Noé pouvait il manger tous les types de viandes après le déluge ?


Lévitique 11 : 3

Mais vous ne mangerez pas de ceux qui ruminent seulement, ou qui ont la corne fendue seulement.


Genèse 9 : 3

Tout ce qui se meut et qui a vie vous servira de nourriture: je vous donne tout cela comme l’herbe verte.

La question du régime alimentaire de l’homme après le déluge est d’autant plus intéressante que Dieu avait originellement prescrit à Adam un régime végétarien.

Genèse 1 : 29-30

Et Dieu dit: Voici, je vous donne toute herbe portant de la semence et qui est à la surface de toute la terre, et tout arbre ayant en lui du fruit d’arbre et portant de la semence: ce sera votre nourriture.

Ce régime végétarien était logique à la base car la mort n’existait pas dans le Jardin d’Eden. C’est après le péché qu’elle commença à frapper.

Pour démêler ce nœud qu’est cette contradiction apparente, il faut s’aider d’autres versets et appliquer la logique des écritures.

Déjà d’une, l’idée selon laquelle les lois de Dieu ne se sont appliquées qu’après que Moïse ait reçu la loi doit être corrigée. Dès le début nous voyons Abel offrir un sacrifice plus plaisant que celui de Caïn.

Il fallait en effet verset du sang pour qu’un sacrifice soit valide (voir Hébreux 9 : 22Opens in a new tab.), ce qui n’était pas le cas des fruits de Caïn.

Noé, quant à lui, n’était pas dans l’ignorance de la doctrine sur les animaux purs et des animaux impurs. Les versets suivants en témoignent quand Dieu lui demande, avant le déluge, de prendre des animaux des deux types.

Genèse 7 : 2

Tu prendras auprès de toi sept couples de tous les animaux purs, le mâle et sa femelle; une paire des animaux qui ne sont pas purs, le mâle et sa femelle;


Genesis 8 : 20

Noé bâtit un autel à l’Éternel; il prit de toutes les bêtes pures et de tous les oiseaux purs, et il offrit des holocaustes sur l’autel.

Est ce que les hommes mangeaient de la viande avant le déluge ? Peut être mais si ce fut le cas, cela était contraire aux indications divines. Dieu demanda même à Noé de ne pas manger les animaux emportés sur l’Arche.

Genèse 6 : 19-21

De tout ce qui vit, de toute chair, tu feras entrer dans l’arche deux de chaque espèce, pour les conserver en vie avec toi: il y aura un mâle et une femelle.

Des oiseaux selon leur espèce, du bétail selon son espèce, et de tous les reptiles de la terre selon leur espèce, deux de chaque espèce viendront vers toi, pour que tu leur conserves la vie.

Et toi, prends de tous les aliments que l’on mange, et fais-en une provision auprès de toi, afin qu’ils te servent de nourriture ainsi qu’à eux.

Le fait que Dieu « autorise » Noé à mangé après le déluge indique un nouvel ordre.

Comment cela s’explique t’il ? Les règles du Jardin d’Eden pouvaient elles encore s’appliquer ? Visiblement non.

La Terre était dévastée, et plus que ça, elle n’avait plus les mêmes caractéristiques qu’avant, peut être alors fallait il adapter le régime alimentaire.

Aussi la relation entre hommes et animaux semble devenir hostile à ce moment ci, car Dieu indique à Noé et ses fils que les animaux sont livrés entre leurs mains.

Genèse 9 : 2

Vous serez un sujet de crainte et d’effroi pour tout animal de la terre, pour tout oiseau du ciel, pour tout ce qui se meut sur la terre, et pour tous les poissons de la mer: ils sont livrés entre vos mains.

Quelque soit les raisons qui expliquent ce nouveau régime, il apparaît qu’après le déluge les choses changent.

Par contre pourquoi Dieu indiquerait il à Moïse qu’il ne faut pas manger les animaux impurs s’il avait des siècles auparavant autorisé Noé à tout manger ? Car entre Noé et Moïse il n’y a pas d’évènements majeurs qui puissent à nouveau justifier un nouveau mode de fonctionnement.

Nous avions vu que Noé était bien au courant de la doctrine des animaux purs et impurs car il offre à l’Eternel un sacrifice composé d’animaux purs (genèse 8 : 20Opens in a new tab.). Dieu demanda à Noé de prendre 7 pairs d’animaux purs et 2 pairs d’animaux impurs.

Le fait qu’il fallait amener plus d’animaux purs qu’impurs donne une indication nette : à savoir qu’il fallait davantage d’animaux purs (que l’on peut manger et sacrifier) que d’impurs.

Cela représente déjà un indice qui indiquerait que l’intention de l’Eternel dans genèse 9 : 3 n’était pas de tout autoriser. En effet quand Dieu indique à Adam qu’il peut manger tout type de végétation et de fruits, il ne précise pas d’éviter toutes sortes de plantes ou champignons dangereux.

Si cela va de soi, la même logique peut être appliquée quand l’Eternel déclare à Noé et ses fils qu’ils peuvent manger de tout.

D’ailleurs si cette contradiction en était une, c’est à dire que Noé et ses descendants avaient le droit de manger des animaux impurs, contrairement à Moïse et les siens, le texte de la genèse aurait rapporté des faits de consommation d’animaux impurs.

Or nous assistons à plusieurs reprises à de la consommation d’animaux purs mais jamais d’animaux impurs, même parmi les prédécesseurs de Moïse.

Genèse 18 : 7-8

Et Abraham courut à son troupeau, prit un veau tendre et bon, et le donna à un serviteur, qui se hâta de l’apprêter. Il prit encore de la crème et du lait, avec le veau qu’on avait apprêté, et il les mit devant eux. Il se tint lui-même à leurs côtés, sous l’arbre. Et ils mangèrent.


Genèse 25 : 28

Isaac aimait Ésaü, parce qu’il mangeait du gibier; et Rebecca aimait Jacob.


Genèse 31 : 38

Voilà vingt ans que j’ai passés chez toi; tes brebis et tes chèvres n’ont point avorté, et je n’ai point mangé les béliers de ton troupeau.

Il n’y a pas d’exemple entre l’époque de Noé et celle d’Abraham, cet intervalle de temps étant traité rapidement, mais partant du fait que Noé sacrifiait des animaux purs et qu’Abraham consommait des animaux purs, il est pertinent de dire qu’il avait reçu le régime alimentaire via ses ancêtres.

Le verset en genèse 9:3 ne précise pas la notion pure/impure, cela ne signifie pas qu’elle n’entrait pas en jeu pour autant.

Noé savait déjà probablement qu’il ne pouvait pas manger les chauve-souris, rats et autres animaux impurs. La notion du sacrifice des animaux purs impliquait que les animaux qui pouvaient être mangés devaient être purs également.

C’est bel et bien l’ensemble des textes qui permet de retrouver la logique d’une doctrine. Un verset ne saurait être utilisé isolément pour contredire des dizaines de versets. Ces versets, au contraire, ensemble, peignent un tableau général, ils sont tous nécessaires pour bien interpréter les doctrines.

Contradiction suivante : Y aurait il une contradiction sur l’année de naissance de Jésus ?


Voir aussi l’article : La Bible souffre t’elle de contradictions ?Opens in a new tab.

Anthony ETHEVE

Passionné et étudiant converti à la Bible, Anthony partage le fruit de ces centaines d'heures de recherche afin d'aider les chrétiens et notamment les nouveaux appelés à comprendre les thèmes bibliques et le débat création/évolution.

Recent Content