Qui a écrit le Livre de la Genèse ? Moïse ?


Bibliquement et traditionnellement il a toujours été admis que Moïse a écrit le Livre de la Genèse, mais la vision évolutive du monde a progressivement remis en question l’auteur des premiers livres de la Bible.

Presque tous les collèges et séminaires bibliques libéraux, et malheureusement certains qui professent une doctrine évangélique conservatrice, enseignent avec approbation «l’hypothèse documentaire», également connue sous le nom de «l’hypothèse JEDP».

Qu’est ce que l’hypothèse documentaire ?

Il s’agit de la vision libérale / critique qui nie que Moïse ait écrit les 5 premiers livres de la Bible (de la Genèse au Deutéronome). Cette hypothèse indique que divers auteurs anonymes ont compilé ces cinq livres (et d’autres parties de l’Ancien Testament) à partir de siècles de tradition orale, jusqu’à 900 ans après la vie de Moïse (si tant qu’il ait existé dans cette hypothèse). Ces narrateurs hypothétiques sont désignés comme suit :

  • J (représentant ce que les hypothèses du documentaire appelleraient le Jahviste) aurait vécu environ 900 à 850 av. Il / elle / ils ont prétendument rassemblé les mythes et légendes de Babylone et d’autres nations, et les ont ajoutés aux ‘histoires de feu de camp’ des Hébreux, produisant ces passages bibliques où les lettres hébraïques YHWH (‘Jéhovah’) sont utilisées comme nom de Dieu.
  • E (représentant l’Elohiste) aurait vécu en 750 à 700 avant JC dans le royaume du nord (Israël), et aurait écrit ces passages où ‘Elohim est utilisé comme mot pour Dieu.
  • D aurait écrit la majeure partie du Deutéronome, probablement le livre trouvé dans le temple de Jérusalem en 621 av. (2 Rois 22: 8).
  • P représente soi-disant un prêtre (ou des prêtres) qui aurait vécu pendant l’exil à Babylone et qui aurait composé un code de sainteté pour le peuple.
  • Divers éditeurs R (de l’allemand Redakteur) auraient tout compilé ensemble

L’idée de la paternité multiple de ces livres a été proposée pour la première fois par Jean Astruc à Paris en 1753. Cependant, le principal représentant fut Julius Wellhausen (1844–1918), qui «a reformulé l’hypothèse documentaire… dans une vision évolutionniste de l’histoire qui s’était répandue dans les cercles philosophiques à l’époque12.

Il a affirmé que les parties de l’Ancien Testament qui traitaient d’une doctrine sophistiquée (un Dieu, les dix commandements, le tabernacle, etc.) n’étaient pas la vérité révélée par le Dieu vivant, mais étaient des idées issues d’étapes inférieures de la pensée, y compris le polythéisme, l’animisme, le culte des ancêtres, etc.3. D’où le «besoin» de trouver ou de fabriquer des auteurs ultérieurs. L’un des principaux arguments était que l’écriture n’avait pas encore été inventée à l’époque de Moïse, ce qui est une erreur monumentale.

L’Alphabet existait-il à l’époque de Moïse ?

Ainsi, l’hypothèse documentaire sape l’authenticité des récits de la Genèse (création, chute, déluge), ainsi que toute l’histoire patriarcale d’Israël. Elle présuppose que l’ensemble de l’Ancien Testament est une gigantesque fraude littéraire, et remet en question non seulement l’intégrité de Moïse, mais aussi la fiabilité / divinité de Jésus. Pas étonnant que les critiques l’aient embrassé si chaleureusement!

Moïse a t’il été J, E, D, P ou R ?

Réponse: Aucun d’entre eux.

Moïse a été à la fois écrivain et rédacteur en chef du Pentateuque, et ces cinq livres ont été composés par lui vers 1400 avant JC4, et non par des inconnus au moment de l’exil.

Cela ne signifie pas que Moïse n’a pas utilisé d’autres sources écrites qui étaient à sa disposition, ou qu’il a écrit les derniers versets de Deutéronome 34 qui relatent sa mort. La tradition talmudique (juive rabbinique) a toujours été que certaines mentions ont été ajoutées sous l’inspiration divine, par Josué.

Il n’y a aucune preuve externe à l’appui de l’hypothèse J, E, D, P ou R. Quels étaient leurs noms ? Qu’est-ce que ces prétendus savants littéraires ont écrit d’autre ? L’histoire, à la fois hébraïque et laïque, n’en sait rien. Ils n’existent que dans l’imagination fertile des inventeurs de l’hypothèse documentaire.

Preuves de la paternité Mosaïque du Pentateuque

Les preuves que Moïse a écrit le Pentateuque, souvent appelé dans la Bible «la loi» (hébreu torah), sont accablantes :

  • Contrairement aux vues de Wellhausen et d’autres, la recherche archéologique a établi que l’écriture était bien connue à l’époque de Moïse. L’hypothèse JEDP suppose à tort que les Israélites ont attendu plusieurs siècles après la fondation de leur nation avant de remettre leur histoire ou leurs lois sous forme écrite, même si leurs voisins conservaient des archives écrites de leur propre histoire et religion d’avant l’époque de Moïse5.
  • L’auteur est manifestement un témoin oculaire de l’Exode d’Egypte, familier avec la géographie, la flore et la faune de la région6; il utilise plusieurs mots égyptiens7 et se réfère à des coutumes qui remontent au deuxième millénaire avant notre ère8.8
  • Le Pentateuque affirme dans de nombreux endroits que Moïse fut l’écrivain, par ex. Exode 17:14; 24: 4–7; 34:27; Nombres 33: 2; Deutéronome 31: 9, 22, 24.
  • Plusieurs fois dans le reste de l’Ancien Testament, Moïse est décrit comme étant l’auteur, par ex. Josué 1: 7–8; 8: 32–34; Juges 3: 4; 1 Rois 2: 3; 2 Rois 14: 6; 21: 8; 2 Chroniques 25: 4; Esdras 6:18; Néhémie 8: 1; 13: 1; Daniel 9: 11-13.
  • Dans le Nouveau Testament, Jésus parle fréquemment des écrits de Moïse ou de la loi de Moïse, par ex. Matthieu 8: 4; 19: 7–8; Marc 7:10; 12:26; Luc 24: 27,44; Jean 5: 46–47; 7:19.

Jésus dit ceci dans Luc 16 : 31 :


Luc 16 : 31

« S’ils n’écoutent ni Moïse ni les prophètes, ils ne se laisseront pas davantage convaincre par un mort revenant à la vie ! »

Ainsi, nous voyons que les églises et les séminaires qui rejettent l’historicité des écrits de Moïse rejettent souvent aussi la résurrection corporelle littérale du Seigneur Jésus-Christ.

Comment Moïse a t’il pu écrire les évènements de la Genèse qui l’ont précédé ?

Cela signifie-t-il que Moïse a écrit la Genèse sans référence à aucune information antérieure ? Pas nécessairement. La Genèse comprend des récits d’événements historiques survenus avant la naissance de Moïse. Moïse peut très bien avoir eu accès aux archives patriarcales et / ou aux traditions orales fiables de ces événements.

Dans ce cas, de tels documents auraient certainement été préservés en étant écrits (probablement sur des tablettes d’argile) et transmis de père en fils via la ligne d’Adam-Seth-Noah-Sem-Abraham-Isaac-Jacob, etc.

Il y a 11 versets dans la Genèse qui disent: «Ce sont (ou« Ceci est le livre de ») les générations de…» Le mot hébreu toledoth traduit par «générations» peut aussi signifier «origines», «histoire» ou même «famille histoire ”, et chaque verset vient soit avant, soit après une description des événements historiques qui ont impliqué la personne nommée9.

L’explication la plus probable est qu’Adam, Noé, Sem, etc. ont chacun écrit un récit des événements qui se sont produits soit juste avant, soit au cours de leur vie, et Moïse, sous l’inspiration infaillible du Saint-Esprit, les a sélectionnés, compilés et édités pour produire la Genèse dans sa forme cohésive actuelle10.

La Genèse ne montre pas une progression de l’idolâtrie au monothéisme, comme l’exige l’évolutionnisme de Wellhausen. Au contraire, la Bible commence par une révélation originale de Dieu, qui a ensuite été rejetée au point que la nation hébraïque elle-même est tombée dans l’idolâtrie et a donc été livrée à la captivité par Dieu. La perspective est clairement du monothéisme au polythéisme et non l’inverse.

Qu’en est il des différents mots utilisés pour Dieu ?

Considérons cela dans les chapitres 1 et 2 de Genèse. Le mot “Elohim” est utilisé pour Dieu 25 fois dans Genèse 1: 1–2: 4a.11 Il renferme l’idée d’un Être impressionnant et fidèle, ayant un pouvoir créateur et dirigeant, de la majesté. et l’omnipotence, il est au-dessus du monde matériel qu’Il a créé. C’est un titre élevé (= «Dieu») et le mot approprié que Moïse a utilisé pour le premier rapport factuel sur les activités créatrices de Dieu11.

Dans Genèse chapitre 2 du verset 4, l’hébreu utilise les lettres YHWH pour désigner Dieu. Parfois traduit par «Jéhovah», il est plus souvent traduit par «Eternel», et est le terme le plus couramment utilisé pour désigner Dieu dans l’Ancien Testament (6 823 fois). Cela signifie «Celui qui a toujours été, est maintenant et sera toujours», il s’agit du nom très personnel de Dieu.

Il est donc utilisé dans ses relations personnelles et d’alliance avec les hommes. Genèse 2: 4b et suiv. est le récit détaillé de la façon dont Dieu a créé Adam et Ève, et du cadre qu’Il a préparé pour eux12. Ici, ils étaient censés vivre et travailler dans une communion d’alliance aimante avec Lui13 et les uns avec les autres. Il était donc tout à fait approprié que Moïse ait utilisé YHWH pour écrire cette section de la Genèse.

Dans Genèse 2, YHWH est joint à ‘Elohim pour former le nom composé YHWH-‘Elohim (= le Seigneur Dieu). Cela identifie l’alliance Dieu YHWH comme étant un et le même qu’Elohim, le créateur tout-puissant. Il n’y a aucune raison logique (en particulier basée sur le terme utilisé pour Dieu) d’attribuer ce récit à tout autre auteur (s).

Les mêmes principes s’appliquent dans le reste de la Genèse et dans tout l’Ancien Testament.

Le système JEDP est auto-contradictoire, car ses partisans doivent diviser les versets en sections et même attribuer des parties de phrases (qui utilisent plus d’un terme pour Dieu) à différents auteurs. Un tel méli-mélo serait unique dans la littérature ancienne du Moyen-Orient.

Conclusion

En fin de compte, l’auteur de la Genèse a été Dieu, travaillant par l’intermédiaire de Moïse. Cela ne signifie pas que Dieu a utilisé Moïse comme «machine à écrire». Au contraire, Dieu a préparé Moïse à sa tâche dès le jour de sa naissance. Quand le moment est venu, Moïse avait toutes les données nécessaires et était infailliblement guidé par le Saint-Esprit quant à ce qu’il incluait et à ce qu’il omettait. Cela est cohérent avec l’histoire connue et avec les affirmations et les principes des Écritures (2 Timothée 3: 15–17; 2 Pierre 1: 20–21).

D’un autre côté, il n’y a aucune preuve historique, ni aucune base spirituelle ou théologique pour soutenir l’hypothèse imaginative JEDP. Son enseignement est complètement faux; la «recherche» qui en fait la promotion est totalement fallacieuse. Soutenu par la théorie de l’évolution, elle existe uniquement pour saper l’autorité de la Parole de Dieu.

Voici un autre article avec davantage d’argument concernant la paternité mosaïque du Pentateuque :

Références :

  1. Josh McDowell, More Evidence that Demands a Verdict, Here’s Life Publishers, 1981, p. 45.
  2. Notable exponents of Wellhausenism were Samuel R. Driver in England (1891), and Charles A. Briggs in the USA (1893). Since Wellhausen’s time, other liberal critics have ‘found’ up to 40 alleged contributors to the Pentateuch, including an Edomite source S and a Canaanite source K — there are almost as many subdivisions as there have been ‘experts’ finding sources!.
  3. Adapted from Dave Breese, Seven Men Who Rule the World from the Grave, Moody Press, Chicago, 1990, pp. 89 ff.
  4. https://creation.com/did-moses-really-write-genesis.
  5. Adapted from Gleason Archer, Encyclopedia of Bible Difficulties, Zondervan, Michigan, 1982, pp. 51–52.
  6. La séquence des cultures dans Exode 9: 31–32 est égyptienne et non palestinienne. Les arbres et les animaux mentionnés sont pour la plupart indigènes en Égypte ou dans la péninsule du Sinaï, pas en Palestine, par ex. l’acacia, utilisé pour le mobilier du tabernacle, est originaire d’Egypte et du Sinaï, mais on le trouve à peine à Canaan, sauf autour de la mer Morte. Les peaux prescrites pour le revêtement extérieur du tabernacle dans Exode 26:14 (hébreu tachash) étaient très probablement celles du dugong ou de la vache de mer (Zool. Sirenia) – trouvées dans la mer adjacente à l’Égypte et au Sinaï mais étrangères à la Palestine. Voir réf. 4, p. 46 ff.
  7. On trouve plus de mots d’emprunt égyptiens dans le Pentateuque que partout ailleurs dans la Bible, comme on s’y attendrait si l’auteur était Moïse «appris dans toute la sagesse des Égyptiens» (Actes 7:22). Le nom même de «Moïse» est égyptien et non hébreu.
  8. Il n’y a aucune mention dans le Pentateuque du temple, ou que Jérusalem serait son emplacement futur – le seul centre de culte mentionné était le tabernacle, une tente.
  9. Genèse 2: 4; 5: 1; 6: 9; 10: 1; 11:10; 11:27; 25:12; 25:19; 36: 1; 36: 9; 37: 2. Le premier d’entre eux, «Voici les origines des cieux et de la terre, quand ils furent créés.» (Genèse 2: 4), ne mentionne pas de nom humain, car aucun homme n’était présent pendant la semaine de la création jusqu’au sixième jour. L’information a probablement été révélée par Dieu à Adam, qui l’a ensuite consignée (réf. 9).
  10. Henry Morris, The Genesis Record, Baker Book House, Grand Rapids, Michigan, 1976, pp. 22–30; also Prof. Dr. F.N. Lee, personal communication, April 1998.
  11. «Elohim est une forme plurielle hébreu signifiant« deux ou plus ». Dans Genèse 1: 1, il se produit avec le verbe «créé» (hébreu bara) au singulier. C’est donc un nom pluriel avec une signification singulière, suggérant l’uni-pluralité de la Divinité. La doctrine chrétienne de la Trinité est donc annoncée dans la Bible dès le tout premier verset. Voir aussi l’utilisation du mot «nous» dans Genèse 1:26 et 11: 7.
  12. Il n’y a pas de contradiction entre Genèse 1 et 2. Dans Matthieu 19: 3-6, Jésus a cité ensemble les deux récits, 1:27 et 2:24, montrant qu’ils étaient également faisant autorité et entièrement complémentaires. Voir aussi D. Batten, «Genesis Contradictions?» Creation 18 (4): 44–45, 1996; R.M. Grigg, «La genèse doit-elle être prise à la lettre?» Creation 16 (1): 38–41, 1993.
  13. Voir Osée 6 : 7.

Anthony ETHEVE

Passionné et étudiant converti à la Bible, Anthony partage le fruit de ces centaines d'heures de recherche afin d'aider les chrétiens et notamment les nouveaux appelés à comprendre les thèmes bibliques et le débat création/évolution.

Recent Content