Pourquoi Martin Luther a t’il enlevé 7 livres de la Bible ?


En réalité Martin Luther n’a pas enlevé de livres à la Bible. Il a remanié 7 livres dans une section distincte entre l’Ancien et le Nouveau Testament. Ces livres ont été placés entre les livres de l’Ancien Testament dans la traduction de la Bible latine qui était utilisée à son époque. Aujourd’hui, ils sont appelés les apocryphes ou les livres deutérocanoniques.

La raison en est que depuis les temps anciens, il y a eu deux versions de l’Ancien Testament. Le texte massorétique (MT), comme on l’appelle, a été préparé par des savants juifs et écrit en hébreu. La Septante (LXX) était une traduction en grec utilisée par les juifs de langue grecque. La Septante contenait ces 7 livres, mais ils n’étaient pas dans la Bible hébraïque.

Luther voulait traduire l’Ancien Testament de l’hébreu, qu’il considérait comme l’original. C’est pourquoi il n’a pas inclus ces 7 livres dans sa traduction de l’Ancien Testament. Il a ajouté la remarque: “Ces livres ne sont pas considérés comme égaux aux Écritures, mais sont utiles et bons à lire.

Il ne les a pas retirés de la Bible. Ils sont restés dans les Bibles protestantes (y compris la version anglaise King James) pendant des siècles, en tant que section distincte. Ils ont été supprimés au cours du 19ème siècle par la British Bible Society. Les Apocryphes avaient été critiqués par les théologiens et les croyants britanniques comme ne faisant pas partie des Écritures, et en 1825, la société décida de ne pas financer les bibles contenant les Apocryphes. Comme la British Bible Society finançait la publication de bibles dans plusieurs pays et langues, cela a forcé la section distincte des Apocryphes à sortir des bibles protestantes.

Pour savoir pourquoi ils l’ont fait, il faut étudier la «controverse des apocryphes» qui a été combattue dans la société de 1825-1826 et son contexte.

Vous pouvez toujours obtenir ces 7 livres. Vous pouvez les acheter séparément sous le titre des «Apocryphes», ou vous pouvez demander une «Bible avec les Apocryphes». Si vous obtenez une bible destinée aux lecteurs catholiques, vous la trouverez dans l’Ancien Testament comme dans la Septante.

Au XVIe siècle, Martin Luther a adopté la liste juive, mettant les livres deutérocanoniques en annexe. Il a également mis la lettre de Jacques, la lettre aux Hébreux, les lettres de Jean et le livre de l’Apocalypse du Nouveau Testament dans une annexe. Il l’a fait pour des raisons doctrinales, par exemple: 2 Maccabées 12: 43-46 soutiendrait la doctrine du purgatoire (ce qui n’est pas le cas), Hébreux soutient l’existence du sacerdoce et Jacques 2:24 soutient la doctrine catholique sur le mérite.

Plus tard, les luthériens ont suivi la liste de l’Ancien Testament de Luther et ont rejeté les livres deutérocanoniques, mais ils n’ont pas suivi son rejet des livres du Nouveau Testament.

Le fait est que Martin Luther n’a pas supprimé 7 livres de la Bible. Il a seulement remis en question la canonicité des livres qui ont fait l’objet de débats pendant des siècles et les a mis dans une section séparée. On peut toutefois reconnaître que sa postérité a fini par écarter ces livres.

Les livres apocryphes sont restés en annexe jusqu’en 1885, lorsque les protestants ont commencé à imprimer des bibles sans les apocryphes; laissant 66 livres incontestés, car les protestants pensaient qu’ils n’étaient pas inspirés de Dieu.

Bien que l’Église catholique ait inclus les livres contestés, ils les appellent «Deutérocanoniques», ce qui signifie que les livres sont sur un deuxième niveau du canon, ce qui est probablement ce que Luther pensait.

Luther était l’un des seuls penseurs critiques indépendants et neutres de son temps à s’opposer à la quasi-théocratie de l’Église catholique, qui le qualifiait d’hérésie sceptique (d’où la série de conflits entre lui et eux …) Cela l’a amené à découvrir qu’un certain ensemble d’écriture – les Apocryphes – ne faisait pas partie du canon de la Bible.

Voici un ensemble de raisons qui détaille la logique de Luther, ainsi que certaines découvertes plus récentes qui fonctionnent comme preuve moyenne pour soutenir son opinion finale : Les Apocryphes ne sont pas une partie canonique de la Parole de Dieu.

1.Les incohérences théologiques

Nous commencerons avec Jésus. La Bible dit clairement qu’il n’y a pas d’incohérences théologiques majeures parmi ses nombreux livres, et cela avec plus de 40 auteurs et des siècles de conglomération – ce qui est une affirmation magnifique et audacieuse.

La canonicité des Apocryphes créerait plusieurs problèmes de cohérence, ce qui reste à voir. En tout cas c’est ce que pense beaucoup de protestants.

2.Une parole de Jésus dans Luc 24 : 44

Jésus déclare ceci «Il faut que s’accomplisse tout ce qui est écrit de moi dans la Loi de Moïse, dans les prophètes, et dans les Psaumes.» Luc 24:44.

Alors que Jésus a souvent discuté avec les chefs religieux sur la signification des Écritures, il n’a jamais discuté de leur portée, et il n’y aurait aucune preuve pour soutenir l’idée que Jésus a considéré les Apocryphes.

Luc 24 : 44 fermerait la porte aux autres écrits.

3.Le talmud babylonien

Selon John Piper,

«Ces livres ont été appelés, en tant que groupe, les« Apocryphes », qui vient du grec apokryphos, qui signifie« caché »ou« secret »ou« obscur ». Ni à l’époque de Jésus ni dans la nôtre, le peuple juif ne considérait les Apocryphes comme ayant l’autorité des livres canoniques.

Par exemple, l’une des voix les plus influentes de la communauté juive, le Talmud babylonien (Yomah 9b), dit: «Après la mort de ces derniers prophètes Aggée, Zacharie et Malachie, le Saint-Esprit a quitté Israël

4.Les apocryphes considérés comme non canoniques par des historiens

Trois historiens anciens, dont Josèphe, Philon et Mgr Melito, ont tous convenu que les Apocryphes pouvaient être historiquement corrects, mais n’avaient pas l’autorité du reste de la Parole inspirée de Dieu.

On attribue beaucoup de crédit à ces trois éléments en raison de leur caractère opportun, allant de 37 à 150 après JC. En d’autres termes, nous avons trois sources non bibliques qui ont considéré les écrits apocryphes mais ne les ont pas considérés comme canoniques.

5.Le NT ne fait pas référence aux apocryphes

Le NT fait référence à la stricte et haute autorité de l’Ancien Testament plus de 295 fois, mais ne mentionne jamais une seule fois les Apocryphes (ou tout autre écrit, d’ailleurs) comme ayant cette même autorité divine.

Au lieu de cela, Paul n’a utilisé les Apocryphes que de la même manière qu’il a utilisé les mots d’auteurs païens – pour faire valoir un argument.

Paul déclara à Timothée que les «écrits sacrés» étaient les écrits que Timothée avait appris depuis son enfance, comme lui avait enseigné sa mère (2 Tim. 3:14), et nous savons que sa mère était une juive pieuse (Actes 16: 1) . «Par conséquent, il y a de bonnes raisons de croire qu’il avait été élevé comme un bon Juif avec la compréhension que le canon hébreu, et non les Apocryphes, était la parole inspirée et faisant autorité de Dieu.

Jésus a dit clairement que les prophètes criaient: «du sang d’Abel au sang de Zacharie». (Luc 11: 49…) Cela laisserait de côté tous les prophètes et écrivains des Apocryphes qui ont bien evidemment vécu et écrit bien après Zacharie le prophète.

Ce dernier point fait débat puisqu’on ne sait pas exactement de quel Zacharie il s’agit. En effet il n’y a pas de récits connus qui relatent le meurtre du prophète. Il pourrait donc s’agir d’un autre Zacharie, celui de 2 Chroniques 24 : 20-22, qui a vécu au 9ème siècle avant JC et qui correspond à la description de Jésus.

6.Le canon palestinien et le canon protestant

Des sources catholiques affirment également que le canon palestinien est constitué des mêmes livres (différant par la disposition et la numérotation des livres) que le canon protestant de l’OT se compose:

«Les livres protocanoniques de l’Ancien Testament correspondent à ceux de la Bible des Hébreux et de l’Ancien Testament tels que reçus par les protestants.» “… la Bible hébraïque, qui est devenue l’Ancien Testament du protestantisme1.”

Le canon protestant de l’Ancien Testament est le même que le canon palestinien2.

7.Objection catholique

Les catholiques soutiennent que puisque le Christ et le NT citent selon la LXX, nous devons accepter les livres que nous appelons les apocryphes.

Cependant, cela suppose que la Septante était un corps uniforme de textes à l’époque du Christ qui contenait tous les livres apocryphes à cette époque, mais pour lesquels il y a peu de preuve historique. Les premiers manuscrits grecs existants qui contiennent certains d’entre eux datent du 4ème siècle et sont censés y avoir été placés par des chrétiens.

La LXX, a la base, n’était que le pentateuque grec, traduit de l’hébreu en 280 av.J-C. Non seulement les apocryphes n’en faisaient pas parti mais même les autres livres de l’AT ont nécessité un siècle ou deux de plus pour être inclus dans les écritures grecques. Il ne faut donc pas rejeter la LXX parce qu’on a une mauvaise opinion des livres deutérocanoniques et du catholicisme. Le fait que les LXX catholiques contiennent les apocryphes n’indiquent clairement pas que c’était le cas avant Jésus. D’ailleurs, à l’exception de quelques livres ou passages, les apocryphes ne revendiquent pas l’inspiration divine (voir lien plus bas pour plus de détails). Ils ont une utilisé historique.

Les juifs ont toujours dit selon Josèphe qu’ils préferaient mourir plutôt que de changer un seul mot. Pas sûr que cela soit vrai cependant.

Le rejet de la Septante par les juifs

Depuis le deuxième siècle après JC les Juifs semblent avoir largement écarté la Septante … il ne ferait aucun doute selon les protestants que les codex complets de la Septante, qui commencent à apparaître au IVe siècle après JC, sont toutes d’origine chrétienne.

Il n’y a pas non plus d’accord entre les codex que les Apocryphes comprennent … De plus, les trois codex [Vaticanus, Sinaiticus et Alexandrinus], selon Kenyon, ont été produits en Egypte, pourtant les listes chrétiennes contemporaines des livres bibliques dressées en Egypte par Athanase et (très probablement) pseudo-Athanase sont beaucoup plus critiques, excluant tous les livres apocryphes du canon, et les mettant dans une annexe séparée3.

La Septante devrait recevoir beaucoup plus d’attention. C’est bel et bien la traduction grecque qui a mieux conservé les versets messianiques de l’AT et peut être même la bonne chronologie biblique.

Les protestants pensant bien faire (comme Luther) considèrent le texte massorétique présent dans nos bibles modernes comme étant plus fiable que la Septante. Le croyant averti sait cependant que les deux textes sont nécessaires et qu’ils s’entraident. Dans certains endroits le MT est meilleur, dans d’autres c’est la LXX.

Le NT de par ses citations conformes à la LXX révèlent au moins que la traduction grecque doit être hautement considérée. Bien sûr certains dirons qu’on ne sait pas quel texte le NT cite, mais voici quelques articles à la suite qui démontrent clairement qu’au moins un certain nombre de citations valident la LXX et démontre que le MT n’est pas toujours mieux conservé.

Sources:

John Piper, A Peculiar Glory, Pg. 40–49, “What Books and Words Make Up the Christian Scriptures?”.
Roger Beckwith, The Old Testament Canon of the New Testament Church.
F.F. Bruce, The Canon of Scripture.
Roger Nicole, “New Testament Use of the Old Testament” in Revelation and the Bible.
The Bible: Luke 49, Luke 24, Luke 11, 2 Tim. 3:14, Acts 16:1, Yoman 9b,
Google.com

  1. (L’Encyclopédie catholique> Canon de l’Ancien Testament; htttp: //www.newadvent.org/cathen/03267a.htm).
  2. (L’Almanach catholique, 1960, p. 217).
  3. (Roger Beckwith, [prêtre anglican, Oxford BD et Lambeth DD], The Old Testament Canon of the New Testament Church [Eerdmans 1986], p. 382, ​​383; http://triablogue.blogspot.com/2008/01/legendary -alexandrian-canon.html).

Anthony ETHEVE

Passionné et étudiant converti à la Bible, Anthony partage le fruit de ces centaines d'heures de recherche afin d'aider les chrétiens et notamment les nouveaux appelés à comprendre les thèmes bibliques et le débat création/évolution.

Recent Posts