement allés vivre au nord en Phénicie par la suite. Il ne s’agissait pas de faire mourir des masses de gens mais de détruire la structure politique et religieuse de Canaan.

On voit également dans Deutéronome 20:10-12 l’ordonnance divine selon laquelle les Israélites devaient à l’approche d’une ville proposer aux habitants de se rendre sans combat. S’ils acceptaient ils allaient être soumis à des corvées mais ils n’étaient pas exécutés.

Il nous faut également en revenir à Genèse 15 lorsque Dieu avait annoncé à Abraham que ses descendaient allaient hériter la terre de Canaan après une période d’esclavage de quatre siècles. A ce moment-là, Dieu fait une remarque très particulière “C’est seulement à la quatrième génération que tes descendants reviendront ici car, jusqu’à présent, les Amoréens n’ont pas encore mis le comble à leurs crimes” (Genèse 15:16).

Dieu a laissé des siècles aux Amoréens pour se repentir mais ils ont continué leurs crimes (par exemple les sacrifices d’enfants et toutes sortes de pratiques abominables) jusqu’à que le jugement divin ne retombe sur eux. Dans cette perspective nous constatons que Dieu s’est retenu durant 400 ans avant de rendre jugement sur ces nations.

Durant la conquête qui a eu lieu au temps de Moïse, Nombres 21:31-35 indique que les Israélites se sont battus contre les Amoréens. Ils frappèrent le roi du Basan, ses fils et toute son armée, ne laissant aucun survivant, ils n’ont pas tué pas les civils mais les ont chassés.

L’exemple classique d’une rédemption possible est Rahab qui a Jéricho a été épargnée parce qu’elle ne voulait pas subir le jugement de Dieu. Elle s’est tournée vers Dieu et a finalement sauvé sa famille en aidant Josué et les Israélites à venir dans la ville. Il y avait donc la possibilité de se repentir.

Téléchargez les articles par thématique au format PDF

De la Création à la Résurrection !

Repentance et grâce divine

Un autre exemple comprend Ninive, dont le peuple a été épargné alors que Dieu allait la détruire. Les assyriens formaient un groupe brutal et comme les Amoréens du temps d’Abraham, une destruction devait s’abattre sur eux.

Ici encore la patience du Seigneur a été manifeste et sa miséricorde au-delà de notre compréhension. C’est pourquoi Jonas s’était retourné et n’avait pas voulu aller prêcher à Ninive comme ordonné par Dieu. Il savait que ces derniers étaient foncièrement mauvais et il n’était clairement pas motivé pour que quelque chose de bien ne leur arrive. Mais Dieu enseignait ici une grande leçon de pardon et de grâce divine et les hommes les plus mauvais de cette époque ont finalement fini par se repentir.

La repentance de Ninive ne dura cependant qu’un temps. Dieu envoya le prophète Nahoum pour prononcer le jugement irrévocable de Ninive et elle disparut définitivement. Cela nous enseigne qu’il y a une limite à la patience de Dieu.

Cette image du Dieu du Nouveau Testament qui serait un Dieu de grâce et celui de l’Ancien Testament un Dieu de jugement doit être corrigée. Dieu est Dieu et ne change pas au fil du temps. C’est à nous de mieux comprendre le jugement, la miséricorde et la grâce divine.

L’utilisation des humains comme instrument de jugement

L’un des arguments que les détracteurs utilisent est que Dieu ne devrait pas utiliser les humains comme des instruments pour exécuter un jugement. On a dû mal à voir quel instrument serait plus approprié et en quoi cela changerait la donne mais poursuivons.

Israël a bien été choisi pour exercer ce jugement même si Dieu a parfois utilisé d’autres moyens pour le faire, par exemple en retirant ses bénédictions ou sa générosité à ceux qui continuent de pécher (Rom 1) ou en utilisant les forces de la nature comme lors du déluge ou lors des dix plaies d’Égypte.

Les jugements de Dieu n’épargnent personne dans la Bible. Alors que les Cananéens avaient été jugés pour leurs péchés qui s’étaient accumulés durant des siècles, les Israélites n’ont rien trouvé de mieux à faire que de les imiter, et ils ont par la suite reçu le même jugement divin. Ils ont été détruits et dépossédés par les Assyriens et les Babyloniens. Le livre d’Habacuc est essentiellement à ce sujet. Le prophète se plaint que Dieu utilise des peuples mauvais pour juger Israël.

Dieu aime le monde et sa création mais il n’a pas pour intention de nous laisser faire n’importe quoi. Il y a des lois divines et elles ne sont pas là pour faire de la figuration. Les humains de l’époque antédiluvienne l’ont appris à leurs dépens, ils avaient rempli le monde de violence au point d’affliger le cœur de l’Éternel. Jésus d’ailleurs dans Matthieu 24:38-39 compare son retour au déluge de Noé.

Romains 13 parle des autorités terrestres qui ont été instituées par Dieu. Il est dit ici qu’il ne faut pas se battre contre ces autorités car elles sont là pour notre bien “Car l’autorité est au service de Dieu pour ton bien. Mais si tu fais le mal, redoute-la. Car ce n’est pas pour rien qu’elle peut punir de mort. Elle est, en effet, au service de Dieu pour manifester sa colère et punir celui qui fait le mal“(Rom 13:4). Dieu ici encore utilise les humains comme instrument de jugement et cela dans le Nouveau Testament. Il y a une véritable cohérence de Dieu dans les deux testaments aussi bien au niveau de la grâce que du jugement.

Conclusion

Les gens s’écrient partout dans le monde qu’il n’y a pas de justice dans le monde alors quand nous lisons dans la Bible que Dieu a rendu justice nous ne devrions pas nous en plaindre.

Jésus n’est pas uniquement venu dans le monde pour nous montrer comment mener une vie morale mais pour mourir pour nous et nous épargner du jugement et de la colère divine qui vient avec. Aussi bien dans l’Ancien Testament que dans le Nouveau nous trouvons ce Dieu de grâce et de jugement.

Dans Luc 13:1-5 nous voyons Jésus annoncer ce jugement pour ceux qui ne se repentent pas. Il est question ici des 18 personnes mortes lorsque la tour de Siloé est tombée sur eux et de Galiléens qui ont subi un sort cruel de la part de Pilate qui les a tués et a mêlé leur sang avec celui de leurs sacrifices. Jésus indique que ces personnes mortes n’étaient pas plus coupables que qui que ce soit et que tous ceux qui ne se repentent pas pas périront aussi.

Le message de Jésus ici est qu’il faut se repentir maintenant car la mort pourrait frapper à n’importe quel moment. On ne sait pas quand vient le jugement de Dieu. Jésus n’essaie même pas d’expliquer les péchés qu’ont pu commettre ceux qui sont morts dans les deux cas présentés. Ce n’est pas notre rôle de savoir les péchés particuliers des autres, nous devons plutôt nous concentrer sur notre propre situation envers Dieu.

En résumé il y avait dans l’époque de l’Ancien Testament la terre de Canaan qui était totalement corrompue et Dieu a voulu en faire une terre sainte. Les Israélites ne sont pas parvenus à accomplir cet objectif mais cela est une image de ce que Dieu va faire à la fin de cet âge. Dieu va revenir en Christ pour installer son royaume saint qui sera exempt du mal et des malheurs divers de ce monde.

Pour avoir accès à ce royaume il faut recevoir le pardon des péchés et pour cela il faut croire que Jésus est mort et ressuscité pour nous. Dieu a fait retomber le jugement sur lui (Esaïe 53:5; 1 Cor 5:21; Galates 3:13-14) afin que nous puissions hériter de ce royaume, de la seconde terre et du second ciel.

Le Fils de Dieu a souffert bien plus que les Cananéens, lui qui ne méritait pas ce jugement. Indiquer que Dieu est dur dans l’Ancien Testament alors qu’il a fait retomber le jugement sur son Fils plutôt que sur nous est contraire à la vérité.

Plus de 200 articles qui vont de la Création à la Résurrection !

  1. Trois articles avec des déclarations athées sur l’amoralité dans une perspective évolutionniste : Article 1, Article 2, Article 3.
  2. Dr Michael Kurger: Is the God of the Bible a genocidal maniac.

A lire également