L’Araméen du Livre de Daniel est il du 6ème/5ème siècle av.J.C ou du 2ème siècle ?


Compte tenu de l’aspect prophétique du Livre de Daniel, la question de sa date de rédaction est inévitable. Deux courants se dégagent principalement – une rédaction au 6ème ou au 3ème/2ème siècle avant.J-C.

S. R. Driver, un grand critique de la Bible, a fait valoir que l’araméen de Daniel 2: 4-7: 28 était du 3ème siècle avant.J-C au 2ème siècle après.J-C.

Voici la célèbre citation de SR Driver:

«Les mots persans présupposent une période après que l’empire perse ait été bien établi: les mots grecs exigent, l’hébreu soutient, et l’araméen permet, une date après la conquête de la Palestine par Alexandre le Grand (332 av.J.C)1»

Nous allons voir que cette conclusion formulée en 1909 ne correspond à l’état des lieux du Livre de Daniel aujourd’hui.

Le savant, K. A. Kitchen, après étude approfondie de la question en est venu à une autre conclusion :

«Ces faits suggèrent une origine pour les mots persans en araméen de Daniel avant 300 av. J.-C. »

« En premier lieu, l’araméen de Daniel et d’Esdras se révèle être l’araméen impérial, en soi, pratiquement impossible à dater avec conviction entre 600 et 330 avant JC ».

“La seule indication d’un lieu d’origine provient de l’ordre des mots, qui trahit l’influence akkadienne, et prouve que l’araméen de Daniel (et d’Esdras) appartient à la première tradition de l’araméen impérial (7ème-6ème au 4ème siècles avant JC) et est opposé aux dérivés palestiniens plus tardifs et locaux de l’araméen impérial2

Jongtae Choi en 1994 a soutenu que l’araméen de Daniel correspondait à l’araméen impérial ou officiel du 5ème siècle du document de mariage des papyrus éléphantins de 449 av.J.-C., découvert en 1893 par Charles Edwin Wilbour3.

Thomas Constable dit:

«Les papyrus éléphantins sont des lettres que les Juifs de Babylone ont envoyées aux Juifs qui avaient fui vers une colonie du sud de l’Égypte appelée Éléphantine après la destruction de Jérusalem. Ils procurent beaucoup de lumière sur la vie juive telle qu’elle existait à Babylone pendant l’exil. »

Le vocabulaire araméen de Daniel

Quelques statistiques intéressantes sont données concernant le vocabulaire des chapitres araméens de Daniel dans l’article de Kitchen, «L’Araméen de Daniel4».

Il rapporte que 90% de ce vocabulaire est attesté dans des textes du 5ème siècle avant.J-C voire avant (incluant les inscriptions akkadiennes).

Sur les 10% restants, il y a une mince assurance que ces mots, attestés jusqu’à présent seulement dans la littérature araméenne ultérieure, ne se présenteront pas dans les découvertes futures, tout comme cela s’est produit dans le passé pour d’autres mots.

Par exemple, le mot Hemer (vin), que le Lexique Brown-Driver-Briggs a qualifié de “tardif”, est depuis Ougaritique du XIVe siècle. Le verbe « aepar » («être juste, acceptable») étiqueté dans le même ouvrage comme «rare et surtout tardif» apparaît au moins deux fois dans le papyrus Ahiqar du 5ème siècle (11, 92, 108 et peut-être 159), et également au 8ème siècle (Sefire Stela, III, 29).

Ainsi il est souvent erroné de supposer trop vite que des mots sont tardifs.

Une comparaison entre le Livre de Daniel et L’Apocryphe de la Genèse

L’un des témoignages linguistiques les plus significatifs de l’araméen international se trouve dans l’Apocryphe de la Genèse du 1er siècle avant J-C, découvert dans la grotte 1 de Qumrân, qui n’a pu être publié qu’en 1956, après les difficiles problèmes de déroulement du rouleau fragile et conglutiné. Le problème a finalement été résolu par l’israélien Biberkraut.

Nahman Avigad et Yigael Yadin ont produit l’édition imprimée à Jérusalem, par l’intermédiaire de Magnes Press de l’Université hébraïque. L’écrivain a fait une analyse linguistique détaillée des cinq colonnes lisibles de ce texte dans un article intitulé “Comparative Dating for Aramaic of Daniel and the Genesis Apocryphon“, présenté avant la réunion annuelle de la Evangelical Theologic Society au Westminster Seminary, Philadelphie, en décembre 1968.

Il convient de préciser qu’une recherche systématique a été faite de toute la littérature araméenne existante avant l’Apocryphe de la Genèse, y compris le glossaire de Lidzbarski dans son Handbuch der nordsemitschen Epigraphik “(la réimpression de Hildesheim, 1962.)5.

La découverte d’un manuscrit de ce genre datant du 1er siècle avant.J-C a immédiatement donné naissance à de nouvelles possibilités d’études et de comparaisons par rapport à ce qui était possible antérieurement.

Enfin apparaissait sur la scène un échantillon authentique incontesté concernant le type d’araméen utilisé dans les cercles juifs palestiniens dans un siècle de l’époque présumée de composition du livre de Daniel lui-même, selon la théorie largement répandue d’un pseudo-graphisme maccabéen.

Du point de vue de l’orthographe, de la grammaire, de la syntaxe et du vocabulaire, il est maintenant possible de déterminer dans des limites assez contraintes ce qui aurait été probable ou possible en 168 av.J.-C., en ce qui concerne l’araméen littéraire.

Il ne s’agit plus maintenant de simples suppositions et théories, mais il peut être établi sur des bases linguistiques objectives que l’araméen de Daniel est de plusieurs siècles plus vieux que celui de l’Apocryphe de la Genèse.

Dans le domaine de la morphologie, par exemple, il est à noter que l’Apocryphe utilise souvent pour le troisième pronom suffixe singulier féminin biblique -ah une orthographe avec h- ‘, une forme jusqu’alors inconnue en araméen avant la période targumique (2ème-1er siècle av.J-C)6.

Nous trouvons midneha ‘(“son fourreau”) pour la nidnah biblique, et ruheha‘ (“son esprit”) pour le ruhah biblique. De plus, l’Apocryphe ajoute souvent une dernière nun (lettre sémitique) au «-ö» du troisième pluriel masculin parfait des verbes lamedh-aleph, qui n’a jamais lieu dans Daniel ou Ezra, mais est classé dans Stevenson7 comme caractéristique du Talmud et du Midrash palestinien.

Par exemple, « be’on » (“ils cherchaient”), au lieu du « be’o » biblique (19:15); ou encore « atön » pour “ils sont venus” (19:26), au lieu du «atö» biblique”.

Quant au troisième féminin singulier parfait des verbes lamedh-aleph, l’Apocryphe montre une insertion du troisième radical yodh qui ne se produit jamais dans Daniel ou Esdras, mais qui est étiqueté par Stevenson comme caractéristique du Talmud et du Midrash palestinien.

Passant aux questions de vocabulaire, nous notons des formations qui n’ont été trouvées dans aucun araméen préchrétien jusqu’à présent.

Telle est « hakah », «ici» (2:25), et « keden » pour «ainsi» (2:17), au lieu de la « kidenah » biblique, et « den » (2:15) pour denah, «ceci» (bien que la forme z-n se trouve dans les inscriptions en araméen ancien).

Révélatrice est l’utilisation de la particule targumique « arë » pour signifier “parce que, cela” (20:20 et 21:14). En araméen biblique, la particule « arü » se produit, mais elle signifie uniquement «voir» et ne sert jamais de particule de but.

Il en va de même pour les inscriptions en araméen ancien de Lidzbarski; il n’y a même pas « d’arü » dans les papyrus éléphantins de Cowley.

Ensuite, il y a une phrase prépositionnelle très tardive, « bitelal », pour « à cause de, pour le bien de », qui se produit en 19:16, 19:20 et ailleurs. En araméen préchrétien généralement le « telal » signifie seulement « ombre, couverture, écran », et jamais ce lien causal.

Une autre phrase de but est « bedil », «par égard, pour l’amour de, à cause de» (19: 20), qui est assez familière en syriaque post-chrétien, mais n’a jamais été trouvée auparavant.

Un autre trait distinctif de l’Apocryphe est une vocalisation tardive de mots familiers, tels que « qüstä » pour “la vérité” (2:5), un forme targumique en contraste avec le « qesöt » biblique (qui, cependant, ne se produit pas dans l’état emphatique dans Daniel ou Esdras, une base exacte de comparaison fait donc défaut). Mais il n’y a pas de doute sur le retard de la forme infinitive « pe’al » en 19: 15 («partir»), à la place du modèle préchrétien « misbaq ».

Quant à « bilehodoha » « par elle-même », en 19:15, la combinaison « lehöd » ou « lehüd » apparaissant comme signifiant « individuellement, séparément » et la combinaison « lehöd » «lehodiy » comme « par moi-même », cela n’a jamais été trouvé dans l’araméen préchrétien.

Très nombreux sont des noms et des verbes qui n’apparaissent tout simplement pas en araméen d’avant le 1er siècle avant notre ère.

Par exemple « kelä », qui signifie «appeler, crier», apparaît en 19:16 comme «akyliat» (notez le troisième radical Yodh et l’aleph avant la fin en t): «elle a crié». Puis il y a « hasä », « ressentir, souffrir » en 20:16; « ginnüln », «chambre nuptiale», et l’adjectif «alëbä», «humble, pauvre».

Souvent, le verbe « debaq », qui signifie simplement «connecter ensemble» ou «joindre» en araméen préchrétien, est employé (par exemple, 19: 8) pour signifier «atteindre» un lieu.

Les exemples qui précèdent ont été donnés en raison de leur impact cumulatif, et non en raison de la valeur décisive d’un mot individuel cité. Il est vrai, bien sûr, qu’une partie du vocabulaire jusqu’alors connu uniquement de sources postchrétiennes (c’est-à-dire à l’époque targumique ou plus tard) peut apparaître un jour dans des documents araméens datant du IIe siècle avant JC.

Néanmoins, il y a suffisamment de formes et d’inflexions dans le texte de l’Apocryphe qui suggèrent qu’un virage définitif vers la morphologie et l’utilisation targumique était déjà en cours au 1er siècle avant JC.

La seule inférence raisonnable qui résulte d’une comparaison avec les chapitres bibliques araméens est que ces derniers représentent une étape de la langue des siècles plus anciennes que l’Apocryphe.

Il n’y a plus d’haphels causatifs, mais seulement des aphels; plus aucun hitpeels, mais seulement itpeels et itpaals comme en araméen tardif.

Il n’y a (contrairement à Daniel) absolument pas de voyelles passives internes, tels que les hophals, dans l’Apocryphe.

L’ordre des mots dans Daniel

L’ordre des mots (de l’apocryphe) est distinctement celui de l’araméen occidental, contrairement à la tendance à retarder le verbe plus tard dans la clause de l’araméen oriental très caractéristique de Daniel (qui aurait donc difficilement pu être composé en Palestine).

L’ordre des mots en araméen de Daniel qui est sujet-objet-verbe est une caractéristique des papyrus araméens du cinquième siècle d’Egypte. C. Hassell Bullock affirme:

«L’un des phénomènes les plus intéressants de l’araméen de Daniel, cependant, est l’ordre des mots, qui suit généralement le modèle sujet-objet-verbe.

Cela contraste fortement avec certains documents d’araméen de la mer Morte, l’Apocryphe de la Genèse et le Targum de Job, tous deux proches de l’époque de la composition supposée du 2ème siècle de Daniel.

Comme Kitchen l’a observé, l’ordre des mots de Daniel est en accord avec l’ostracon Asshur du 7ème siècle av.J-C. et avec la liberté d’ordre des mots qui caractérisait les papyrus araméens du cinquième siècle de l’Égypte8.

La prolifération des voyelles

L’orthographe prolifère des lettres de voyelle tel que la caractérise la soi-disant orthographie hasmonéenne des documents sectaires hébreux du IIe siècle av. J.-C., découverts dans les grottes de Qumrân.

Entre parenthèses, l’absence de ces lettres de voyelle supplémentaires dans le texte hébreu et en araméen de Daniel exclut pratiquement la possibilité de sa composition dans la période hasmonéenne (2ème siècle av.J-C) comme l’exige la théorie de la date des Maccabées.

Nous pouvons donc être serein quant à dire que tout examen sans préjugé de l’Apocryphe de la part d’un philologue qualifié conduirait inévitablement au verdict que les documents bibliques sont des siècles plus anciens.

Les Manuscrits de la Mer Morte

La découverte des manuscrits de la mer Morte de Daniel confirme que le livre contient ces deux langues du VIe siècle. Joyce Baldwin cite le chercheur conservateur en ergothérapie R. K. Harrison sur l’importance de la découverte de Daniel parmi les rouleaux de la mer Morte. Elle note que RK Harrison est d’avis que la datation maccabée (2ème siècle) de Daniel est :

«absolument exclue par les preuves de Qumrân … il n’y aurait pas eu suffisamment de temps pour que les compositions maccabées soient diffusées, vénérées et acceptées comme Écriture canonique par une secte Maccabée9. »

Les manuscrits de la Mer Morte de Daniel sont d’environ 150 avant.J-C. Les critiques disent que Daniel a été écrit vers 165 avant JC. Il n’aurait pas été possible que ce livre circule jusqu’à la Mer Morte et soit accepté comme Ecriture Inspirée en l’espace de seulement 15 ans. Cela renvoie encore à une écriture plus ancienne.

Cela pose un véritable problème pour l’antisupernaturaliste engagé, qui ne peut expliquer les prédictions réussies de Daniel que comme des prophéties après accomplissement.

Il est peu probable que les sceptiques soient influencés par une quantité quelconque de preuves objectives. Néanmoins, de telles preuves continuent d’affluer, montrant clairement que l’hypothèse des Maccabées (2ème siècle avant.J-C.) est tout à fait intenable comme explication de ce livre remarquable.

Date de rédaction d’autres sections araméennes de la Bible

D’autres sections de l’Ancien Testament sont écrits en araméen, comme Esdras 4: 8-6: 18; 7: 1-26; Jérémie 10:11 et deux mots dans Genèse 31:47. Gleason L. Archer soutient que :

«les Juifs n’ont apparemment pas fait exception aux sections araméennes du livre d’Esdras, dont la plupart consistent en des copies de la correspondance menées en araméen entre les gouvernements locaux de Palestine et la cour impériale perse d’environ 520 à 460 avant JC.

Si Esdras peut être accepté comme un document authentique du milieu du Ve siècle, alors que tant de ses chapitres sont en grande partie composés en araméen, il est difficile de comprendre pourquoi les six chapitres araméens de Daniel doivent être datés de deux siècles plus tard.

Il convient d’observer attentivement qu’à la Babylone de la fin du VIe siècle, dans laquelle a vécu Daniel, la langue prédominante parlée par la population hétérogène de cette métropole était l’araméen.

Il n’est donc pas surprenant qu’un habitant de cette ville ait eu recours à l’araméen pour composer une partie de ses mémoires 10

Une des raisons pour lesquelles les critiques acceptent l’araméen d’Esdras et non celui de Daniel est qu’il n’y a pas de prophétie prédictive surnaturelle dans Esdras.

Conclusion

Il existe bien d’autres arguments que l’étude linguistique qui viennent renforcer une rédaction ancienne de Daniel, à commencer par les détails historiques précis comme la mention de Belschatzar comme étant le roi en charge à Babylone au moment de sa chute, alors que les historiens anciens ne connaissaient que Nabonide.

Ironiquement replacer l’écriture de Daniel au 2ème siècle ne suffirait pas à briser l’élan prophétique de ce livre, car la prophétie ne s’arrêtait pas à la Grèce, elle indiquait l’Empire Romain et les divisions qui devaient s’en suivre.

Recevez le magazine digital (pdf + audio)

“Science, Archéologie et Parole de Dieu”

Plus de 200 articles qui vont de la Création à la Résurrection !

Références :

  1. S. R. Driver. Introduction to the Literature of the Old Testament (1909), 508.
  2. K. A. Kitchen, in Notes on Some Problems in the Book of Daniel, (35–44).
  3. Choi, Jongtae (1994), “The Aramaic of Daniel: Its Date, Place of Composition and Linguistic Comparison with Extra-Biblical Texts,” Ph. D. dissertation (Deerfield, IL: Trinity Evangelical Divinity School) xvii, 288 pp.
  4. Notes on Some Problems in the Book of Daniel, pp. 31-79
  5. Cowley, Aramaic Papyri of the Fifth Century, B. C., and of course the· Biblical Aramaic vocabulary itself
  6. WiIliam B. StevenSOIl, Grammar of Palesti1Zian Jewish Aramaic, 515, lists this as “OJ,” ox “Onkelos and Jonathan.”
  7. WiIliam B. StevenSOIl, Grammar of Palesti1Zian Jewish Aramaic, 515, lists this as “OJ,” ox “Onkelos and Jonathan.” 26-41 Ibid., §28
  8. C. Hassell Bullock. An Introduction to the Old Testament Prophetic Books (Chicago: Moody Press, 1986), 287.
  9. J. G. Baldwin. Daniel: An Introduction and Commentary. (Downers Grove, IL: InterVarsity Press, 1978), Vol. 23, 51.
  10. C. Hassell Bullock. An Introduction to the Old Testament Prophetic Books (Chicago: Moody Press, 1986), 287

Anthony ETHEVE

Passionné et étudiant converti à la Bible, Anthony partage le fruit de ces recherches afin d'aider les chrétiens et notamment les nouveaux appelés à comprendre les thèmes bibliques, le débat création/évolution et explorer les preuves historiques et archéologiques du judéo-christianisme.

Articles récents