| |

La première vie a t-elle évolué dans l’eau? Et s’est-elle ensuite développée sur terre?

Partager l’article

Selon le scénario évolutif, la première vie sur terre aurait commencé dans l’eau, dans une sorte de soupe primitive. Ce scénario est contredit par de nombreuses preuves comme déjà développé sur ce site. En contraste le scénario biblique indique que non seulement la première vie n’a pas commencé dans l’eau mais sur terre. De plus elle n’a pas évolué mais a été créée surnaturellement.

La complexité irréductible: une réalité coriace pour le passage aquatique à terrestre!

Selon le scénario évolutif, la vie sur terre aurait été possible via l’évolution d’une espèce aquatique en espèce terrestre. Mais le défi à relever est hors de portée du hasard et hors de portée du gradualisme. En effet comme développé dans le cas de la baleine, pour cette fois-ci un passage terrestre à marin (car selon l’évolution, certaines créatures terrestres sont reparties dans l’eau pour produire finalement les cétacés), les changements nécessaires sont nombreux et conséquents et ils doivent apparaître simultanément pour produire un organisme viable.

Les étapes transitionnelles non fonctionnelles ne peuvent survivre. Soit la voiture contient toutes les pièces et peut rouler soit il lui en manque une poignée et elle ne peut pas rouler. Les ingénieurs, mécaniciens, docteurs et autres qui travaillent sur des systèmes complexes diront tous (probablement) que quelques pièces manquantes suffisent à rendre non fonctionnelle une machine ou un organisme. Il en est de même des développeurs en informatique qui reconnaîtront que quelques erreurs dans le code suffisent à faire crasher le programme (à combien plus forte raison cela est vrai pour le code génétique – voir le cas de l’hémophilie).

Affichage de l’anatomie de la grenouille au NMH Washington DC, États-Unis.

  1. Oreillette droite
  2. Foie
  3. Aorte
  4. Masse d’œufs
  5. Côlon
  6. Oreillette gauche
  7. Ventricule
  8. Estomac
  9. Poumon gauche
  10. Rate
  11. Intestin grêle
  12. Cloaque

Le poids et la structure squelettique

Parmi les innombrables problèmes qui existent dans le passage d’une espèce aquatique à terrestre se trouve la Poussée d’Archimède.

Bible, Prophétie, Archéologie et Science

Découvrez les études thématiques de QQLV (pdf ou version imprimée) et des contenus édifiants afin d’explorer le modèle biblique, de renforcer votre foi et de découvrir la magnificence du Créateur et ses plans pour l’humanité!

« Tout corps plongé dans un fluide au repos, entièrement mouillé par celui-ci ou traversant sa surface libre, subit une force verticale, dirigée de bas en haut et égale (et opposée) au poids du volume de fluide déplacé. Cette force est appelée poussée d’Archimède. Elle s’applique au centre de masse du fluide déplacé, appelé centre de poussée. »

Dans l’air, la marche nécessite à la fois une méthode de propulsion et une méthode pour que la créature puisse se tenir. L’absence de ces caractéristiques est moins problématique dans l’eau en raison de la flottabilité naturelle de la plupart des organismes aquatiques.

Si un organisme marin souhaite aller sur terre, il doit maintenant supporter son propre poids, cela nécessite beaucoup plus d’énergie et un squelette et des muscles bien plus robustes.

Le système respiratoire et la différence de peau

Si les amphibiens avaient évolué à partir de poissons, nous pourrions supposer qu’au niveau structurelle, la peau d’une grenouille soit similaire à celle d’un poisson. Mais les deux types de peau sont radicalement différents à bien des égards.

Les grenouilles utilisent des structures sophistiquées telles que les mitochondries et des systèmes de transport d’ions actifs bien conçus dans leur peau que les poissons n’ont tout simplement pas. De son côté, la peau de poisson est complètement ancrée à l’os d’une manière élégante, en utilisant des feuilles de fibres de collagène disposées en hélice pour permettre une nage rapide.

Les grenouilles respirent principalement par la peau, mais elles ont aussi des poumons, alors que la plupart des poissons ne respirent que par les branchies.

Alors qu’un organisme marin obtient son oxygène depuis l’eau, les organismes terrestres l’obtiennent depuis l’air. Il faut donc développer un nouveau système d’oxygénation pour l’organisme qui se déplace dans l’air. Ces changements ne peuvent pas attendre d’arriver sur terre pour se produire.

Les fluctuations de température

La température varie peu dans l’océan alors qu’elle peut varier énormément sur terre au cours d’une journée. Les organismes terrestres sont dotés de systèmes spéciaux pour gérer ces variations. L’organisme marin qui serait parvenu sur terre aurait nécessité de développer ces systèmes de régulation complexe pour survivre.

Même par temps glacial, notre corps surchauffe parfois. Le système de refroidissement du corps prend alors le relais. Des gouttes de transpiration s’écoulent de millions de minuscules glandes sudoripares de la peau. C’est un moyen majeur par lequel notre système de refroidissement maintient notre température basse. Le corps humain possède un thermostat automatique qui s’occupe à la fois de nos systèmes de chauffage et de refroidissement, en maintenant la température corporelle à environ 37 °C .

Les poissons sont des animaux à sang froid ce qui signifie qu’ils ne peuvent pas contrôler leur température corporelle. Au lieu de cela, ils dépendent de la température de leur environnement pour réguler leur métabolisme et leurs niveaux d’activité.

Le temps et le hasard peuvent-ils produire tous les miracles?

Les livres et les documentaires enseignant l’évolution donnent toujours l’impression que la vie peut surgir de manière assez simple. Une soupe chimique, un peu d’électricité et le tour est joué. Mais tout n’est pas aussi simple quand on regarde la complexité de la moindre cellule et de manière générale la complexité de l’univers. Le temps et les explosions ne produisent pas d’ordre. Ajouter des millions d’années pour permettre la complexité du vivant revient à multiplier autant de millions par le multiple 0. À la fin on obtient toujours zéro!

La clé de la vie n’est pas le temps et la chance mais l’ingénierie et la sagesse du Créateur.

Hébreux 11 : 3

 C’est par la foi que nous reconnaissons que le monde a été formé par la parole de Dieu, en sorte que ce qu’on voit n’a pas été fait de choses visibles.

Conclusion

De nombreux autres problèmes de fonctionnalité biologique existent comme le problème d’évaporation, la gestion des déchets organiques, le système reproducteur etc… La difficulté majeure est que tous ces changements indépendants, nombreux et précis devaient être en place dans l’eau, avant même que l’organisme ne s’aventure sur terre.

Mais en fait l’ordre général que l’on voit dans la colonne géologique avec une progression marine vers terrestre n’est pas le fruit de l’évolution mais de l’ordre d’enfouissement général du déluge qui a commencé dans les océans avant de progresser sur terre et d’emporter les groupes de créatures les uns après les autres (et parfois les uns en même temps que les autres).

Inscrivez-vous pour accéder à la bibliothèque en ligne de QQLV!

Accédez à toute la Bibliothèque et à une barre de recherche qui mènent à du contenu biblique fascinant sous formes d’articles et de podcasts sur les trois thèmes que sont la science, l’archéologie et la théologie.

De nouveaux contenus sont ajoutés régulièrement ce qui vous permet de suivre l’actualité scientifique, archéologique et prophétique en lien avec la Parole de Dieu mais aussi d’approfondir ou de revoir certaines doctrines bibliques!

Recevez du contenu par email

Recevez régulièrement du contenu biblique, archéologique et scientifique dans votre boîte mail!

Voir la politique de confidentialité

Vous aurez l’occasion de vous désabonner à tout moment à l’aide d’un lien dans les emails!