|

La Bible est-elle la Parole de Dieu ? Un livre parmi tant d’autres ? Comment le savoir ?

Cela fait maintenant deux millénaires que les chrétiens croient que la Bible est la Parole de Dieu et plus de trois millénaires que les juifs ont la même perspective concernant les 39 livres qui composent ce que les chrétiens appellent “l’Ancien Testament“. La grande question est donc : l’Ancien et le Nouveau testament sont-ils la Parole de Dieu ? Les 66 textes que la Bible renferme sont-ils inspirés divinement ?

La Bible est la Parole de Dieu, nous le savons en considérant, premièrement les preuves objectives que nous donnent l’histoire et la science, et deuxièmement les preuves subjectives dont nous pouvons témoigner en faisant aujourd’hui confiance à Jésus.

C’est quoi la Parole de Dieu ? Qu’est-ce que l’inspiration divine ?

Avant de parler d’inspiration divine, faut-il encore comprendre ce qu’on entend par là, un autre article avait été dédié à ce sujet et je vous invite également à le lire, il n’est pas très long.

Que signifie-t-on quand on dit que la Bible est la Parole de Dieu ?

Les croyants ne signifient pas que Dieu a lui-même écrit la Bible (à l’exception des dix commandements) mais que les hommes ont été inspirés au fil du temps pour consigner certains évènements importants et pour rapporter des informations cruciales.

Ce n’est pas tant que Dieu s’est révélé à travers un livre, il s’est révélé aux hommes et est intervenu plusieurs fois dans l’histoire, pour bénir ou pour juger et pour faire avancer son dessein de rédemption et de restauration. Ses annonces et interventions ont ensuite été consignées dans des livres, qui ont été compilés ensemble et nous sont parvenus. En ce sens Dieu a choisi le médium du livre pour nous faire parvenir des informations essentielles.

Pourquoi Dieu se serait-il révélé à travers un livre comme la Bible ?

Pour le chrétien moderne, la Bible est un guide et donne des instructions vitales mais il s’agit d’une véritable relation entre le Créateur et sa créature. La Bible est là pour guider et aider le chrétien dans cette relation.

On comprend mieux pourquoi Dieu a fait consigner des informations importantes dans la Bible. Dans aucun domaine et métier, ne peut-on se passer de livres pour apprendre et travailler dans les règles de l’art.

Un aperçu de la Bible en chiffre

Aussi, quand on parle de “la Bible“, le terme simplifie un peu sa complexité car elle comprend 66 livres canoniques qui ont été écrits sur une période de 1500 ans par une quarantaine d’auteur. Nous avons donc plusieurs livres inspirés. Pour mieux saisir la Bible à l’aide de chiffre, je vous invite à lire l’article suivant, qui est aussi assez court.

La Bible en statistiques

Qu’est-ce qui nous permet d’indiquer que la Bible puisse être la Parole de Dieu ?

J’ai toujours essayé dans mon approche de la Bible et dans l’étude des thèmes bibliques d’être simple et terre à terre. Dieu a révélé les choses d’une manière simple, et d’une manière qui soit facilement accessible pour tous “Vers cette même époque, Jésus dit : Je te loue, ô Père, Seigneur du ciel et de la terre, parce que tu as caché ces choses aux sages et aux intelligents, et que tu les as révélées à ceux qui sont tout petits“(Matt 11:25).

Les choses sont parfois si simples qu’on cherche inconsciemment à les compliquer. Pour beaucoup, dès qu’on parle de Dieu nous entrons dans un domaine mystique et mystérieux duquel on ne peut pas vraiment savoir grand chose, mais celui qui est attaché à la Bible découvre que Dieu est amour, humble et “accessible“.

Comment vérifier que la Bible soit la Parole de Dieu ? Comment obtenir une conviction ferme que les hommes qui ont écrit les livres de la Bible ont été divinement inspirés ?

On peut établir que les textes de la Bible sont la Parole de Dieu, pas seulement parce que les textes revendiquent l’être, mais parce qu’on peut déterminer la véracité des annonces et interventions divines consignées.

Comme le rappelait l’apôtre Paul “toute affaire sera réglée sur les déclarations de deux ou trois témoins(2 Cor 13:1).

On peut indiquer que la Bible est la Parole de Dieu si les évènements qu’elle contient se vérifient par des preuves et des éléments de preuves. Toutes les revendications peuvent et doivent être investiguées, celles contenues dans la Bible n’échappent pas à ce principe. Nous devons croire parce que nous avons des raisons de croire. Ces raisons sont parfois subjectives mais elles sont aussi et souvent objectives.

La Bible dit-elle la vérité ?

La question “est-ce que la Bible est la Parole de Dieu ?” pourrait aussi se formuler “la Bible dit-elle vrai ? A-t-elle raison ?“.

Certaines critiques pourraient faire appel à l’argument de la corruption des textes et de leur non-préservation mais il n’y en en réalité aucun autre livre de l’antiquité qui puisse rivaliser avec la Bible en ce qui concerne le nombre d’anciens manuscrits et leur niveau d’ancienneté. La critique textuelle permet de reconstruire les originaux avec un niveau de fiabilité aussi élevé que 99%, sachant qu’aucune doctrine biblique ne repose sur un seul passage en particulier. Une série d’article intitulée “Fiabilité et préservation de la Bible” est disponible sur cette page.

Rappelons-le-nous, chaque fait doit être établi par plusieurs témoins qui se corroborent. On ne repose jamais sur un seul témoin.

Nous pouvons trouver toutes sortes d’arguments et d’éléments pour soutenir tel ou tel point de vue, mais la question pour tous les courants de pensée est la même que celle que l’on se pose au sujet de la Bible “Qu’est-ce que la vérité ?“. Des théories pour expliquer des choses il y en a, mais sont-elles vraies ? Sont-elles appuyées par des éléments factuels ?

Les preuves objectives des évènements rapportés dans la Bible

Nous allons nous intéresser aux évènements principaux de la Bible. A partir du moment où on se rend compte qu’ils se sont produits comme indiqués et qu’ils sont factuels, nous formons rapidement la conclusion que la Bible dit vrai, et donc qu’elle est la Parole de Dieu, puisque les actions attribuées à Dieu, et réalisables uniquement par lui, se sont produites.

La création en 6 jours, il y a moins de 10 000 ans

Depuis deux siècles environ il parait peu sérieux de considérer que les récits de Genèse 1-11 puissent être littéraux, mais les découvertes récentes redonnent un crédit impressionnant à une approche littérale de la Genèse.

Soyons clairs, de nombreux chrétiens sont encore piégés dans cette vision symbolique et révisionniste des premiers chapitres de la Genèse. La géologie vieille-terre et l’évolution biologique ont profondément influencé et fait basculer des myriades de chrétien dans une opération de reconsidération et de réinterprétation de Genèse 1-11.

Il n’est pas facile de résister à la pression de la majorité et de sortir indemne de la confusion. Tout le monde peut être trompé et être persuadé d’avoir raison tout en pensant que les autres ont tort. C’est pourquoi il faut rester pragmatique, factuel et “biblique“.

On ne peut pas étudier l’origine du monde avec les outils scientifiques seuls, car ceux-ci agissent sur le présent dans les laboratoires, et l’origine du monde échappe au carcan de la science expérimentale et d’observation. Nous avons besoin de l’histoire pour connaître l’origine du monde, associée à la science l’histoire nous permet d’obtenir une claire compréhension.

Le dessein intelligent et la complexité irréductible militent en faveur d’une création en 6 jours. Aucun système complexe ne vient en état de fonctionnement via un processus de hasard et de temps. Le temps détériore et le hasard désorganise, c’est ce que nous observons tous les jours dans la vie quotidienne, dans les usines, les laboratoires etc… Il faut toujours un apport d’intelligence pour écrire des informations, concevoir un système complexe et il n’y a rien de plus complexe que l’univers, la terre et ses êtres-vivants et aucunes informations plus ordonnancées et cohérentes que l’ADN des êtres-vivants.

L’âge de la terre se trouve aussi en dessous de la barre des 10 000 ans, on s’en rend compte quand on reste factuel :

  • Le paradoxe du jeune soleil faible indique que la terre ne peut pas être vieille de millions ou milliards d’années
  • Le champ magnétique indique que la terre ne peut pas avoir plus de 10 000 ans
  • Le niveau de sel et de boue dans l’océan indique qu’il n’est pas vieux de plusieurs centaines de millions d’années
  • Idem pour la quantité d’hélium dans l’atmosphère
  • La présence d’ADN, de carbone 14 et de matériel organique dans les fossiles, indiquent qu’ils ne sont pas vieux de millions d’années
  • La fossilisation est un processus rapide et catastrophique, il n’y a pas de fossilisation “lente”
  • Les couches géologiques se forment très rapidement quand il y a des catastrophes géologiques (déluge de Noé)
  • Les arbres ont moins de 5000 ans mais pourraient être plus vieux si le terre était si vieille et qu’il n’y avait pas eu de déluge
  • Les animaux et organismes apparaissent ‘complexes‘ dès le moment où ils apparaissent dans la colonne géologique
  • Ces mêmes animaux et organismes n’ont pas “d’ancêtres primitifs“, les Néanderthaliens avaient par exemple les mêmes attributs que nous, ils étaient “humains” comme vous et moi
  • La Bible est un livre historique qui rapporte la chronologie du monde depuis sa création et elle indique un âge en dessous de 10 000 ans
  • La datation radiométrique fonctionne à partir d’hypothèses, elle s’est révélée erronée pour dater les roches d’âge connu (des roches formées lors d’éruption volcanique à l’époque moderne ont été datées de plusieurs millions d’années)

Tous ces éléments concourent à soutenir et valider le modèle biblique. Soyez prudents, en science, on ne fait pas appel à la majorité pour soutenir un point de vue mais à des faits vérifiables, comme le dit Michael Crichton “s’il y a consensus, ce n’est pas de la science, si c’est de la science ce n’est pas un consensus1

Vous pouvez retrouver toutes ces informations en détail dans l’article ci-dessous :

Quel est l’âge de la Terre pour les Créationnistes ? Jeune ou Vieille ?

La Science est-elle en harmonie ou en contradiction avec la Bible ?

Adam et Eve

Une fois que l’on a compris que la terre est jeune alors il n’y a plus de difficultés pour croire en Adam et Eve.

  • La démographie humaine et le nombre d’erreur dans l’ADN mitochondrial militent en faveur du modèle jeune de la Bible (voir lien ci-dessous)
  • L’entropie génétique démontre que les créatures complexes comme l’homme et les animaux ne peuvent pas maintenir leur code génétique viable sur des centaines de milliers d’années (défaut et maladie génétique, extinction rapide)
  • Le dessein intelligent et la complexité irréductible soutiennent la création de l’homme telle que décrite dans Genèse 2:7
  • L’archéologie de la création et d’Adam et Eve soutient également l’historicité du récit
  • Les auteurs bibliques anciens, les juifs et les chrétiens les ont considérés comme historique jusqu’au 19ème siècle

Archéologie de la Création et d’Adam et Eve

Depuis quand l’humanité existe-t-elle ?

Le déluge de Noé

Le déluge de Noé est un évènement soutenu :

  • Géologiquement
  • Paléontologiquement
  • Historiquement

Géologiquement parce que :

  • La dérive ou plutôt le sprint des continents s’explique par le déluge
  • La formation des hautes montagnes ne se comprend “de manière consistante” que dans le paradigme diluvien
  • Le déluge est le mécanisme qui peut expliquer l’ère glaciaire
  • Les couches géologiques planes et les caractéristiques courbées des montagnes militent en faveur d’une formation rapide et catastrophique

Paléontologiquement parce que :

  • La fossilisation est un processus rapide
  • Les dinosaures sont morts avec à chaque fois des inondations impliquées
  • Les créatures fossilisées sont retrouvées dans des environnements qui n’étaient pas les leurs et avec des créatures d’autres environnements (animaux terrestres avec animaux marins, fossiles marins dans les montagnes…)
  • La colonne géologique et la présence d’animaux en fonction des niveaux, s’expliquent par le mouvement des eaux du déluge et les capacités respectives des animaux pour résister au déluge temporairement
  • Les fossiles aux “mauvais endroits” et les fossiles “vivants” se comprennent mieux dans le paradigme de la Genèse
  • Les fossiles polystrates militent encore en faveur d’un dépôt rapide des couches

Historiquement parce que :

  • Toutes les cultures du monde rapportent le déluge en des termes qui peuvent être retracés au déluge original de Noé

Plus de détails et d’approfondissements sur le déluge dans la vidéo et l’article ci-dessous :

Le Déluge Biblique de Noé a-t-il vraiment eu lieu ?

Les couches géologiques et les fossiles témoignent-ils de l’évolution ou du déluge ?

L’épisode de la tour de Babel

La dispersion de l’humanité à Babel est soutenue par l’archéologie, je vous invite à lire cet article à ce sujet :

L’Archéologie, la Tour de Babel et la Confusion des Langues – Qu’est-ce que la vérité ?

Le patriarche fondateur, Abraham

Il y a beaucoup d’éléments satisfaisants sur Abraham même si par nature on ne s’attend pas à trouver des preuves aussi puissantes que pour le déluge de Noé ou la création.

Les coutumes sociales de son époque, rapportées dans le livre de la Genèse correspondent étroitement aux découvertes archéologiques et son voyage vers Charan se comprend à travers les éléments historiques de l’époque.

Abraham a également été perçu “historique” tout au long de l’histoire mais les preuves les plus puissantes sont sans doute l’aspect prophétique vérifié et vérifiable, l’écriture ne dit-elle pas “Je ferai de toi l’ancêtre d’un grand peuple ; je te bénirai, je ferai de toi un personnage renommé et tu deviendras une source de bénédiction pour d’autres. Je bénirai ceux qui te béniront et je maudirai ceux qui t’outrageront. Toutes les familles de la terre seront bénies à travers toi“(Genèse 12:2).

Plus de détails et d’approfondissements sur Abraham dans l’article ci-dessous :

L’Archéologie et le Patriarche Biblique Abraham – A-t-il existé ? Le récit de la genèse est-il historique ?

Les Israélites en Égypte et leur période d’esclavage

Les éléments du récit biblique de Joseph et des Israélites en Égypte ont un bel écho en archéologie :

  • Le prix d’un esclave donné dans la Bible pour Joseph est le prix qui était en cours à l’époque revendiquée (19ème siècle av.J-C)
  • Le collier d’or que Joseph a reçu de pharaon après avoir interprété son rêve correspond à la pratique égyptienne de l’époque
  • Les esclaves à usage domestique correspond au modèle du moyen-empire (2033-1786 av.J-C)
  • Le Papyrus Brooklyn, un papyrus égyptien du 17ème siècle av.J-C, répertorie une centaine d’esclave, dont 70% ont des noms sémitiques et même Israélites
  • L’inscription Sinaï 115, traduit par Douglas Petrovich, mentionne des hébreux de Bethel et date de 1842 av.J-C
  • L’inscription Sinaï 376 mentionne potentiellement le nom de la femme de Joseph, Asenath
  • Plusieurs titres égyptiens présents dans le récit de Joseph se retrouvent en archéologie (chef des gardes, intendant de la maison, chef des échansons, chef des panetiers, père de pharaon, maître de toute sa maison, gouverneur de toute l’Égypte)
  • Le lieu de résidence Israélite en Égypte a été retrouvé à Avaris, Ramsès par Manfred Bietak
  • Les caractéristiques architecturales de la maison à 4 pièces d’Avaris se retrouvent ensuite à Canaan, terre promise
  • Une partie de statue de Joseph ou de Jacob a potentiellement été retrouvée à Avaris
  • Les 7 années de vaches grasses et de vaches maigres, en relation avec les fluctuations du niveau du Nil, avec l’ouvrage littéraire bien connu intitulé “La plainte de Khahkeperre-Seneb”
  • Le canal qui relie le Nil au bassin du Fayoum et qui a gardé son nom antique “le canal de Joseph“. Joseph aurait créé ce canal pour détourner la moitié de l’eau du Nil vers le bassin du Fayoum, afin de réguler le niveau d’eau qui convient à la plantation des cultures
  • L’Égypte était avant l’époque de Joseph divisée en district (nomes), cela a tout à coup changé, la richesse a été concentrée par pharaon. Le rachat des terres au cours de la famine et initié par Joseph est le bon évènement au bon moment pour expliquer le mystère de la chute des nomarques au profit du pouvoir central
  • La stèle Sebek-Khu pourrait représenter le voyage de Joseph à Canaan pour enterrer Jacob (à Sichem)

Plus de détails et d’approfondissements sur Joseph et les Israélites dans l’article ci-dessous :

L’Archéologie et le Patriarche Biblique Joseph – A-t-il existé ? Est-il historique ?

Les dix plaies d’Egypte et l’Exode

Les preuves archéologiques et historiques concernant l’exode d’Égypte sont elles aussi nombreuses :

  • Le pharaon qui ne connut point Joseph pourrait être Ahmosis 1er car c’est lui qui a renversé les Hyksos, Exode 1 nous dit que ce pharaon avait peur que les Israélites s’allient à “l’ennemi“. Cet ennemi semble être les Hyksos.
  • Une enceinte royale et trois palais ont été découverts près du Nil et près du lieu de résidence Israélite, ce qui met en lumière les allers et retours de Moïse au palais de pharaon
  • La zone d’Avaris, peuplée de Sémite, est soudainement évacuée à l’époque revendiquée par la Bible (15ème siècle) et cela corrobore l’idée d’un exode massif, la phase d’abandon est autrement inexpliquée
  • Les dix plaies d’Égypte et leurs effets semblent être décrites dans le papyrus égyptien d’Ipou-Our. Les détails sont tellement pertinents entre le récit biblique et le papyrus qu’il n’y a pratiquement aucun doute que les deux documents parlent du même évènement
  • Ahisamak, qui a construit le tabernacle, est mentionné dans l’inscription Sinaï 375a (voir Exode 31:1-6)
  • L’inscription Sinaï 349 semble parler des mesures prises par pharaon de couper la croissance Israélite
  • Moïse est potentiellement mentionné dans l’inscription Sinaï 361
  • Au début du 14ème siècle (période de l’errance dans le désert) nous trouvons au temple de Soleb (Soudan moderne) une inscription égyptienne mentionnant “la terre des shasu (nomades) de Yahweh“. Le Dieu Israélite, YHWH est pour la première fois mentionné au début du 14ème siècle, ce qui fait écho à la révélation de son nom à Moïse dans Exode 3:14. Le terme “shasu” est également en adéquation avec le style nomade et non sédentarisé des Israélites de cette époque
  • L’endurcissement de Pharaon dans le récit de l’Exode se comprend à travers la cérémonie de la pesée du cœur dans l’Égypte ancienne. Le concept théologique égyptien du cœur alourdi par les mauvaises actions ou le péché, est évoqué lorsque Moïse écrit que le pharaon « alourdissait son cœur ». Cela et bien d’autres détails, notamment géographiques montrent que l’auteur du récit était très familier de l’Égypte, ce qui ne cadre pas avec les revendications de rédactions tardives
  • Le nom de Moïse est similaire aux noms des pharaons de l’époque par exemple “Thoutmôsis” (un récit tardif et légendaire n’aurait probablement pas attribué un nom égyptien à Moïse)

Plus de détails et d’approfondissements sur Moïse et l’Exode dans l’article ci-dessous :

12 preuves sur Moïse et l’Exode d’Égypte – Qu’est-ce que la vérité ?

La conquête de Canaan

Les éléments archéologiques de la conquête de Canaan sont également très concluants :

  • Les rois amoréens régnant en Transjordanie à l’époque de la conquête du temps de Moïse. Les sites en question ont été fouillés par les archéologues et il s’agit bien de sites Amoréens, ce qui met en avant la qualité de témoin oculaire du récit biblique.
  • Thoutmôsis III a été le pharaon conquérant de l’Égypte et a étendu le pouvoir des dynasties égyptiennes dans l’histoire de l’Égypte. Les dates de ce pharaon se chevauchent avec celles de Moïse. Il a régné pendant 54 ans, ce qui correspond à longue période de Moïse à Madian de 40 ans (1486-1446 av.J-C) lorsqu’il avait fui jusqu’à que le pharaon opérant qui voulait le tuer meurt, certainement ce Thoutmôsis III.
  • À l’époque de l’Exode et de la conquête, Canaan était une province de l’Égypte. L’Égypte maintenait un contrôle sur Canaan par des traités de vassalité entre le Pharaon et les rois des cités-états. Dans le livre de Josué nous retrouvons la structure politique de Canaan qui est décrite comme une conglomération de plusieurs cités-états, chacune avec son roi local.
  • Les lettres d’Amarna montrent les rois cananéens suppliant pharaon de leur apporter de l’aide pour faire face aux Habirus, peuple envahisseur venant de la zone semi-désertique (sans doute les Israélites) (Habiru – Héber – Hébreu ??). Les villes capturées par les Israélites telles que Jéricho, Ai, Béthel, Gibeon, Siloh et Mizpeh ne sont pas trouvées dans les Lettres d’Amarna. Pourtant au début de la période des juges, les rois auraient dû envoyer des lettres au Pharaon s’ils étaient encore en contrôle. Inversement, les villes et territoires qu’Israël n’a pas conquis apparaissent souvent dans les lettres, ce qui est encore consistant avec le récit biblique. Beaucoup de synchronismes existent entre ces lettres et le récit biblique.
  • Les fouilles à Jéricho et Hatzor sont en harmonie avec les séquences bibliques de la conquête

Plus de détails et d’approfondissements sur Josué et la conquête de Canaan dans les deux articles ci-dessous :

L’archéologie atteste-t-elle la Conquête de Canaan par les Israélites ?

Le livre de Josué est-il historique ? Est-il confirmé par l’archéologie ?

Le roi David et la monarchie Israélite

Il n’existe plus de doute concernant l’historicité de David :

  • La stèle de Dan contient l’inscription de “la maison de David” (dynastie)
  • La stèle de Mesha ou la pierre de Moab contient aussi l’inscription “la maison de David”
  • Le relief de la bataille du pharaon Shishak contient l’inscription “les régions montagneuses de David”
  • Le palais du roi David a été découvert par l’archéologue Eilat Mazar
  • Les inscriptions sur les empreintes de sceaux attestent de plusieurs rois Israélites, y compris Ozias, Achaz et Ézéchias, tandis que d’autres, tels que Manassé et Jehoiachin sont mentionnés par leur nom dans les écrits assyriens et babyloniens
  • Une lettre écrite en hébreu ancien et datant d’environ 1000 avant JC a été découverte sur le site de Khirbet Qeiyafa. Cette lettre de l’époque du roi David, trouvée à la forteresse d’Elah, est importante non seulement parce qu’elle démontre en outre l’alphabétisation des Israélites et l’utilisation précoce de l’hébreu écrit, mais le contenu nous informe du contexte historique qui correspond aux descriptions de l’époque dans le Bible.
  • Le combat de David contre Goliath correspond à la pratique de l’époque et l’arme utilisée par David également

Plus de détails et d’approfondissements sur David et sa monarchie dans l’article ci-dessous :

Le Roi David a-t-il existé ? Qu’en dit l’Archéologie ?

Le prophète Esaïe

Le prophète Esaïe a écrit de nombreuses prophéties qui correspondent à Jésus-Christ et qui ne peuvent être, ni datées après la vie de Jésus-Christ, ni le fruit d’un arrangement des apôtres, puisque nombreuses de ses prophéties n’étaient pas maîtrisables par qui que ce soit.

Les Prophéties Messianiques de l’Ancien Testament sur Jésus

Les prophéties de Daniel

Les prophéties de Daniel dévoilent l’histoire du monde sur des siècles et des millénaires et pointent littéralement vers Dieu, qui est le seul à pouvoir prédire l’avenir (Dieu étant en dehors du temps et omniscient).

Prophéties et Historicité de Daniel – Qu’est-ce que la vérité ?

Jésus-Christ

Dans les 150 ans qui suivent Jésus, on trouve 43 sources historiques parlant de lui :

  • 9 auteurs traditionnels du Nouveau Testament (Matthieu, Marc, Luc, Jean, Paul, l’auteur de la lettre aux hébreux, Jacques, Pierre, Jude).
  • 20 écrivains chrétiens précoces en dehors du NT (Clément de Rome, 2 Clément, Ignace, Polycarpe, Martyr de Polycarpe, Didache, Barnabas, Berger de Hermas, fragments de Papias, Justin Martyr, Aristides, Athenagoras, Théophile d’Antioche, Quadratus, Aristo de Pella, Melito de Sarde, Diognetus, l’évangile de Pierre, l’apocalypse de Pierre, Epistula Apostolorum).
  • 4 écrits hérétiques : l’évangile de Thomas, l’évangile de la vérité, l’apocryphe de Jean, le traité sur la résurrection.
  • 10 écrits non-chrétiens (Flavius Josèphe, Tacite, Pline le jeune, Phlégon, Lucien, Celse, Mara Bar-Serapion, Suétone, Thalle, PGM IV.3007-3086 – texte magique)

Dans le même temps, 10 auteurs mentionnent l’empereur Tibère – celui qui était au pouvoir durant le ministère de Jésus – au cours des 150 années qui ont suivi son existence :

  • Flavius Josèphe
  • Tacite
  • Suétone
  • Sénèque
  • Paterculus
  • Plutarque
  • Pline l’ancien
  • Strabon
  • Valère maxime
  • Luc

Les évènements et contours principaux du ministère de Jésus se retrouvent presque entièrement de manière explicite ou implicite dans les 10 écrits non chrétiens. Sans la résurrection corporelle de Jésus, les deux mille ans d’histoire qui nous précèdent restent inexpliquées.

Y a-t-il des preuves historiques et des sources non-bibliques qui parlent de Jésus ?

Y a-t-il des preuves de la résurrection de Jésus ?

La cohérence interne et l’honnêteté des textes bibliques

L’un des éléments essentiels de l’inspiration divine de la Bible est sa cohérence interne impressionnante et ses prophéties à double couche (un sens historique + un sens futur).

On perçoit clairement la patte divine en ce sens que des hommes séparés par des centaines d’années, de provenances si diverses et de cultures variées n’auraient pu produire un ensemble aussi cohérent et percutant et convaincre les foules par des promesses vides et des prophéties non accomplies. Ils n’auraient d’ailleurs pas pu être aussi percutants historiquement et scientifiquement.

On observe une nette différence entre les cultures de l’époque et la Bible. Il y avait un polythéisme ambiant auquel seuls les Israélites ont résisté de manière inexpliquée si on écarte Dieu. Les prophètes de l’Ancien Testament étaient solitaires, peu soutenus, mais leurs écrits se sont imposés de par l’autorité divine qui était associée à leurs actions et propos.

L’honnêteté des écritures est également un indicateur. Alors que les peuples aux alentours se montraient sous un angle reluisant et exagéré, toutes les figures bibliques en prennent pour leur grade et Jésus lui-même fini par être humilié en subissant le châtiment reservé aux criminels et aux esclaves.

Le récit de la résurrection de Jésus est à ce titre authentique au plus haut point de vue. Dans un contexte mysogine où le témoignage des femmes n’avaient aucune valeur, ce sont bien elles qui ont été témoins en premier de la résurrection de Jésus. Un récit inventif, à cette époque, n’aurait jamais placé des femmes comme témoins, mais des personnes d’autorités, et c’est ce que nous voyons avec les évangiles apocryphes des siècles suivants.

Parmi les 4 évangélistes, seul 1 avait une forte autorité (Jean), les 3 autres étaient des acteurs mineurs, des récits inventifs auraient fait exactement ce qu’on fait les évangiles apocryphes en attribuant la paternité à des apôtres connus (Pierre, Jacques, Thomas…).

Par ailleurs, les figures et auteurs bibliques (Jésus en tête) ont souvent été en décalage avec leurs contemporains et ils étaient souvent en extrême minorité pour défendre leur point de vue. La pensée biblique n’était pas en accord avec les courants ambiants de sorte que l’on comprend qu’une écriture purement humaine aurait donné un autre résultat, quelque chose de plus conforme à la pensée païenne du moment.

Les preuves subjectives des revendications bibliques

Nous ne pouvons passer à côté des preuves subjectives parce que la plupart du temps les gens croient en Jésus et en la Bible pour des raisons subjectives. Une prière, une révélation et voilà que la foi commence. Ils sont nombreux ceux qui ont vécu ces expériences de foi avec Dieu car l’écriture dit “Or, sans la foi, il est impossible de lui être agréable. Car celui qui s’approche de Dieu doit croire qu’il existe et qu’il récompense ceux qui se tournent vers lui” (Hébreux 11:6).

Vous trouverez autour de vous et sur internet des myriades de témoignages de convertis à Jésus, vous prendrez note de quel genre de conversion il s’agit et les comparerez à d’autres conversions à d’autres mouvements.

Sans aucun doute, le meilleur moyen de croire que la Bible est la Parole de Dieu est de prier Dieu et de lui demander ce que Pilate avait lui-même demandé à Jésus avant sa crucifixion “Qu’est-ce que la vérité ?“(Jean 18:38).

La cohérence de l’histoire biblique

L’histoire biblique du monde donne sens à toute chose :

  • Dieu avait créé le monde parfait avec des créatures qui ne mourraient pas, cela cadre avec un Dieu “parfait” et “juste”
  • L’homme a été créé libre de choisir et il a été désigné roi de la création
  • L’homme a failli à sa tâche et cela a entraîné la chute de la création entière, ce qui explique la mort, la souffrance et les problèmes de notre monde
  • L’homme a continué dans la dépravation et Dieu a jugé une première fois le monde par les eaux du déluge
  • Dieu s’est ensuite révélé à Abraham et a commencé son dessein de rédemption jusqu’à qu’il s’incarne et accomplisse le sacrifice réparateur
  • Les évènements de l’Ancien Testament nous enseignent des vérités spirituelles et des configurations que nous retrouvons aujourd’hui (l’esclavage avant l’Exode représente notre esclavage au péché avant la résurrection qui rendra les corps et les esprits parfaits)
  • Jésus ressuscitera ceux qui ont cru en lui et en Dieu au dernier jour
  • Le royaume de Dieu, qui est le sujet de la bonne nouvelle (de l’évangile), s’installera à ce moment là
  • Lorsque Jésus remettra la royauté à Dieu le Père, toutes les mauvaises choses seront enfin du passé

Conclusion

Si nous croyons que la Bible est la Parole de Dieu, c’est qu’il existe de nombreuses preuves à cette revendication :

  • L’exactitude historique de la Bible
  • L’exactitude de la Bible sur la description du monde et de l’humanité
  • La pertinence de l’origine des problèmes et de la solution unique en Jésus-Christ
  • La confiance que l’on peut placer en Jésus-Christ

La fin de l’évangile de Jean nous dit au sujet de la Bible que “ce qui s’y trouve a été écrit pour que vous croyiez que Jésus est le Messie, le Fils de Dieu, et qu’en croyant, vous possédiez la vie en son nom” (Jn 20:31).

Plus de 200 articles qui vont de la Création à la Résurrection !

  1. Crichton, Michael, Aliens cause Global Warming, 17 January 2003 speech at the California Institute of Technology (http://s8int.com/crichton.html or http://online.wsj.com/news/articles/SB122603134258207975 or http://stephenschneider.stanford.edu/Publications/PDF_Papers/Crichton2003.pdf).

A lire également