Y a t’il des contradictions sur Judas à propos de sa mort et des trente pièces d’argent ?


Matthieu 27:5

Judas jeta les pièces d’argent dans le temple, se retira, et alla se pendre.


Actes 1:18

Cet homme, ayant acquis un champ avec le salaire du crime, est tombé, s’est rompu par le milieu du corps, et toutes ses entrailles se sont répandues.

Cette contradiction apparente est certainement l’une des plus connues. Notons qu’il y a deux interrogations : La façon dont est mort Judas et l’utilisation des trente pièces d’argent.

Analyse du texte

En premier lieu, notons que Matthieu était un collecteur de taxes et Luc un docteur. Nous verrons que ceci a une importance car les deux récits semblent refléter leurs professions.

Comme pour les controverses sur l’heure de la crucifixion et les voleurs sur la croix, il faut aussi analyser en parallèle les deux récits, chacun apportant une notion différente et ne cherchant pas à répéter le contenu d’un autre livre.

Nous n’avons pas de détails écrits qui permettent de solutionner le problème de manière tranchante, par contre, par logique et déduction nous pouvons nous y retrouver et proposer une solution cohérente.

Déjà d’une il est très peu probable que la mort de Judas fut un événement méconnu des apôtres. Cette information devait être connu de tout le monde. Il y a peu de raisons de penser que qui que ce soit ait pu se tromper à ce sujet.

L’explication généralement proposée

L’explication généralement présentée est que Judas s’est pendu et qu’ensuite son corps se soit effondré. Les deux récits se complétant. Nous pourrions nous arrêter là en nous disant que ceci est plausible.

Effectivement cela est plausible mais en dehors de cette explication, ce qui importe, puisque Luc ne mentionne pas la pendaison, et que Matthieu ne parle pas de la chute, c’est de présenter des éléments qui abondent dans ce sens, car il s’agit bel et bien d’une enquête à mener.

Les éléments confortants

Dans un premier temps, analysons deux textes tirés des nombres et qui nous éclairent sur le comportement des pharisiens dans cette affaire.

Nombres 19 : 11

Celui qui touchera un mort, un corps humain quelconque, sera impur pendant sept jours.


Nombres 35 : 31

Vous n’accepterez point de rançon pour la vie d’un meurtrier qui mérite la mort, car il sera puni de mort.

Nous pouvons assez facilement présumer ici que personne n’est allé se préoccuper du corps de Judas. Celui-ci a probablement rôti pendu au soleil pendant des jours. La médecine nous apprend que l’abdomen et le thorax peuvent éclater sous la pression croissante des gaz putréfiants.

Dès lors il n’est pas impensable de dire que le corps de Judas soit resté pendu plusieurs jours avant qu’il ne tombe et n’éclate, soit parce que quelqu’un ait finalement décidé de le descendre ou soit tout simplement après une rupture de la corde.

L’évènement est couvert de deux angles

Matthieu et Luc n’approchent pas la mort de Judas du même angle. C’est comme si Matthieu était au courant du regret trop tardif de Judas et de sa fuite, donc du début de la fin de Judas, et que Luc, lui, au contraire, transmettait des informations d’une autre source révélant ce que Matthieu n’avait pas su, c’est à dire la conclusion de Judas.

Peu importe que la source de Luc ait assisté directement à la fin du corps de Judas ou qu’elle ait elle même obtenu les informations indirectement, il apparaît que Matthieu et Luc, l’auteur des Actes, se complètent.

Les pièces d’argent

Maintenant qu’en est il de la controverse sur l’utilisation des pièces d’argent. Relisons deux versets essentiels.

Matthieu 27

Les principaux sacrificateurs les ramassèrent, et dirent: Il n’est pas permis de les mettre dans le trésor sacré, puisque c’est le prix du sang.


Nombres 35 : 31

Vous n’accepterez point de rançon pour la vie d’un meurtrier qui mérite la mort, car il sera puni de mort.

Les pharisiens ne pouvaient pas utiliser cet argent. Matthieu et Luc, s’ils ne traitent pas du même angle la mort de Judas, apportent tous les deux des informations sur l’acquisition d’un champ.

Matthieu 27 : 6-8

Les principaux sacrificateurs les ramassèrent, et dirent: Il n’est pas permis de les mettre dans le trésor sacré, puisque c’est le prix du sang.

Et, après en avoir délibéré, ils achetèrent avec cet argent le champ du potier, pour la sépulture des étrangers. C’est pourquoi ce champ a été appelé champ du sang, jusqu’à ce jour.


Actes 1 : 18-19

Cet homme, ayant acquis un champ avec le salaire du crime, est tombé, s’est rompu par le milieu du corps, et toutes ses entrailles se sont répandues.

La chose a été si connue de tous les habitants de Jérusalem que ce champ a été appelé dans leur langue Hakeldama, c’est-à-dire, champ du sang.

Le verset de Matthieu ne laisse aucune chance dans le fait que Judas ait lui même acheté le champ.

Le verset des actes, quant à lui, permet le doute. Mais la loi dans l’Ancien Testament, et la réaction même des pharisiens, démontrent que ceux ci ne pouvaient utiliser cet argent, pas même pour acheter un champ. Alors qui a acheté ce champ ? Les pharisiens ou Judas ?

Luc ne peut pas dire, à la lumière de la logique, que Judas a acheté ce champ en personne car celui-ci n’avait reçu ses pièces qu’après la trahison, il n’y avait pas le temps d’acheter quoique ce soit. Luc sait cela.

Les clés d’explication

La clé de l’explication se trouve dans Matthieu 27 et Nombres 35. Les pharisiens, à cause de l’ordonnance dans Nombres 35, étaient bien embêtés avec cet argent, ils ne pouvaient effectivement pas l’utiliser, et nous connaissons le légalisme des pharisiens.

C’est pourquoi il est fort probable qu’ils aient acheté le champ en question au nom de Judas. Ainsi, ce champ du sang, connu de tous les habitants de Jérusalem, dont il est question aussi bien dans Actes 1 : 19 et Matthieu 27 : 8, fut acquis au nom de Judas, les pharisiens n’ayant pas d’autres solutions pour se dédouaner.

C’est pourquoi il y eut discussion et délibération entre eux afin de trouver une solution pour respecter la loi et garder la face devant le peuple, qui aurait vu cet achat comme une entorse à la loi. Rien ne dit d’ailleurs que cet achat a été contracté par les chefs pharisiens eux mêmes, c’est probablement via des subordonnées que la transaction a eu lieu.

Nous voyons à plusieurs reprises dans la Bible, que celui qui ordonne une action, ou en est responsable, est présenté comme le faiseur.

Ainsi par exemple Ponce Pilate ne bat pas et ne livre pas lui même Jésus, ce sont ces soldats qui s’en chargent même s’ils ne sont pas mentionnés.

Il n’y a pas de raisons de penser qu’il y a une contradiction à partir du moment ou il y a des explications potentielles.

Conclusion

S’il fallait que tous les textes justifient chaque information donnée, la suspicion aurait été encore plus grande, et la longueur des textes auraient dû gravement augmenté. L’écriture aurait été un cauchemar.

Luc et Matthieu abordent la mort de Judas de deux angles différents, l’un couvre le début, et l’autre la fin.

Concernant l’acquisition du champ, il a été fait dans tous les cas avec l’argent de Juda, il semble donc logique, que les pharisiens n’ayant pas pu récupérer cet argent pour eux, ce champ soit à Judas, peu important la personne ayant fait la transaction.

Contradiction suivante : Les compagnons de Paul ont ils entendu la voix de Jésus ou pas sur le chemin de Damas ?


Voir aussi l’article : La Bible souffre t’elle de contradictions ?Opens in a new tab.

Anthony ETHEVE

Passionné et étudiant converti à la Bible, Anthony partage le fruit de ces centaines d'heures de recherche afin d'aider les chrétiens et notamment les nouveaux appelés à comprendre les thèmes bibliques et le débat création/évolution.

Recent Content