| | |

Le récit d’Adam et Eve est-il historique ou légendaire ?

Est-ce que les humains descendent d’une espèce de singe ou d’Adam et Eve ? – voilà une très grande interrogation – il s’agit d’un sujet déterminant pour fonder sa vision du monde. Les juifs et les chrétiens ont historiquement interprété qu’Adam et Eve étaient historiques et non légendaires. Ont-ils eu raison ?

Les éléments suivants soutiennent l’historicité d’Adam et Eve :

1.La Bible les présente comme des figures historiques aussi bien dans l’ancien que dans le nouveau testament – et la Bible est un document fiable qui a prouvé sa valeur à maintes reprises.

2.La croissance démographique de l’humanité est cohérente avec le modèle biblique de moins de 10 000 ans et du déluge il y a 5300 ans.

3.La génétique appuie le récit biblique avec l’étude des différences dans l’adn mitochondrial et l’entropie génétique.

4.L’archéologie sumérienne, babylonienne, rapporte des éléments forts ressemblant aux détails du récit de la création et d’Adam et Eve.

5.Les caractères chinois enregistrent les évènements du récit de la genèse.

Comment Adam et Eve sont-ils considérés dans la Bible ?

La Bible nous relate l’histoire d’Adam et Eve dans les premiers chapitres du Livre de la Genèse. C’est une information très connue mais Adam est également mentionné dans le Nouveau Testament au chapitre 3 de Luc au verset 38 où la généalogie de Jésus remonte jusqu’à lui.

Dans Marc chapitre 10 et le verset 6, Jésus lui-même se réfère à la création d’Adam et Eve, on retrouve l’origine de cette citation dans les versets de Genèse 1 : 27 et de Genèse 5 : 2.

Par ailleurs dans Matthieu 23 : 35 et Luc 11 : 51, Jésus se réfère à Abel, le fils aîné d’Adam et Eve.

Alors une fois que nous avons vérifié ces versets, eh bien on se rend compte que Jésus et les auteurs du Nouveau Testament percevaient le récit d’Adam et Eve comme un récit historique. Rappelons-nous que l’époque de Jésus se situe quelques 5000 ans après la Création selon l’ancienne bible grecque de la septante.

L’apôtre Paul se réfère également à Adam qu’il considère également historique – voir Romains chapitre 5.

Le livre de la Genèse et l’évolution

Les chrétiens influencés par la théorie de l’évolution ont cherché et cherchent encore à réinterpréter le livre de la genèse afin de l’adapter à l’évolution. Qui dit s’adapter signifie devoir écarter Adam et Eve, la chronologie biblique, le déluge et Noé lui-même, le principal protagoniste de cet évènement. Dans Matthieu 24 : 38-39, Jésus se réfère également au déluge et à Noé en des termes historiques.

Avant d’étudier l’historicité d’Adam et Eve, prenons note de quelques points. Il existe plusieurs moyens de revisiter l’interprétation historique littérale du livre de la Genèse. Voici les 3 théories les plus populaires pour faire cela :

  • Il y a la théorie du jour âge qui indique que les jours de la création ne sont pas des jours littéraux mais plutôt des longues périodes de temps.
  • Il y a la théorie du décalage qui insère des milliards d’années entre genèse 1 : 1 et genèse 1 : 2.
  • Et enfin il y a la théologie libérale qui mythologise le tout, et cela jusqu’à au moins Abraham qui intervient à la fin du chapitre 11 de la genèse.

Ces 3 théories souffrent de nombreux problèmes, aussi bien scientifiques que théologiques. Notons que le point commun de ces 3 théories est l’évolution, et pas uniquement l’évolution biologique mais aussi l’évolution géologique et cosmologique. Il faut noter que l’église avait déjà en grande partie basculé dans l’évolution avant Darwin, parce qu’à l’époque on commençait à percevoir la terre comme étant âgé de milliards d’années. Alors pourquoi devrait-on considérer que l’évolution et le récit créationniste des premiers chapitres de la genèse sont incompatibles ?

7 raisons pragmatiques qui révèlent l’incompatibilité entre la Genèse et l’évolution

Première raison : la Bible rapporte une chronologie de l’histoire de l’univers, de la terre, et de l’humanité de moins de 10 000 ans. L’évolution présente dans un contraste saisissant un scénario de 13.8 milliards d’années pour l’univers, de 4.543 milliards d’années pour la terre, et d’environ 200 000 ans pour l’humanité voire de millions d’années pour des formes primitives supposées.

On note premièrement une différence énormissime au niveau de la durée, mais en plus, alors que l’univers, la terre et l’humanité ont, à quelques jours près, le même âge dans la Bible, ce n’est pas le cas dans le scénario évolutif qui a d’une, la terre qui fait son apparition 9 milliards d’années après le fameux big-bang et de deux, l’humanité qui arrive plus de 13 milliards d’années après ce même big-bang.

Ces quelques 13 milliards d’années posent problème à l’égard de Marc 10 : 6 dans le NT, où Jésus indique que Dieu a créé l’homme et la femme au commencement de la création et non à la fin. Car si l’homme et la femme sont arrivés 13 milliards d’années après le début de l’univers, on ne peut pas dire qu’ils sont arrivés au commencement, sinon les mots n’ont plus de sens. Jésus se serait trompé dans ce cas.

Notons au passage que la Bible doit s’interpréter à partir de la Bible. Quand on prend des données externes pour l’interpréter c’est qu’on a une conclusion prédéterminée et que l’objectif est de trouver un moyen de modeler le texte biblique à des fins de l’adapter à ces données extérieures – en l’occurrence l’évolution.

La Bible est consistante et cohérente quand on interprète littéralement la Genèse, autrement plus rien ne fait sens. Et c’est un fonctionnement honnête que de tirer le sens du texte à partir du texte, autrement le texte serait sujet à toutes les modifications désirées afin de s’adapter à n’importe quelle théorie du moment ou penchant personnel.

Donc un modèle de moins de 10 000 ans, avec une création rapide des éléments, ne peut pas s’adapter à un modèle de 13 milliards d’années qui indiquent que ces mêmes éléments apparaissent graduellement au cours de milliards d’années.

Deuxième raison : un problème de séquence

La durée est déjà un problème mais en plus l’ordre de la création des éléments dans Genèse 1 ne correspond pas à l’ordre d’apparition des éléments dans le scénario évolutif.

Dans la perspective évolutionniste, les poissons précèdent (de plusieurs centaines de millions d’années) les plantes à fleurs. Dans la genèse les plantes sont avant les poissons.

La terre est également créée avant le soleil et les étoiles dans la genèse, or le soleil et les étoiles viennent avant la terre dans l’histoire évolutionniste.

Enfin la terre à ses premiers moments n’est qu’un océan universel dans la Bible, c’est au 3ème jour que les surfaces terrestres font apparition. L’histoire évolutionniste propose l’inverse.

La terre est tout d’abord une « terre en fusion » (il y a 4,5 milliards d’années) et l’océan n’apparait que près d’un milliard d’années plus tard.

On peut aussi noter le problème de la théorie du jour âge, celle qui voit des grands laps de temps entre les 6 jours de la création, avec par exemple le fait que les animaux apparaissent deux jours après les plantes dans Genèse 1. Il est difficile d’imaginer que les plantes aient été seules durant une longue période de temps sans insectes et animaux.

Le monde végétal et animal ont besoin l’un de l’autre pour fonctionner.

Troisième raison : les aspects essentiels de l’évolution – le hasard et le temps

Le récit créationniste de la Genèse est un modèle de conception intelligente. Le modèle évolutionniste avance avec des mouvements aléatoires.

Un développement par le hasard est l’inverse d’une conception intelligente. C’est justement parce que la philosophie évolutionniste écarte l’existence du Créateur qu’ils font appel à des longues durées et au hasard – afin de remplacer Dieu, mais si le Créateur existe, il n’y a plus de raisons de faire appel au temps et au hasard comme recette pour créer la terre et les êtres-vivants.

Selon la Bible Dieu a créé la terre pour qu’elle soit habitée (Esaïe 45). Il est logique dans un tel modèle que Dieu ait créé rapidement. Dieu est hors de l’univers et de la bulle spatio-temporelle, et il peut donc faire les choses instantanément et puisque son objectif était d’avoir un monde regorgeant de vie, cela se corrèle tout naturellement à la création en six jours de Genèse 1.

Le hasard est donc l’opposé d’une conception intelligente – on ne peut donc les marier.

4ème raison : la mort et la souffrance

Alors voici l’un des arguments bibliques les plus puissants. Selon Genèse 3 et Romains 5, la mort et la souffrance sont des phénomènes post-péché originel. Avant le péché d’Adam et Eve, la mort n’existait pas et cela correspond à Dieu qui dit que tout était très bon à la fin de sa création.

Nous avons besoin d’Adam et Eve pour expliquer le mal, le désordre, la souffrance et la nécessité d’un sauveur – Jésus-Christ. En Jésus-Christ nous obtenons la restauration de toute chose et la promesse de la 2ème terre qui se trouve dans Esaïe 66 et Apocalypse 21. Eh oui la Bible fait des déclarations renversantes.

La théorie du jour-âge, la théorie du décalage et la théologie libérale, indiquent toutes que la mort et la souffrance ont toujours existé et cela pose de forts problèmes théologiques, au point même de remettre en question le rôle de Jésus-Christ et de faire de Dieu le créateur du mal et de la souffrance, puisque ces derniers ne seraient pas le résultat de la chute. Voir à ce titre romains chapitre 5. Il faut résolument interpréter littéralement la genèse, comme l’ont fait les chrétiens et les juifs tout au long de l’histoire, pour que le message biblique soit présenté de manière cohérente.

Dieu a dit que tout était très bon à la fin de sa création – cela signifie que la mort, la souffrance et le péché n’existaient pas.

5ème raison ; la tendance à la dégradation

La perspective biblique est une perspective de dégradation au fil du temps alors que l’évolution présente un scénario d’amélioration. Scientifiquement c’est d’ailleurs la perspective de dégradation qui est la bonne, à l’égard de la seconde loi de la thermodynamique, qui indique que l’entropie et le désordre augmente dans l’univers, et nous voyons notamment cela au niveau génétique, avec le concept de l’entropie génétique – c’est-à-dire que les êtres-vivants se dégradent génétiquement de génération en génération, accumulant environ 60 à 100 mutations génétiques par génération, et cela entraîne des maladies génétiques qui rendent l’être-humain toujours moins en bonne santé.

Effectivement les modélisations informatiques Mendel indiquent que l’être-humain ne peut pas se maintenir durant plusieurs centaines de milliers d’années et encore moins des millions. Et cela vaut également pour les animaux, qui tout simplement, n’auraient pas pu se maintenir durant des millions et centaines de millions d’années comme l’évolution l’indique.

Voici donc des découvertes récentes en génétique qui appuient la tendance biblique à la dégradation et infirment la tendance à l’amélioration de l’évolution. Un système qui se dégrade constamment et qui est censé se dérouler aléatoirement ne peut pas s’améliorer au fil du temps – bien au contraire.

6ème raison – la théorie erronée de l’évolution

Eh oui à quoi bon chercher à s’adapter à l’évolution quand l’évolution elle-même est réfutée scientifiquement. Des concepts tels que la loi de la biogenèse de Louis Pasteur, la complexité irréductible et le dessein intelligent, démontrent que l’évolution n’est pas possible.

Le registre fossile montre des animaux complexes dès le début, sans ancêtres primitifs, on appelle ça l’explosion cambrienne, et le registre fossile montre encore que les animaux ne changent pas malgré des dizaines ou centaines de millions d’années, à part quelques variations mineures qui sont dues à la sélection naturelle. La sélection naturelle n’est pas un processus créatif – elle ne fait que sélectionner des variantes génétiques existantes et son processus est descendant, et non montant ou complexifiant comme le nécessite la théorie générale de l’évolution.

Par ailleurs, Louis Pasteur, en réfutant la génération spontanée, qui est à l’évolution ce que la genèse est au nouveau testament, avait démontré que l’évolution n’était pas possible avec la loi de la biogenèse qui indique que le vivant ne vient que du vivant et ne peut pas être généré via un assemblage chimique.

La première loi de thermodynamique dit que l’énergie ne peut pas être créée ou détruite et cela indique également qu’il a fallu un concepteur au-dessus de ces lois.

La complexité irréductible de son côté montre que les systèmes complexes doivent être assemblés d’un coup pour fonctionner, autrement tout s’écroule et cela est facilement compréhensible quand on considère qu’une seule petite pièce défectueuse est suffisante pour mettre un véhicule à l’arrêt.

La genèse biblique ressort victorieuse ces dernières années sur le terrain scientifique – cela est en adéquation avec son caractère inspiré. Une création rapide a beaucoup de sens alors qu’un développement lent, graduel et aléatoire pose de graves problèmes de fonctionnalité.

7ème raison : les fruits de l’évolutionnisme

Le monde occidental a perdu la foi en grande partie à cause de la théorie darwinienne et on ne peut donc pas, comme le propose les chrétiens évolutionnistes, intégrer à la Bible un concept qui a endommagé dans l’esprit des gens l’inspiration divine de la Bible.

On pourrait encore parler des fruits du darwinisme, qui se présentent sous la forme de Karl Marx, du Communisme, du Nazisme et de bien d’autres choses comme l’aggravation du racisme.

En contraste nous avons Louis Pasteur, chrétien créationniste, qui a peut-être sauvé des milliards de vie avec les vaccins et il y a bien d’autres bénéfices du christianisme sur la société occidentale.

A choisir, il vaut mieux être pasteuriste plutôt que darwiniste.

A-t-on des éléments de preuves pour valider l’existence d’Adam et Eve ?

Alors quelles sont les preuves qui pourraient indiquer que le récit d’Adam et Eve, interprété littéralement, soit historique et correct ?

Alors si vous n’avez pas encore lu l’article « depuis quand l’humanité existe-t-elle ? » je vous invite fortement à le faire car nous avions passé en revue trois preuves puissantes qui sont :

La croissance démographique de l’humanité qui indique qu’une croissance de 0.40% suffit à développer une population de 7 milliards d’habitants en environ 5000 ans, de la fin du déluge à aujourd’hui, alors que le scénario évolutif propose des solutions non cohérentes à ce sujet, comme une absence de croissance démographique durant des centaines de milliers d’années alors même que dans les pires moments de l’histoire il y a toujours eu une croissance minimale. Sans le déluge, il est bien difficile d’expliquer la croissance démographique de l’humanité tout comme la disparition des dinosaures.

Les différences dans l’ADN mitochondrial qui nous permettent de comparer le nombre d’erreur génétique constaté dans cette section de l’ADN par rapport aux erreurs modélisées dans le scénario évolutif de 200 000 ans et dans le scénario biblique de moins de 10 000 ans. A ce titre nous constatons que les observations réelles de différences dans l’ADN mitochondrial correspondent aux prédictions bibliques et ne correspondent pas aux prédictions évolutionnistes.

L’entropie génétique qui indique que les êtres-humains ne peuvent pas exister depuis des centaines de milliers d’années ou millions d’années, sinon ils seraient éteints.

Le mythe de l’origine commune entre le chimpanzé et l’homme

Par ailleurs l’homme ne descend pas d’une créature de type singe – il n’y a pas de mécanismes pour rendre une telle transition possible mais en plus il n’y a pas de fossiles de transitions. Les candidats tels que Lucie et Ardipethicus ont tous été réfutés – ils étaient des singes et non des formes de transitions.

L’homme de Neandertal de son côté est considéré comme un être-humain à part entière et cela a été révélé par leur mode de vie sophistiqué et l’étude de leur ADN qui montre qu’ils se sont accouplés avec des humains et lorsqu’il y a accouplement entre deux créatures, cela indique qu’ils forment une seule et même espèce.

Il y a eu plein de candidats au 20ème siècle mais ils se sont révélés inexacts et dans certains cas même frauduleux. Nous pouvons inclure dans cette liste l’homme de nebraska, Lucie ou encore l’homme de pilt down.

Un autre point la similitude entre les espèces n’indiquent pas une origine commune de ces espèces, mais plutôt un concepteur en commun qui a réutilisé quand c’était nécessaire les mêmes caractéristiques pour différents types de créatures, de la même manière que nous utilisons la roue dans plusieurs types de technologie, et cela parce que la roue est une conception très efficace.

Le cas des hommes “primitifs”

Les hommes des cavernes étaient tout simplement des hommes normaux et ils ont trouvés pratique de vivre dans des grottes. Nous avons l’exemple avec la grande grotte de malte. La Bible présente d’ailleurs des hommes vivant dans des cavernes.

Encore un autre point : la chasse et la cueillette n’ont pas précédé l’agriculture et je vous renvoie pour ce point vers cet article. En effet il semblerait que la chasse et la cueillette soient plutôt dues à des conséquences liées à des pertes de technologie.

Notons qu’il n’y a pas eu d’âge de pierre pour plusieurs raisons :

D’une on ne trouve pas les milliards de corps qu’il faudrait trouver si l’âge de pierre de 200 000 ans était vrai alors que les hommes de cet âge enterraient leurs morts, on n’en trouve en effet que quelques milliers. En fait les hommes en question sont certainement des descendants de Noé post-Babel lorsqu’il y a eu un éclatement de l’humanité et une perte de technologie.

De deux, ils avaient un mode de vie assez sophistiqué, et il n’y a aucune raison de penser qu’il ait fallu des dizaines ou centaines de milliers d’années avant qu’ils n’aient découvert que les plantes poussaient à partir des graines.

Enfin la croissance démographique de l’humanité ne correspond pas à cet âge de pierre. Les évolutionnistes doivent faire appel à une croissance nulle ou bien à une catastrophe de type déluge pour expliquer la démographique actuelle.

Quand on lit la Genèse, on voit que dès le début, les gens étaient familiers avec la chasse, l’agriculture, la vie de nomade, les villes, la musique, le bronze et le fer (Genèse 4: 3-4, 17-22). Cela était avant le Déluge, et ceux qui ont construit l’Arche et ont survécu au Déluge, dont nous provenons tous, étaient capables d’un haut niveau de culture et de développement.

Les créationnistes rejettent plus ou moins le système séculier des «âges» (âge de pierre, âge du bronze, etc.) et essaient généralement d’éviter d’utiliser ces termes.

L’utilisation de ces termes promeut subtilement l’idée que l’homme a évolué d’une manière progressive et montante, des singes aux humains, et des chasseurs-cueilleurs des cavernes aux agriculteurs et aux citadins modernes. Contrairement au scénario évolutif, les personnes qui ont eu un style de vie dit «primitif» en sont arrivées à la parce qu’elles avaient perdu leur connaissance commune culturelle et technologique à la Tour de Babel.

Archéologie de la Création et d’Adam et Eve ?

Une fois qu’on a compris que l’humanité a moins de 10 000 ans, eh bien il y a à nouveau de la place pour Adam et Eve. Aussi l’archéologie apporte des éléments qui viennent appuyer la création et le couple originel.

Voici un article qui traite de l’archéologie de la Création et d’Adam et Eve :

Les Pictogrammes Chinois et le Récit de la Genèse

De manière assez étonnante, les pictogrammes chinois confortent de manière inattendue le récit de la genèse, et notamment la création et le déluge.

Un autre article à ce sujet :

La meilleure preuve d’Adam et Eve est encore l’ancien testament suivi du nouveau. La Bible est un document historique fiable auquel on peut faire confiance.

Deux articles sont disponibles sur le site au sujet de la fiabilité de la Bible. Autrement vous pouvez vous procurez tous les articles de QQLV sur le site dans la catégorie articles PDFs (liens ci-dessus), ils sont rangés par thématiques et donc simple à étudier d’une manière chronologique et thématique.

Je vous remercie de m’avoir lu jusqu’ici, je vous souhaite plein de bénédictions en Christ, notre Merveilleux Créateur et Sauveur, et je vous dis à très bientôt.

Plus de 200 articles qui vont de la Création à la Résurrection !

A lire également