L’Archéologie et le Patriarche Biblique Abraham – A t’il existé ? Le récit de la genèse est il historique ?


Soyons déjà pragmatique sur ce que l’Archéologie peut vraiment nous apporter et apprécions une citation de J. Warner Wallace à ce sujet :

« Mais que devons-nous dire à ceux qui soutiennent que les archives archéologiques bibliques sont incomplètes ? La réponse est mieux fournie par un autre témoin expert dans le domaine, le Dr Edwin Yamauchi, historien et professeur émérite à l’Université de Miami. Yamauchi a écrit un livre intitulé, Les pierres et les Écritures, où il a noté à juste titre que les preuves archéologiques sont une question de «fractions»:

Seule une fraction des preuves archéologiques du monde subsiste encore dans le sol.

Seule une fraction des sites archéologiques possibles a été découverte.

Seule une fraction a été fouillée, et celles-ci seulement partiellement.

Seule une fraction de ces fouilles partielles a été minutieusement examinée et publiée.

Seule une fraction de ce qui a été examiné et publié a quelque chose à voir avec les affirmations de la Bible! 1»

Nous allons voir plus bas qu’il y a des éléments satisfaisants concernant l’archéologie d’Abraham et des détails entourant son récit.

Peter S. Williams cite dans son article “Archaeology and the Historical Reliability of the New Testament”2:

Comme le dit Nelson Glueck, d’une part «On peut affirmer catégoriquement qu’aucune découverte archéologique n’a jamais contredit une référence biblique», tandis que d’autre part «des dizaines de découvertes archéologiques ont été faites qui confirment dans les grandes lignes ou les détails exacts des déclarations historiques dans la Bible.”…

De même, Joseph Free confirme: «L’archéologie a confirmé d’innombrables passages qui avaient été rejetés par les critiques comme non historiques ou contraires aux faits connus.»…

Et comme l’observe Lee Strobel:

« En essayant de déterminer si un témoin est véridique, les journalistes et les avocats testeront tous les éléments de son témoignage qui peuvent être testés. Si cette enquête révèle que la personne s’est trompée dans ces détails, cela jette un doute considérable sur la véracité de toute son histoire. Cependant, si les détails sont vérifiés, c’est une indication – pas une preuve concluante mais une preuve – que peut-être le témoin est fiable dans son récit général. »

Abraham et l’archéologie

Il est vrai que nous n’avons pas de mention d’Abraham en dehors de la Bible, mais pourquoi devrait-on s’attendre à ce qu’il y en est ? Il n’était qu’un nomade et n’a pas affecté son époque significativement pour être mentionné par les annalistes de son époque. Toutefois les éléments qui entourent le récit d’Abraham permettent d’argumenter son historicité.

Archaeological Study Bible rapporte ceci :

« Aucune mention des patriarches (Abraham, Isaac et Jacob / Israël) n’a été trouvée dans les documents extrabibliques de leur époque (vers 1950-1550 av.J.-C.), et nous ne devrions pas non plus nous attendre à trouver de telles références. Vivant comme des nomades à la lisière des zones peuplées, les patriarches erraient entre les grands empires de Mésopotamie et d’Égypte, et leurs activités ont été insignifiantes pour les scribes et les annalistes de cette période.

Les récits bibliques, qui de leur côté font peu de références aux événements politiques de cette époque, sont néanmoins historiques et non mythiques ou fictifs. Les écrivains bibliques ont simplement choisi le matériel approprié à leurs objectifs théologiques.

Il y a plusieurs raisons (au-delà des engagements de foi) pour nous d’accepter les récits bibliques comme historiquement fiables, parmi eux:

Comme les systèmes d’écriture étaient utilisés au troisième millénaire avant notre ère, il n’est pas nécessaire de supposer qu’une longue période de transmission orale a existé entre les événements eux-mêmes et leur documentation dans des documents écrits.

Les gens de la fin du troisième millénaire et du début du deuxième millénaire av.J.C conservaient des enregistrements écrits et ne dépendaient pas de la mémoire pour les questions qu’ils jugeaient importantes.

Les événements de la période patriarcale peuvent avoir été enregistrés peu de temps après leur apparition dans des textes que les écrivains bibliques utilisèrent plus tard comme sources.

Des noms similaires à Serug, Nachor, Terach, Abram / Abraham (Gen 11) et Jacob (ch.25) apparaissent dans les documents de la première moitié du deuxième millénaire av.J.-C., montrant que ces noms étaient courants pendant cette période.

Les noms des rois mentionnés dans Genèse 14 sont difficiles à expliquer, mais les preuves corroborent l’histoire elle-même.

Apparemment, certains endroits mentionnés dans le récit patriarcal étaient peu habités à l’époque des patriarches et sont donc difficiles à expliquer archéologiquement.

D’autres endroits, cependant, avaient des populations plus importantes et sont connus de l’archéologie et / ou des textes contemporains de la vie des patriarches. Il existe des preuves solides, par exemple, liées à la localisation des villes de la plaine.

Le voyage des patriarches ne doit pas être considéré comme improbable. Des textes d’Ebla (vers 2300 avant JC) et de Cappadoce (vers 2000 avant JC) indiquent que les voyages, le commerce et le commerce se produisaient régulièrement dans tout l’ancien Proche-Orient.

Le droit de la famille hurrien, en vigueur à Haran (voir chap. 12; 24) et Nuzi, a mis en lumière certaines des activités de la famille d’Abraham qui pourraient autrement nous rendre perplexes.

Un autre parallèle a été trouvé dans une lettre de Larsa (une ancienne ville estivale sur l’Euphrate), indiquant qu’un homme sans enfant pouvait en effet adopter son esclave comme son héritier (voir 15: 2).

Les histoires patriarcales reflètent fidèlement des coutumes qui n’étaient pas pratiquées et des institutions qui n’existaient pas à des époques ultérieures, dont certaines ont même été interdites en vertu des normes religieuses d’Israël plus tard.

Par exemple, le mariage avec une demi-sœur (cf. Lv 18, 9) ou avec deux sœurs simultanément (cf. Lv 18, 18) était permis à l’époque patriarcale mais interdit dans la société israélite ultérieure.

Ce fait va à l’encontre de l’idée revendiquée par certains critiques selon laquelle ces histoires ont été inventées pendant la période de la monarchie israélite.

Ainsi, diverses sources contemporaines du Proche-Orient soutiennent l’historicité du récit de la Genèse.
p. 73 »

Egalement ceci concernant les ancêtres d’Abraham : Serug, Nachor et Terach :

« Selon l’Ancien Testament, la patrie d’origine du patriarche se trouvait dans le centre-sud de la Turquie, dans une région connue sous le nom d’Aram Naharaim (Ge 24:10) ou Paddan-Aram (25:20).

Parmi les noms généalogiques d’individus répertoriés dans Genèse 11, trois – Seroug, Nachor et Terach – ont survécu depuis l’Antiquité également en tant que noms de villes de cette région.

Les noms de ces personnages bibliques ont été conservés dans la région même d’où la Bible précise que les patriarches sont originaires.

Seroug, l’arrière-grand-père d’Abram, a engendré Nachor à 130 ans et est décédé à 230 ans (11: 22-23 LXX). Son nom, qui correspond au lieu appelé Sargi dans les inscriptions assyriennes du VIIe siècle av.J.-C., vit toujours sous le nom de la Suruc moderne, à 56,5 km au nord-ouest de Charan…

Nachor, le grand-père d’Abram, a engendré Terach à 29 ans et est décédé à 148 ans (11: 24-25). Une ville appelée Nachor est mentionnée en 24:10 comme la maison des descendants de Bethuel, un autre fils de Nachor (24:24).

Cette ville particulière est également mentionnée dans des textes de Mari et de Cappadoce du XIXe au XVIIIe siècle av.J.-C., ainsi que dans les inscriptions assyriennes du XIVe siècle av.

Des documents assyriens ultérieurs du septième siècle av.J.-C., s’y réfère comme « Til akhiri », qui signifie «Monticule de Nachor». Bien que l’emplacement exact de Nachor soit inconnu aujourd’hui, de nombreuses références dans les textes anciens le situent dans la vallée de la rivière Balikh au sud de Charan.

Terach a engendré Abram à 70 ans et est décédé à 205 ans (11: 26,32). Une ville appelée Til Turahi («Monticule de Terach») est mentionnée au IXe siècle avant JC. Des textes assyriens la montre comme étant au nord de Charan… également sur la rivière Balikh.
Pg 22 »

De nombreux scarabées d’Égypte et de Canaan datés de l’âge du bronze moyen ont également été trouvés portant le nom de Yaqob ou Jacob, et ce type de nom «Amorite Imparfait», qui était commun à l’époque, est exprimé dans les noms Isaac, Jacob et Joseph .

L’utilisation et la popularité des noms personnels ont constamment changé au fil du temps dans le monde antique, ce qui signifie que certains noms étaient généralement limités à une période donnée et même à une région.

Alors que les noms de villes restaient souvent les mêmes pendant un siècle ou des millénaires si les gens continuaient à y vivre, dans certains cas, les noms étaient changés ou modifiés, comme Salem en Jérusalem et Laish en Dan.

Par conséquent, plusieurs noms personnels dans la Genèse qui sont connus archéologiquement à partir de sources de l’âge du bronze moyen, combinés à des noms de lieux qui ont changé après cette période, suggèrent que les histoires d’Abraham, Isaac, Jacob, Job, Zabulon et d’autres se situent historiquement dans la période d’environ 2000 – 1600 avant JC.

La cohérence du voyage d’Abraham et sa famille selon l’archéologie

Genèse 11 : 31

Térach prit son fils Abram, son petit-fils Lot, qui était le fils d’Haran, et sa belle-fille Saraï, la femme de son fils Abram. Ils sortirent ensemble d’Ur en Chaldée pour se rendre dans le pays de Canaan mais, arrivés à Charan, ils s’y installèrent.

Genèse 11: 31 ne donne aucune indication sur la raison pour laquelle le père d’Abraham, Terach, déracinerait soudainement sa grande famille élargie et se dirigerait vers la ville de Charan, qui était à environ 800 km au nord de l’Ur sumérien.

Cependant, les tablettes de Mari offrent des informations sur les conflits politiques et culturels à l’époque d’Abraham qui, selon les chercheurs, offrent des indices sur leur migration.

Le Biblical World note que certaines des tablettes de Mari utilisent des mots des tribus amorites qui se trouvent également dans l’histoire d’Abraham, comme le nom de son père, Terach, et les noms de ses frères, Nachor et Haran (également le nom de leur destination). À partir de ces artefacts et d’autres, certains chercheurs ont conclu que la famille d’Abraham était peut-être Amoréenne, une tribu sémitique qui a commencé à émigrer hors de la Mésopotamie vers 2100 av. La migration des Amoréens a déstabilisé Ur, qui, selon les chercheurs, s’est effondrée vers 1900 av.

À la suite de ces découvertes, les archéologues supposent maintenant que ceux qui voulaient échapper aux troubles civils de l’époque n’avaient qu’une seule direction à prendre pour leur sécurité: le nord.

Au sud de la Mésopotamie se trouvait la mer connue aujourd’hui sous le nom de golfe Persique. Rien d’autre qu’un désert ouvert se trouvait à l’ouest. À l’est, les réfugiés d’Ur auraient rencontré des Elamites, un autre groupe tribal de Perse dont l’afflux a également accéléré la chute d’Ur.

Ainsi, les archéologues et les historiens bibliques concluent qu’il aurait été logique pour Terach et sa famille de se diriger vers le nord vers Charan pour sauver leurs vies et leurs moyens de subsistance.

Leur migration a été la première étape du voyage qui a conduit le fils de Térach, Abram, à devenir le patriarche Abraham que Dieu dans Genèse 17: 4 appelle «le père d’une multitude de nations».

Soutenir le Ministère de “Qu’est ce que la Vérité ?”

Les coutumes sociales de l’époque d’Abraham

D’autres textes de ces villes (Mari et Chagar-Bazar) et d’Alalah, Ur, Ras Shamra et Nuzi en Assyrie jettent un éclairage considérable sur les coutumes sociales patriarcales. On voit qu’il était habituel pour un couple sans enfant d’adopter un héritier et de le déplacer en cas de naissance d’un fils biologique (Gn 15: 4).

Selon son contrat de mariage, une femme stérile devait fournir à son mari une esclave pour avoir un fils. Les mariages ont été arrangés à des fins publiques par les dirigeants d’Ougarit et de Qatna, ainsi que par les rois égyptiens, et cela peut se refléter dans les aventures de Sarah (Gen 20) et Rebekah (Gen 26).

La situation particulière du fils premier-né (cf. Gn 21), l’époux demandant une fille comme épouse, l’utilisation des fiançailles et de cadeaux d’épouse (Gn 34:12), et la stipulation des contrats de mariage selon lesquels un homme pouvait prendre une troisième femme seulement si les deux premières étaient stériles ou prendre une deuxième femme seulement si la première n’avait pas donné naissance dans les sept ans peut expliquer certains incidents dans la Genèse (par exemple, 29:18, 27: le possible besoin de Jacob d’attendre sept ans pour Rachel).

Les textes Nuzi font référence au transfert d’héritage d’un homme pour trois moutons et confirment la validité d’une bénédiction orale en tant que testament de lit de mort.

Le type de contrat de vente impliqué dans l’achat de la grotte de Machpelah (Gen 23) est similaire aux textes juridiques de l’Ancien Babylonien et de l’Hittite de cette période3.

Les alliances de pouvoir de Genèse 14 (4 rois contre 5 rois) étaient une caractéristique commune de l’ère patriarcale. Ce système d’alliance est typique de la politique mésopotamienne dans la période de 2000 à 1750. Voici ce qu’en dit Kenneth Kitchen :

« Cependant, contrairement au Levant, ce type d’alliance d’Etats de l’Est n’était possible qu’à certaines périodes. Avant l’Empire akkadien, la Mésopotamie était divisée entre les cités-états sumériennes, mais c’est bien trop tôt pour notre récit (avant 2300).

Après un intervalle d’interférence gutienne, la Mésopotamie fut alors dominée par la troisième dynastie d’Ur, dont l’influence atteignit sous une forme ou une autre l’ouest de la Syrie et de Byblos.

Après sa chute, vers 2000, la Mésopotamie a été divisée entre une série de royaumes, Isin, Larsa, Eshnunna, Assyrie, etc., avec Mari et diverses puissances locales dans des terres plus au nord et à l’ouest. Cette situation dura jusqu’au XVIIIe siècle, lorsque Hammourabi de Babylone élimina la plupart de ses rivaux…

Ainsi, de 2000 à 1750 environ (1650 à l’extrême), nous avons la seule et unique période pendant laquelle les alliances étendues de pouvoir étaient courantes en Mésopotamie et avec ses voisins4 »

L’identification des rois de Genèse 14 est difficile et il y a encore des débats et des recherches à leur sujet.

Le manque actuel de preuves directes concernant ces rois dans les archives archéologiques ne signifie pas qu’ils n’ont jamais existé.

Premièrement, avant la découverte des archives d’Ebla, on croyait que la Syrie de l’âge du bronze était une région analphabète sans grande civilisation car aucun document n’avait été découvert dans cette région5.

Cependant, la découverte des archives Ebla a prouvé que la Syrie ancienne était une région alphabétisée avec un empire très organisé et puissant.

Deuxièmement, Aalders6 souligne un fait intéressant en considérant l’historicité des rois de la plaine dans Genèse 14. Il note qu’il est peu probable qu’ils soient le produit d’une fantaisie juive ultérieure. «Le nom du roi de Bela (Zoar) est absent.

Certainement, si tous ces noms étaient fictifs, il n’y aurait aucune raison de laisser un seul roi non nommé. C’est une excellente remarque qui peut être étendue aux rois hors de Palestine. Si Moïse avait inventé les rois de Genèse 14, pourquoi aurait il laissé l’un d’eux sans nom? Il n’y a aucune raison de penser que les noms des rois de Genèse 14 ont été imaginés.

En fait, les informations que nous connaissons sur les quatre rois montrent que cet événement a eu lieu pendant une période où une coalition de rois pouvait exister et que la période dynastique précoce est un arrière-plan légitime pour que l’épisode de Genèse 14 ait eu lieu. Kitchen note ceci :

« Ainsi, les noms personnels correspondent aux régions qu’ils dirigent et correspondent à des noms réels et à des types de noms connus, même si les individus ne sont pas encore identifiés dans des sources externes. Cela n’est guère surprenant, étant donné le caractère incomplet des données pour la plupart des régions de l’ancien Proche-Orient pour le troisième et une grande partie du début du deuxième millénaire; même les grandes archives Mari ne couvrent que cinquante à soixante-dix ans environ7 »

Il ne peut y avoir de réels doutes quant à l’immense antiquité du matériel source qui se trouve dans la Genèse. La preuve en est le grand nombre de mots babyloniens qui apparaissent dans la première partie du livre, les références topographiques, telles que ceux relatifs à Sodome et Gomorrhe (Gen 10:19), et le nombre de gloses nécessaires pour mettre à jour les noms anciens (par exemple Gen 14: 2, 3, 7, 8, 15, 17; 16:14; 23.2; 35.19).

Les expressions géographiques primitives telles que le « pays du sud » (Gn 20,1; 24,62) et le « pays de l’Est » (Gn 25,6), qui étaient utilisées à l’époque d’Abraham, ne sont jamais réapparues dans les récits de l’Ancien Testament comme description du pays limitrophes du sud et de l’est de la Palestine, puisque ces régions ont par la suite acquis des désignations familières et bien définies.

Les coutumes patriarcales reflétées dans la Genèse sont également importantes, et sont contraires aux lois mosaïques ultérieures! (Si Moïse avait inventé ce récit, il aurait probablement dépeint les patriarches avec des comportements plus appropriés!).

  • Abraham a épousé sa demi-sœur (20.12) contre l’interdiction de Lév 18.9; 20,17; Dt 27.22
  • Jacob a épousé sa belle-sœur (28,28) contre Lév 18,18
  • Jacob a érigé une «pierre» (masseba) en 28.18, condamnée en Ex 34.13; Lev 26,1; Dt 12,3; 16.21-22).
  • Les droits des premiers-nés étaient importants et protégés dans Dt 21.15-17, mais ils ont souvent été outrepassés dans la Genèse – 17, 25, 27, 38, 48, 49).

Sodome et Gomorrhe

Deux sites de la vallée du Rift au sud-est de la mer Morte, Bab edh-Dhra et Numeira, qui ont été fouillés dans les années 1970, correspondent parfaitement aux descriptions bibliques de Sodome et Gomorrhe. Le nom arabe Numeira, en fait, peut être linguistiquement lié au nom hébreu Gomorrhe («ămōrāh). Les deux sites ont été violemment détruits par le feu et par un tremblement de terre à l’époque d’Abraham.

La destruction de l’incendie s’est même étendue au cimetière de Bab edh-Dhra. De petits bâtiments là-bas (appelés charniers où étaient placés les morts) ont été incendiés par le feu qui s’est déclaré sur les toits. C’est une preuve irréfutable que «Alors l’Eternel fit tomber sur Sodome et sur Gomorrhe une pluie de soufre enflammé par un feu qui venait du ciel, de l’Eternel.» (Genèse 19:24).

La Bible nous dit aussi qu ‘«Il a renversé ces villes» (Genèse 19:25). Le géologue Jack Donahue de l’Université de Pittsburgh a trouvé des preuves d’un tremblement de terre massif survenu au moment où ces sites ont été incendiés.

À Bab edh-Dhra, l’emplacement de la ville est plus haut que le lit du cours d’eau adjacent d’au moins 28 m; et à Numeira, le déplacement est 50 m. Ces mouvements pourraient provenir du naufrage de la vallée du Rift, de la poussée des sites urbains ou d’une combinaison des deux.

Quoi qu’il en soit, ces énormes déplacements sont la confirmation dramatique d’un événement sismique catastrophique qui s’est produit au sud de la mer Morte à l’époque d’Abraham, et les preuves sont encore visibles aujourd’hui8.

Les archéologues athées n’associent pas ces deux sites à Sodome et Gomorrhe parce qu’ils supposent à tort qu’il s’agit de lieux mythiques.

Les objections concernant l’historicité de la Genèse ?

Au fil des ans, les chercheurs ont utilisé certaines «preuves» contre la datation trop précoce des patriarches:

Ce ne sont là que quelques exemples qui sont utilisés contre l’historicité de la Genèse dont la plupart trouvent des réponses satisfaisantes.

L’élément commun à propos de ces arguments et d’autres utilisés est qu’ils sont tous basés sur l’absence de preuves. Toutefois les contours et les détails de l’histoire d’Abraham semblent cohérents avec la période revendiquée en question.

Un élément déterminant pour juger de la fiabilité des récits bibliques

Il est à noter que l’un des aspects les plus importants pour juger de l’inspiration divine de la Bible concerne le phénomène prophétique des écritures.

En effet la science, l’archéologie, l’unicité de la Bible, les réponses aux questions existientielles, les témoignages de convertis etc… apportent tous du crédit à la prétention biblique, mais le phénomène prophétique n’est pas en reste.

Ce n’est pas en faisant un retour sur le passé que Joseph a convaincu pharaon, pas plus que Daniel ne s’est attiré les faveurs du roi de Babylone en lui expliquant l’histoire du monde avant eux, mais en lui révélant l’avenir, car seul Dieu peut révéler l’avenir, tout comme lui seul peut ressusciter un mort.

En réalité Abraham nous en apprend beaucoup sur la relation entre l’homme et Dieu. Abraham fit confiance à Dieu, et Dieu réalisa les promesses qu’il avait faites.

Ainsi l’opération de vérification de la fiabilité du texte n’est pas uniquement “est ce que les évènements indiqués en Genèse se sont produits dans le passé ” mais aussi “est ce que les promesses que Dieu a faites se sont réalisées dans le futur ?”

Genèse 12 : 1-3

L’Eternel dit à Abram: «Quitte ton pays, ta patrie et ta famille et va dans le pays que je te montrerai. Je ferai de toi une grande nation, je te bénirai, je rendrai ton nom grand et tu seras une source de bénédiction. Je bénirai ceux qui te béniront et je maudirai ceux qui te maudiront, et toutes les familles de la terre seront bénies en toi.»

Si l’auteur de ce texte avait inventé ce récit et cet “Eternel” au passage, eh bien nous devrions le féliciter et le considérer comme le plus grand devin ou le plus grand chanceux de tous les temps.

En tout cas, “L’Eternel” de ce texte semble ne pas avoir été contredit jusqu’à aujourd’hui.

Abraham est devenu le père d’une grande nation, et même plus, toutes les nations de la terre sont bénies à travers lui. Nous retrouvons l’identité de cet “Eternel” dans l’Evangile selon Jean, écrit quelques 2000 ans après la vie d’Abraham :

Jean 8 : 56-58

Abraham, votre père, a tressailli de joie de ce qu’il verrait mon jour: il l’a vu, et il s’est réjoui.

Les Juifs lui dirent: Tu n’as pas encore cinquante ans, et tu as vu Abraham!

Jésus leur dit: En vérité, en vérité, je vous le dis, avant qu’Abraham fût, je suis.

Tout comme Abraham nous avons la Parole de Dieu et ses promesses diverses, que nous pouvons tester en faisant confiance à Dieu.

Soutenir le Ministère de “Qu’est ce que la Vérité ?”

Références :

  1. https://coldcasechristianity.com/writings/why-doesnt-archeology-corroborate-every-detail-of-the-new-testament-accounts/
  2. https://www.bethinking.org/is-the-bible-reliable/archaeology-and-the-historical-reliability-of-the-new-testament
  3. (DJ Wiseman,” Archaeology and the Old Testament “in EBC, vol 1. , p. 316)
  4. (Kitchen 2003, p. 320).
  5. Astour 1992, p. 3
  6. Aalders (1981, p. 283)
  7. Kitchen (2003, p. 320).
  8. For more details and documentation, see B. G. Wood, “The Discovery of the Sin Cities of Sodom and Gomorrah,” Bible and Spade 12 (1999): 66–80, http://www.biblearchaeology.org/post/2008/04/16/The-Discovery-of-the-Sin-Cities-of-Sodom-and-Gomorrah.aspx.

Anthony ETHEVE

Passionné et étudiant converti à la Bible, Anthony partage le fruit de ces centaines d'heures de recherche afin d'aider les chrétiens et notamment les nouveaux appelés à comprendre les thèmes bibliques et le débat création/évolution.

Recent Posts