Comment dinosaures et hommes auraient il pu cohabiter ?


Les films comme Jurassic Park ont eu pour effet de nous dépeindre les dinosaures sous un angle particulièrement violent, mangeant les hommes, un peu comme « Les dents de la mer » ont eu pour effet de donner une réputation aux requins de « mangeurs d’hommes ».

La genèse nous dit pourtant ceci quant au régime alimentaire des animaux à l’origine et avant le péché :

Genèse 1 : 30

Et à tout animal de la terre, à tout oiseau du ciel, et à tout ce qui se meut sur la terre, ayant en soi un souffle de vie, je donne toute herbe verte pour nourriture. Et cela fut ainsi.

Bien que cela puisse nous paraître étrange aujourd’hui, cela est très cohérent avec le monde parfait dont parle la Bible avant le péché, et sur le monde qui apparaîtra au retour de Jésus.

L’idéal divin est effectivement un monde sans douleurs et sans morts.

Ce régime végétarien est d’ailleurs l’un des éléments qui disqualifient l’évolution théiste ou la création évolutionnaire. Les animaux ne s’entre-déchiraient pas avant le péché d’Adam et Eve.

Quelques exemples d’herbivores avec des caractéristiques trompeuses

Un animal possédant de grosses dents pointues ne permet pas de le définir comme carnivore. Le panda géant par exemple ne mange que des bambous, et pourtant il est doté de dents pointues.

Les chauves-souris, quant à elles, se nourrissent, selon leur espèce, de fruits, de nectar, d’insectes, de petits animaux ou encore de sang. Leur dentition ne nous permet pas de déterminer la nature de leur régime alimentaire.

Il y a aussi les ours herbivores qui n’ont pas particulièrement une apparence « d’herbivore », d’ailleurs l’alimentation de la plupart des ours est essentiellement végétarienne.

Des dents longues et robustes sont très utiles pour manger certains végétaux et fruits (ananas, noix de coco, melon…).

Deux mondes différents

Pour pouvoir saisir la logique du monde d’avant le péché d’Adam&Eve, si toutefois on s’intéresse à la cohérence biblique, il ne faut absolument pas l’analyser en fonction du monde présent, voire même du monde tel qu’il est depuis 6000 ans.

Nul d’entre nous n’a connu le monde parfait sorti de la main de Dieu, ce qui certes, a tendance à le rendre mythique ou irréel au yeux de beaucoup. Faire de la normalité d’aujourd’hui, la normalité du monde d’avant est un chemin large qui mène à l’erreur, où hélas nombreux s’engouffrent.

Nous avons tendance à observer le monde dans son état actuel et à interpréter la Bible à travers cette observation. Cette vision « qui part du point final» devrait se substituer au point de départ que nous donne la Bible.

Il nous faut travailler chronologiquement, dans le bon sens, clairement pas dans le sens inverse.

Romains 8 : 22

Or, nous savons que, jusqu’à ce jour, la création tout entière soupire et souffre les douleurs de l’enfantement.

Si nous faisons le postulat que le monde d’avant le déluge était « meilleur » que celui d’après le déluge, ce qui est sûr car le déluge avait également pour but de détruire la terre (voir verset ci-dessous), pas seulement le monde du vivant, il est raisonnable de penser que les terrains naturels étaient très vigoureux pour absorber un monde animal et végétal bien plus imposant qu’aujourd’hui.

Il y avait un seul continent, un niveau d’eau plus bas, moins de régions aux extrémités et certainement moins de déserts et de glaciers.

Genèse 6 : 13

Alors Dieu dit à Noé: La fin de toute chair est arrêtée par devers moi; car ils ont rempli la terre de violence; voici, je vais les détruire avec la terre

Selon le texte biblique, l’inimitié entre humains et animaux commencent après le déluge (genèse 9 : 1-7). Avant le déluge tout porte à penser que la relation humains-animaux était meilleure. Certes le péché avait envahi le monde d’avant le déluge, et la chute d’Adam&Eve était déjà consommée, la terre n’était donc déjà plus au beau fixe. Voyons le verset suivant :

Genèse 9 : 2

Vous serez un sujet de crainte et d’effroi pour tout animal de la terre, pour tout oiseau du ciel, pour tout ce qui se meut sur la terre, et pour tous les poissons de la mer: ils sont livrés entre vos mains.

Par déduction, l’homme n’était pas un sujet de crainte pour les animaux, ce qui suppose une meilleure relation avant le déluge. Il n’y a donc pas à penser que la cohabitation homme/dinosaure était ensanglantée.

Des conditions plus difficiles après le déluge

Une fois le déluge terminée, des millions de dinosaures jonchent dans les couches géologiques tandis que la poignée qui a survécu sort de l’arche et se répand à nouveau sur terre. Nous ne savons pas clairement comment ces dinosaures ont pu s’adapter à ce nouveau monde, bien plus hostile.

En tout cas certains ont réussi à s’en tirer, les nombreuses légendes de dragons en témoignent tout comme les quelques éléments archéologiquesOpens in a new tab. que nous avions vu.

Les hommes, quant à eux, doivent manger de la viande, contrairement à avant, pour survivre. C’est peut être à ce moment ci que les animaux commencent aussi à se manger entre eux.

Effectivement l’ère glaciaire qui s’en suit, et qui frappe certaines régions plus que d’autres, obligent les uns et les autres à tout acte nécessaire pour survivre.

Dans cette lutte pour la survie, tous ne résistent pas. Les dinosaures après le déluge sont certainement moins au beau fixe qu’avant. Dans quelle mesure ils ont résisté, difficile à dire. Quelles espèces de dinosaures ont duré le plus longtemps, difficile à dire également.

En tout cas, quelques uns d’entre eux se sont visiblement frayer un chemin jusqu’au moyen âge. Un stégosaure est représenté aux Temples d’Angkor dans l’ancien Empire Khmer, le Cambodge actuel. La zone était historiquement une énorme forêt, certainement un lieu favorable pour les dinosaures.

Voici un article plus complet sur le stégosaure d’Angkor : Le Stégosaure d’Angkor Wat à Ta Prohm – Analyse

Dans le même temps, il est intéressant de rappeler qu’un grand nombre d’espèces végétales et animales ont disparu aux côtés des dinosaures. Est ce la loi de la jungle qui est venu à bout de ces espèces ? La réduction territoriale ? La chasse ? Des climats qui redeviennent extrêmes dans certaines régions après l’ère glaciaire ?(voir étude ci dessous sur la disparition des mammouthsOpens in a new tab.)

Nous ne sommes pas sûrs, mais la majeure partie des dinosaures a été emportée par le déluge. Leur postérité quant à elle n’a pas fait long feu.

La chaîne alimentaire et le comportement des animaux aujourd’hui ne peuvent pas servir de modèle pour interpréter la Bible – en effet, seule la Bible nous explique pourquoi le monde est comme il est.

Conclusion

L’hostilité entre les animaux et les humains n’est déclarée qu’après le déluge dans la Bible.

Les animaux sont créés lors du 6ème jour. Le régime alimentaire qui leur a été attribué était végétarien, comme pour les humains d’ailleurs.

La réalité hostile du monde post-diluvien n’a certainement pas permis aux dinosaures d’être aussi prolifiques qu’avant le déluge. Fussent ils plus agressifs envers l’homme à ce moment là que leur situation générale dégradée a dû limiter grandement les scènes sanglantes.

Ces divers éléments nous permettent de dire que l’époque qui a vu les humains côtoyer les dinosaures ou l’inverse n’était pas du type “Jurassic Park”.

Je vous recommande de lire l’article suivant avant de continuer cette étude sur le déluge biblique et ses conséquences :

Le monde avant le péché d’Adam était il sans mort ni douleur ?

Le déluge biblique de Noé a t’il eu lieu ?

Anthony ETHEVE

Passionné et étudiant converti à la Bible, Anthony partage le fruit de ces centaines d'heures de recherche afin d'aider les chrétiens et notamment les nouveaux appelés à comprendre les thèmes bibliques et le débat création/évolution.

Recent Content