L’Univers, l’Entropie, et le Dieu de la Bible


Parfois appelée «loi du désordre» ou «loi de la décomposition», la deuxième loi de la thermodynamique (2LT) peut être l’un des concepts les plus mal compris (et souvent mal utilisés) dans le débat création / évolution aussi bien par les créationnistes que les évolutionnistes.

La 2LT est l’une des lois les plus parfaites de la physique. Il est impossible de la violer et tout scientifique qui prétendrait l’avoir fait passerait pour le plus grand des fous.

Le professeur d’ingénierie du MIT Seth Lloyd, a écrit dans Nature en 2004 :

Rien dans la vie n’est certain, excepté la mort, les impôts et la deuxième loi de la thermodynamique1.

Cette idée d’interdire les choses d’aller dans certaines directions explique pourquoi la deuxième loi de la thermodynamique est souvent appelée la flèche du temps.

Nous allons voir pourquoi la direction de cette flèche est en accord avec le modèle biblique et non avec le modèle évolutif.

Les principes de la 2ème loi

Les principes qui donnent naissance à la deuxième loi sont la raison pour laquelle les messages transmis ont tendance à perdre des informations, et non à en gagner. Et cela, à son tour, concerne l’héritage génétique, la transmission des informations portées par l’ADN d’une génération à l’autre.

Lire l’article : La génétique, le couple originel et l’après déluge

Tous les systèmes de matière et d’énergie s’efforcent continuellement d’atteindre l’état le plus probable.

Le désordre est beaucoup plus probable que l’ordre.

Nous reconnaissons intuitivement cela par le fait qu’il est beaucoup plus facile de casser quelque chose que d’en construire une. C’est pourquoi même le désordre dans votre chambre est lié aux principes qui composent cette loi de la science. Il faut travailler dur et à maintes reprises pour la garder en ordre – en appliquant non seulement de l’énergie, mais aussi un effort intelligent et dirigé. Alors que la tendance naturelle, laissée à elle-même, est une tendance inexorable au désordre.

Une voiture neuve peut en quelque seconde devenir un tas de feraille sans valeur. La réparer demande une grande intelligence et est économiquement impossible.

Les systèmes se dirigent spontanément vers des arrangements plus probables de matière / énergie. Dans le processus, les arrangements ordonnés deviennent plus désordonnés.

L’Equilibre thermodynamique

Une autre façon utile de le dire est que les systèmes se dirigent continuellement vers l’équilibre thermodynamique (ET). Dans les contraintes existantes de tout système, il s’agit de l’état de “déséquilibre” maximal ou de désordre maximal.

L’équilibre thermodynamique est donc un état où il n’y a plus de tendance à de nouveaux changements. Par exemple, une chambre froide laissée ouverte (et machine éteinte) aura une température équilibrée avec l’extérieur au bout d’un certain temps.

Aucune énergie n’a été perdue dans ce transfert, elle a simplement été réorganisée de sorte qu’elle n’est plus disponible.

La direction naturelle des choses est :

  • De l’ordre au désordre
  • Haute énergie disponible à faible énergie disponible
  • Inégalité à égalité
  • Et il n’y aucune exception à la deuxième loi de la thermodynamique.

Un autre exemple est la séparation spontanée de fluides non miscibles, tels que l’huile et l’eau.

C’est l’incompatibilité de ces deux substances au niveau moléculaire qui les sépare, donnant ainsi naissance à cet arrangement ordonné particulier.

Le désordre est dans ce cas devenu naturellement et spontanément un ordre. Mais cela était inévitable en raison des contraintes du système. L’ordre est dû à l’effet “liquide dense sous un liquide moins dense” – le champ gravitationnel pointant vers le centre de masse de la Terre, plus les propriétés moléculaires qui font que l’huile et l’eau restent séparées.

Cette séparation ne se serait pas produite dans un environnement en apesanteur, ou avec des fluides miscibles.

Nous allons examiner de tels exemples, et l’exemple d’une graine qui se transforme en plante, dans laquelle les choses sont «forcées» à devenir plus ordonnées à condition que le système comporte certaines exigences.

Le flux de chaleur du soleil

De la même manière, le processus «descendant» (ordre au désordre) du flux de chaleur du soleil vers la terre est capable de conduire toutes sortes de processus «ascendants». À condition que les bons mécanismes soient en place. À quelques exceptions près, ce flux entraîne tous les processus biologiques sur terre.

Le flux d’énergie du soleil vers la terre est exploité par le mécanisme photosynthétique des plantes, leur permettant de construire des molécules plus complexes et de plus haute énergie à partir de molécules plus simples.

Les animaux mangent les plantes et en tirent de l’énergie en décomposant ces molécules complexes en molécules plus simples – un processus descendant qui à son tour alimente leur capacité à construire leur corps à mesure qu’ils grandissent – un processus ascendant.

Certains animaux mangent d’autres animaux pour obtenir leur énergie en décomposant les molécules complexes de leur corps, etc.

Avec suffisamment de temps, sans aucune intervention Divine, le soleil et la terre atteindraient la même température, et donc presque toute la vie sur terre n’aurait plus d’énergie pour fonctionner.

L’énergie existerait toujours, elle n’aurait pas été perdue, c’est juste qu’elle ne serait tout simplement plus disponible pour le travail.

Donc, si un processus au sein d’un système a tendance à augmenter l’entropie du système, en quelque sorte il augmente son désordre globale, et rend l’énergie du système moins disponible pour le travail.

La tendance des choses à se diriger vers l’équilibre thermodynamique est aussi une tendance pour elles à augmenter leur entropie.

Soit dit en passant, quand vous entendez une référence à” d’autres univers, c’est un peu un trompeur.

Le mot univers a toujours été destiné à décrire tout ce qui existe.

Que l’univers existe sous plusieurs formes, comme dans certaines des idées les plus bizarres du «multivers», ou que nous puissions le voir en entier ou non est hors-sujet.

Comment l’univers a t’il pu être réglé de la sorte ?

Pour la définition de la deuxième loi ici, “l’univers» signifie toute la matière et l’énergie.

Par définition, un système plus son environnement sera toujours l’univers entie. Donc l’équation ci-dessus se résume à ceci, à savoir que pour tout processus réel: l’entropie totale dans l’univers augmentera toujours. Elle ne diminuera jamais, en l’absence de tout acte ou miracle surnaturel.

Tous les processus imaginables «brouillent» l’univers en continu, le font tirer vers sa fin, et utilisent l’énergie disponible pour le travail. C’est pourquoi il a eu un commencement, autrement il aurait atteint l’équilibre et l’absence d’énergie disponible pour le travail.

Alors, comment en est-il arrivé à cela? Il n’a aucun moyen de se remonter ou se régler par des processus naturels.

Tous les processus naturels le ralentissent – augmentent son entropie – encore plus. Même un être hypothétique extrêmement puissant, si cet être faisait partie de l’univers (comme les dieux de certaines religions orientales), ne pourrait pas le régler (réduire son entropie totale) «de l’intérieur».

La réponse évidente est, une fois de plus, qu’il est arrivé dans cet état de départ (de faible entropie) via les actions d’un Créateur super-puissant qui était plus grand que l’univers – «en dehors de lui», mais capable d’agir à l’intérieur et sur lui.

Un tel être qui a créé l’univers dans cet état serait probablement aussi intéressé par son destin, et aussi assez puissant pour influencer ce destin aussi.

Tout cela correspond très bien à la description biblique du Dieu personnel infini d’Abraham, Isaac et Jacob; celui qui, selon les mots de la vieille chanson, a « le monde entier entre ses mains».

Il ne s’accorde pas avec le dieu quasi mystique de la variété la plus courante des évolutionnistes théistes. Un tel dieu n’est pas du tout semblable au Dieu créateur de miracles de la Genèse et aux Evangiles du Nouveau Testament.

Beaucoup plus comme le dieu amorphe de certaines religions panthéistes orientales. Un tel dieu se limite à devoir s’asseoir et attendre que des processus naturels entraînent soi-disant la création sur des milliards d’années.

L’idée de l’univers oscillant

Certains matérialistes tentent de contourner l’idée que l’univers a un début et évitent ainsi toute idée de l’implication désagréable (pour eux) d’un Créateur en disant qu’il pourrait y avoir un cycle de «big bangs» suivi de «gros craquements».

Ils signifient que finalement l’expansion de l’univers s’arrêtera et s’inversera, se terminant par un «grand coup dur» qui alimentera un autre big bang, dans un cycle sans fin. Mais la deuxième loi l’interdit.

  • Premièrement, même si l’univers avait suffisamment de gravité pour s’effondrer, il n’existe pas de physique connue pour lui permettre de rebondir plutôt que de simplement «éclabousser» de façon permanente.
  • Deuxièmement, l’augmentation de l’entropie augmenterait chaque cycle hypothétique, donc en reculant, il y aurait des cycles de plus en plus petits qui nécessiteraient éventuellement un début. Ainsi, même un univers oscillant, s’il était physiquement possible, indiquerait toujours un début.

Le soi-disant multivers

Une autre tentative d’échapper à la réalité est de postuler qu’il existe de nombreux «univers», chacun avec son propre ensemble différent de lois de la physique. Certains de ces univers sont en train de naître dans leur propre «big bang» tandis que d’autres sont censés mourir dans ce «multivers», qui peut lui-même être revendiqué comme éternel.

Pouvoir postuler de telles choses de cette manière ad hoc est également utile aux athées confrontés à l’incroyable réglage aiguisé de tant de choses qui permettent la vie dans cet univers en premier lieu.

Lire l’article : La complexité et la finesse du réglage de l’univers – créationnisme

Les multiples réglages de l’univers

Cette étonnante aptitude à la vie ne se réfère pas seulement au fait que la planète Terre est juste au bon endroit dans le système solaire et à son tour la galaxie de la voie lactée pour permettre la vie.

Cela va jusqu’au réglage fin des lois de la physique elles-mêmes qui, si elles étaient un iota différentes dans tant de domaines, ne permettraient pas la vie. Donc, pour échapper à cette preuve accablante d’un Créateur, ils affirment qu’il se trouve que, sur tous ces nombreux univers hypothétiques avec un certain nombre de lois scientifiques différentes, l’un d’eux avait les bonnes lois pour permettre à la vie d’évoluer, ou bien nous n’aurions pas été là pour le savoir.

En réalité si une personne gagne ne serait ce que 2 fois au loto de suite, nous en venons rapidement à la conclusion qu’il y a eu une fraude, car une telle réussite est hautement improbable.

La haute improbabiblité du réglage fin de l’univers démontre qu’il y a eu une intelligence créatrice.

Bien sûr, il devrait être évident qu’une hypothèse (des univers multiples) aussi pratique sort du cadre de la science. L’univers est, par définition, tout ce qui est, que nous puissions tout voir ou non. La terminologie est donc trompeuse, en premier lieu.

En fait, les hypothèses très fondamentales de la science, qui ont rendu possible toute l’entreprise en premier lieu, incluent le fait que les lois sont les mêmes partout et ne peuvent pas être arbitrairement supposées varier dans une partie non observée (et non observable) de la réalité … juste parce qu’on n’aime pas leurs implications.

La mort thermique de l’univers

L’implication incontestable de la deuxième loi est que si les processus naturels restent ininterrompus, l’univers doit finalement atteindre ce qu’on appelle la «mort thermique de l’univers».

C’est une condition où toute l’énergie de l’univers disponible pour le travail a été définitivement perdue en atteignant l’état le plus indisponible, diffusé sous forme de chaleur dans tout l’univers. L’univers serait à la même température partout.

Ainsi, tout serait complètement mort. Toutes les étoiles seraient éteintes. Leur énergie n’aurait pas disparu mais se serait dissipée également dans tout l’univers. Tous les produits chimiques «seraient entièrement dégradés et toute décroissance atomique aurait suivi son cours.

Dans un tel état, aucune machine, qu’elle soit biologique (organismes vivants), mécanique ou nucléaire, ne pourrait plus fonctionner.

Cet état final, d’un univers froid et mort, est, si on veut, le «grand et glorieux espoir» de l’évolutionniste / matérialiste. C’est la merveilleuse destinée pour ceux qui font confiance aux processus naturels et qui auraient construit l’univers et toutes les formes de vie.

On pourrait l’appeler la destination finale du long voyage du naturalisme.

La deuxième loi et la Bible

En pleine cohérence avec cette «vue d’ensemble» universelle, Hébreux 1: 10-12, citant le Psaume 102, dit

Et encore: Toi, Seigneur, tu as au commencement fondé la terre, Et les cieux sont l’ouvrage de tes mains;

Ils périront, mais tu subsistes; Ils vieilliront tous comme un vêtement,

Tu les rouleras comme un manteau et ils seront changés; Mais toi, tu restes le même, Et tes années ne finiront point.

Ainsi, la Bible affirme que tout (ciel et terre – la manière biblique cohérente de dire l’univers entier) – s’use, comme un vêtement qui s’use avec le temps et qui doit être changé et renouvelé.

C’est ainsi que Dieu interviendra pour fabriquer un nouveau «vêtement» – un nouveau ciel physique et une nouvelle terre, comme l’indique l’Écriture.

Par conséquent, plutôt que cette descente de l’univers qui nous porte au désespoir, pour le chrétien, c’est la confirmation de la «grande image» de la Bible. La Bible est totalement d’accord, voire précise, la direction dans laquelle le «train de la nature» se dirige.

Mais cela indique également qu’il n’atteindra jamais cette destination. Et nous avons déjà vu comment cette loi autrement déprimante donne la certitude qu’il existe un Dieu plus que capable d’interférer avec ce voyage.

Pas seulement la Bible, mais la déduction de cette loi de la science, comme on le voit, montre qu’il est suffisamment puissant pour garantir qu’une destination aussi sombre, au moins pour ceux qui «renaissent» par son esprit, ne sera jamais atteinte.

Le Monde avant le Péché d’Adam et Eve était il sans mort ni Opens in a new tab.douleur ?

La Genèse nous dit que l’une des raisons pour lesquelles Adam et Eve ont été chassés du Jardin d’Eden était pour qu’ils ne mangent pas de l’Arbre de Vie et ne vivent pas pour toujours (Genèse 3:22).

Peut-être que les ingrédients contenus dans cet arbre impliquaient l’un des mécanismes compensatoires utilisés avant la chute. Nous ne le savons pas, mais il est intéressant de noter que l’Arbre de Vie réapparaîtra dans la nouvelle création, et ses feuilles seront “pour la guérison des nations” (Apocalypse 22: 2).

La Deuxième Loi en tant que telle aurait été en vigueur avant la Chute, mais la Malédiction représentait un retrait d’une partie de la puissance de soutien de Dieu, qui jusqu’à présent avait empêché les résultats de ce processus tels que la mort, la maladie, etc.

Il est incroyable de constater que la description du Dieu biblique comme étant “éternel” “immatériel” “non-spatial” correspond à merveille à l’agent créateur de l’univers que nous déduisons purement de la science.

En effet le créateur de l’univers ne peut faire partie de l’univers, autrement il serait soumis à ses lois, notamment à la 2LT.

Aussi le principe de la régression infinie indique que soit l’univers, soit le créateur est éternel. Autrement on se demanderait infiniement qui est celui qui a créé celui qui a crée et ainsi de suite. Nous savons comme déjà mentionné que l’univers a eu un commencement et qu’il n’est donc pas éternel. Il reste donc l’hypothèse du créateur, qui se doit d’être en dehors du “système”, ce que la Bible nous révélait avant toute étude approfondie de l’univers.

Soutenir le Ministère de “Qu’est ce que la Vérité ?”

Le processus de l’évolution face à la 2ème loi

Le processus hypothétique de l’évolution du microbe à l’homme, s’il était possible, ne violerait pas la deuxième loi, du moins pas de la manière dont les créationnistes le soutiennent parfois.

La deuxième loi n’interdit pas plus à des groupes d’organismes de devenir plus complexes au fil du temps qu’elle n’interdit qu’une graine se transforme en plante – cela peut arriver, tant que le reste de l’univers devient désordonné proportionnellement.

Une réponse courante des évolutionnistes est de dire que la deuxième loi n’interdit strictement pas la croissance de la complexité que si elle se trouve dans des systèmes isolés (vrai). La terre est un système ouvert, elle est ouverte à l’énergie du soleil (également vrai).

Pour avoir une croissance de complexité, avoir un système non isolé – avec de l’énergie entrant – ne suffit pas. Il doit y avoir un mécanisme adéquat pour forcer même un système ouvert à abaisser son entropie, pour devenir plus ordonné.

Sans cela, même dans les systèmes ouverts (qui sont de toute façon presque tous les systèmes réels), la tendance naturelle est que l’ordre devienne naturellement et spontanément un désordre. Pas l’inverse.

Donc, quand un évolutionniste dit: “Il n’y a aucun problème à faire surgir l’ordre dans un système ouvert à l’énergie du soleil”, il a raison de dire que la 2LT n’interdit pas que l’ordre surgisse dans un système aussi ouvert.

Mais il a tort de laisser entendre qu’il n’y a aucun problème à régler. Parce que les principes de la 2LT signifient que l’énergie brute, non dirigée et non exploitée qui se déverse dans un système ouvert n’entraîne pas une augmentation de l’ordre, elle fait tout le contraire comme le taureau proverbial dans un magasin de porcelaine, elle provoque toujours une augmentation du désordre.

Pensez à une brindille fraîchement cassée d’un olivier. Mettez-la dans le sol, et l’énergie du soleil sur cette brindille pourrait bien provoquer la germination des feuilles et, éventuellement, un nouvel arbre – une croissance en complexité et en ordre.

Mais c’est à cause de la machinerie hautement spécifique, complexe et programmée qu’elle contient. Néanmoins si cette brindille est déjà morte, c’est-à-dire si ses machines programmées sont déjà en panne, l’énergie solaire déversée sur cette brindille morte ne fera qu’accélérer son déclin; elle sera émiettée et détruite par les intempéries, puis se désintégrera beaucoup plus rapidement que si elle avait été conservé à l’ombre.

Les programmes qui caractérisent les êtres vivants, qui nous éloignent temporairement de l’équilibre thermodynamique, peuvent facilement être considérés comme les marques d’une intelligence de conception originale à l’œuvre chez nos premiers ancêtres.

Comme l’écrivait le célèbre physicien évolutionniste et exobiologiste Paul Davies dans The Guardian « la vie n’est pas tant une question de matières premières que de programmation ». Il a dit :

La plupart des fonctionnements de la cellule sont mieux décrits non pas en termes de matériel – mais comme information ou logiciel.

Et bien sûr, dans toute l’expérience réelle de l’humanité, les programmes ne s’écrivent jamais sans une intelligence originale. On peut programmer un ordinateur pour programmer un autre ordinateur et ainsi de suite, mais le premier programme de cette chaîne doit provenir d’un esprit, d’une intelligence.

Les êtres vivants transmettant leur programmation à leurs descendants peuvent être considérés comme une telle chaîne – qui renvoie directement à la Genèse, lorsque Dieu a programmé les informations de l’ADN de ces premiers groupes d’organismes.

Ceux-ci ont alors pu programmer leurs descendants et à leur tour transmettre le programme. Tout cela doit être le cas, à moins bien sûr que les informations ne soient apparues par elles-mêmes en premier lieu, puis progressivement augmentées par des processus naturels – ce qui est bien sûr ce que l’évolution enseigne.

La croyance évolutionnaire doit expliquer, sans sélection, l’origine d’une machine biologique capable de se reproduire, exploitant à la fois les matières premières et les sources d’énergie de l’environnement.

Une telle machine biologique doit déjà être substantiellement – on pourrait presque dire horriblement – complexe. D’où venaient les informations pour programmer ses machines, si vitales pour les éloigner continuellement de l’équilibre thermodynamique? Comme Davies ailleurs, dans un contexte similaire, l’a concédé:

Il n’y a pas de loi connue de la physique capable de créer des informations à partir de rien2.

Ce sont les informations génétiques qui permettent aux organismes de se former, sans elles, la 2LT empêcherait toute forme de vie. L’univers lui même peut il expliquer la programmation de ces informations génétiques ? Il ne peut en réalité ni expliquer les informations génétiques de la première vie ni l’ajout d’informations génétiques qui serait nécessaire pour faire évoluer cette première vie en des organismes plus complexes.

Le problème principal de la théorie générale de l’évolution réside donc dans la programmation de ces informations génétiques. Sans elles la vie est impossible. Et nous savons que la 2LT dégrade les informations de manière inéxorable. Il a vraiment fallu que Dieu, hors de l’univers, les ait programmées. De l’intérieur du système, et sans intelligence qui plus est, il est véritablement impossible d’obtenir ces informations.

Le célèbre théoricien de l’information Hubert Yockey a déclaré:

L’origine de la vie par hasard dans une soupe primitive est impossible en probabilité de la même manière qu’une machine à mouvement perpétuel l’est en probabilité. Les très faibles probabilités calculées dans ce chapitre ne découragent pas les vrais croyants… [cependant] une personne pratique doit conclure que la vie n’est pas arrivée par hasard3.

Ainsi, même si, à proprement parler, la deuxième loi n’interdit pas l’évolution des «produits chimiques à la première vie», les principes des changements descendants, de probabilité, etc., qui donnent lieu à l’expression formelle connue sous le nom de la 2LT, parlent certainement avec force contre la probabilité qu’un tel produit chimique soit apparu.

Et sans intelligence (fonctionnant directement ou transmise via la programmation), plus il y a de temps disponible, plus il devient certain que les tendances naturelles au désordre l’emporteront.

Les molécules complexes sont beaucoup plus susceptibles de se décomposer en simples que l’inverse. Comme pour nos tout premiers exemples, le désordre est beaucoup plus probable que l’ordre. Et de légères fluctuations dans la «bonne direction», sans aucun mécanisme pour les piéger ou les guider, vont être submergées – submergées par l’énorme tendance à l’ordre inférieur, à la dégradation.

Mais en raison des principes de la deuxième loi dont nous avons discuté, il faut toujours un mécanisme adéquat pour surmonter la tendance naturelle à ce que les choses deviennent désordonnées. C’est comme la graine qui a besoin de mécanismes fonctionnels pour se développer, sinon elle ne fera que se détériorer.

La question demeure donc: les mutations génétiques et la sélection naturelle sont-elles des mécanismes adéquats ? Je pense que les créationnistes ont montré qu’ils sont inadéquats.

La Sélection Naturelle et les Mutations Génétiques sont ils « Moteurs de l’Evolution » ?

En réalité ce que nous déduisons de la biologie et de la génétique, c’est que tout comme l’univers est survenu avec une faible entropie, le monde du vivant est lui aussi survenu dans un état de perfection. Et depuis la 2LT accomplit son travail de dégradation.

Partout dans l’univers la flèche du temps amène toutes choses à la dégradation, dans un sens descendant (contrairement à l’évolution qui soutient un processus ascendant). Et comme nous allons le voir avec le concept de l’entropie génétique il n’y a aucune chance que des espèces aient été là durant des millions d’années, les informations du code génétique ne pouvant demeurer viables aussi longtemps.

C’est ainsi qu’apparaissent les divers embranchements du vivant dans le registre fossile – déjà complexe et optimisé – et sans formes primitives ou transitoires. Et ensuite il y a des variations mineures (descendantes, spécifiantes) au sein des mêmes genres d’organisme (éléphant, mammouth…).

Lire l’article : Le Registre Fossile Interprété par les Créationnistes

L’entropie génétique

Les connaissances modernes montrent que la vitesse à laquelle le désordre s’accumule dans le génome humain et celui d’autres organismes complexes est en fait alarmante.

L’accumulation est beaucoup plus rapide que ce que l’on pensait jusqu’à présent. Et, comme le généticien de Cornell John Sanford, un pionnier du génie génétique, l’a souligné et soutenu par une modélisation sophistiquée de superordinateurs, la sélection naturelle ne peut pas les supprimer assez rapidement.

Si l’humanité n’avait que 100 000 ans, nos génomes auraient dû depuis longtemps atteindre une “catastrophe d’erreur”, entraînant l’extinction. Le terme d’«entropie génétique» est utilisé pour décrire ce phénomène de dégradation, soulignant son lien avec les principes de la 2LT.

En bref, à la fois au sein des individus et des populations entières, y compris l’humanité, les faits observés sur la décomposition génomique par des erreurs aléatoires (mutations) sont tout à fait cohérents avec la tendance naturelle globale au désordre, cohérente avec une création originale suivie de la Chute.

L’entropie, le modèle biblique et le modèle évolutif

On peut en fait dire, avec beaucoup de justification, que tout ce scénario du big-bang à nous est en totale contradiction avec la deuxième loi de la thermodynamique. La deuxième loi semble décrire un univers très différent de celui de l’évolution.

La raison en est que la 2LT décrit l’univers réel. Dans ce monde réel, comme nous l’avons vu, c’est le désordre de l’univers entier qui ne cesse d’augmenter. Les processus naturels entraînent le cosmos dans le chaos, et non l’inverse.

Ils se dirigent vers le mouvement chaotique incessant de molécules, toutes à la même température, dans cet état final prédit, la mort thermique ultime de l’univers. Il l’atteindrait également, à moins que, comme nous le savons, celui qui l’a réglé à l’origine va intervenir pour le restaurer / le renouveler / et remplacer ce cosmos.

En fait, la triste image que la Seconde Loi brosse est, pour le chrétien, en fait une image d’espoir.

Parce qu’en confirmant la faillite de toute la «grande image» évolutive, la Deuxième Loi affirme en fait le scénario biblique d’un univers qui nécessitait un Créateur tout-puissant pour générer sa complexité en premier lieu.

Et ce faisant, cela permet de confirmer la précision totale de la Bible, qui décrit cette «usure» universelle, via l’une des lois scientifiques les plus puissantes et les plus fondamentales qui existent.

Cela aide également à confirmer les promesses que Dieu nous a faite dans les Écritures. Nous savons que, grâce au sacrifice de «Jésus-Christ, Dieu le Fils, la création va être libérée de sa « servitude à la corruption » actuelle (Romains 8:21) .

C’est l’état dans lequel le péché l’a amené à être plongé, encensé par l’application sans restriction et sans compensation de ces principes de la Deuxième Loi.

Ceux-ci incluent l’inévitabilité de la mort physique – alors que les processus chimiques dans notre corps tendent vers l’équilibre thermodynamique, les effets sont retenus pendant une courte période par les machines complexes, conçues et programmées de la vie.

Dans le cadre de cette libération, la création sera amenée dans ce que la Bible appelle la liberté et la gloire des enfants de Dieu (Romains 8:21).

Cela se réfère au temps à venir où toutes choses seront restaurées (Actes 3:21). Les choses seront restaurées en un paradis sans péché et sans mort, comme avant la Chute – un nouveau ciel et une nouvelle terre (Ésaïe 66:22, 2 Pierre 3:13, Apocalypse 21: 1)

La déclaration du Dr Sanford semble être un moyen approprié de terminer ce travail. Se référant à Dieu, il a écrit:

Il a créé le ciel et la terre en premier lieu, afin de pouvoir créer un nouveau ciel et une nouvelle terre à l’avenir. … Je crois que cette espérance est inébranlable, parce que je crois qu’elle est fondée sur Celui qui est éternel.

C’est un espoir qui a résisté aux attaques du temps et à la corruption de la religion. C’est un espoir librement donné à quiconque le recevra aujourd’hui. Je vous propose humblement ce paradigme alternatif: Jésus est notre seul véritable espoir

2 Corinthiens 4 : 18

Et nous ne portons pas notre attention sur les choses visibles, mais sur les réalités encore invisibles. Car les réalités visibles ne durent qu’un temps, mais les invisibles demeureront éternellement.

Soutenir le Ministère de “Qu’est ce que la Vérité ?”

Lire d’autres articles :

Références :

  1. Nature 430:971, 26 August 2004; doi:10.1038/430971a.
  2. New Scientist, 163 (2204):27–30, 18 September 1999.
  3. Yockey, H., Information Theory and Molecular Biology, Cambridge University Press, p. 257.

Anthony ETHEVE

Passionné et étudiant converti à la Bible, Anthony partage le fruit de ces centaines d'heures de recherche afin d'aider les chrétiens et notamment les nouveaux appelés à comprendre les thèmes bibliques et le débat création/évolution.

Recent Content