Les Patriarches de la Genèse ont-ils réellement vécu jusqu’à 900 ans et plus ?


Les âges des patriarches ont fait douter plus d’un croyant dans le Livre de la Genèse. Avant de s’attaquer à ce sujet, notons qu’il n’est pas sage d’analyser la situation qui avait cours au commencement du monde en fonction de notre situation actuelle. Le présent ne peut expliquer le passé. L’état des choses était différent dans le passé.

Beaucoup de gens ont du mal à croire que Mathusalem a vécu jusqu’à 969 ans. Néanmoins, la Bible enseigne clairement que les premiers patriarches ont souvent vécu jusqu’à près de 1000 ans et ont même eu des enfants lorsqu’ils avaient plusieurs centaines d’années !

Ces grands âges ne sont pas présentés dans la Bible comme s’ils étaient en quelque sorte extraordinaires pour leur temps, et encore moins miraculeux.

Des affirmations similaires de longue durée de vie se trouvent dans la littérature profane de plusieurs cultures anciennes (y compris les Babyloniens, les Grecs, les Romains, les Indiens et les Chinois). Mais même une durée de vie de près de 1000 ans est malheureusement abrégée lorsque nous considérons que Dieu nous a initialement créés pour vivre éternellement.

Le projet initial de Dieu et la chute d’Adam et Eve

Selon la Bible, Dieu a créé les premiers humains – Adam et Eve – sans péché et avec la capacité de vivre éternellement. Dieu a donné au premier couple humain tout ce dont ils avaient besoin pour leur santé et leur bonheur éternels dans le jardin d’Eden; mais Il les a avertis de ne pas manger du fruit de l’Arbre de la Connaissance du Bien et du Mal, sinon ils mourraient, comme d’ailleurs tous leurs descendants après eux (Genèse 2: 16-17).

Lorsque Satan a incité Eve à désobéir à cet ordre et qu’Adam a volontairement désobéi, leur esprit et leur corps ont profondément changé (Genèse 3). Non seulement ils sont devenus sujets à la mort, mais leur premier-né (Caïn) est devenu le premier meurtrier du monde. En vérité, le salaire du péché est la mort, physiquement et spirituellement.

Jusqu’à 2 250 ans après la création, les hommes ont vécu si longtemps que la plupart étaient des contemporains du premier homme, Adam ! Les dix patriarches (hors Hénok) qui ont précédé le déluge ont vécu en moyenne 912 ans. Lémek est mort le plus jeune à l’âge de 777 ans et Mathusalem est le plus âgé avec 969 ans.

Le déclin de l’espérance de vie dans la Bible

C’est avant le déluge que l’Éternel fit le décret suivant qui vint en réponse à l’iniquité et à la méchanceté des hommes :

Genèse 6 : 5

Alors l’Éternel dit: Mon esprit ne restera pas à toujours dans l’homme, car l’homme n’est que chair, et ses jours seront de cent vingt ans.

Au cours des 1500 années qui ont suivi le déluge, la Bible enregistre un déclin progressif de la durée de vie des patriarches, de Noé qui vécut jusqu’à 950 ans jusqu’à Abraham jusqu’à 175 ans.

Même Moïse était exceptionnellement vieux pour son temps (120 ans). Lorsqu’il réfléchissait à la brièveté de la vie, il dit :

Psaume 90:10

Le temps de notre vie ? C’est soixante-dix ans, au mieux : quatre-vingts ans pour les plus vigoureux ; et leur agitation n’est que peine et misère. Car le temps passe vite et nous nous envolons.

Des preuves extrabibliques pour soutenir la longue durée de vie des personnages de la Genèse se trouvent dans la liste des rois sumériens. Cette liste mentionne un déluge et donne la durée des règnes des rois avant et après l’inondation.

Il existe de nombreux parallèles frappants entre la Liste royale sumérienne et la Genèse, comme le déluge, des parallèles numériques entre les patriarches bibliques pré-inondation et les rois antédiluviaux, et une diminution substantielle de la durée de vie des personnes après le déluge1.

Un auteur sur ce sujet conclut:

«Il est hautement improbable que le récit biblique ait été dérivé du sumérien compte tenu des différences entre les deux récits et de la supériorité évidente de l’enregistrement de la Genèse à la fois en précision numérique, en réalisme, en complétion et en morale et les qualités spirituelles2. »

Il est plus probable que la liste des rois sumériens ait été composée en utilisant la Genèse pour des informations numériques. De toute évidence, le livre de la Genèse n’aurait été utilisé que si la personne qui rédigea la liste croyait qu’il s’agissait d’un véritable récit historique contenant des informations exactes.

Aujourd’hui, la durée de vie maximale de l’homme est d’environ 120 ans, et notre espérance de vie moyenne n’est encore que de 70 à 80 ans – exactement comme elle l’était lorsque le 90e Psaume a été écrit il y a 3 400 ans!

La chute abrupte de la durée de vie après le déluge suggère que quelque chose a changé au moment du déluge, ou peu de temps après, et qui fut responsable de ce déclin.

On ne peut juger les choses du passé en fonction du présent. Ce n’est pas parce qu’une chose est impossible aujourd’hui qu’elle l’était hier.

De possibles raisons pour expliquer le déclin de l’espérance de vie

Les archives fossiles révèlent qu’avant le déluge, la majeure partie de la terre semble avoir eu un environnement de type tropical. À la suite du déluge, il y a clairement eu un changement environnemental qui a entraîné une période glaciaire qui a recouvert près de 30% de la terre de glace (principalement dans les latitudes nordiques). Ceci, combiné à d’autres changements consécutifs au déluge, aurait pu nuire à la durée de vie.

Le vieillissement et la durée de vie sont des processus qui ont des déterminants génétiques qui se chevauchent et qui sont uniques. On pense qu’environ 20 à 30% des facteurs affectant la durée de vie sont héréditaires et donc génétiques3. La durée de vie varie considérablement d’un individu à l’autre, ce qui indique que si le vieillissement joue un rôle, d’autres facteurs sont également impliqués.

Une mutation est tout changement dans la séquence de l’ADN. Toutes les mutations connues entraînent une perte d’information. Il a été suggéré que la vitesse à laquelle tous les types de mutations se produisent par génération est supérieure à 1 0004.

Nous héritons des mutations de nos parents et développons également nos propres mutations; par la suite, nous en transmettons une partie à nos enfants. Il est donc concevable dans les nombreuses générations entre Adam et Moïse qu’un grand nombre de mutations aient été présentes chez un individu donné.

Des goulots d’étranglement génétiques (ou des goulots d’étranglement de la population) se produisent lorsque des proportions importantes de la population meurent ou lorsque des proportions deviennent isolées.

Un tel goulot d’étranglement s’est produit au moment du déluge de Noé lorsque la population humaine a été réduite à huit personnes (Genèse 6-9). D’autres goulots d’étranglement plus petits se sont produits à la suite de la dispersion de la tour de Babel (Genèse 11). Ces événements auraient entraîné une réduction importante de la variété génétique.

Pour chaque gène, il existe deux versions ou plus appelées allèles. Ceci est analogue à la couleur rouge (gène) mais différentes nuances de rouge – clair et foncé (allèles). Il est possible que les allèles «bons» (non mutés) masquent ou cachent les allèles «mauvais» (mutés). Cependant, dans une population plus petite avec moins de variation allélique, cela devient plus difficile à réaliser et les allèles mutés ont donc un effet plus important.

Bien que Noé ait vécu 950 ans, son père, Lémec, n’a vécu que 777 ans (on ne sait pas toutefois s’il est mort de vieillesse). De plus, nous ne savons pas combien de temps la femme de Noé a vécu, mais le fils de Noé, Sem, n’a vécu que 600 ans.

Considérant que la plus longue durée de vie enregistrée d’une personne née après le déluge était Héber à 464 ans, il semblerait que les mutations et les goulots d’étranglement génétiques aient eu des effets graves sur le vieillissement et la durée de vie.

Bien que de nombreux facteurs génétiques affectent le vieillissement et la durée de vie, ces processus restent largement un mystère. Le vieillissement peut être considéré comme une sensibilité accrue aux facteurs de stress internes (c’est-à-dire, les agents qui endommagent l’ADN) et externes (c’est-à-dire les bactéries pathogènes) en raison d’une diminution des systèmes d’entretien, de réparation et de défense du corps.

Par exemple, des systèmes de réparation de l’ADN sont nécessaires pour protéger le génome (tout notre ADN) de la mutation et toute mutation qui diminue l’efficacité de nos systèmes d’entretien, de réparation et de défense entraînera probablement un vieillissement plus rapide et une durée de vie réduite.

Les télomères, longues séquences répétitives d’ADN aux extrémités des chromosomes humains, joueraient également un rôle important dans le vieillissement. Avec chaque division de la cellule, les télomères se raccourcissent en raison de l’incapacité de l’enzyme qui copie l’ADN d’aller jusqu’au bout du chromosome5.

Lorsque les télomères deviennent trop courts, la cellule cesse de se diviser. Cette limitation sert vraisemblablement de mécanisme de contrôle de la qualité. Les cellules plus anciennes auront accumulé de nombreuses mutations dans leur ADN, et leur division continue peut conduire à des maladies comme le cancer.

La plupart des cellules du corps ne peuvent pas se répliquer indéfiniment, ce qui conduit au vieillissement et éventuellement à la mort. Ainsi, les télomères sont importants pour déterminer la durée de vie des types de cellules qui affectent directement le vieillissement.

Les gènes associés au vieillissement et à la durée de vie ont été affectés par la chute d’Adam dans la Genèse, soit directement par des mutations, soit indirectement par des goulots d’étranglement génétiques.

La médecine moderne et les thérapies anti-âge peuvent ralentir le processus de vieillissement et prolonger notre durée de vie, mais elles n’éradiqueront jamais la fin ultime: la mort. Seul Jésus-Christ, qui a triomphé de la mort, peut promettre la vie éternelle avec lui à tous ceux qui croient (Romains 6:23, 10: 9).

Téléchargez les articles par thématique au format PDF

De la Création à la Résurrection !

Notre corps – une machine de réparation et de remplacement

Dans un sens, la majeure partie de la substance de notre corps ne continue vraiment pas à vieillir au cours de notre vie: un grand nombre de parties de notre corps se réparent et se remplacent constamment.

Les cellules épidermiques qui recouvrent toute la surface de notre peau, par exemple, ne vieillissent jamais plus d’un mois. De nouvelles cellules sont continuellement produites (par division cellulaire) au plus profond de l’épiderme, tandis que les plus anciennes se détachent continuellement à la surface.

De même, les cellules tapissant nos intestins se remplacent complètement tous les 4 jours; nos globules rouges sont entièrement remplacés environ tous les 90 jours; et nos globules blancs sont remplacés environ chaque semaine.

Même les cellules qui ne se divisent jamais (ou rarement), comme les cellules musculaires cardiaques et les cellules cérébrales, se retournent molécule par molécule.

On pense que peu ou rien dans notre corps a plus de 10 ans environ. Ainsi, grâce au renouvellement et au remplacement des cellules, la plupart des organes du corps d’un homme de 90 ans ne sont peut-être pas plus âgés que ceux d’un enfant. En effet, on pourrait dire que notre corps ne vieillit jamais réellement.

À ce stade, nous pourrions être enclins à demander, pourquoi Mathusalem est-il mort si jeune ? Comment, en effet, est-il même possible pour quiconque de vieillir et de mourir si le corps répare et remplace constamment ses parties ? Certes, si notre automobile pouvait faire cela, nous nous attendrions à ce qu’elle dure éternellement.

Une partie de la réponse peut être que certaines parties clés de notre corps ne parviennent pas à se réparer ou à se remplacer.

Nos cellules musculaires cardiaques d’une importance critique, par exemple, ne parviennent pas à se multiplier, à se réparer ou à se remplacer après la naissance (bien que, comme toutes les cellules musculaires, leur taille puisse augmenter). C’est pourquoi toute perturbation de l’apport sanguin au muscle cardiaque lors d’une crise cardiaque entraîne la mort permanente de cette partie du cœur.

La plupart des cellules nerveuses de notre cerveau, y compris celles de nos yeux et de notre oreille interne, ne parviennent pas non plus à se multiplier ou à se réparer.

Du moment de notre naissance à la fin de notre vie, nous perdons des milliers de cellules nerveuses de notre système nerveux central, et nous ne pourrons jamais les remplacer. En vieillissant, cela entraîne une perte progressive de notre capacité à entendre, voir, sentir, goûter….

Le véritable espoir contre le vieillissement, la maladie et la mort

Le point important est que la science n’offre aucun espoir de vie éternelle, ni même d’allongement significatif de la vie. On a estimé que si des remèdes complets, ou des mesures préventives, étaient trouvés pour les trois principaux tueurs (cancer, accident vasculaire cérébral et coronaropathie), la durée de vie maximale de l’homme n’augmenterait quand même pas (bien que davantage de personnes approcheraient ce maximum).

Et ces personnes deviendraient encore progressivement plus faibles avec l’âge, car les composants critiques de leur corps continueraient de se détériorer.

La question “pourquoi les hommes vivaient-ils plus longtemps à l’époque ?” pourrait se poser différemment comme “pourquoi avons-nous une vie aussi courte aujourd’hui ?”.

La Genèse nous dit une première fois que le péché d’Adam a provoqué l’entrée de la mort dans notre monde. La Genèse nous dit une deuxième fois que le péché du monde antédiluvien a poussé l’Éternel à réduire notre espérance de vie.

Le péché est responsable de la mort selon la Bible. Elle n’existait pas à la base.

Nous pouvons conclure que la Parole de Dieu, et non la science, a la solution complète au problème du vieillissement et de la mort. La solution a été «révélée par l’apparition de notre Sauveur Jésus-Christ, qui a aboli la mort et mis en lumière la vie et l’immortalité à travers l’Évangile».

L’espoir du chrétien est que le Créateur crééra à nouveau son corps (résurrection) au dernier jour, mais cette fois-ci un corps incorruptible. Le Créateur crééra aussi une 2ème terre. Difficile à croire ?

Matthieu 19 : 26

Jésus les regarda, et leur dit: Aux hommes cela est impossible, mais à Dieu tout est possible.

Nous disposons du plus grand espoir en la personne de Jésus-Christ, notre Créateur et notre Dieu.

Jean 6 : 40

La volonté de mon Père, c’est que quiconque voit le Fils et croit en lui ait la vie éternelle; et je le ressusciterai au dernier jour.

Soutenir le ministère Qu’est ce que la vérité ?

Références :

  1. Raul Lopez, “The Antediluvian Patriarchs and the Sumerian King List,” CEN Technical Journal 12, no. 3 (1998): p. 347–357.
  2. Voir ref 1.
  3. T. Perls and D. Terry, “Genetics of Exceptional Longevity,” Experimental Gerontology 38 (2003): 725–730..
  4. J. Sanford, Genetic Entropy and the Mystery of the Genome (New York: Ivan Press, 2005), p. 37.
  5. P. Monaghan and M. Haussmann, “Do Telomere Dynamics Link Lifestyle and Lifespan?” TRENDS in Ecology and Evolution 21 (2006): 47–53.

Anthony ETHEVE

Passionné et étudiant converti à la Bible, Anthony partage le fruit de ces centaines d'heures de recherche afin d'aider les chrétiens et notamment les nouveaux appelés à comprendre les thèmes bibliques et le débat création/évolution.

Recent Posts