L’âme est elle immortelle selon la Bible ?


La logique de la plupart des religions est que l’âme est immortelle et que tout de suite après la mort, il y a un paradis ou un enfer (ou un purgatoire). Cette vision est sans doute cohérente au sein de ces religions, mais aussi étonnant que cela puisse paraître, ce n’est pas la vision biblique.

L’idéal est d’étudier la Bible avec un regard neutre et d’accepter la logique des textes. Hélas la plupart d’entre nous imposons aux textes nos idées et leur font dire ce qu’ils ne disent pas. Nous constatons cela particulièrement avec l’évolution théiste, mais aussi avec l’idée de l’âme immortelle.

Nous allons dans un premier temps étudier la question de ce qui se passe après la mort d’une personne selon la Bible et ensuite traiter les versets utilisés pour défendre l’idée du feu éternel.

Faisons un exercice, lisons la Bible comme si nous n’y connaissions rien, comme si nous venions d’une autre planète et que c’est la première fois que nous en entendions parlé. Ainsi nous étudions la Bible de manière neutre et sans biais. Notre cerveau ne cherche pas à harmoniser ou forcer la compréhension des textes dans un sens.

Certains croyants ou théologiens de certaines églises ajoutent que même si la Bible ne présente pas un concept, la tradition s’ajoute à la Bible et offre davantage de perspective. La Bible serait en quelque sorte incomplète, et ce serait la tradition qui comblerait certains vides.

Ces croyants baseraient donc leur compréhension et leur foi sur des miracles et des informations provenant de la tradition et pas uniquement sur la Bible.

La tradition aurait autant d’autorité que la Bible parce que les saints auraient apporté des informations additionnelles et par ailleurs des miracles s’étant produit ici et là, prouveraient que l’Eglise en question a autorité sur les doctrines.

Toutefois si l’idée que des informations additionnelles puissent compléter notre connaissance biblique ne pose pas de problème, ces doctrines additionnelles, si elles venaient de Dieu, ne seraient pas contradictoires avec les informations existantes dans la Bible.

Même chose au sujet des miracles – ils ne contrediraient jamais les écritures. Il est d’ailleurs sage de baser sa compréhension sur les écritures plutôt que d’être influencé par ce que l’on voit. Quant à la tradition – attention à elle quand elle dit des choses contraires à la Parole de Dieu.

La Bible renferme la Parole de Dieu. Elle est complète dans tous les domaines nécessaires – notamment en ce qui concerne ce qu’il se passe après la mort et sur la nature de l’espoir des croyants.

Etudions ce qui passe après la mort, tout au long de la Bible, de la Genèse jusqu’à l’Apocalypse.

Commençons donc à étudier notre sujet avec le livre de la Genèse.

Le concept de l’âme dans le livre de la Genèse

Genèse 2 : 7

L’Eternel Dieu forma l’homme de la poussière de la terre, il souffla dans ses narines un souffle de vie et l’homme devint une âme vivante

Si nous devions résumer la façon dont Dieu a créé l’homme, nous pourrions indiquer cette formule :

Matière (poussière) + souffle de vie = âme vivante = être vivant.

Notons que l’âme est constituée selon le passage ci-dessus de 2 composants : la matière et le souffle de vie (esprit). Le mot esprit veut dire : souffle.

Les animaux sont composés de la même formule. Nous voyons dans Genèse 7 : 22 au sujet du déluge que tout ce qui avait le souffle de vie périt.

L’âme est elle immortelle dans l’Ancien Testament ?

Le verset ci-dessous indique aussi que les animaux sont des âmes vivantes.

Psaumes 74 : 19

Ne livre pas aux bêtes l’âme de ta tourterelle,

Ce qui rend l’homme différent des animaux est qu’il a été créé à l’image de Dieu. Nous avons en effet des spécificités (créativité, langage, choix…) qui nous différencie. Mais fondamentalement les êtres-vivants = âmes vivantes sont composés de matière et du souffle de vie.

Bien des gens veulent y ajouter des choses que l’on retrouve dans les religions paîennes, orientales etc… Mais qui se contente du texte biblique s’arrête à ces 2 composants.

Quelqu’un qui lirait la Bible pour la première fois et sans préconceptions n’interpréterait pas autrement le texte. Dieu n’indique en effet que ces 2 éléments : matière et souffle de vie.

Le premier constat est que l’âme (l’être) est composée de matière. Elle n’est pas une entité indépendante.

Toutefois, on pourrait dire qu’Adam est devenu une âme vivante avec de la matière et le souffle de vie, mais qu’une fois créé, l’âme ou l’esprit (le souffle de vie) pourrait ensuite se séparer du corps et qu’elle ne pourrait plus mourir.

Cette position particulière est parfois soutenue parce que la Bible dit clairement et directement que seul Dieu est immortel, ce qui complique la doctrine de l’immortalité de l’âme concernant les hommes.

1 Timothée 6 : 16

 …qui seul possède l’immortalité, qui habite une lumière inaccessible, que nul homme n’a vu ni ne peut voir, à qui appartiennent l’honneur et la puissance éternelle. Amen!

Ce verset pousse ceux qui croient en l’âme immortelle à déterminer que seul Dieu possède l’immortalité dans la mesure où il n’a pas eu de commencement, alors que l’homme, qui serait immortel par son âme, a eu un commencement.

Comme l’homme a eu un commencement il ne pourrait pas être considéré immortel à la manière de Dieu.

Pourtant l’immortalité signifie “qui n’est pas sujet à la mort, qui ne peut être détruit”. Le fait d’avoir eu un commencement ou pas n’a rien à voir avec l’immortalité.

Le verset dans Timothée pourrait aussi bien être lu comme suit : Dieu qui ne peut pas mourir. Visiblement, seul Dieu ne meurt pas, le reste meurt.

Aussi on apprend dans 1 Corinthiens 15:54 que le “mortel revêtira l’immortalité“.

1 Corinthiens 15:54

Lorsque ce corps corruptible aura revêtu l’incorruptibilité, et que ce corps mortel aura revêtu l’immortalité, alors s’accomplira la parole qui est écrite: La mort a été engloutie dans la victoire.

Nos traductions françaises ajoutent souvent le mot “corps” mais en réalité le mot “corps” n’est pas présent dans le grec1. Ce qu’on apprend ici c’est que nous ne sommes pas encore immortels.

Mais revenons en à la Genèse pour voir si le concept de la mortalité de l’âme est correcte et présenté de manière cohérente.

Le fait que l’âme (qui en réalité signifie “être” comme être-vivant) n’est pas immortelle est enseigné dès le début de la Bible, dans la Genèse, lorsque Dieu indique à Adam les conséquences de son péché.

Genèse 3 : 19

C’est à la sueur de ton visage que tu mangeras du pain, jusqu’à ce que tu retournes dans la terre, d’où tu as été pris; car tu es poussière, et tu retourneras dans la poussière.

Dieu indique que l’homme est poussière, cela ne cadre pas bien avec la vie en dehors du corps, de plus il ajoute qu’Adam va “retourner” à la poussière. Adam revient à l’état initial : la non-existence.

Dieu ne présente aucune nuance permettant d’imaginer qu’Adam, dans une forme spirituelle, est allé quelque part d’autre que dans la poussière.

Une personne neutre et sans préconception aurait dû mal à interpréter le texte différemment. Le texte est simple et accessible à la compréhension de n’importe qui. C’est un cycle : Adam est venu de la poussière et il retourne à la poussière.

Posons nous une question fondamentale ? Où Adam et Eve seraient ils allés s’ils n’avaient pas péché ? Car cela était une possibilité, Dieu ne les a pas obligé à lui désobéir. Le mot paradis désigne le Jardin d’Eden. Adam et Eve auraient continué de vivre sur terre, Dieu ne les aurait pas transféré ailleurs.

Ceci nous permet de comprendre que le paradis biblique, en ce qui nous concerne, est la nouvelle terre que Dieu va créer à la fin des temps et non un paradis céleste juste après la mort, comme l’enseignerait d’autres religions.

Passons à la question suivante : est ce que Dieu ajoute un élément de compréhension additionel plus tard dans la Bible concernant ce qui se passe après la mort ? Nous allons étudier cela aussi bien dans l’Ancien Testament que dans le Nouveau.

Ecclesiaste 9 : 5, 10

Les vivants, en effet, savent qu’ils mourront; mais les morts ne savent rien, et il n’y a pour eux plus de salaire, puisque leur mémoire est oubliée.

Tout ce que ta main trouve à faire avec ta force, fais-le; car il n’y a ni œuvre, ni pensée, ni science, ni sagesse, dans le séjour des morts, où tu vas.

Salomon dans toute sa sagesse n’apporte aucun élément qui permette de visualiser l’âme comme étant une entité séparable et immortelle.

Le texte ne suggère pas l’âme dématérialisée alors même que nous sommes à l’époque de Salomon, 500 ans après Moïse, et après plusieurs révélations.


Psaumes 115 : 17

Ce ne sont pas les morts qui célèbrent l’Eternel,
Ce n’est aucun de ceux qui descendent dans le lieu du silence;

Ici aussi, nous n’avons pas l’impression que des âmes dématérialisées célèbrent l’Eternel. Il s’agit pour ceux qui meurt de “descendre” dans le lieu du silence.

Aucune âme séparée du corps ne “monte” vers le Seigneur visiblement, pas même les prophètes tels que Moïse ou Abraham ne semblent célèbrer l’Eternel dans la mort.

Aucune nuance n’est proposée entre une vie physique et une vie dématérialisée.

Salomon nous invite à travailler avec force tant que nous sommes vivants, parce qu’une fois mort, tout est terminé.

Bien que ces versets soient clairs, nombreux sont ceux qui essaient d’indiquer qu’il ne s’agit que du corps des morts qui est inactif, mais que l’âme continue à vivre en dehors du corps. Véritablement le texte ne propose rien de ce style. Quand il est question des morts, il n’est pas question que du corps mais de la personne entière.

La mort est comme un sommeil, un repos selon la Bible

Les auteurs bibliques écrivent comme s’ils n’avaient jamais entendu parler du concept de l’immortalité de l’âme. Mais avançons encore dans le temps, et rapprochons-nous de la fin de l’Ancien Testament quand Dieu indique à Daniel ses dernières instructions :

Daniel 12 : 13

Quant à toi, va jusqu’à la fin et tu entreras dans le repos. Puis, à la fin des temps, tu te relèveras pour recevoir la part qui t’est échue.

L’espoir pour Daniel est qu’après “s’être reposé” il se relèvera à la fin des temps. Il ne reçoit pas la promesse du paradis céleste, et le passage ne suggère pas qu’il sera pas transféré du paradis céleste au paradis terrestre (nouvelle terre) mais qu’il se “relèvera”.

Cette notion de la mort comme étant un sommeil ou un repos est cohérente aussi bien dans l’Ancien que le Nouveau Testament. Voyons Jésus dans le Nouveau Testament qui indique les choses de la même manière.

Jean 11 : 11-14

Après avoir dit cela, il ajouta : Notre ami Lazare s’est endormi ; je vais aller le réveiller.

Sur quoi les disciples lui dirent : Seigneur, s’il dort, il est en voie de guérison.

En fait, Jésus voulait dire que Lazare était mort, mais les disciples avaient compris qu’il parlait du sommeil ordinaire. Alors il leur dit clairement : Lazare est mort,

Jésus reprend l’idée de la mort comme étant un sommeil.

En réalité si les âmes étaient actives après la mort, peu importe au ciel ou en enfer, la comparaison au sommeil n’aurait pas été très pertinente.

L’idée du sommeil indique l’inconscience du mort, mais si ce dernier est encore “vivant” et “conscient”, il y aurait là une énorme contradiction.

Jésus dit que “Lazare dort”, il ne dit pas le “corps de Lazare” dort.

Job conforte aussi cette compréhension. Il est dès lors très difficile de s’imaginer qu’il se produit quelque chose avant la résurrection au dernier jour.

Job 14 : 10-12

Mais lorsque l’homme meurt, il reste inanimé. Quand l’être humain expire, où donc est-il alors ?

L’eau disparaît des mers, les rivières tarissent et restent desséchées, et l’homme, quand il meurt, ne se relève plus ; jusqu’à ce que le ciel s’éclipse il ne se réveillera pas, il ne sortira pas de son dernier sommeil.

La lecture de ce texte écarte aussi l’idée d’une âme séparable du corps et consciente et vivant en enfer ou au ciel. C’est un verset où le concept de l’esprit séparé du corps aurait dû apparaitre s’il était véridique. L’homme qui expire, où est il ? Job ne mentionne pas le paradis céleste immédiat après la mort.

Notons que l’espoir est la résurrection, tout comme dans Daniel 12. Il s’agit d’une inconscience qui perdure jusqu’au Jour du Seigneur où Dieu réssuscitera les morts.

On peut confirmer que la compréhension des juifs à l’époque de Jésus était celle qui est présentée dans cet article.

Jean 11:24

Je sais, lui répondit Marthe, qu’il ressuscitera à la résurrection, au dernier jour.

Luc 23:42

Et il (voleur sur la croix) dit à Jésus: Souviens-toi de moi, quand tu viendras dans ton règne.

Jusqu’ici, un peu partout dans l’Ancien Testament, l’idée des flammes qui séviraient éternellement après la mort ne peut pas être étayée. Mais Jésus apporte t’il enfin des éléments additionnels au sujet de l’immortalité de l’âme et de l’enfer litéral ?

Cela serait bizarre, Jésus est celui qui a inspiré l’Ancien Testament, et il a passé une grande partie de son temps a cité les textes qui ont précédé sa vie terrestre.

L’âme et l’esprit dans le Nouveau Testament

Paul ne semble en tout cas pas aller dans le sens de la souffrance éternelle, tout comme Pierre :

Romans 6 : 23

Car le salaire que verse le péché, c’est la mort, mais le don de la grâce que Dieu accorde, c’est la vie éternelle dans l’union avec Jésus-Christ notre Seigneur.

Sur la base de Jean 11, de Daniel 12 et de Job 14, la mort est un sommeil. Paul ne précise rien sur un éventuel statut particulier de l’âme ou de l’esprit en dehors du corps. Il ne parle pas de flammes et de souffrances.

Le salaire du péché c’est la mort et le texte est littéral, aucune ambiguité n’y est présente. Voyons Pierre à son tour :

2 Pierre 3 : 7

Quant à la terre et aux cieux actuels, ils sont réservés par cette même parole pour être livrés au feu : ils sont gardés en vue du jour du jugement où tous ceux qui n’ont aucun respect pour Dieu périront.

Notons le mort “périr” à la fin du verset. Il s’agit de “mourir” de “destruction” et non de souffrances éternelles. Tous ceux qui n’ont aucun respect pour Dieu mourront – ils entreront dans cet état de sommeil développé notamment dans Jean 11.

Le plus célèbre verset de la Bible, de la bouche de Jésus, dit la même chose :

Jean 3 : 16

Car Dieu a tant aimé le monde qu’il a donné son Fils unique, afin que quiconque croit en lui ne périsse point, mais qu’il ait la vie éternelle.

Les deux destins qui s’opposent sont la vie éternelle et la mort éternelle.

Jésus n’indique clairement pas l’immortalité de l’âme mais reprend aussi l’idée de la destruction.

Matthieu 10 : 28

Ne craignez donc pas ceux qui peuvent tuer le corps, mais qui n’ont pas le pouvoir de faire mourir l’âme.

Craignez plutôt celui qui peut vous faire périr corps et âme dans l’enfer.

Avant toute chose notons, que le mot “âme” présent dans le texte n’est probablement pas le meilleur mot pour retranscrire le sens original du mot “psychen”. Le mot “souffle de vie” ou “esprit” est plus approprié2.

Ainsi Jésus reprend remarquablement la formule de la Genèse : matière (corps) + esprit (souffle de vie) = âme vivant = être-vivant.

Il y a en effet une confusion entre les termes “âme” et “esprit”. S’ils semblent être synonymes, ils ne le sont pas bibliquement. L’esprit et la matière forment l’âme.

La perspective de Jésus présente qu’il ne faut pas avoir peur de ceux qui peuvent tuer uniquement le corps. Cela indique t’il que le souffle de vie, l’esprit peut vivre en dehors du corps ? Nous allons voir que la réponse biblique est non.

Remarquons que Jésus indique que Dieu est à craindre car il peut faire “périr” les deux composants : corps et esprit dans l’enfer. Le mot grec à l’origine est “apolesai” qui signifie “détruire” et même “détruire entièrement”.

Résolument, l’esprit n’est pas immortel, Dieu, selon le texte, peut faire périr l’âme ou l’esprit. L’âme, est intrinsèquement liée à la matière, au corps. Sans corps, l’âme est morte. La formule de Genèse 2 : 7 est implacable. On ne peut pas sans défaire.

Un passage d’Ezéchiel va toujours dans le même sens dans l’Ancien Testament :

Ezéchiel 18 : 4

Voici, toutes les âmes sont à moi; l’âme du fils comme l’âme du père, l’une et l’autre sont à moi; l’âme qui pèche, c’est celle qui mourra.

Il est difficile de percevoir comment une personne neutre et sans préconception pourrait interpréter la Bible comme défendant l’idée de l’âme immortelle avant la résurrection.

Revenons à l’hypothèse que l’esprit puisse vivre et être conscient en dehors du corps. En effet Matthieu 10 : 28 dit qu’il ne faut pas avoir peur de ce qui peuvent tuer le corps, mais de celui qui peut tuer aussi bien l’esprit que le corps.

Ainsi quand un homme tue un autre homme, le texte biblique nous autorise il à penser que l’esprit, qui ne peut être tué par l’homme, vit encore en dehors du corps ? En enfer ou au paradis.

La crucifixion et la résurrection de Jésus confirme une fois de plus que corps et souffle de vie ne peuvent fonctionner indépendemment. Lisons un verset dans Luc lorsque Jésus est sur le point d’expiré sur la croix :

Luc 23 : 46

Jésus s’écria d’une voix forte: Père, je remets mon esprit entre tes mains. Et, en disant ces paroles, il expira.

On comprend déjà pourquoi l’esprit ne peut être détruit que par le Père, car celui-ci retourne automatiquement au Père à la mort d’une personne.

Jésus renvoie ici son souffle de vie au Père. Ce souffle de vie était donc avec le Père dès la mort de Jésus. Pourtant Jésus, après sa résurrection, indique quelque chose qui semble contradictoire :

Jean 20 : 17

Jésus lui dit: Ne me touche pas; car je ne suis pas encore monté vers mon Père. Mais va trouver mes frères, et dis-leur que je monte vers mon Père et votre Père, vers mon Dieu et votre Dieu.

Alors que Jésus avait renvoyé son souffle de vie au Père, le voilà qui indique qu’il n’est pas encore monté au Père après sa résurrection.

Pour comprendre cette apparente contradiction, il faut se remémorer tout ce que l’on a vu dans l’article depuis le début – la formule de la vie dans la Genèse.

L’être-humain est vivant et conscient quand il dispose du corps + le souffle de vie. Quand il meurt, le souffle de vie repart à Dieu qui l’avait donné, mais ce souffle de vie n’est qu’un composant de l’âme. L’âme (l’être) est inconscient et non fonctionnel. A la mort commence l’état de sommeil ou d’inconscience.

Jésus était inconscient durant sa mort, bien que son souffle de vie était avec le Père. Comme Lazare il a repris conscience à sa résurrection. L’esprit, quand il est séparé du corps, est inconscient, quand bien même il est avec le Père.

C’est pourquoi il faut comprendre la formule de vie de la genèse : matière + souffle de vie = âme vivante.

En revenant au texte de Matthieu 10 : 28, on comprend donc que le corps meurt, et que l’esprit ne vit pas indépendemment du corps. Celui-ci est avec le Père, qui est à même de le renvoyer dans le nouveau corps de la résurrection.

Effectivement ceux qui n’acceptent pas Jésus et qui donc n’obtiennent pas la rémission des péchés, verront leur esprit être détruit. Le texte emploie le mot grec “apolesai”, qui est le mot le plus fort pour indiquer la destruction entière d’un objet, en l’occurence l’esprit de ceux qui ne se repentent pas.

L’âme n’est pas immortelle, pas plus que le souffle de vie (l’esprit).

Le livre de l’Apocalypse parle précisément de la seconde mort intervenant après le jugement dernier (et non immédiatement après la mort d’une personne), pour laquelle il n’y a plus de résurrection et donc plus de réveil possible.

Apocalypse 20 : 14-15

Et la mort et le séjour des morts furent jetés dans l’étang de feu. C’est la seconde mort, l’étang de feu.

Quiconque ne fut pas trouvé écrit dans le livre de vie fut jeté dans l’étang de feu.

Notons que l’étang de feu n’est pas un étang de feu mais est un symbole qui représente la seconde mort.

Alors qu’il y a un réveil (une résurrection) après la première mort, il n’y a plus de résurrection après la deuxième mort qui intervient après le jugement dernier.

Ceux qui ne se sont pas repentis en Jésus sont détruits et la mort elle même est détruite (la mort ne va pas littéralement dans un étang de feu littéral).

Dans le 3ème article de cette série (proposé ci-dessous), nous allons davantage étudier les passages mentionnant le feu éternel et l’étang de feu.

Les personnages bibliques face à la mort

La mort pour les personnages bibliques était aussi affreuse et horrifiante qu’elle ne l’est pour nous aujourd’hui, que l’on soit athée ou religieux.

La mort n’est pas un phénomène naturel bibliquement, c’est pourquoi nous la combattons depuis toujours.

Les grands hommes de Dieu ne semblent pas avoir envisagé la mort positivement comme certains extrémistes religieux.

Analysons la réaction du Roi Ezéchias quand Dieu lui indiqua qu’il allait mourir :

Esaïe 38 : 1-3

Ezéchias tourna son visage contre le mur, et fit cette prière à l’Eternel:

O Eternel! souviens-toi que j’ai marché devant ta face avec fidélité et intégrité de cœur, et que j’ai fait ce qui est bien à tes yeux! Et Ezéchias répandit d’abondantes larmes.

Les personnages bibliques connaissant la doctrine de la mort comme étant un sommeil inconscient et perdurant jusqu’à la fin du plan de Dieu n’étaient pas ravis d’entrer dans cette période de repos à durée inconnue.

Ezéchias ajoute ceci en conséquence aux versets 18 et 19 lorsque Dieu lui accorde 15 années supplémentaires :

Ce n’est pas le séjour des morts qui te loue,

Ce n’est pas la mort qui te célèbre;

Ceux qui sont descendus dans la fosse n’espèrent plus en ta fidélité.

Le vivant, le vivant, c’est celui-là qui te loue

Comparons cela à la littérature grecque. Socrate quand il fut contraint de boire le poison de la Ciguë s’en saisit et rassura ses disciples en leur disant que la mort n’était qu’une passerelle lui permettant d’échapper au monde matériel pour accéder à une meilleure existence.

L’homme de Dieu a le coeur brisé à l’idée de la mort alors que le philosophe grec n’a aucun problème avec la mort. Ces deux approches s’expliquent par les différences entre les deux paradigmes.

Et notons l’emphase d’Ezéchias sur le fait que seul “le vivant” loue l’Eternel. Le vivant ici n’est bien évidemment pas une âme dématérialisée mais la personne en chair et en os. En opposition celui qui meurt ne peut plus louer le Seigneur, cela aurait été le cas si l’âme pouvait vivre en dehors du corps.

Certains, malgré tous ces versets clairs, s’accrochent à des versets inadéquats comme le suivant pour tenter de sauver l’interprétation de l’âme immortelle :

2 Corinthiens 5 : 8

nous sommes pleins de confiance, et nous aimons mieux quitter ce corps et demeurer auprès du Seigneur.

Paul contredirait-il tous ceux qui l’ont précédés ? Paul était las de ce monde, il préférait s’endormir dans le Seigneur jusqu’au jour de la résurrection. Ses versets se corrèlent avec les autres versets que nous avons vu. Quand nous mourrons, notre souffle de vie retourne à Dieu.

Et nous sommes nés une première fois de la chair, la deuxième fois le sera par l’Esprit de Dieu. C’est cela qui est en question dans les premiers versets de 2 Corinthiens. Nous vivons aujourd’hui dans une “tente terrestre” et ce que nous désirons c’est revêtir le domicile céleste – le corps de la résurrection qui vient de l’Esprit de Dieu.

La promesse de la Bible c’est que le Royaume de Dieu vient régner sur terre (Daniel 2 : 44). Ce n’est pas nous qui allons le rejoindre là-haut mais bel et bien Dieu qui descend vers nous (Apocalypse 21 : 3).

En réalité l’espoir de Paul avant sa mort résidait dans la résurrection, tout comme pour Job, Ezéchias, Daniel et les autres dans l’AT et non pas dans une vie dématérialisée au ciel :

2 Timothée 4 : 8

Désormais la couronne de justice m’est réservée; le Seigneur, le juste juge, me le donnera dans ce jour-là, et non seulement à moi, mais encore à tous ceux qui auront aimé son avènement.

Purgatoire et prière pour les morts ?

Le texte deutérocanonique de 2 Maccabées 12 : 39-45 (histoire des juifs durant la persécution grecque au cours du 2ème siècle avant JC) présente selon certains le concept du purgatoire car il y a dans ce passage une prière et un sacrifice pour les morts.

Ce n’est pas le but ici de débattre de la canonicité des textes deutérocanoniques. A mon avis, au moins certains d’entre eux ont une très grande valeur (par exemple Sagesse et le Siracide) mais il est sage de baser toute étude doctrinale sur les livres du premier canon.

En réalité ce passage des maccabées présente encore une fois l’espoir juif, que l’on trouve aussi bien dans l’ancien que dans le nouveau testament, de la résurrection, et non l’espoir d’une possible vie dématérialisée ou un quelconque espoir de quelque nature avant la résurrection.

2 Maccabées 12 : 43-44 (Traduction Pierre Giguet)

Puis il fit une collecte, recueillit deux mille drachmes d’argent, et les envoya à Jérusalem pour être employées à un sacrifice pour le péché et il agit avec sagesse et piété en songeant à la résurrection.

Car s’il n’avait point cru que ceux qui avaient péri dussent réssusciter, il eût trouvé superflu et puéril de prier pour les morts.

Cette prière pour les morts, dont on peut débattre sa cohérence avec le reste des écritures, ne favorise en aucun cas l’idée d’une âme dématérialisée. Judas Maccabée pensait qu’elle pouvait, tout au plus, avoir un effet pour la résurrection des morts et non avant celle-ci.

Un passage dans Zacharie 13 : 2-6 indiquait qu’il n’y allait plus avoir de prophètes et que leur temps était révolu. Nous trouvons également trois fois dans le livre des Maccabées que les juifs de cette époque ne savaient pas quoi faire parce qu’il n’y avait plus de prophètes en Israël.

Par exemple quand ils reconstruisaient l’autel les juifs de l’époque maccabéenne ne savaient pas quoi faire avec les pierres de l’ancien autel parce qu’il n’y avait pas de prophète pour le leur dire.

Cela est très intéressant à noter parce qu’en 1526, l’Église Catholique, au Concile de Trent, à déclarer les livres deutérocanoniques comme faisant partie du canon, alors mêmes que ces livres ne revendiquent pas être inspirés.

Ils ont certainement une valeur historique et une utilité, mais on ne peut pas baser des concepts théologiques sur ces livres. Ils sont sur un 2ème niveau du canon.

Paul enseigne t-il que l’âme pourrait quitter le corps dans 2 Corinthiens 12 : 2-4 ?

Que signifie l’épisode de la transfiguration de Jésus avec Élie et Moïse dans Matthieu 17:1-3 ?

Conclusion

La mort est un phénomène si terrible que l’humanité depuis le commencement s’est nourrie d’espoirs divers pour échapper à sa douloureuse réalité. Mais Jésus n’est pas venu sauver “les corps” mais bel et bien les êtres-humains dans leur entièreté.

L’Eternel a clairement déclaré qu’Adam est retourné à la poussière, le premier à contredire cette information fut Satan avec son fameux “vous ne mourrez point” dans Genèse 3 : 4. Puissions-nous être attachés à la Parole de Dieu et ne pas être dupes jusqu’à croire à cette vieille sornette.

L’immortalité sera acquise à la résurrection, et avant celle-ci il y a un sommeil inconscient.

La Bible enseigne qu’il y a une vie après la mort, mais pas une vie pendant la mort.

Bien des chrétiens, quand bien même ils ne sont pas majoritaires ont compris cela :

Jacques Ellul, philosophe, théologien, professeur d’histoire et de sociologie :

Dans la pensée des deux testaments de la Bible, il n’y a pas d’âme immortelle. Il n’y a pas de division entre le corps et l’âme. Il n’y a, à la mort, aucune séparation entre ces deux choses. L’âme est mortelle, parce que le corps l’est. Mais il y a la résurrection.

Edward Fudge, théologien et avocat,

Ce ne fut pas vraiment une surprise pour moi de découvrir lors de ma recherche que la Bible n’enseigne pas l’immortalité de l’âme, mais enseigne plutôt que l’immortalité, pour les êtres-humains, est un don que Dieu accordera à ceux qui sont sauvés, et à eux seuls, au jour de la résurrection.

Le cardinal Ratzinger (Pape Benoit XVI) bien qu’il n’était pas un pape populaire :

Vous ne pouvez échapper au fait que la mort est totale : elle vous dévore, ne laissant rien derrière. C’est vrai, le Christ ressuscité nous donne l’espoir que, par la grâce de Dieu, la personne tout entière sera ressuscitée en nouveauté de vie.

Mais l’espérance biblique, exprimée en termes de “réssurection”, présuppose le caractère définitif de la mort.

L’immortalité de l’âme doit être rejetée fermement, comme une idée qui va à l’encontre de la pensée biblique.

Poursuivez la série de 3 articles sur les thèmes de l’âme, de l’enfer et du paradis :

Que disent l’histoire et l’archéologie au sujet de Darius le Mède ? A t’il conquis Babylone ?

L’un des principaux sujets historiques auxquels nous sommes confrontés dans le sixième chapitre de Daniel concerne le personnage de Darius le Mède, qui fut établi roi de Babylone. Aucun dirigeant du nom de Darius n’est connu des sources historiques avant l’époque de Darius Ier de Perse (522-486 av. J.-C.), lequel intervient plus d’une quinzaine d’année…

Continue reading

Les espèces ont elles eu le temps de se diversifier depuis le déluge de Noé ?

La spéciation se produit très rapidement au sein d’une espèce. Nul besoin de million d’années pour obtenir toute la diversité de la vie que nous avons aujourd’hui. Je vous recommande lire l’article sur la sélection naturelle et les mutations génétiques pour mieux comprendre ce chapitre et notamment faire la différence entre “sélection naturelle” et “théorie…

Continue reading

Les Patriarches de la Genèse ont-ils réellement vécu jusqu’à 900 ans et plus ?

Les âges des patriarches ont fait douter plus d’un croyant dans le Livre de la Genèse. Avant de s’attaquer à ce sujet, notons qu’il n’est pas sage d’analyser la situation qui avait cours au commencement du monde en fonction de notre situation actuelle. Le présent ne peut expliquer le passé. L’état des choses était différent…

Continue reading

Le déluge biblique de Noé a-t-il vraiment eu lieu ?

La déluge biblique est un sujet très important et chaque chrétien est invité tôt ou tard à déterminer son historicité afin d’établir ou/et de renforcer sa confiance dans le concept de l’inspiration divine de la Bible. Le déluge a autant de signification que la Création de l’Univers dans le livre de la Genèse et la…

Continue reading

Daniel a t’il vraiment été Chef ou Ministre de Satrapes sous Darius et à Babylone ?

Daniel 6 nous indique la position que Daniel occupait dans la bureaucratie babylonienne lors de sa réorganisation sous contrôle perse. C’est cette position qui a engendré la jalousie de ses collègues fonctionnaires et l’a ainsi mis en péril. Ce récit indique sa position de prééminence. Darius le Mède désigna 120 satrapes et trois principaux ministres…

Continue reading

  1. https://biblehub.com/interlinear/1_corinthians/15-54.htm.
  2. https://biblehub.com/greek/5590.htm.

Anthony ETHEVE

Passionné et étudiant converti à la Bible, Anthony partage le fruit de ces centaines d'heures de recherche afin d'aider les chrétiens et notamment les nouveaux appelés à comprendre les thèmes bibliques et le débat création/évolution.

Recent Posts